Polygamie / Un pasteur américain de 60 ans épouse une seconde femme… de 19 ans !

Un pasteur américain de 60 ans vient d’épouser une jeune fille de 19, et ce avec le consentement de sa femme de 44 ans.

Pasteur-polygame-USA-2Un trio qui va s’agrandir prochainement car la seconde épouse est d’ores et déjà enceinte.

LIRE LA SUITE…

LIRE EGALEMENT : Déjà marié, un ancien tueur à gages devenu pasteur épouse sa deuxième copine de 19 ans enceinte de lui

.

REGARDER UN REPORTAGE (ANGLAIS)



Catégories :Dérives sectaires, Famille & Education, L'Eglise, Religions, Société

Tags:, ,

53 réponses

  1. C’est un mormon ou plutôt une secte tiré du mormon car la plupart des mormons , aujourd’hui n’ont pas plusieurs épouses ??

    • En matière de polygamie, la Loi mosaïque condamnait la polyandrie et non pas la polygynie.

      Jésus n’a pas été contre la Loi et il n’a pas réformé ce point de la Loi mais par l’Esprit, l’apôtre Paul dit que l’évêque et le diacre soient mari d’une seule femme.

      Paul ne généralise pas à l’ensemble des hommes. Pas de règles spécifiques là dessus on s’en tient à la base de la Loi mosaïque et aussi au socle légal et morale de la société dans laquelle on vit.
      Dans certaines cultures du monde la morale et la loi humaine ne condamnent pas la polygynie, les hommes dans ce critère ne sont pas répréhensibles par la Loi mosaïque tandis que les cultures qui approuvent la polyandrie se retrouvent coupables au regard de la Loi mosaïque.

      En droit français, la morale et la loi humaine ne le tolère pas la polygamie, de fait tous se doivent d’obéir à la loi des hommes car cette loi n’est pas contre l’Évangile qui spécifie aussi que le mieux est d’être seul, donc une femme c’est largement suffisant.

      Ainsi, si le « pasteur » est répréhensible ce n’est pas à cause de la Loi mosaïque, ni des lois humaines de son pays mais à cause des propos de l’apôtre Paul dans l’Évangile car cet homme se dit « pasteur » donc en « charge d’évêque » sur un troupeau car il est mari de deux femmes.

    • Sauf que Jésus dit : « l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à SA femme » donc une seule , bon c’est vrai c’est Jésus qui le dit . D’autre , au commencement Dieu n’a pas créer : Eve , Ruth , Salomé etc , etc , mais juste Eve

    • Erratum : car cet homme se dit « pasteur » donc en « charge d’évêque » sur un troupeau alors qu’il est mari de deux femmes.

    • Si la Révélation de Dieu se résumait à un seul et unique verset, la Thora et l’Évangile ne serait qu’une ligne.
      Ce qui est un peu dommage c’est que la Bible ne traduise pas littéralement de la façon que vous voyez les choses en disant : « l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à une seule et unique femme »

      Jacob/Israël, Moïse, David, Salomon pour ne citer que ceux là eurent plusieurs femmes et certains une foultitudes de concubines sans que cela ne soit pour eux un péché sinon on l’aurait su de part les écrits et les jugements de Dieu contre la polygynie.

      Mais peut-être que dans votre Bible que le « SA » est donné par la Loi mosaïque qui dit « une seule et unique femme » mais dans la mienne j’ai beau tourner et retourner les pages je ne vois pas cette mention.

      La Loi mosaïque en parlant de la polygynie considère dans le cas de deux femmes mariées à un même homme que chacune est « LA » femme de cet homme.
      La première comme la seconde est « LA » femme de l’homme en polygynie.

      Comme j’ai dis plus bas c’est la Loi qui définie ce qui est péché ou pas.
      Personnellement je lis ce qui est écrit.
      Si vous me trouvez le verset spécifiant que la polygynie est péché alors vous me sauverez des Ténèbres.

      Jésus en citant le verset en question l’utilise afin de combattre la répudiation abusive chez les Juifs et pour attester du lien homme/femme dans le mariage mais il n’a jamais mis l’accent sur un critère spécifiant qu’en volonté de Dieu c’est « une seule et unique femme ».
      Il a condamné la répudiation abusive, pas la polygynie en citant ce verset.

    • Pour les mauvaise langues quoi qu’écrivant ainsi je ne suis pas un partisan de la polygynie car je crois en une chose qui est aussi Biblique :
      Que le meilleur pour l’homme est de rester seul et de ne pas se marier pour être sain de corps et d’esprit afin de servir Dieu.

      En disant cela je suis taxé d’être un coincé et en défendant l’autre aspect je suis taxé d’être un dépravé.
      Cependant je ne suis pas là pour dire ce que j’approuve ou pas mais ce que présente la Bible.

  2. Un homme qui a plusieurs femmes « légales » doit comprendre que, pour Dieu, son épouse est la première qu’il a épousée.

    • T’es trop concave Gustave !

      Deutéronome 21:

      15
      Si un homme, qui a deux femmes, aime l’une et n’aime pas l’autre, et s’il en a des fils dont le premier-né soit de la femme qu’il n’aime pas, il ne pourra point, quand il partagera son bien entre ses fils, reconnaître comme premier-né le fils de celle qu’il aime, à la place du fils de celle qu’il n’aime pas, et qui est le premier-né. Mais il reconnaîtra pour premier-né le fils de celle qu’il n’aime pas, et lui donnera sur son bien une portion double; car ce fils est les prémices de sa vigueur, le droit d’aînesse lui appartient.

      10
      Quand tu sortiras pour faire la guerre à tes ennemis et que l’Eternel ton Dieu les aura livrés entre tes mains et que tu leur feras des prisonniers, si tu vois parmi les captifs une belle femme et que tu t’éprennes d’elle et que tu veuilles la prendre pour femme, tu l’introduiras dans ta maison, elle se rasera la tête et se coupera les ongles, elle ôtera le vêtement qu’elle portait dans sa captivité, elle demeurera dans ta maison et pleurera son père et sa mère pendant un mois ; après cela tu viendras vers elle, tu seras son mari et elle sera ta femme. S’il arrive qu’elle cesse de te plaire, tu la renverras, libre de sa personne, et tu ne pourras pas la vendre pour de l’argent ; tu ne la traiteras pas comme esclave, après l’avoir eue pour femme.

      D’autre part je te rappelle qu’en tant que Panpan Jojo tu es tenu de croire que l’Eternel lui même a deux épouses, bien distinctes :

      1) L’Israël terrestre de 1948, avec qui il doit convoler de nouveau au début du millénium.
      2) L’Eglise dont les noces avec l’Agneau auront lieu dans le Ciel.

      Sois Béni, mon frère !

    • Jacob, vos interprétations extra-bibliques sont particulièrement étranges !

      Dieu n’est pas pour la polygamie. Il l’a permis, dans l’Ancien Testament, parce que leur cœur était dur, mais dans le plan initial de Dieu, ça n’y est pas. Au commencement Dieu a dit : « L’homme s’attachera à sa femme » (et non pas : « à ses femmes »). Si Dieu dit que la femme est liée à son mari tant qu’il est vivant, cela veut dire que le mari est lié à sa femme tant qu’elle est vivante, sinon, ça ouvrirait la porte à la polygamie.

      Du temps de Moïse, la polygamie était certe acceptée. C’est-à dire qu’un homme pouvait avoir plusieurs femmes. Ce n’était pas le plan parfait de Dieu, puisque Christ n’a qu’une seule Epouse. La loi permettait ces dispositions car Christ n’était pas encore venu pour installer l’alliance meilleure et parfaite. Aujourd’hui les enseignements de Jésus et des apôtres sur le mariage et sur l’adultère montrent bien que la polygamie est une abomination pour Dieu. C’est donc bien que nous sommes sous une autre loi.

    • Je n’ai rien interprété, j’ai juste cité ; à quoi bon nous faire la leçon sur la polygamie qui était autorisé dans l’A.T. mais plus dans le Nouveau, tout le monde le sait.

      Par contre vous ne pouvez pas mettre dans le même sac d’abomination la polygamie et l’homosexualité. Lorsqu’aux premiers jours de la Pentecôte des polygmames se sont convertis, Dieu ne leur a pas demandé de garder exclusivement la première femme qu’ils avaient épousée et de renvoyer les autres. La seule restriction mentionnnée dans les épîtres, est que l’évêque doit être mari d’une seule femme, commandement qui n’a de sens que si dans les églises de l’époque il pouvait y avoir encore des polygames.

      Abraham, Jacob, David etc., hommes particulièrement éminents dans l’histoire sainte ont été polygames et bénis de Dieu. Ceci nous montre bien que si pour Dieu la polygamie n’est pas selon sa volonté première, elle n’est pas une abomination, mot qui implique le dégoût, au même titre que les perversions de l’homosexualité et de la bestialité. Le changement de loi ne change pas la position du mal ou du bien, considérés en eux-mêmes, sur l’échelle du jugement de Dieu.

      Vous prétextez que Christ n’a qu’une épouse, ce qui est vrai, mais vous n’en tirez pas les conséquences : il ne peut donc avoir y deux épouses, l’une terrestre (Israël de 1948), l’autre céleste (l’Eglise pentecôtiste). Comme vous admirez sans aucun discernement tous les saints de la légende dorée panpan, qui eux-mêmes ont gobé le dispensationalisme darbyste parce que cela faisait pieux, vous croyez tout et son contraire, et vous nous bassinez avec leurs bondieuseries.

    • Jacob
      3 décembre 2015 • 19 h 04 min

      Bien sur que Jésus à deux épouses qui se préparent mais il en épousera qu’une car il n’en chéri qu’une !!!

      Se référer à l’histoire d’ Elqana 1Samuel 1

      Anne et Peninna Elqana[

      https://www.biblegateway.com/passage/?search=1+Samuel+1&version=BDS

      ***Curieusement dans cette belle histoire , vous avez les deux visages de l’épouse de Yeshoua, Elqana étant un visage du Messie.

      **Penina représente la fausse épouse qui fait plein d’œuvres (enfants) plus belle les unes que les autres, mais se sont Les œuvres de la chair .

      **Anne est stérile concernant les œuvres de la chair ( image des enfants) et supplie Dieu de lui donner « UN FILS » UN SEUL qu’elle consacrera à l’Éternel afin qu’il soit prophète de l’Éternel pour le conduire le peuple d’Israël par l’Esprit Saint . Anne est une femme de prière qui se réfère à Dieu en toutes choses.

      Et bien faites très attention à ce que dit Elqana (visage de Yeshoua) à Anne ( vraie visage de l’Épouse )

      -Le jour où Elqana offrait son sacrifice, il attribuait des parts de viande à sa femme Peninna et à tous ses enfants,

      5 et il donnait « une double part à Anne parce qu’il l’aimait » , bien que le Seigneur l’ait empêchée d’avoir des enfants.

      *****La double part de révélations !!

      Elqana lui demandait:
      —Anne, pourquoi pleures-tu? Pourquoi restes-tu sans manger? Pourquoi es-tu si malheureuse? Est-ce que je ne vaux pas mieux pour toi que dix fils?

      ******L’ Poux désire ardemment l’Épouse et la veut pour lui tout seul !!!

      De cet amour inconditionnel naîtra UN FILS, un seul fils qui sera prophète (porteur de l’onction de révélation) Et cela nous fait penser à Yeshoua !!!

      Voyez vous Yeshoua n’a qu’une épouse qu’il chérit c’est celle qui est consacrée à l’Eternel.

    • Mon frère Jacob, je voudrais de votre part un langage plus respectueux.

      Vos propos sont d’une grande ambiguïté concernant la polygamie.

      Dans le cas que vous dîtes, c’est la première femme qu’il doit conserver comme son épouse légitime pour la vie devant Dieu, qu’ils soient mariés « à l’église » ou non.

      Mais cet homme ne doit pas rejeter à la rue ses autres femmes, ainsi que les enfants qu’il aurait eus avec elles. Il cesse déjà d’avoir des relations sexuelles avec elles, mais il continue à pourvoir aux besoins matériels et financiers de ces femmes et de ces enfants, tant qu’ils ne peuvent pas le faire pour eux-mêmes. Et il doit continuer à avoir avec eux des relations d’amour dans le Seigneur.

      Un frère avait très bien expliqué, il expliquait que dans Gen. 21 Sara dit : Chasse cette servante et son fils… Cette parole déplut fort aux yeux d’Abraham, à cause de son fils. » Mais, au v. 12 : « Dieu dit à Abraham : Que cela ne déplaise pas à tes yeux, a cause de l’enfant et de ta servante. Accorde à Sara tout ce quelle te demandera, car c’est d’Isaac que sortira une postérité qui te sera propre. »

      Quand Dieu parle de Sara, Il dit : « Ta femme. » Voir Gen. 17 : 15 ; v. 19 ; chap. 18 : 9, etc… Et quand Dieu parle d’Agar, il dit : « Ta servante. » Quand Dieu parle d’Ismaël, Il dit : « l’enfant » et quand il parle d’Isaac Il dit : « ton fils. » Plus précis, dans Gen. 22 : 2 : « Prends ton fils, ton unique. » V. 12 : « Tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. » Et pourtant Abraham avait eu un autre fils, Ismaël, son fils aîné, au regard humain, Isaac n’était pas son unique, mais pour Dieu, même s’il est dit qu’Agar fut donnée pour femme à Abraham, dans la pensée de Dieu, il n’y a que Sara qui soit femme d’Abraham et Abraham n’a pour fils qu’Isaac.

      En dernière analyse, nous pouvons affirmer avec conviction et assurance qu’un homme qui a plusieurs femmes « légales » d’un point de vue juridique, doit comprendre que, pour Dieu, son épouse est la première qu’il a épousée.

    • De surcroît, je ne comprends pas votre théologie douteuse, mon frère Jacob, concernant « les deux Epouses »… !

      Je viens de remarquer que vous accorder du crédit à la doctrine qui stipule que le peuple des rachetés de l’Eternel est formé de deux branches distinctes : Israël et l’Eglise des Gentils, qui constituent en réalité deux Epouses de Yaweh.

      Mais ma Bible me dit dans Romains 11:17 « Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi, qui était un olivier sauvage, tu as été enté PARMI ELLES (et non « à leur place »), et rendu participant de la racine et de la graisse de l’olivier, 18 ne te glorifie pas aux dépens de ces branches. Si tu te glorifies, sache que ce n’est pas toi qui portes la racine, mais que c’est la racine qui te porte. »

      Mon enseignant m’a démontré bibliquement que l’appel de Dieu à tous les hommes est d’entrer dans Sa nouvelle création spirituelle en Christ, dans laquelle Juifs et Gentils deviennent de nouvelles créatures, formant l’Epouse du Seigneur. Grâce à l’alliance de Dieu avec Abraham, Israël est la racine, le peuple terrestre d’où devait sortir Celui qui allait faire de tous ceux qui croient en Lui un peuple céleste, spirituel.

      Romains 11 nous rappelle d’une part que c’est grâce à Israël que tous peuvent entrer dans ce peuple spirituel, mais que Dieu attend qu’Israël se convertisse au Seigneur, pour pouvoir être détourné de ses impiétés, et entrer lui aussi dans l’appel céleste à faire partie de la nouvelle création spirituelle. Ils ont été retranchés de leur olivier franc à cause de leur incrédulité. Par la foi dans le Messie, tous peuvent être maintenant greffés (les Gentils), ou regreffés (les Juifs) sur cet olivier.

    • Ce n’est pourtant pas ce que dit la Bible, , d’ailleurs autrement l’expression « mari d’une seule femme  » n’aurait aucun sens.

      Il n’en va pas de même pour les femmes, maiq qu’ai-je dit là ?!

    • @Samdesouce

      Vous avez assurément la même interprétation que Joseph Smith, le prophète des mormons. Il ne faut jamais isoler un seul verset dans la Bible, cela conduit à des dérives sectaires.

      Je n’ai pas envie de m’eterniser sur ce sujet ! La littérature disponible sur ce sujet est très vaste.

      Lorsque vous vous mettez à genou devant Dieu pour lui demander de vous montrer la femme de votre vie, si vous êtes rempli de l’Esprit, vous ne demanderez pas avec audace « Ô Père céleste, au nom de Jesus, montre moi mes futurs femmes, avec qui je pourrais assouvir mes délices »…

      Je ne sais pas si vous avez étudié la théologie, mais les textes grecs néo-testamentaire révèle que le mari a « sa propre » épouse [Singulier] et la femme a « son propre » mari. Ceci concernant 1 Cor. 7: 2. Ainsi le Saint-Esprit est très clairement explicite.

      Le 10 ème commandement «… Tu ne convoiteras point la femme de ton prochain [singulier] …» (Exode 20:17) suppose aussi l’idéal qu’il n’y a qu’une seule femme. Ainsi « Samdesouce », la polygamie est expressément interdit aux anciens de l’église (1 Tim 3:. 2). Et c’est pas seulement pour les anciens, parce que Paul a également écrit: «chaque homme devrait avoir sa propre femme, et que chaque femme ait son mari.» Comprenez-vous ?

      Paul, conduit par le Saint-Esprit, continue à expliquer les devoirs conjugaux en termes qui font sens avec un seul mari pour une seule femme.

      Il est intéressant de noter que certains des plus anciens saints de l’Ancien Testament, tels que Job avait une seule femme (Job 2: 9-10).

      Noé, l’homme qui a cru en Dieu (Hébreux 11: 1.) Et a construit une arche pour échapper à l’inondation dans le monde entier, a également eu une seule femme (Gen. 6:18, 8:16).

      Isaac, le fils de la promesse d’Abraham, avait une seule femme, Rebecca (Genèse 49:31). Nous découvrons également que Moïse avait une seule femme (Exode 02:21).

      N’oubliez pas que vous avez maintenant la pensée de Christ, dit la Bible ! Du moins, si vous êtes baptisé du Saint-Esprit…

    • OU simplement que l’évêque ne soit pas un homme divorcé…

    • @Robert M.
      4 décembre 2015 • 18 h 07 min

      OU simplement que l’évêque ne soit pas un homme divorcé…
      ……………….
      L’apôtre pas n’est pas crétin pour confondre « mari d’une seule femme » d’un homme divorcé.

      Soyons sérieux un brin…

  3. La place de ce pasteur est en Arabie Saoudite pour épouser encore plus de femmes .

    • Tu dit n’importe quoi mon pauvre Joseph

    • @ David,
      Ah ! bon ,donc tu veux vivre comme ce faux pasteur ,eh ! bien ,c’est facile : Accepte le religion musulmane ,et tu pourras vivre avec plus de deux cent ( 200 ) femmes comme ce Prince Saoudien .
      La religion musulmane autorise Quatre ( 04 ) Femmes ,et ce n’est pas d’n’importe quoi ,c’est une vérité .

    • @josephdekabylie

      Ce genre de personnage est capable de changer aussi bien de chemises,
      que de femmes ou que de religions,
      les disciples de Jésus Christ devraient bannir de leurs églises
      ces idolâtres de l’argent et du sexe.

    • Et surtout de jeunes femmes… La différence d’âge est énorme.

  4. Le trouple, l’inconcevable invention de notre siècle. Drôle de pasteur en tout cas.

  5. Je crois que dans les affaire de bigamies etc il y aurait beaucoup de chose à dire et il m’arrive parfois de penser que le jugement est au niveau de la convoitise …… Ce pasteur doit assumer sa position, reconnaître le cheminement d’implication, d’Amour , d’engagement . Dans l’AT , Dieu a permis d’avoir plusieurs femmes parce que le cœur de l’homme était dur mais à notre temps , pensons nous que le cœur de l’homme est un tendron?
    Chacun n’est il pas responsable de ses actes!!! Être délateur , voleur ou que sais-je , serai-ce moins grave?…………,

  6. Il y a trop de galère, les femmes cherchent à se faire entretenir puisqu’il n’y a pas de boulot.
    D’autres fuient l’autorité parentale et cherchent à se marier par tous les moyens………

    Et si un homme et une femme ne sont pas Enfants de Dieu , nés d’en haut, et sans éthique morale côté mondain, ils finissent par faire n’importe quoi. Peut-être imite-t-il Abraham qui voulait un enfant désespérément avec Sarah stérile……

    Cet homme ne l’appelons pas pasteur, appelons-le par son nom ( ..X….)

  7. C’est triste d’entendre qu’un Pasteur de 60 ans à épousé une deuxième femme âgée de 19 ans. Vous avez même le courage de l’appeler pasteur. Donnez à ce monsieur un autre titre. Dieu dit que l’homme s’attachera à sa femme et non à ses femmes. A la création, Dieu n’a pas créé l’homme et les femmes.

  8. Quelle abomination ?????

  9. Gustave, vous m’énervez passablement, mais je vais faire un effort pour vous répondre sans gueuler .
    En Exode 21:10, il est écrit :

    Si un homme prend une autre femme, il ne retranchera rien pour la première à la nourriture, au vêtement, et au droit conjugal.
    Faut-il vous faire un dessin pour vous expliquer ce que recouvre pudiquement l’euphémisme du devoir conjugal. Saint Paul dans le N. T. reprend la même image : Que le mari rende à sa femme ce qu’il lui doit.

    Par conséquent, selon l’ensemble des versets bibliques et non pas sur un verset séparé, un homme marié à deux femmes (ce qui est soit une anormalité, mais ça arrive), leur doit ce que nous savons.

    Maintenant je vais vous expliquer ce qui m’agace particulièrement chez vous. Il y a probablement dans votre empressement à limiter les décharges pour devoirs conjugaux (puisque vous trouvez de l’ambiguïté partout en voilà) de ces malheureux bigames, une bonne part de jalousie inconsciente ; mais je ne vous en blâme, pas tous les hommes sont câblés comme çà.

    Non ce qui m’irrite profondément c’est que panpan primaire, vous vous faites le chantre d’un zioniste tel John G. Lake, dont les actions douteuses sont documentées (https://en.wikipedia.org/wiki/John_G._Lake), ainsi que d’autres marioles du pentecôtisme qui TOUS enseignent comme moutons, cet article fondamental du dispensationalisme qu’il y a deux épouses de l’Éternel, l’Israël terrestre et l’Israël céleste.

    Et après vous venez nous dire ici que c’est une théologie suspecte, qu’il faut vite remplacer par celle de l’olivier !! Comme tous vos semblables panpan bêlants après le dernier panurge qui les hèle vous êtes une girouette théologique, qui tournant avec le vent de la mode brassé par les people de l’estrade, et vous voudriez enseigner ! Apprenez d’abord ce que vous croyez vraiment avant de vouloir commenter.

    • Jacob, savez-vous que la tempérance est un fruit merveilleux de l’Esprit, en francais courant « la maîtrise de soi » ? L’important n’est pas l’intellectualisme dans la marche chrétienne ! Relaxez-vous, ce n’est qu’un forum… je suis zen personnellement.

      Je ne vais pas revenir sur le sujet de la polygamie d’un point de vue néo-testamentaire, il faut éviter les discours vains et profanes. Comme je l’ai déja mentionné, la littérature disponible sur ce sujet est abondante.

      Pour revenir sur le sujet controversé dans le milieu évangélique concernant l’Israël terrestre et l’Israël céleste; les Juifs ne seront pas sauvés parce qu’ils sont Juifs, mais parce qu’ils se sont convertis au Messie Jésus! Sinon, Paul et les apôtres n’auraient pas passé tant de temps à essayer de convertir les Juifs! Paul dit même : « Frères, le voeu de mon coeur et ma prière à Dieu pour eux (les Juifs), c’est qu’ils soient sauvés. Je leur rends le témoignage qu’ils ont du zèle pour Dieu, mais sans intelligence: ne connaissant pas la justice de Dieu, et cherchant à établir leur propre justice, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu; car Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient » (Rom. 10: 1-4).

      Si Paul prie pour que les Juifs soient sauvés, c’est qu’ils ne le sont pas! Quand il ajoute plus loin qu’un jour, tous seront sauvés, c’est quand Jésus reviendra, à la fin de la Tribulation, et qu’Il Se révélera aux Juifs qui auront échappé aux massacres finaux de l’Antichrist! C’est aux Juifs que le salut en Jésus avait été offert en premier. La plupart l’ont refusé, cherchant à établir leur propre justice par la Loi, ce qui est impossible. Ils ne sont donc pas sauvés s’ils n’acceptent pas Jésus. Leur rejet de Jésus fait qu’ils ont été retranchés de l’olivier. Ils ne peuvent y être greffés à nouveau que s’ils se convertissent au Messie, tout comme les Gentils qui se sont convertis à Jésus!

      Concernant John G. Lake, il était un homme de Dieu, qui n’était évidemment pas infaillible ! Nous sommes des évangéliques et non des catholiques, nous ne croyons pas dans une infaillibilité « papale » ! L’infaillibilité est réservé uniquement à Dieu.

      N’oubliez pas de vous relaxer, ce n’est qu’un forum, hein ^^ …

    • @Gustave,

      En tant que chrétien vous ne devriez pas être Zen, mais Zélé pour la vérité, et prompt à confesser vos erreurs quand elles vous ont été montrées.

      De votre propre autorité vous avez énoncé une règle à suivre en cas de bigamie (heureusement assez rare aujourd’hui) : le mari ne doit plus coucher qu’avec sa pemière épouse, selon l’ordre de l’état civil.

      On vous fait remarquer que ceci n’est pas dans la Bible, qui demande au contraire que l’homme rende à la femme ce qu’il lui doit. Mais plutôt que de répondre simplement, « en effet je suis allé plus loin que ce qui est écrit », vous restez Zen, votre auto-satisfaction étant plus importante que la vérité.

      On vous fait remarquer que la dénomination dont vous chantez les louanges fourmille d’escrocs en tout genre, et que leur enseignement sur la question du rapport entre les Juifs et les Gentils est fausse depuis des décennies, mais plutôt que de le confesser vous restez Zen, en répétant sur un ton de docteur ce que tout chrétien qui lit l’épître aux Romains sait fort bien.

      Les Tartuffes aussi sont Zen et tempérants, tant qu’on leur rentre pas dans le lard. Mais le vrai chrétien, quand il comprend qu’il a prêché une erreur se sent triste. Quand après avoir enregistré son parler en langues on lui prouve par une analyse de sons qu’il n’y a pas là un langage, mais du charabia, il ne se réfugie dans la rengaine des « perles jetées aux pourceaux », mais il se remet en question, et il change. Zélé pour la vérité, pas Zen pour sa propre gloriole, vous comprenez la différence ?

    • @Gustave
      L’épouse de second rang satisfait ses besoins sexuels comment?

  10. Au Nom du tout Miséricordieux aimez-vous et aidez vous dans la Vérité !!! Je vous embrasse fils d’Adam!!!!

  11. C’est bien rare que je vienne sur un forum chrétien, y trouvant à chaque fois trop de gens qui s’affrontent sur des tons qui je le pense, ne doivent que modérément plaire au Seigneur… Tout ce temps passé à cela n’est pas du temps passé à « combattre le bon combat de la foi ». Vos bagarres sont nuisibles au Royaume de Dieu. Je souhaite juste réagir sur quelques points : Il est vrai que l’expression « être zen » contient un piège qui peut prouver chez celui qui l’utilise une certaine méconnaissance du monde spirituel(personnellement j’employais ces mots jusqu’à ce que je réalise qu’ils pouvaient me lier spirituellement). Quant au parler en langues « passé » à l’analyse de sons… je souhaite faire observer que s’il s’agit de langues humaines(comme c’était le cas à la Pentecôte), le principe en est acceptable, mais en aucun cas s’il s’agit d’une langue des anges. En effet peut-on juger un phénomène spirituel et angélique par une technique physique qui tente à prouver l’absence d’un langage ? Par ailleurs, quels sont les critères qui déterminent qu’un son puisse être ainsi taxé de « charabia » ?… La répétition des sons ou un effet de « mitraillage » du style « tatatatata »?… Chacun certes est libre d’en penser ce qu’il veut. Mais un jour, chacun verra aussi, quand il se trouvera devant Dieu, si son point de vue était le bon. J’ajouterai que le divin peut quelquefois s’expliquer par le physique ; mais quelquefois seulement et non dans dans l’absolu. Et 1 Co. 2,14 semble dire que les choses de l’Esprit ne sont pas jugeables par des moyens naturels. Ceci dit, il y a sûrement des parlers en langues faux ; pire, voire démoniaques, mais qui sont décelables par ceux qui ont une pratique nourrie de la vrai glossolalie.
    Pour ma part très personnelle dans ce domaine de la glossolalie, j’ai pensé moi aussi que le parler en langues que j’ai, aurait été laminé par « l’analyseur de sons »…jusqu’à ce que dans un culte, un frère qui était devant moi, m’entende parler ainsi(alors que pourtant je chuchotais), et interprète mes mots(il comprenait pour la première fois un parler en langues, car il venait sur l’instant de recevoir le don d’interprétation). Il me précisa que je disais des choses merveilleuses au Seigneur. Inutile de vous dire que je suis ressorti de l’église plutôt ravi et encouragé, promettant au Seigneur de ne plus douter de ce qu’il m’avait donné…!
    Enfin, lors d’un moment où je priai avec d’autres pour un homme qui avait des manifestations démoniaques énormes et tout à fait évidentes dans leurs caractères, l’un d’entre nous pria en langues (d’un parler peu séduisant à l’audition), ce qui provoqua une panique chez les démons qui accéléra grandement leur expulsion. Ceci pour mettre en garde quiconque parmi les chrétiens, de ne pas juger trop vite ce qui semble être un parler en langues du type charabia. Car échanger des points de vue, c’est bien. mais passer sur le terrain pour vérifier la puissance des dons que l’on a ou que d’autres ont, n’est pas mal non plus…!
    Voilà, c’était juste ma petite réflexion, qui je l’espère ne déclenchera l’ire de personne. Soyez tous bénis !

    • @Frémondeau Philippe
      4 décembre 2015 • 23 h 55 min
      Pour ma part très personnelle dans ce domaine de la glossolalie, j’ai pensé moi aussi que le parler en langues que j’ai, aurait été laminé par « l’analyseur de sons »…jusqu’à ce que dans un culte, un frère qui était devant moi, m’entende parler ainsi(alors que pourtant je chuchotais), et interprète mes mots(il comprenait pour la première fois un parler en langues, car il venait sur l’instant de recevoir le don d’interprétation). Il me précisa que je disais des choses merveilleuses au Seigneur.
      _______________
      Très beau témoignage.

      Pour ma part, je crois (je ne pense pas ou n’estime pas), je crois que tout « parler en langues » est selon l’Esprit de Dieu même chez quelqu’un qui pourrait être possédé d’un démon.
      En gros la personne parlerait en langue par son esprit et par l’Esprit de Dieu afin de triompher de l’intérieur du démon qui la possède.
      Mais parce que beaucoup ne possède pas le don d’interprétation des langues, qui est don spirituel et que Dieu a manifesté le jour de la pentecôte chez ceux qui entendaient les 120 parler en langues alors il existe une énorme confusion sur ce don.
      On pense que le langage vient du démon, alors que c’est le Saint-Esprit qui aide la personne à prier pour être délivré.

      Pour saisir ce qui est dit dans une langue de l’Esprit il faut le don d’interprétation de l’Esprit.
      Celui qui prendra traducteur humain, grands érudits linguistiques etc ne fera qu’accroitre son incrédulité et se verra confondu par l’Esprit car la langue de l’Esprit ne s’interprète que par l’Esprit.
      Aucune intelligence d’homme ne peut interpréter le don des langues et seul le don d’interprétation peut donner le sens de la langue.
      Donc cela me fait bien rire les expériences que les incrédules ont mené pour démontrer que le don des langues est une farce alors qu’ils ne possèdent pas le don d’interprétation des langues.
      Il est évident que s’ils cherchent à traduire « l’intraduisible de l’Esprit », il ne feront que pondre des chimères car on vient devant le don de Dieu comme les 7 fils de Scévas et l’on veut des miracles.
      Il leur arrive selon leur folie.
      On ne traduit pas le don des langues, il s’interprète par l’Esprit SEUL !

      ► Que celui qui veut comprendre prie pour avoir le don d’interprétation et là il verra si le parler en langue est de Dieu ou pas.

      J’insiste en Actes2, que ceux qui entendaient les 120 en langues maternelles avaient reçus le don d’interprétation par Dieu au moment du miracle de l’effusion de l’Esprit, car comment veut on qu’ils entendent en leur langue maternelle ce qui se disaient par les 120 en langues diverses.
      Ils entendaient les 120 mais dans leur langue maternelle, cela ne veut pas dire que les 120 parlaient leur langue maternelle, les 120 parlaient en langues et il est évident que ceux qui n’avaient pas reçu le don d’interprétation entendaient du « baragouinage ».

      C’est le don d’interprétation chez les uns qui leur permettait d’entendre en langue maternelle ce qui était dit par les 120 qui parlaient en de nouvelles langues.

      C’est cela le miracle de la pentecôte car il y avait les deux.
      Le parler et langue chez les uns et l’interprétation des langues chez les autres car le don d’interprétation rends la langue donnée(qui est quelconque) selon la langue maternelle ou usité.

      Visiblement on ne voit pas cela, on ne voit que le « parler en langue » mais on ne voit pas que ceux qui « comprenaient », manifestaient eux aussi un don : Le don d’interprétation.
      Preuve que Dieu peut répandre de son Esprit et de ses dons comme il veut sur qui il veut et quand il veut.

      Il n’y a pas deux parler en langues mais un seul et un unique et qui est don de Dieu.

  12. Excusez moi, j’ai oublié de préciser que moi je ne suis pas pentecôtiste, même si ce mouvement m’a tout de même bien impacté ; je suis d’origine évangélique et baptiste(25 ans de ma vie, mais j’ai évolué vers la dimension charismatique(20 autres années) ; j’ai simplement voulu être comme nos prédécesseurs de la Pentecôte d’Actes 2, me dirigeant pour ce faire, en direction des sphères spirituelles où il me semblait que cette vision était privilégiée. J’ai apprécié les églises de pentecôtes d’il y a 35 ou 40 ans, trouvant qu’elles possédaient vraiment d’Onction de l’Esprit à ce moment là, qu’elles ont perdu maintenant du moins(occasionnant des climats d’église miséreux) dans la région où j’habite et je parle d’un large rayon géographique. J’ai donc connu tous les milieux ; j’en suis heureux ; et encore plus aujourd’hui de marcher avec le Saint-Esprit, dont j’ai de plus en plus soif, pour mieux connaître le Père et le Fils…
    Bon comme je vous l’ai dit, je suis rarement sur un forum, mais quand j’y suis j’en fini plus…

  13. Si C’est La Bible Qui Lui Permet Ce N’est Pas Problemes Mais Si Ce Son Propre Sentiment Ca Ce N’est Pas Accepter Par Dieu

  14. Que l’Eternel rende la femme qui entre dans ta famille semblable à Rachel et à Léa, qui ont toutes les deux donné naissance à la communauté d’Israël! Montre ta force dans Ephrata et fais-toi un nom dans Bethléhem!

    12 Puisse la descendance que l’Eternel te donnera par cette jeune femme faire ressembler ta famille à celle de Pérets, que Tamar a donné à Juda!»
    13 Boaz épousa Ruth; elle devint sa femme et il s’unit à elle. Ruth 4:11-13
    Ce que vous avez fait est biblique.

    • Extérminer aussi les adultères, les homosexuels, les parjures, etc; c’est « biblique ».

      Mais j’ai crû qu’entre-temps « la Parole a été faite chair ». Que « La Loi est venue par Moïse, mais la Grâce et la Vérité sont venues par Jésus-Christ ».

      Vous êtes à côté de la plaque, car certes c’est biblique, mais pas néo-testamentaire.

  15. Gustave B.
    3 décembre 2015 • 19 h 29 min

    Jacob, vos interprétations extra-bibliques sont particulièrement étranges !

    Dieu n’est pas pour la polygamie. Il l’a permis, dans l’Ancien Testament, parce que leur cœur était dur, mais dans le plan initial de Dieu, ça n’y est pas. Au commencement Dieu a dit : « L’homme s’attachera à sa femme » (et non pas : « à ses femmes »). Si Dieu dit que la femme est liée à son mari tant qu’il est vivant, cela veut dire que le mari est lié à sa femme tant qu’elle est vivante, sinon, ça ouvrirait la porte à la polygamie.
    _______________
    En préambule, au départ Dieu n’a pas voulu le Péché pour l’homme, mais l’homme a péché et Dieu a composé avec.
    Au départ, Dieu n’a pas donné la chair des animaux à manger aux hommes, mais l’homme a péché et le déluge vint et Dieu donna la chair animal pour nourriture à Noé.
    Donc il y a beaucoup de choses qui n’étaient pas au départ et qui furent données car l’on était passé sous un autre régime.
    Peut-on parler forcément sous tous les plans en argumentant que c’est à cause de la dureté du cœur des hommes ?
    Je ne pense pas…car à cause du Péché beaucoup de choses du départ ont été changé par Dieu lui même qui a adapté des mesures à l’homme par à coup.

    De même, au départ, il n’existait qu’un seul couple, Adam et sa femme et si l’humanité toute entière provient d’eux seuls, il est manifeste que les autres couples établis en situation post-péché ne sont pas plus en volonté de Dieu car il n’existerait que des frères et sœurs.
    Mais Dieu s’accommode aussi à cela en faisant grâce et miséricorde et ne punit pas les unions entre « frères et sœurs » à cette époque.
    La preuve bien longtemps après la création, Abraham n’est pas coupable de prendre sa 1/2 sœur pour femme alors qu’il serait coupable s’il était né sous la Loi venue après lui.

    En effet, la Loi mosaïque venant bien longtemps plus tard met un terme à ce type d’unions, les classifiant en Péché.

    Ainsi c’est la Loi mosaïque qui donnera véritablement les premiers fondements spirituelles aux hommes.

    En matière de polygamie, il y a deux choses la polyandrie et la polygynie et les deux ne sont pas vues de la même manière par la Loi mosaïque qui est Loi spirituelle et révèle la Volonté de Dieu entre ce qui est Bien et ce qui est Mal.
    La Loi mosaïque a condamné la polyandrie mais pas la polygynie donc vous ne pouvez pas non plus classifier la polygynie en péché car la Loi ne le fait pas.

    Vous dîtes, je cite : Si Dieu dit que la femme est liée à son mari tant qu’il est vivant, cela veut dire que le mari est lié à sa femme tant qu’elle est vivante, sinon, ça ouvrirait la porte à la polygamie.

    Ce point est délicat.
    C’est vrai, en Dieu, le mari est lié à son épouse autant que l’épouse est liée à son mari tant qu’ils sont vivants, mais pas sous les mêmes critères spirituels.

    Je me positionne dans un cadre brut dans ce que montre les textes.
    Hors cas de « porneia » :
    • En Dieu, le mari est lié à son épouse car la Loi lui interdit de la répudier et lui ordonne d’en prendre soin, et l’Évangile par Paul atteste bien ce point par l’amour de l’époux envers son épouse et le soin qu’il doit lui prodiguer et le Seigneur ORDONNE que le mari ne répudie point sa femme.
    S’il répudie sa femme sans se remarier il est coupable de répudier sa femme sans motif légitime (le seul légitime c’est le porneia), s’il se remarie il commet le « moichao ».
    • En Dieu, l’épouse est liée à son époux car la Loi lui interdit de se mettre sous l’autorité d’un autre homme tant que son mari est vivant et Christ ordonne à l’épouse séparée de son mari de demeurer seule au pire ou de revenir à son mari au mieux.

    Ces deux règles montre une chose qu’il n’existe pas les mêmes droits, de l’un envers l’autre, tant que le conjoint est vivant.
    Pour l’homme :
    Il est demandé à l’homme de ne point répudier sa femme mais il n’est pas dit que l’homme ne peut pas prendre une autre épouse, s’il ne répudie pas la première.
    Donc on se retrouve dans la Loi avec la polygynie.
    Hors « porneia », ce qui est « moichao » pour l’homme c’est de répudier sa femme et d’épouser une autre mais épouser une autre femme sans répudier la première n’est pas « moichao ».

    NB :Selon l’Évangile en cas de « porneia », le retrait est laissé à la volonté du membre(homme ou femme) non chrétien alors que la Loi spécifiait que le mari juif pouvait répudier son épouse(non juive et étrangère aux alliances de la Loi) dans ces cas.

    Pour la femme :
    La polyandrie est péché.
    Il est demandé à l’épouse de ne point se mettre sous l’autorité d’un autre homme du vivant de son mari.
    Donc la femme ne peut pas répudier son mari et même sans répudiation elle ne peut se marier avec un autre homme alors que l’homme peut.
    Si elle le fait, elle commet un « moichao », ce qui n’est pas le cas de l’homme, si l’homme ne répudie point sa femme.

    Le Seigneur va plus loin, car il ordonne que l’épouse chrétienne ne se sépare même pas de son mari chrétien et si d’aventure elle est séparée, elle doit demeurer seule, c’est à dire ne pas se marier de nouveau ou se mettre avec un autre homme, elle doit se réconcilier avec son mari, c’est à dire revenir à lui.
    Or si la femme est séparée de son mari de par sa propre volonté, l’homme ne l’ayant pas répudiée pouvait prendre une autre épouse et il ne serait pas coupable.

    Voyez vous, ce n’est pas si évident de parler de ces choses et de faire une généralité si on ne comprends pas ces règles basiques de l’Écriture.

    • WOW!

      « Le Seigneur va plus loin, car il ordonne que l’épouse chrétienne ne se sépare même pas de son mari chrétien et si d’aventure elle est séparée, elle doit demeurer seule, c’est à dire ne pas se marier de nouveau ou se mettre avec un autre homme, elle doit se réconcilier avec son mari, c’est à dire revenir à lui. »

      Donc dans le cas de figure ou une femme est violentée par son mari et qu’elle choisit de se séparer de lui ou de le fuir elle doit rester seule ou chercher a revenir vers lui sans autre possibilité?
      Pourquoi celle qui a subit l’outrage devrait t-elle faire le pas de la réconciliation si elle n’est pas coupable?

      « Or si la femme est séparée de son mari de par sa propre volonté, l’homme ne l’ayant pas répudiée pouvait prendre une autre épouse et il ne serait pas coupable »

      Et donc si cette même femme violentée quitte son mari afin de sauver sa vie ou sa santé mentale son conjoint lui peut s’en chercher une autre sans être coupable envers elle puisqu’il ne l’a pas répudiée et qu’elle n’a pas fait l’effort de la réconciliation?

      On peut comprendre dans ces conditions que les hommes Juifs orthodoxes puissent louer Dieu chaque matin de ne pas les avoir fait femme!

    • Robert vous m’enlevez les mots de la bouche (et même les phrases). Si j’acceptais tout ce que j’entends sur ce forum, je déclarerai que Dieu est INJUSTE!!! Heureusement que , si j’écoute beaucoup, je n’avalise tout.

    • @Robert M.
      7 décembre 2015 • 10 h 44 min
      ________________
      Qu’ai je écris ?
      J’ai dis : Je me positionne dans un cadre brut dans ce que montre les textes.
      Hors cas de « porneia »

      Donc je circonscris mon intervention au cadre de ce qui est écrit sans aller dans des considérations de cas particuliers.
      Donc si vous avez un problème avec ce texte des Écritures où le Seigneur ORDONNE sachez que je ne discute pas avec les contestataires auprès du Seigneur.
      J’expose non pas ma pensée mais la pensée du Seigneur selon qu’il est écrit :

      Je dis : « En Dieu c’est à dire mariage dans le Seigneur et selon Dieu sous l’autorité de l’Évangile ».
      En disant en Christ ou dans le Seigneur, je parle de couples chrétiens et mariés dans le Seigneur. Les couples du Monde c’est une juridiction autre que l’Évangile.

      1 Cor.7:
      10 A ceux qui sont mariés, j’ordonne, non pas moi, mais le Seigneur, que la femme ne se sépare point de son mari
      11 si elle est séparée, qu’elle demeure sans se marier ou qu’elle se réconcilie avec son mari, et que le mari ne répudie point sa femme.

      Montrez moi dans le texte où se situe la femme violentée par son mari svp !
      Pourtant elle est bien là aussi mais l’aveugle ne le verra jamais.

      Mais je vais vous répondre car je suis voyant(non aveugle) :
      Puisque vous parlez d’un cas particulier, sachez en effet que même en cas de femme violentée et séparée, elle est toujours sous l’autorité de son mari car dans le Seigneur ce qui met un terme au lien marital homme/femme c’est :
      1) La mort d’un des conjoints
      2) Le mariage est  » porneia  »

      De sorte que, sauf cas de « porneia », même en cas de divorce (séparation de la femme) pour motif de violences conjugales d’un mari envers son épouse par exemple, le lien (Dieu a joint) subsiste qu’on le veuille ou pas et quelque soit les motifs de la séparation.

      Ainsi en effet la seule solution pour une femme subissant violence en son mariage c’est la séparation mais le remariage devient impossible !
      Selon les textes, si la femme séparée (pour cause de violence de son époux) se remarie avec un autre homme du vivant de son « ex époux », elle commet le « moichao » car en Christ, la femme est liée à son mari tant que ce dernier est vivant.

      Vous n’êtes pas d’accord avec cette dernière parole ?…

      Ben, les disciples avant vous avaient parfaitement compris les choses ils disaient
      Matthieu 19:10 Ses disciples lui dirent : Si telle est la condition de l’homme à l’égard de la femme, il n’est pas avantageux de se marier.

      Car eux avait parfaitement compris qu’absolument RIEN ne brisait le lien marital et que seule la mort mettait un terme au lien.
      • Ils avaient compris qu’ils ne pouvaient pas répudier leur femme et que si ils le faisaient, ils commettaient un péché, savoir la répudiation. Car la répudiation hors « porneia » est péché.
      • Ils avaient tous compris que si ils répudiaient leur épouse et en épousaient une autre qu’ils commettaient un « moichao »
      • Ils avaient tous compris qu’ils ne pouvaient pas  » séparer ce que Dieu a joint  » !
      – Êtes vous plus averti que les apôtres avant vous ?
      – Êtes plus plus fort que Dieu qui joint et qui dit que ce lien en peut être détruit sauf par la mort d’un des époux ?

      Donc quelque soit le motif de séparation de la femme, elle demeure liée à son mari tant qu’il est vivant.

      Si vous avez un antagonisme avec cette parole alors vous vous déclinez en contestataire d’un ORDRE du Seigneur.

      Sinon démontrez moi Bible en main le contraire.

    • Shor?

      Ne montez donc pas si promptement sur vos grands chevaux théologiques, une règle générale doit aborder les exceptions possibles ou les cas particuliers , la question est : pourquoi l’homme dans le cas ou sa femme le quitterait volontairement (précisément le fuirait pour sauver sa vie à cause de violences conjugales à répétition) pourrait se remarier alors que sa femme ne le pourrait pas de son côté et serait « condamnée » a rester seule tant qu’il vit (comme une double peine)? Pourquoi Est-ce à la femme de rechercher la réconciliation si le mari est fautif dans ce cas de figure?
      Un mari qui violente son épouse ou les femmes n’est-il pas un homme dangereux qui ne devrait pas chercher à se remarier du moins jusqu’à ce qu’il soit libéré de cette violence?

      La loi est une chose mais l’Esprit de la Loi en est une autre, ainsi dans le discours de Jésus sur le divorce et le remariage nous voyons bien en effet que les hommes ont abusés de leur toute puissance sur leurs femmes depuis toujours et que même les disciples de Jésus considèrent que les contraintes qu’exige le mariage ne sont pas avantageuses pour eux. Pourquoi la femme serait elle liée à vie à un homme mauvais sans espoir de remariage de son vivant alors que cet homme lui ne serait pas lié à vie à une femme qui aurait choisie de fuir sa méchanceté et pourrait prendre une autre femme sans se rendre coupable?

      Dans ce cas de figure qui est le plus coupable? et qu’est ce qui dans la Bible explique que ce qui est refusé à la femme est accordé à l’homme…si ce n’est « PARCE QUE! ».

      Je soulève la question car elle interroge la Justice comme le Seigneur a mis en évidence l’injustice faites aux femmes depuis des générations par les hommes.

    • @Robert M.
      9 décembre 2015 • 20 h 16 min
      la question est : pourquoi l’homme dans le cas ou sa femme le quitterait volontairement (précisément le fuirait pour sauver sa vie à cause de violences conjugales à répétition) pourrait se remarier alors que sa femme ne le pourrait pas de son côté et serait « condamnée » a rester seule tant qu’il vit (comme une double peine)? Pourquoi Est-ce à la femme de rechercher la réconciliation si le mari est fautif dans ce cas de figure?
      Un mari qui violente son épouse ou les femmes n’est-il pas un homme dangereux qui ne devrait pas chercher à se remarier du moins jusqu’à ce qu’il soit libéré de cette violence?
      _______________________
      Vous ne posez pas une seule question mais plusieurs et j’ignore de quel type de mariage vous parlez.
      Est ce de mariage chrétien ou païen ?
      Où vous situez vous : Dans le royaume de Dieu ou dans le Monde ?

      Pour ce qui est des mariages du monde, cela ne nous regarde pas.
      Le Monde fait ce qu’il veut et comme il veut selon les lois du Monde.
      Ils sont libres hommes ou femmes de se marier, de divorcer, se remarier, re redivorcer etc….
      C’est leur affaire.
      Ils ne sont pas soumis au Seigneur, ni à l’Évangile, ils sont « enfants de colère » donc je ne juge pas de leur mariage.

      Par contre concernant le Royaume de Dieu c’est différent et là je dois juger car ce qui légifère les membres du royaume de Dieu entre eux c’est l’Évangile ou encore la loi de Dieu.
      De sorte que Celui qui ordonne en 1Cor7:10-11 c’est le Seigneur et ce que le Seigneur ordonne est loi sur son peuple.

      Votre question :
      pourquoi l’homme dans le cas ou sa femme le quitterait volontairement (précisément le fuirait pour sauver sa vie à cause de violences conjugales à répétition) pourrait se remarier alors que sa femme ne le pourrait pas de son côté et serait « condamnée » a rester seule tant qu’il vit (comme une double peine)?

      On se situe dans le Royaume de Dieu, le mari chrétien est violent avec sa femme chrétienne.
      La parole de Dieu montre que la femme peut se séparer mais si elle se sépare elle ne peut se remarier sans commettre un péché.

      Pourquoi ?
      Pour deux raisons liées.
      1) L’indissolubilité du lien du mariage chrétien (ou en Dieu ou en Christ ou dans le Seigneur)
      2) Parce que l’homme est le chef de la femme(1Cor.11:3) et que dans le mariage l’époux est l’autorité de l’épouse et que le Seigneur ne permets pas à l’épouse d’avoir sur elle « deux têtes/chefs » mais un seul et unique chef(son mari) car il est aussi écrit : « Que l’épouse soit soumise à son mari comme au Seigneur ».

      Quand l’épouse chrétienne prends époux chrétien elle dit par là : « Je place sur moi cet homme en autorité(tête) jusqu’à ce que mort nous sépare. »

      De sorte que le Seigneur ordonne que la femme demeure seule en cas de séparation, car elle ne peut se remarier sans enfreindre « la loi de la soumission » (qui veut dire je place par mon mariage cette tête sur moi jusqu’à ce que mort me l’enlève).

      Or le lien est indissoluble(sauf décès de l’époux) et à cause du lien elle ne peut pas se marier sans être coupable envers son alliance, sa tête.
      Si la femme ne peut revenir à son époux et si elle se marie elle sera « moichao ».
      Que faire ?…Rester seule.
      Elle ne veut pas rester seule, c’est son choix mais elle commet un « moichao » malgré tout.
      Elle ne peut pas rester seule, ce sera malgré tout « moichao » si elle se remarie du vivant de son époux.
      Que reste t-il ?
      Nabal mourut, Abigaïl fut libre…
      La mort seule de l’époux violent brisera le lien marital qui fait que la femme sera déliée de lui.

      Mais si le mari ne meurt pas et est toujours violent, le mieux est de se livrer au « moichao » ou de rester seule ?
      A chacun de savoir, c’est pourquoi les disciples dirent : Si telle est la condition de l’homme à l’égard de la femme, il n’est pas avantageux de se marier.
      Et cela vaut autant pour la femme !

      C’est une règle spirituelle et je n’y peux rien, ce n’est pas moi qui l’ai inventé, elle est de Dieu car la femme a été tiré de l’homme.
      A cause de cela vient cette loi, je n’y peux rien, c’est pas de ma faute, ni de celle de l’homme ou de la femme.
      C’est ainsi !
      C’est comme si vous me demandiez mais pourquoi le soleil brille plus fort dans le ciel que la lune.
      Alors pourquoi ?
      Parce que Dieu a fait les choses ainsi, de sorte qu’on le veuille ou pas c’est comme ça.
      La lune ne brillera pas plus fort que le soleil un point c’est tout.

      Si la femme avait été crée avant l’homme, l’autorité de l’homme aurait été la femme et l’homme devrait se soumettre à la femme.
      Mais ce n’est pas le cas, l’Écriture ne légifère pas la femme en autorité sur l’homme mais l’homme en autorité sur la femme à cause du rang de création de l’un vis à vis de l’autre.
      Et cela vient de Dieu !
      Je ne suis pas Dieu mais homme et ma seule force est de plier ma volonté à sa volonté…A part cela je ne suis rien …

      Concernant le mariage chrétien, et cela je l’ai toujours dit, on n’avertit pas les chrétiens assez sur leur responsabilité face au Mariage.
      Quand deux chrétiens se lient par Mariage, le LIEN est indissoluble, ils sont joint par Dieu en indissolubilité jusqu’à ce que mort sépare l’un de l’autre.
      Si on est pas en accord sur cette parole alors que personne ne se marrie mais si l’on se marrie alors que chacun sache que le lien est indissoluble.

      De sorte qu’en cas de problème de couple un mari ne peut répudier sa femme.
      Si la femme se retrouve adultère, il ne peut la répudier car tel est l’ordre du Seigneur car c’est sa femme.
      Jésus a dit « que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a joint ».
      Le seul motif pour lequel un mariage est caduque c’est si un membre du Royaume de Dieu épouse un membre du Monde.
      Dans ce cas seul le mariage est caduque car il est « porneia ».

      Mais tout autre cas de péché ne brise pas le lien marital, que l’homme ou que la femme ait tord ou raison et que leur faute soit péché ou pas ou que l’homme et la femme se soient séparés.
      RIEN, je dis bien RIEN ne brise un lien marital sauf la mort d’un des deux ou des deux.
      Si l’épouse chrétienne pèche et que le mari chrétien la répudie, le lien marital subsiste malgré tout !
      Le mari chrétien commet un péché de répudier son épouse chrétienne qu’on le veuille ou pas.
      Et si le mari chrétien se remarie avec une chrétienne en ayant répudié son épouse chrétienne, car elle a péché, alors il commet le « moichao » envers elle, un péché encore plus grave.

      L’ordre du Seigneur est que le mari chrétien ne peut pas répudier sa femme chrétienne avec laquelle il est marié dans le Seigneur et cela qu’importe le motif.

      C’est dure à entendre ça !
      Oui c’est dure, c’est une parole difficile à entendre car c’est raide comme le roc, ça va brise et ça vous scie, ça vous mange de l’intérieur et vous brise en milles morceaux.

      Pourquoi cette parole est vraie ?
      Parce que Dieu le fait pour son peuple qu’il aime.
      Il a choisi Israël et elle(Oholiba) s’est prostituée, fut idolâtre, meurtrière etc. Dieu l’a jugé(car il est juge) mais non pas rejeté car il a envoyé Christ pour son rachat au prix de son Sang.
      Or la Bible demande aux époux Chrétiens d’aimer leur épouse chrétienne COMME Christ a aimé l’Église(Eph.5:25-29).
      « COMME » c’est écrit dans la Bible…c’est à dire « de la même manière que »
      Donc si dans un mariage chrétien, une épouse chrétienne est adultère etc. le mari chrétien ne peut la répudier et s’il la répudie, il commet un péché car il n’obéit pas à l’Évangile et n’agit pas comme Christ qui pour Israël Adultère a donné sa Vie et a pardonné pour continuer avec.

      Ainsi, que le mari chrétien le veuille ou pas, l’un est lié à l’autre par le mariage, le lien subsiste jusqu’à ce que mort sépare et le Seigneur ORDONNE :
      Que le mari ne répudie point sa femme !
      Donc un mari chrétien ne peut répudier sa femme chrétienne quelque soit le péché de sa femme.

      Or si le mari chrétien ne peut supporter l’adultère de sa femme et la répudie, il sera « moichao » s’il se remarie, qu’il le veuille ou pas.
      S’il veut se remarier, c’est son choix mais il commet un « moichao »
      S’il ne peut se contenir et prends une une autre épouse, il commet quand bien même un « moichao »
      Que faire ? ..Pardonner à son épouse et revenir à elle.
      Il ne veut/peut pas revenir alors il faut choisir soit le « moichao » ou rester seul car il a répudié sa femme.

      La femme est adultère, le mari divorce(répudie) il ne peut se remarier sans être « moichao ».
      Solution : qu’il reste seul s’il ne veut aucune réconciliation.

      Voyez vous ce n’est pas que pour la femme que c’est dure et terrible mais aussi pour l’homme car il y a un commandement du Seigneur.

      Ainsi pour les DEUX c’est terrible et c’est pour cela que je dis :
      « Hommes, femmes ne vous précipitez pas au mariage tant que vous n’avez pas pesé véritablement ce qui est écrit concernant le mariage.
      Vous êtes dans le mariage en Christ, liés à VIE et jusqu’à ce que mort vous sépare. »

      La femme chrétienne fut/est adultère, que peut faire le mari chrétien ?
      Il peut encore pardonner à son épouse, il doit revenir à sa femme, car elle est sa femme même si elle a été adultère.
      « Seigneur COMBIEN de fois dois je pardonner si ma femme… »
      Ta femme est ta propre chair, c’est ton propre membre, si tu dois pardonner à ton frère qui n’est pas ton propre membre(Une seule chair avec toi) à plus forte raison tu dois pardonner à ta propre chair, TA femme !
      La réponse a été donné à Pierre : « Septante fois sept fois …et beaucoup plus car c’est TA femme, TA propre chair. »

      J’arrête là.

      Bien à vous !

      Ps : j’ai choisi volontairement le péché de la femme pour inverser les rôles et montrer que ce n’est pas une question de domination de l’homme sur la femme mais bien une question de lois spirituelles et d’ordres du Seigneur.

      Ps2 : il peut avoir des imperfections…je me relirai plus tard.

    • IL est bon de mettre le choses a plat pour éclaircir, en effet les exigences liées au mariage sont assez effrayantes pour qui ne veut pas d’un amour sacrificiel: « comme le Christ a aimé l’Eglise…  »
      Le doute pesait sur le fait que l’homme SEMBLAIT avoir seul la possibilité de se remarier si sa femme le quittait volontairement et ce sans se rendre coupable vis a vis d’elle ou de Dieu, vous dissipez ce malentendu, les conjoints sont liés par les mêmes contraintes et exposés aux mêmes conséquences devant Dieu donc.
      Combien auraient du rester seul quand on considère cependant les terribles dégâts du divorce dans nos milieux évangéliques si prompts pourtant a encourager au mariage?

    • @Robert M.
      10 décembre 2015 • 22 h 47 min
      ____________
      Ceci dit, je n’ai pas développé tous les cas possibles et j’ai écris ainsi précédemment afin d’enlever toutes les excuses disant que les pensées émises sont misogynes ou contre la femme car à la vérité c’est la Bible qui définie les bases et les fondements, pas moi.

      Il y a une chose qui est fondement :
      Dans l’ordre de la création qui est un ordre universel : L’homme est le chef de la femme.
      Ce n’est pas moi qui le dit, c’est la Bible qui le dit.

      Dans le CADRE CHRÉTIEN :
      Parce que l’homme est le chef de la femme, dans le couple chrétien(deux chrétiens, homme femme, qui se marient en Christ) l’époux est le chef de son épouse et l’épouse à cause de l’Évangile est sous l’autorité de son mari tant qu’il est vivant.
      Le mari chrétien est lié à l’obligation de ne point répudier son épouse(quelque soit le motif), mais il n’est pas sous l’autorité de son épouse, c’est à dire que l’épouse n’est pas sa tête.

      Même si dans le foyer chrétien, c’est l’épouse qui porte la culotte comme on dit, l’époux reste spirituellement chef de son épouse.
      Les affaires internes du foyer chrétien ne dérogeront pas à cette règle.
      Le mari peut être l’homme du foyer qui cuisine, s’occupe des enfants, fait le ménage, la lessive, le repassage, le jardin etc. et la femme celle qui travaille et amène les sous, roule Mercédès/BMW/Jaguar ou Dacia à son nom, et qui mène sa maison en « dame de fer » à la Margareth Thatcher ou à la Abigaïl ou femme vertueuse, cela ne change rien aux lois divines que L’homme est le chef de la femme.

      Que la femme soit plus avisée dans le foyer ou pas, qu’elle soit plus spirituelle dans le foyer ou pas, qu’elle soit celle qui donne les meilleurs conseils ou pas, cela ne change rien au fait qu’elle ne sera JAMAIS tête de l’homme.
      Que l’homme soit le larbin ou pas, celui qui écoute sa femme et la respecte etc…
      …Que la femme soit agréable ou douce envers son mari ou pas, cela ne changera JAMAIS la loi qu’elle est sous l’autorité spirituelle de son mari et que son mari est sa tête.
      Qu’elle prenne les rennes du foyer et mène le foyer avec une dextérité et Sagesse extraordinaire et exemplaire, au point ou le mari est inexistant, cela ne changera rien au fait que spirituellement elle est sous l’autorité de son mari et son mari est sa tête tant qu’il est vivant.

      Et tant que ce mari là est vivant elle ne peut pas se remarier avec quelque soit l’homme et quelque soit les cas possibles de séparation du couple, qu’elle soit remplie de l’Esprit de Dieu ou pas.

      ► Pour la femme, être liée à son époux par l’Évangile tant qu’il est vivant, cela veut dire que la femme ne peut avoir sur elle un autre époux que celui avec lequel elle s’est mariée dans le Seigneur.
      ► Pour l’homme être lié à son épouse c’est être lié à l’obligation de ne jamais la répudier quelque soit le motif.

      De sorte que, quelque soit le problème du couple chrétien la femme chrétienne divorcée ne peut pas se remarier tant que son précédent mari est vivant sans être « moichao » et cela que le mari soit en tort ou en raison, qu’il soit toujours en Christ ou pas lors de la séparation.
      Si elle se marie du vivant de son époux, qu’importe le motif, elle sera « moichao ».

      Prenons un cas simple en continuation du premier :
      Si la chrétienne adultère répudie son époux, car elle demande le divorce et elle engage elle même la procédure de divorce.
      Le mari pardonne mais la femme ne veut pas rester, elle veut partir.
      Elle est libre de partir, c’est à dire de se séparer de son mari.
      Mais comme elle répudie son mari (divorce engagée par elle), alors elle commet un péché, la répudiation.

      Dans un tel cas, si le mari est vivant, la femme ne peut plus se remarier sans être « moichao » car son premier mari est sa tête et il le reste jusqu’à ce que la mort brise le lien.
      Si la femme se remarie, car la loi française le lui permet, elle sera « moichao ».
      Si le premier mari meurt, alors elle est libre de se remarier puisque la loi française le permet, même si elle est en tord précédemment d’avoir répudiée son mari.
      Le lien entre elle et son premier mari est rompu à cause de la mort de l’époux, elle ne sera plus « moichao » si elle se remarie.

      Par contre, dans ce cas ou la femme a répudié son mari, à cause de la loi française qui le permet suite à un divorce, le mari peut se remarier car il n’a pas répudié(en son cœur et par engagement d’un divorce) son épouse et comme la femme n’est pas sa tête, il peut refaire sa vie avec une autre épouse.
      Dans ce cas, l’homme n’est pas « moichao » car il n’a pas répudié son épouse, mais comme la femme est partie et l’a répudié, il était libre de rester seul ou se remarier(prendre une autre épouse).
      Si la première femme revient à lui, la loi française n’autorisant pas la polygynie, cette femme ne peut revenir de corps avec lui.
      L’homme restera avec sa seconde épouse et ne sera pas pécheur, ne pourra pas revenir de corps avec sa première épouse qui est bien son épouse mais qu’il ne peut pas plus recevoir en son foyer ou comme une « épouse normale », mais il peut s’engager, par miséricorde et devoir, à en prendre soin selon ses moyens, aide financière et matérielles etc.(hors cas de relations sexuelles, sentimentales etc.).

      Spirituellement, la première épouse, reste épouse à vie quelque soit le problème même s’il y a séparation de corps et remariage derrière.

      Dans ce cas précédent, l’homme ne pèche pas en « moichao », car il est « tête » de la femme et la femme est son membre de sorte que la tête a plusieurs membres cela est d’ordre naturel.
      Mais le corps n’a pas deux têtes et cela n’est pas naturel.
      Selon l’ordre de Dieu, la tête peut avoir plusieurs membres mais pas le corps.
      De sorte que l’homme peut être en polygynie et cela n’est pas péché(dans le cas ou il n’a pas répudié sa femme) mais la femme(quelque soit les situations) ne peut pas avoir deux têtes car c’est péché. La polyandrie est péché même si la femme ne vit pas de corps avec le premier mari et même si ce mari est en tord.

      Allons plus loin par un autre exemple.(Ici je vais choquer les consciences)
      Un couple chrétien se sépare du fait du mari.
      Le mari est infidèle et/ou violent, ne porte aucune attention à son épouse chrétienne et il répudie sa femme chrétienne non coupable de quoi que ce soit.
      Il répudie sa femme en engageant le divorce, c’est cela la répudiation si l’on veut le voir selon le droit français, c’est le divorce engagé par l’une des parties.
      La partie qui engage le divorce est la partie qui répudie.
      La femme signe les papiers (dans de tels cas c’est peut-être le mieux à faire à cause des pressions et des obligations) de divorce.

      Le couple est séparé mais le lien spirituel demeure autant pour l’homme que pour la femme.
      – L’homme a répudié, il est coupable de répudiation.
      – Il est infidèle en plus
      – S’il se remarie avec l’autre femme, il commet un « moichao » à cause de sa précédente épouse car il l’a répudié.

      ► Question capitale : La femme chrétienne répudiée et « non coupable » en son mariage peut-elle ici se remarier ?
      Oui elle peut se remarier mais elle commettra le « moichao » si son mari est encore vivant, car la femme est liée(sous l’autorité, une tête) à son mari tant qu’il est vivant.
      Si son mari est mort, dans ce cas elle est libre de se remarier dans le Seigneur (et ne sera pas « moichao ») ou encore de rester seule.

      Et c’est ici la différence de la loi entre l’homme et la femme.
      L’homme est le chef de la femme mais l’inverse n’est pas vrai, de sorte qu’on se retrouve dans des cas de figures très particuliers où l’on ne peut pas gérer les choses par généralité et de la même manière.
      On est obligé d’examiner les choses au cas par cas tout en sachant que c’est l’homme le chef de la femme et non pas l’inverse.

      Question :
      La situation de la femme est-elle moins enviable que celle de l’homme ?
      Si on considère le fait que même non coupable, elle ne peut pas se remarier du vivant de son mari sans être « moichao », je réponds :
      OUI, sa situation est moins enviable !
      Car dans le cas où sa responsabilité n’est pas engagée ce qui est permis par la Loi divine à l’homme
      ne lui est pas permis.
      Il y a un cas ou en effet elle se retrouve « moichao » sans que l’homme ne le soit.

      Le débat peut aller dans le sens où c’est moi qui interprète ainsi les choses, ou encore que Paul est un misogyne, ou que la parole est obsolète aujourd’hui et propre à un temps etc…
      On connait la chanson !
      Mais l’on peut retourner le problème dans tous les sens l’on ne va JAMAIS enlever cette parole :
      L’homme est le chef de la femme.
      Mépriser ce fondement c’est aller dans le mauvais sens, on est obligé de partir de ce fondement là !

      Moi même j’ai pris beaucoup de temps à saisir ces choses et j’ai encore plus de mal à l’écrire pour tenter d’exprimer une approche tant c’est délicat car chaque mot pèse.

      Cependant ce n’est pas nous qui avons fait les LOIS de la création c’est Dieu et qu’on le veuille ou pas il y a toujours un chef et un soumis à l’autorité de ce chef.
      Concernant l’ordre de la création et le rang de chacun, Dieu a défini que c’est l’homme le chef de la femme et non l’inverse.

      Et en cela, l’on n’y peut rien, on s’y soumet tous.

      Ps : s’il y a des imperfections ou incompréhensions, je porterais des précisions.

  16. « Un pasteur américain de 60 ans vient d’épouser une jeune fille de 19, et ce avec le
    consentement de sa femme de 44 ans. » 60 piges le bonhomme et en pleine forme
    physique!(sic) Pour ce qui concerne la forme spirituelle, reste à savoir?
    Pour tuer le temps comme il peut, il ne faudrait pas qu’il se tua à la tâche, car malgré
    tout, cela fait un peu tâche😦 Un simple avertissement: la breloque vous croyez qu’elle
    va tenir: le rythme?😯 Sinon, il va falloir trouver une « horloge » de substitution: en cas
    de panne irrémédiable,😡 vous avez dit: diable! diable!!! Le diable, celui-là n’aurait-il pas
    son mot à dire dans cette affaire?

    En tant que partenaire, religieux de religion, ne serais-se pas: en bon « chrétien » de partager
    avec les ceux qui n’ont rien à se mettre sous la dent!😉 L’égoïsme, c’est pas glop!!!
    Je pourrai même dire: c’est un flop! 19 ans c’est l’âge de la plus jeune de mes petites filles♥
    Avec un vieux birbe ventripotent, comme celui là, j’ai honte pour lui: Beurk! Beurk!

  17. Le Dieu juste et équitable fait des différences de traitement entre les sexes ! Il est moins psychologue que je ne le pensais ; j’étais certaine qu’il savait que le sentiment amoureux est ressenti comme devant être exclusif et ce par la toute jeune fille qui rêve de son prince charmant, que la trahison est une blessure du coeur qui peut amener à commettre l’irréparable. Beaucup d’hommes d’ailleurs commettent l’irréparable, tant la blessure est grande. Lui qui recommande de faire au prochain ce qu’il aimerait lui même que l’on fasse pour lui, Il nous embrouille, puisque le prochain (la femme) n’a pas le droit de rendre la pareille et que lui ne désire pas qu’on le trahisse. Compliqué, compliqué ! Et le conseil aux Ephésiens devient ; « maris, aimez chacun chacune de vos femmes comme Le Christ a aimé l’Eglise… » et aussi les deux deviendront une seule chair doit se comprendre avec chaque femme. Mon Dieu, que c’est compliqué et dur ce que tu as prévu pour tes filles ! Trop dur…

    Vous avez le coeur dur ! ça continue, quoi ! Peut-être une conséquence de l’obstination à tordre le sens de « il n’y a plus ni homme ni femme », va savoir… C’est sûr que c’est virilement plus rassurant et avantageux de le comprendre comme l’expression du salut décliné en trois dimensions qu’autrement. Les apôtres auraient dû en profiter alors et ne pas se contenter d’emmener une soeur qui soit leur épouse ; mais non, suis-je bête, chacune étant une épouse, une seule par voyage : ça marche, ça roule, c’est la fête !

  18. Le Dieu juste et équitable fait des différences de traitement entre les sexes ! Il est moins psychologue que je ne le pensais ; j’étais certaine qu’il savait que le sentiment amoureux est ressenti comme devant être exclusif et ce par la toute jeune fille qui rêve de son prince charmant, que la trahison est une blessure du coeur qui peut amener à commettre l’irréparable. Beaucoup d’hommes d’ailleurs commettent l’irréparable, tant la blessure est grande. Et le conseil aux Ephésiens devient ; « maris, aimez chacun chacune de vos femmes comme Le Christ a aimé l’Eglise… » et aussi les deux deviendront une seule chair doit se comprendre avec chaque femme. Mon Dieu, que c’est compliqué et dur ce que tu as prévu pour tes filles ! Trop dur… Fallait anticiper, quand tu as créé la femme.

    Vous avez le coeur dur ! ça continue, quoi ! Peut-être une conséquence de l’obstination à tordre le sens de « il n’y a plus ni homme ni femme », va savoir… C’est sûr que c’est virilement plus rassurant et avantageux de le comprendre comme l’expression du salut décliné en trois dimensions qu’autrement. Les apôtres auraient dû en profiter alors et ne pas se contenter d’emmener une soeur qui soit leur épouse ; mais non, suis-je bête, chacune étant une épouse, une seule par voyage : ça marche, ça roule, c’est la fête !

    • Chris,

      Dans l’absolu, vous avez raison : les crimes du cœur sont odieux, et la plupart du temps irréparables ici-bas, qu’ils aient été commis envers une femme ou envers un homme.

      Mais dans le relatif, à la femme et à l’homme, vous avez un peu tort ; car il existe des différences marquées entre les deux genres, qui conjuguées avec notre nature pécheresse commune, se traduisent par des monstruosités spécifiques à chacun d’eux.

      Ainsi il n’est pas infréquent que dans la tête d’une femme célibataire, mise en présence du bonheur affiché par un couple déjà formé, la petite moulinette suivante se mette à tourner :

      Ce bonhomme a déjà su trouver une femme, il semble s’entendre avec elle, et elle avec lui, ce qui prouve 1) que sa virilité ne doit pas être un si mauvais coup que çà ; 2) qu’il a une certaine notion des responsabilités et de la fidélité, qui aujourd’hui, ne court pas les rues. Plutôt que d’essayer de casser un mariage heureux, pourquoi ne pas m’y immerger ? ce que celle-ci a, je peux très bien l’avoir aussi !

      Un nombre suffisant de tours de manivelle plus tard, il arrive que la propriétaire de la moulinette croit de bonne foi être tombée amoureuse du beau mâle ventripotent, et déjà pourvu.

      Claude Njike Bergeret, la reine blanche, est un cas d’école classique d’une femme ayant volontairement choisi d’épouser un mari polygame. Voici un lien internet au hasard, mais vous en trouverez plein d’autres, qui vous permettront de prendre conscience d’une anomalie propre à la psychologie féminine souvent ignorée. (Les hommes ayant bien sûr aussi la leur qui entre en jeu dans le désir d’une relation polygame.)

      http://ntrjack.mondoblog.org/2011/03/04/la-reine-blanche/

    • C’est oublier que le genre humain est appelé a passer par la croix pour paralyser la puissance de la chair qui lui inspire de tels desirs et de telles pensees, en l ‘ occurence la convoitise. L’ elan de la nature pécheresse est certes puissant chez la femme comme chez l’ homme avec ses spécificités mais la Mort de Jesus-Christ en nous est plus puissante.
      Ou alors le combat est perdu d’ avance.
      l

    • @Chris: il y avait « Blanche Neige », je m’instruis: il y a aussi la Reine Blanche!
      A 18 ans j’avais un rêve, me marier et avoir une femme: ma femme et dans la
      fidélité pour toujours😡 Je n’allais pas dans les dancings, je ne fumais pas,
      je ne buvais pas d’alcool et je faisais le signe de croix en passant devant les
      église😳 J’avais aussi été au catéchisme et au scout de France jusqu’à
      15 ans! J’étais presque aussi « parfait » que certains, des fameux et fumeux
      « chrétiens » qui « hantent » le cite d’actualités chrétiennes! La vie m’a appris ce
      que signifie le mot utopie😥 L’amour, le respect, la fidélité, la vérité, l’honnêteté…
      restent bien encrées dans mon cœur, d’autant plus quand j’ai eu la grâce de
      rencontrer Christ sur le « chemin »: de le vie, à 41 ans😯

      Chris, J’aime ce que vous écrivez et permettez-moi d’y plussoyer abondamment♥
      Cela me fait penser à Proverbes 30. 18 « Il y a trois choses qui sont trop
      merveilleuses pour moi, même quatre, que je ne connais point; 19 Savoir, la trace
      de l’aigle dans l’air, la trace du serpent sur un rocher, le chemin d’un navire au
      milieu de la mer, et la trace de l’homme vers la vierge. 20 Telle est la
      trace de la femme adultère; elle mange, et s’essuie la bouche, puis elle dit :
      Je n’ai point commis d’iniquité. » (Idem pour les mâles qui prétendent faire le bien)!

      Les femmes comme les roses sont belles, mais elles se fanent très vite et la plupart
      ont des épines!!! Quand aux hommes, ils n’ont pas sus séparer le parfum des épines!!!
      A Chris: Amicalement en Christ♥ Pour les amoureux!!!😆
      Les compagnons de la chanson: « Y a rien à faire »

      À mon trop bel amour il me faut renoncer
      Mais mon cœur cherche en vain à ne plus y penser
      Ses yeux sont remplis de lumière
      Elle est jolie, elle a vingt ans
      Pour l’oublier, y a rien à faire !

      Ami, réagis donc en pensant que ta belle
      Ne t’a peut-être pas toujours été fidèle

      Ho ! Elle n’a jamais eu d’amant
      Ses yeux sont remplis de lumière
      Elle est jolie, elle a vingt ans
      Pour l’oublier, y a rien à faire !

      Alors, ami, dis-toi que ta jeune bergère
      Aurait sans doute été une mauvaise mère

      Non, non ! Elle a élevé ses sept frères
      Elle n’a jamais eu d’amant
      Ses yeux sont remplis de lumière
      Elle est jolie, elle a vingt ans
      Pour l’oublier, y a rien à faire !

      Alors n’oublie pas que ta jeune colombine
      Ne sait peut-être pas bien faire la cuisine

      Mmm… Elle sait faire le canard au sang
      Elle a élevé ses sept frères
      Elle n’a jamais eu d’amant
      Ses yeux sont remplis de lumière
      Elle est jolie, elle a vingt ans
      Pour l’oublier, y a rien à faire !

      Alors, ami, dis-toi que cette belle enfant
      T’aurait certainement coûté beaucoup d’argent

      Non, non ! Son père est multimillionnaire
      Elle sait faire le canard au sang
      Elle a élevé ses sept frères
      Elle n’a jamais eu d’amant
      Ses yeux sont remplis de lumière
      Elle est jolie, elle a vingt ans
      Pour l’oublier, y a rien à faire !

      Alors, ami, dis-toi que cette adolescente
      Dans la conversation est peu réjouissante

      Oh ! Elle a l’esprit de Talleyrand
      Son père est multimillionnaire
      Elle sait faire le canard au sang
      Elle a élevé ses sept frères
      Elle n’a jamais eu d’amant
      Ses yeux sont remplis de lumière
      Elle est jolie, elle a vingt ans
      Pour l’oublier, y a rien à faire !

      Alors il est certain que sous ces perfections
      Se cachent de l’orgueil et de la prétention

      Non, non, non ! Elle dit bonjour à sa crémière
      Elle a l’esprit de Talleyrand
      Son père est multimillionnaire
      Elle sait faire le canard au sang
      Elle a élevé ses sept frères
      Elle n’a jamais eu d’amant
      Ses yeux sont remplis de lumière
      Elle est jolie, elle a vingt ans
      Pour l’oublier, y a rien à faire !

      Alors demande-toi avec sincérité
      Si, sur elle, elle a dit toute la vérité

      Ho oui ! Elle ment moins que l’agneau bêlant
      Elle dit bonjour à sa crémière
      Elle a l’esprit de Talleyrand
      Son père est multimillionnaire
      Elle sait faire le canard au sang
      Elle a élevé ses sept frères
      Elle n’a jamais eu d’amant
      Ses yeux sont remplis de lumière
      Elle est jolie, elle a vingt ans
      Pour l’oublier, y a rien à faire !

      Puisqu’elle ment moins
      Qu’elle dit bonjour
      Qu’elle a l’esprit
      Que son père est
      Qu’elle sait faire le
      Qu’elle a élevé
      Qu’elle n’a jamais
      Que ses yeux sont
      Qu’elle est jolie
      Pour l’oublier, y a rien à faire !

      Alors, ami, dis-nous où est cette enfant rose
      Nous irons la trouver et plaiderons ta cause

      Elle est en prison pour vingt ans
      Pour homicide volontaire😥

  19. Sujet très intéressant, merci à mes frères et sœurs pour ce débat très instructif. Que Dieu vous bénisse !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :