Avignon : le retour de « Piss Christ » sur la scène judiciaire

Deux militants sont jugés aujourd'hui pour la dégradation, en 2011, de l'oeuvre d'Andrès Serrano, blasphématoire pour des intégristes catholiques.

Piss Christ, une oeuvre d'art jugée blasphématoire.

Piss Christ » revient sur le devant de la scène judiciaire. Colin, 29 ans, assisté de Me Tremollet de Villers, et Benjamin, 29 ans, assisté de Me Triomphe, sont poursuivis aujourd’hui devant le tribunal correctionnel d’Avignon pour avoir dégradé à coups de marteau, le 17 avril 2011, l’oeuvre d’Andrès Serrano exposée à la Collection Lambert dans le cadre de l’exposition « Je crois aux miracles » accueillie par le musée d’art contemporain avignonnais.

LIRE LA SUITE…

9 Comments on Avignon : le retour de « Piss Christ » sur la scène judiciaire

  1. Un procès pour une (œuvre) éphémère et nul …..Que d’argent jetés par les fenêtres dans ce gouvernement .Pendant ce temps les djihads courent eux !

  2. je ne peux lire la suite , dommage

    • Il suffit de demander Catherine! 😉 Que ne ferais-je pas pour vous être agréable 🙂 De plus: je pense que vous avez des accointances avec Jésus♥ Ça peut toujours servir!!! 😆

      http://www.laprovence.com/article/edition-vaucluse/4380930/le-retour-de-piss-christ-sur-la-scene-judiciaire.html

      « Piss Christ » est cette photographie d’un crucifix plongé dans un fluide orangé composé d’urine et du sang de l’artiste. Une autre oeuvre « The church, Soeur Jeanne Myriam » a également été dégradée ce jour-là par le « commando » qui a menacé les employés du musée lors de cette expédition.

      Avignon : le retour de Piss Christ sur la scène judiciaire – 2
      Le Piss Christ de l’artiste américain Serrano est au centre d’une autre polémique.
      La veille, ces deux jeunes gens avaient participé, à l’appel de Civitas, une association catholique intégriste, à une manifestation avec un millier de personnes dans les rues d’Avignon, pour le retrait de l’oeuvre qu’ils jugeaient blasphématoire. Les deux mis en cause ont contesté avoir participé le lendemain au commando qui a détruit la photographie. Ces deux jeunes ont par contre admis être sympathisants du « Renouveau Français ». Ce mouvement nationaliste catholique a félicité, sur son site internet, les personnes qui « ont mis un terme à l’ignoble exposition d’une photo blasphématoire à Avignon ». Le communiqué se poursuivait ainsi : « Il est en effet temps que les catholiques et les Français conscients relèvent la tête et ne tolèrent plus les insultes les plus graves à l’encontre du catholicisme et de notre identité. Nous n’acceptons plus d’être traités ainsi, chez nous. N’en déplaise aux bobos tenants de l’art le plus débile et aux loges maçonniques, notre pays est et restera une terre chrétienne ».

      Avignon : le retour de Piss Christ sur la scène judiciaire – 2
      Le Piss Christ de l’artiste américain Serrano est au centre d’une autre polémique.
      Un premier procès a fait pschitt

      La dégradation des oeuvres d’Andrès Serrano, un artiste américain d’origine cubaine, avait suscité un véritable tollé. La Collection Lambert, représentée par Me Agnès Tricoire, s’est constituée partie civile au procès au côté d’Andrès Serrano.

      Le tribunal correctionnel d’Avignon avait dû annuler, en juillet 2012, les citations délivrées à l’encontre de quatre prévenus, dont Colin et Benjamin . Pour la défense, des imprécisions dans les citations faisaient grief à leurs clients. La défense entendant également contester la notion même de bien culturel et face à un dossier mal ficelé, le procureur de la République a opté pour une décision radicale qui simplifiait le débat pénal : il a ouvert une nouvelle information judiciaire pour dégradation.

      UNE OEUVRE ENGAGÉE ET DÉRANGEANTE
      Au terme de cette information, Colin et Benjamin ont été mis en examen et vont devoir s’expliquer cet après-midi devant le tribunal. Mais au-delà de savoir qui a commis les dégradations, la polémique est loin d’être close. Me Triomphe nous avait alors confié : « à l’audience, il y a eu un superbe rebondissement avec l’exhibition par la partie civile des deux tableaux, plusieurs mois après les faits invoqués. Ces photos auraient dû être mises sous main de justice car il est manifeste que ce ne sont plus les mêmes dégradations que celles constatées dans le dossier pénal. Elles ont traîné dans les caves du musée et ont été manipulées. On n’agit pas comme cela quand on réclame 400000 € à de jeunes smicards ».

      Bruno Hurault

    • Et dire qu’il y a des gens qui appellent ça de l’art 😀 😀 pour moi le monsieur il n’a pas la lumière à tous les étages

    • merci pour le renseignement

  3. J’pense pas que de détruire l’œuvre et avec des menaces et tout ça, soit la meilleure des façons de réagir à ce genre de provoc.

    • Daniel PIGNARD // 29 mars 2017 à 8 h 03 min //

      Heureusement, Dieu punit encore les blasphèmes :
      « Écoutez-moi, vous qui connaissez la justice, Peuple, qui as ma loi dans ton coeur! Ne craignez pas l’opprobre des hommes, Et ne tremblez pas devant leurs outrages.
      Car la teigne les dévorera comme un vêtement, Et la gerce les rongera comme de la laine; Mais ma justice durera éternellement, Et mon salut s’étendra d’âge en âge. » (Es 51 :7-8)
      « Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard? Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? » (Luc 18 :7-8)
      Vous voyez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui obtiennent justice de Dieu, mais trouvera-t-on la foi sur la terre quand le Fils de l’homme viendra ?

    • @Daniel Pignard

      autrement dit, j’pense pas que ce soit un bon témoignage de se retrouver au tribunal, jugé pour dégradation, menaces, violence, etc… On peut porter plainte pour dénoncer cela, mais attention à certaines de nos réactions. Sinon, on en arrive à des extrêmes comme Charlie Hebdo (blasphème, etc…)!!!

  4. Les journaleux de Charlie Hebdo l’on payé cher.Les nouveaux caricaturistes sont aussi responsables des émeutes musulmanes au Niger ou plus de 60 églises ont été saccagées et des pasteurs ont échappés de justesse au massacre alors que les chrétiens véritables Nigérien s’ils n’approuvent pas les meurtres contres ces journalistes, ne sont absolument pas Charlie et moi de même et ils en ont fait les frais. Au nom du droit d’expression laïcard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :