Les fondamentalistes chrétiens ont maintenant leur Musée de la Bible

La famille Green, très proche des évangélistes, a mis le paquet pour brouiller encore un peu plus la frontière entre religion et pouvoir politique aux États-Unis.

En novembre, un nouveau musée a ouvert ses portes à Washington, à seulement trois rues du Capitole qui abrite le Congrès. La capitale fédérale américaine concentre déjà une impressionnante liste de musées pour la plupart publics, mais c’est la première fois qu’une institution privée, à forte vocation religieuse, s’installe au coeur même du pouvoir politique américain. Le Musée de la Bible n’est pas comme les autres. Son existence même et le lieu de son implantation ont une signification politique. Les fondamentalistes chrétiens sont aujourd’hui présents symboliquement dans le Saint des Saints de la vie politique américaine.

LIRE LA SUITE…

28 Comments on Les fondamentalistes chrétiens ont maintenant leur Musée de la Bible

  1. Avec ce musée, les fondamentalistes chrétiens, plusieurs dizaines de millions de personnes aux États-Unis, entendent peser encore plus sur les institutions du pays.

    *****Je trouve que c’est une bonne idée, une seule chose me pose question:Ont ils une position juste vis a vis d’Israël et de leur biens spirituels ? Les pièces du musé sont elles connus d’Israël et ont ils l’accord d’Israël pour les garder?

    • une seule chose me pose question:Ont ils une position juste vis a vis d’Israël et de leur biens spirituels ? Les pièces du musé sont elles connus d’Israël et ont ils l’accord d’Israël pour les garder?

      Réponse : rien à cirer …les chretiens s’en foutent !!!

  2. Un petit tour avec Noé dans son arche au milieu des Varans de Komodo et des Wapitis avec des Vipères du Gabon en collier pour Eve ??? 🙂

  3. Bonjour
    Les fondamentalistes américains feraient mieux de bien relire la Genèse à partir de l’hébreu et du grec. J’ai étudié le livre de la Genèse. En 2005, je posait cette question au Seigneur:
    « Pourquoi cette différence entre la Bible et les archéologues et les paléontologues. Peu après, je regardais, pour voir autre chose la traduction de la Septante concernant le texte de la Genèse. Là je regardais une note de la traductrice et j’ai lu: faisons un homme. » De suite, je regardais le texte hébreu et j’ai vu que devant le mot adam (traduit par homme) il n’y avait pas d’article défini. Maintenant, en hébreu il existe trois termes pour désigner un homme: adam (le terrien, l’humain – Ysch l’homme par excellence – anosch, l’homme dans toute sa faiblesse. C’est donc ainsi que j’ai pu comprendre qu’Adam fut le premier homme créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Toutefois il n’est pas le premier être humain sur la terre. Cela amène à comprendre pourquoi Caïn avait peur de se faire tuer, cela amène à comprendre l’existence de plusieurs races humaines sur la planète. Ainsi les fondamentalistes chrétiens se basent sur une faute de lecture et de traduction de la Bible. mes découvertes ont été relues par des théologiens et des pasteurs sachant lire hébreu et grec.
    Pourtant, je suis bien créationniste mis je n’accepte pas le fondamentalisme chrétien qui n’est pas basé sur une solide lecture de la Bible ayant pour base les langues originelles du livre.

    • Je cite Isaïe : C’est donc ainsi que j’ai pu comprendre qu’Adam fut le premier homme créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Toutefois il n’est pas le premier être humain sur la terre.

      Vous renversez un repère fondamental, tout va chambouler, gravissime

    • Il est écrit :
      « Le premier homme est tiré de la terre, poussière » (1 Cor 15/47).

    • Quand le 1er homme fut créé personne n’y était !

      Je cite :

      Le Livre de la Genèse (en latin Liber Genesis, en grec βιβλίον της Γενέσεως / Biblíon tês Genéseôs, en hébreu ספר בראשית Sefer Bereshit) est le premier livre de la Torah (Pentateuque), et donc de la Bible. Ce livre est fondamental pour le judaïsme et le christianisme.

      Récit des origines, il commence par celui de la création du Monde par Dieu, suivi d’un second relatant celle du premier couple humain. Ce second récit génésiaque montre ensuite qu’Adam et Ève, qui forment ce premier couple, désobéissent, et sont alors exclus du jardin d’Éden. Dieu détruit ensuite l’Humanité par le Déluge, dont seuls Noé et sa famille sont sauvés. Enfin, Dieu différencie les langues et disperse l’Humanité sur la surface de la Terre, lors de l’épisode de la tour de Babel. Après cela, l’essentiel de la Genèse est consacré aux histoires d’Abraham, de Jacob et de Joseph.

      Le livre est anonyme, tout comme les autres livres de la Torah. Les traditions juives et chrétiennes l’attribuent à Moïse, mais les recherches exégétiques, archéologiques et historiques tendent, au vu des nombreux anachronismes, redondances et variations que porte le texte, à remettre en cause l’unicité de son auteur. Ainsi, la Genèse est, selon les exégètes historico-critiques, la compilation d’un ensemble de textes écrits entre les VIIIe et IIe siècle av. J.-C. dans le but de transmettre certaines traditions juives. Pour cette raison, entre autres, l’historicité du contenu du livre est aussi mise en cause.

      Dans le livre, Dieu est présenté comme le créateur de toutes choses et celui qui guide les patriarches vers leur destinée. L’humanité est présentée comme une grande famille.

      La Genèse est d’abord racontée avec des variantes tant dans les apocryphes bibliques que chez Flavius Josèphe. Elle est ensuite largement commentée par les rabbins et par les chrétiens. Avec l’avènement de l’islam, ses personnages font l’objet de multiples interprétations dans le Coran et dans les commentaires coraniques. De nos jours, certains fondamentalistes, surtout protestants, défendent l’idée que la Genèse est à la fois historiquement et scientifiquement valable. Cependant, cette position est rejetée par la grande majorité des scientifiques.

    • « colombe », quand le premier homme a été créé, il y a eu des myriades de témoins, comparez 1 Cor 15/47 et Job 38/5-7. Le texte que vous citez fait référence aux « exégètes historico-critiques » qui ne croient pas aux miracle.

    • Que vous le vouliez ou non, la Genèse est une collection de compositions d’origines très diverses…

    • Jean Ba,
      Tu devrais lire « The End of Materialism » de Charles Tart

  4. C’est facile d’Utiliser le nom de la Bible comme slogan publicitaire pour attirer le monde.
    Dire que les Green sont très proche des évangélistes ; qu’est-ce que cela veut dire ? Ou on est évangéliste ou on ne l’est pas. Parler de plus proche c’est drôlement trompeur…..

    Quant on lit, j’y vois plutôt une « bouillabaisse » de tout et n’importe quoi. Si ça peut lui apporter une renommée, étant donné que cette famille n’était pas connue jusqu’à présent.

  5. C’est le 2ème article où on peut lire « les évangélistes » alors que ce sont « les évangéliques »!

  6. — J’espère seulement qu’ils la lisent en entier, cette Bible et qu’ils ne se contentent pas d’en regarder la couverture !

  7. @ JC vous écrivez « Quant on lit, j’y vois plutôt une « bouillabaisse » de tout et n’importe quoi. Si ça peut lui apporter une renommée, étant donné que cette famille n’était pas connue jusqu’à présent. »
    « La bouillabaisse » est une soupe de poissons cuits, en l’occurence c’est l’auteur de l’article qui nous la sert ; est-il vraiment des nôtres ? Vu le plaisir qu’il a à trouver des poux partout !
    Ne vous méprenez pas, je n’excuse pas la malhonnêteté mais l’auteur soupçonne beaucoup sans apporter de note positive à un événement peu commun, dans un lieu pour le moins particulier.

  8. Une expo biblique c’est toujours toujours une bénédiction du fait même que le pays qui l’abrite l’ai accepté alors qu’il y a tant de nations où c’est tout simplement interdit .

    PALABRE PALABRE …..il faut aller à l’ essentiel hein !!!

    • Aussi étonnant que cela puisse paraître le livre le plus volé dans les bibliothèques du monde est: la Bible!

  9. Entendu sur Europe 1 ce matin, sur Google c’est le Guiness book des records qui est mentionné comme étant le livre le plus volé.

  10. Oui et le déluge c’est un scribe juif qui lors de sa déportation à Babylone a pompé sur un récit de ce peuple. enfin,cela c’est les exgésètes athées qui le confirment. Mais il y a plusieurs dizaines d’autres peuples qui témoignent d’une catastrophe et d’un homme dans un bateau avec des animaux.De même qu’Abraham n’a pas existé faute de preuves de dessins de chameaux sur des poteries. Maintenant pour le Pentateuque et sa véracité, il faut peut-être voir ce que Jésus a dit sur ces écrits et le premier homme ainsi que celle qui a été la mère de tous les vivants.
    Sa Parole est la vérité, maintenant s’il faut attendre la confirmation des scientifiqueux à ce sujet, il y a de quoi se tourner vers les phylosopheux de tout ordre et tout autres choses du monde plus facile a faire.

    • Jean Ba confronté au Mythe du déluge "universel". // 25 février 2018 à 20 h 24 min //

      « L’histoire du déluge mésopotamien, et la version de l’Ancien Testament qui en provient, fut inspirée par un désastre réellement catastrophique, mais aucunement universel, qui eut lieu non pas immédiatement après la période d’Ubaid (c’est-à-dire vers 3500 av. J.-C.) comme Woolley l’a déclaré, mais plutôt autour de 3000, et qui laissa des traces à Kish, Shuruppak et probablement en de nombreux autres sites restant à découvrir » Samuel Noah Kramer

    • — Liras-tu ce passage biblique, Jean-Ba :
      <blockquote

      >Genèse 7, 19-20 : «Et les eaux grossirent prodigieusement sur la terre; et toutes les hautes montagnes qui sont sous tous les cieux, furent couvertes. Les eaux s’élevèrent de quinze coudées au-dessus ; et les montagnes furent couvertes.»

      — Sous tous les cieux : partout sur la Terre !
      — Quinze coudées : environ 7 mètres !
      — Mais comme tu ne crois pas la Bible… 😥 !

    • Bien sûr, je l’ai lu plus d’une fois. Mais il soulève quelques questions quand même, cela veut donc dire que l’Everest a été immergé…Une colonne d’eau de plus de 8800 M donc…

      Cela soulève des problèmes avec les arbres les plus vieux du monde, qui sont âgés de plus de six millénaires par ex, aurais tu alors une explication sur leur conservation miraculeuse, immergés pendant des mois dans de l’eau ? Aucune espèce ne peut survivre à cela…

      D’autant plus que des espèces vivant des millénaires ont déjà une longue lignée derrière eux au niveau adaptation, un individu qui a 7000 ans n’est certainement pas le premier de sa générartion,strictement et absolument IMPOSSIBLE…

      Tu as également la question des représentations pariétales ou rupestres, qui pour certaines ont plus de 20 000 ans… Tout en sachant que leur état de conservation a pu se faire grâce à des conditions extrêmement séches : par ex les peintures rupestres en Australie.

      Il est évident que la moindre immersion détruit des ocres, des argiles, car très solubles, donc une immersion prolongée, violente, avec une colonne d’eau de 8 Km……
      Ca supporte tout au plus des pluies, mais l’immersion…

  11. On se sert de Dieu et de sa parole pour faire du business. Ecoeurant. Néanmoins, le monde a besoin de connaître la vérité sur qui est réellement Dieu. Dommage que cela soit entaché par le fric et la politique.

  12. Bizare que les fossiles de dinosaures herbivorent sont découvert sans végétaux fossilisés à leur proximité. De même que la couche attribué au déluge contient presque pas de météorites alors que notre planète en est constament bombardé. Quand à l’eau du déluge ce n’est pas un problème car si on nivelait la planète, le fond ce trouverait à 3000 m sous la surface.
    Et aprés le déluge, les pôles ont aussi participé à la baisse des eaux. Dans les années 88, on a retouvé 6 avions P38 et B17 qui étaient tombés en panne au Groenland en 1942 sous 75 m de glace et ce en 46 ans. Si on calcule ,on tombe vers l’âge du déluge.
    Peut on laisser des faits détruirent de belles théories.

  13. — On a calculé que la fonte de toutes les glaces du Groënland et de l’Antarctique n’élèverait le niveau des mers “que” de 5 mètres environ ! Pourquoi ?
    * Parce que ces continents, soulagés de l’énorme masse de glace qui pèse sur eux verraient leur niveau s’élever ! On a retrouvé les traces d’une ancienne plage à plus de 1000 mètres d’altitude, au Canada ! De plus, on constate actuellement une élevation du niveau des roches côtières au Groënland ! Et, du même coup, le fond des océans s’abaisserait un peu, absorbant l’élevation du niveau des mers !
    * Au sujet de la fonte des glaces, il faudrait aussi s’intéresser à la période entre 800 et 1100 APRÈS Jésus-Christ qui a été appelée “optimum climatique médiéval”, où les températures étaient de 6° (six degrés centigrades) supérieures à celles d’aujourd’hui ; il y avait des vignes en Angleterre et le Groënland (terre verte – Greenland), découvert à l’époque par Éric le Rouge, n’avait pas de glace ! Période complètement “zappée” par le GIEC, d’ailleurs ! Et on s’inquiète pour seulement +2° ?
    — Ce Dieu qui a créé la Terre, n’est-Il pas capable de tenir Ses Promesses quand Il a dit :

    Genèse 8, 22 : «Tant que la terre durera, les semailles et la moisson, le froid et le chaud, l’été et l’hiver, et le jour et la nuit, ne cesseront point.»

    , APRÈS le Déluge !?…

  14. A lire;

    Pourquoi certains croient aux fake news en dépit de toute rationalité :

    Si les rumeurs existent depuis l’Antiquité, le phénomène des «fake news» est apparu plus récemment avec l’essor de nouveaux médias. Le dictionnaire de référence britannique, Collins, a d’ailleurs élu cette expression mot de l’année 2017 et l’a désormais inscrit dans son thésaurus. Nous serions entrés dans une ère de post-vérité où les faits se confondent avec les mensonges. Face à ce danger, venant parfois des plus hautes sphères du pouvoir, les scientifiques tiennent la tranchée.

    Chargement en cours…

    Ainsi, lorsque Donald Trump a eu recours à des fake news pour justifier la sortie des USA de l’accord de Paris, en réponse, un mouvement de contestation a émergé avec l’organisation de Marches pour la Science.

    À cette occasion, le physicien du CERN James Beacham qui organisait la marche en Suisse a déclaré:

    «Nous considérons que la [science] bénéficie à l’humanité et qu’elle doit donc être encouragée. Cela peut sonner comme une évidence, mais cette idée n’est plus soutenue par une partie de la population et par certains gouvernements.»

    La science peut-elle réellement combattre les mensonges?

    La science repose sur l’analyse de faits permettant l’élaboration de théories qui tendent à la généralisation et permettent des prédictions. Elle n’est pas exempte d’erreurs et d’approximations, d’autant plus que les faits sont issus d’expériences complexes. Ainsi, si un médicament est testé dans plusieurs études, il peut montrer une efficacité dans neuf études et échouer dans une seule, du fait d’une méthodologie inadéquate ou même par le fait statistique (plus on répète un test, plus on a un risque d’erreur).

    Statistiquement, le médicament sera considéré comme efficace. Cependant, en sélectionnant la seule étude négative, il est possible de faire croire que le médicament est inefficace. Les chercheurs ont appris à interpréter les études dans leur globalité, en prenant en compte ces discordances inévitables et à manier les statistiques. La réplication d’un résultat est devenue un critère majeur avant d’affirmer qu’un fait est réel.

    De plus, lorsqu’une théorie scientifique est inventée, elle l’est à partir des données actuelles. Cependant, de nouvelles données peuvent surgir et venir contredire la théorie qui est alors abandonnée. La science repose sur cette idée de remise en cause et d’évolution des connaissances.

    Karl Popper s’est intéressé à définir les critères de la scientificité (voir Conjectures et réfutations, La croissance du savoir scientifique). Pour le philosophe, l’un des critères essentiels pour définir la science n’est pas la vérité mais la réfutabilité. Selon cette définition, la théorie darwinienne de l’évolution est plus scientifique que la Genèse biblique car elle se prête aux critiques de nouveaux faits.

    En revanche, la religion n’est pas scientifique car l’argument de la Création par Dieu ne peut pas trouver de contradictions par les faits. Selon un sondage IFOP la part de personnes qui sont d’accord avec l’affirmation «Dieu a créé l’homme et la Terre il y a moins de 10.000 ans» est cependant de 18% en France.

    Pourquoi les fake news résistent au discours rationnel?

    La démarche scientifique est infiniment plus complexe que les mécanismes à l’origine des fake news. Il est devenu plus facile de propager rapidement via Internet une fausse information que de collecter patiemment les faits permettant la construction d’une théorie étayée. De plus, les statistiques sont devenues une composante essentielle à la démarche scientifique pour déterminer si les faits donnent raison à une théorie. Mais les statistiques sont mal comprises par une large part de la population.

    Les psychiatres s’intéressent également depuis longtemps aux mécanismes de pensée qui font qu’un individu résiste à des arguments rationnels. Pour expliquer les symptômes des patients souffrant de schizophrénie, le scientifique Kapur a par exemple proposé que l’excès de dopamine dans certaines régions cérébrales causerait une anomalie de la «salience». La salience renvoie à l’attention donnée à certains phénomènes, plutôt qu’à d’autres, permettant ainsi un tri dans les informations. Lorsque ce tri est systématiquement biaisé, un délire peut survenir. Sans faire des adeptes de fake news des malades mentaux, il existe cependant des biais cognitifs qui provoquent une résistance psychique aux données de la science.

    Un biais de négativité repose sur la tendance à donner plus de poids aux expériences négatives qu’aux expériences positives et à s’en souvenir davantage. Ainsi les effets secondaires d’un traitement seront plus reconnus que les bénéfices.

    Par exemple, les fake news sélectionnent souvent les informations qui vont dans leur sens, ignorant les discordances entre les études. C’est ce qu’on appelle un biais de sélection. Ce biais est également proche du biais de confirmation qui consiste à ne prendre en considération que les informations qui confirment ses croyances et à ignorer ou discréditer celles qui les contredisent.

    Le biais de représentativité est un raccourci mental qui consiste à porter un jugement à partir de quelques éléments qui ne sont pas nécessairement représentatifs. Souvent ces biais sont associés au biais d’ancrage qui est la tendance à utiliser une information comme référence, généralement car il s’agit du premier élément d’information acquis sur le sujet. Ces biais s’opposent à la démarche scientifique qui nécessite des réplications et une remise en cause constante de ses connaissances acquises.

    Un biais de négativité existe également et repose sur la tendance à donner plus de poids aux expériences négatives qu’aux expériences positives et à s’en souvenir davantage. Ainsi les effets secondaires d’un traitement seront plus reconnus que les bénéfices. Le biais d’omission consiste à considérer que causer éventuellement un tort par une action est pire que causer un tort par l’inaction. Ainsi certains choisiront de refuser la vaccination pour leurs enfants considérant qu’il est plus grave de déclencher un effet secondaire par une injection que de voir son enfant mourir de la rougeole par refus des soins.

    L’illusion de corrélation consiste à percevoir une relation entre deux événements non ou faiblement reliés car ils apparaissent temporellement proches. Par exemple, un symptôme survenant après la prise d’un médicament peut être attribué à ce traitement alors qu’il survient du fait de la maladie sous-jacente.

    Quelles missions pour les scientifiques?

    La démarche scientifique est donc complexe contrairement aux fake news qui s’appuient sur des biais de raisonnement présents chez chacun de nous. La science est plus exigeante qu’un simple clic sur Internet. Dans un monde où le flot d’information est constant, il devient difficile de mesurer la véracité de chaque information ce qui revient à faire confiance à la source de l’information. Certains individus, en rupture avec le système médiatique actuel, vont privilégier des sites d’information alternative.

    Cette question de la confiance est essentielle quand on voit la succession des paniques sanitaires où la parole des médecins est mise en doute. La part des personnes d’accord avec l’affirmation «Le ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins» a été estimée à 55% ce qui éclaire bien le discrédit des instances sanitaires.

    Face à ces mécanismes, les scientifiques doivent assumer leur mission. Celle de faire avancer les connaissances mais également de les propager dans la société. En ce sens la vulgarisation des connaissances est un enjeu majeur dans une société progressiste. Les scientifiques sont insuffisamment formés et ont souvent des idées fausses sur la vulgarisation.

    Or la vulgarisation est importante pour diffuser les résultats en dehors de la communauté restreinte des chercheurs spécialisés et pour éclairer le débat public. Il est impossible de laisser la vulgarisation aux seuls journalistes qui, s’ils maîtrisent les outils de communication, n’ont pas toujours le recul nécessaire pour rendre compte de manière fiable d’une avancée scientifique complexe. Des séances de formation à la communication commencent à être organisées au sein de la communauté scientifique.

    Une demande d’information scientifique

    La population est en demande d’information scientifique ce qui se mesure par exemple à la popularité du hashtag #scicomm sur Twitter. Les scientifiques devraient également davantage investir les réseaux sociaux qui sont des lieux où les informations sont encore trop souvent laissées aux complotistes.

    Dans une société progressiste, les scientifiques ne devraient pas seulement se préoccuper de leurs recherches mais expliquer quelle est leur démarche, éclairer le débat public, démontrer pourquoi il faut refuser les certitudes et apprendre à penser tout en doutant de ses connaissances. Ils devraient utiliser les différents médias à leur disposition pour ce travail, rayonnant hors de leur laboratoire et menant inlassablement le combat contre l’obscurantisme.

    Le gouvernement promet une loi contre les fake news. Mais cela est-il de nature à redonner confiance aux citoyens dans l’information officielle ou à les pousser vers d’autres sources d’information alternative encore moins contrôlables? Plutôt que de légiférer sur un problème spécifique, ne vaut-il pas mieux prendre le problème à la racine et poursuivre l’immense tâche d’éducation populaire qui nous fait face?

    http://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/pourquoi-certains-croient-aux-fake-news-en-d%c3%a9pit-de-toute-rationalit%c3%a9/ar-BBIiDZq?li=BBoJIji&ocid=UE07DHP

  15. — Je visionnais sur Youtube (https://www.youtube.com/watch?v=8ouypmLpuqQ) l’histoire des révoltés du Bounty qui se sont établis sur une petite île, Pitcairn pas très loin de Tahiti. Tant que leur cœur méchant et tortueux par-dessus tout n’a pas été changé, ils ont continué à s’entretuer, la semence de la révolte mûrissant ses fruits empoisonnés !
    — Mais dès qu’un des deux survivants anglais a trouvé une Bible et s’est interrogé sur les raisons de cet état de fait, cette communauté a trouvé là une paix qui n’est pas connue sur Terre et n’a jamais été connue ! Et cette paix, ainsi que l’intelligence de ses habitants, a surpris les capitaines des vaisseaux anglais qui ont abordé cette île !
    — C’est d’ailleurs ce passage qui a été “zappé” dans l’histoire de ces révoltés du Bounty car l’histoire s’arrête à cette révolte sur Pitcairn…
    — Donc ce n’est pas un Gouvernement ni une Loi qui changera les choses, Robert M, mais le CHANGEMENT DU CŒUR de tous les hommes, changement qui ne peut être fait que par le Seigneur ! Et même la plus grande partie de l’humanité n’acceptera pas ce changement, signant là sa condamnation à mort éternelle !
    — De plus, il y a bien en ce moment un rassemblement vers une unité spirituelle, mais laquelle, vu que des religions bâties par les hommes et rejetant Christ cherchent à s’unir contre Dieu ?!??…
    — Alors, cherchez plutôt Christ et Sa Parole plutôt que le sentimentalisme humain !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :