L’Apôtre Paul était-il pour ou contre le ministère de la femme ?

La question du rôle de la femme dans le ministère est une grande préoccupation de l’Église d’aujourd’hui.

Elle est d’autant plus importante quand on considère le besoin urgent de voir tous les dons que Dieu a faits aux membres de son Église qu’il appelle se manifester. Mais cette question a dépassé les murs de l’Église. Les penseurs séculiers attaquent volontiers l’Église en l’accusant d’être contre les femmes et donc de ne pas vivre avec son temps.

Les Assemblées de Dieu des États-Unis et bien d’autres dénominations nées des Réveils de la Pentecôte ont ouvert la porte au ministère féminin bien avant que ce sujet ne devienne polémique. De même, lors de l’expansion missionnaire historique du XIX e siècle, les deux tiers des missionnaires étaient des femmes. Le mouvement des femmes qui luttèrent pour le droit de vote prit naissance dans le mouvement de Réveil conduit par Charles Finney et d’autres qui furent aussi des avocats de l’abolition de l’esclavage. Par contre, ceux qui confondaient la culture biblique et son message étaient voués à accepter l’esclavage et rejeter le ministère féminin, Mais pour des croyants qui sont attachés à la Bible, de simples précédents historiques ne suffisent pas pour régler une telle question ; la réponse doit être fondée sur les Écritures.

Le débat actuel tournant essentiellement autour des enseignements de Paul, nous examinerons ses écrits après avoir brièvement résumé les autres enseignements bibliques à ce sujet.

LE MINISTÈRE DE LA FEMME DANS LE RESTE DE LA BIBLE

Puisque Paul reconnaissait l’autorité de la Bible dont disposait alors les Juifs et des enseignements de Jésus comme étant la Parole de Dieu, il est bon de jeter un coup d’oeil au ministère de la femme tel que perçu dans ses sources.

Le Proche Orient ancien, dont Israël faisait partie, était clairement un monde d’hommes. Le simple fait que Dieu ait parlé à Israël dans le cadre d’une culture donnée ne signifie pas que celle-ci était forcément sainte. Cette culture incluait la polygamie, le divorce, l’esclavage, et une variété d’autres pratiques que nous reconnaissons comme étant impies.

En dépit de la prééminence des hommes dans l’ancienne société juive, Dieu n’en a pas moins appelé parfois des femmes à des positions de leadership. Quand Josias eut besoin d’entendre la Parole de Dieu, il envoya le sacrificateur Hilqiya et d’autres vers une femme qui était de toute évidence une référence prophétique de son temps, à savoir la prophétesse Houlda

2 Rois 22 : 12-19 : 12 Et le roi donna cet ordre au sacrificateur Hilkija, à Achikam, fils de Schaphan, à Acbor, fils de Michée, à Schaphan, le secrétaire, et à Asaja, serviteur du roi : 13 Allez, consultez l’Eternel pour moi, pour le peuple, Et pour tout Juda, au sujet des paroles de ce livre qu’on a trouvé; car grande est la colère de l’Eternel, qui s’est enflammée contre nous, parce que nos pères n’ont point obéi aux paroles de ce livre et n’ont point mis en pratique tout ce qui nous y est prescrit. 14 Le sacrificateur Hilkija, Achikam, Acbor, Schaphan et Asaja, allèrent auprès de la prophétesse Hulda, femme de Schallum, fils de Thikva, fils de Harhas, gardien des vêtements. Elle habitait à Jérusalem, dans l’autre quartier de la ville. Après qu’ils lui eurent parlé, 15 elle leur dit : Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël : Dites à l’homme qui vous a envoyés vers moi: 16 Ainsi parle l’Eternel : Voici, je vais faire venir des malheurs sur ce lieu et sur ses habitants, selon toutes les paroles du livre qu’a lu le roi de Juda. 17 Parce qu’ils m’ont abandonné et qu’ils ont offert des parfums à d’autres dieux, afin de m’irriter par tous les ouvrages de leurs mains, ma colère s’est enflammée contre ce lieu, et elle ne s’éteindra point. 18 Mais vous direz au roi de Juda, qui vous a envoyés Pour consulter l’Eternel : Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël, au sujet des paroles que tu as entendues : 19 Parce que ton coeur a été touché, parce que tu t’es humilié devant l’Eternel en entendant ce que j’ai prononcé contre ce lieu et contre ses habitants, qui seront un objet d’épouvante et de malédiction, et parce que tu as déchiré tes vêtements et que tu as pleuré devant moi, moi aussi, j’ai entendu, dit l’Eternel.

Débora, quant à elle, était non seulement prophétesse, mais aussi juge. Elle tenait le plus haut poste d’autorité en Israël de son temps. Elle est aussi un des rares juges dont la Bible ne relate aucun travers (Juges 4, 5).

Juges 4v4 : Dans ce temps-là, Débora, prophétesse, femme de Lappidoth, était juge en Israël.

S’il est vrai qu’il était rare que les femmes juives du premier siècle étudient sous l’instruction de maîtres de la Loi comme les disciples mâles l’ont fait, Jésus n’en a pas moins permis à des femmes de faire partie de ses proches, ce que la culture de l’époque aurait pu considérer comme scandaleux.

Marc 15 : 40-41 : Il y avait aussi des femmes qui regardaient de loin. Parmi elles étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques le mineur et de Joses, et Salomé, qui le suivaient et le servaient lorsqu’il était en Galilée, et plusieurs autres qui étaient montées avec lui à Jérusalem.

Luc 8 : 1-3 : Ensuite, Jésus allait de ville en ville et de village en village, prêchant et annonçant la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Les douze étaient avec lui et quelques femmes qui avaient été guéries d’esprits malins et de maladies : Marie, dite de Magdala, de laquelle étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Chuza, intendant d’Hérode, Susanne, et plusieurs autres, qui l’assistaient de leurs biens.

Comme si cela ne suffisait pas, il a permis à une femme qui voulait entendre son enseignement de s’asseoir à ses pieds (Luc 10 : 39), position habituellement réservée aux disciples mâles.

Les enseignants juifs n’acceptaient pas les femmes, d’autant plus qu’un disciple était considéré comme un enseignant en formation. Envoyer des femmes en mission de prédication (cf. Marc 6 : 7-13) aurait sans doute été trop scandaleux pour être réalisable; mais les évangiles rapportent unanimement que Dieu a choisi des femmes pour qu’elles soient les premiers témoins de sa résurrection, même si les hommes de l’époque refusaient de prendre en compte le témoignage de femmes.

Joël a explicitement mis l’accent sur le fait que lorsque Dieu répandrait son Esprit, des femmes comme des hommes prophétiseraient (Joël 2 : 28-29). La Pentecôte signifiait que tout le peuple de Dieu était qualifié pour recevoir les dons de son Esprit (Actes 2 : 17-18), tout comme le salut signifiait que l’homme et la femme auraient la même relation avec Dieu (Galates 3 : 28). Les effusions suivantes de l’Esprit ont souvent eu les mêmes effets.

PASSAGES OÙ PAUL SOUTIENT LE MINISTÈRE DES FEMMES

Paul a souvent soutenu le ministère des femmes malgré le préjudice que cela pouvait causer dans sa culture. À quelques exceptions près (certaines femmes philosophes), l’éducation poussée était l’apanage des hommes. La plupart des gens dans les pays méditerranéens de cette époque étant illettrés, ceux qui pouvaient lire et parler devenaient souvent des enseignants, essentiellement des hommes. Dans les premiers siècles de notre ère, la plupart des hommes juifs, tels Philo, Josèphe et de nombreux rabbins venus plus tard, reflétèrent le préjudice causé par la culture gréco-romaine, beaucoup plus large.

Le rôle des femmes variait d’une région à l’autre, mais les écrits de Paul le situent clairement parmi les progressistes de son temps en la matière.

Nombre des collaborateurs de Paul dans le Nouveau Testament étaient des… collaboratrices

Paul souligna le ministère d’une femme qui amena sa lettre aux chrétiens de Rome (Romains 16 : 1-2). Phoebé était une servante de l’église de Cenchrées. Le terme de « servante » est d’ailleurs souvent traduit par diaconesse, terme qui peut correspondre à une responsabilité administrative dans l’Église Primitive.

Dans les épîtres, Paul emploie cependant souvent ce terme pour parler de tout serviteur de la Parole de Dieu, y compris lui-même (1 Corinthiens 3 :5 ; 2 ; Corinthiens 3 : 6 ; 6 : 4 ; Éphésiens 3 : 7 ; 6 : 21). Il dit aussi de Phoebé : « Elle est venue en aide à beaucoup» (Romains 16 : 1-2) ; ce terme la désigne comme celle qui supervisait vraisemblablement l’église qui se réunissait peut-être dans sa maison. Cela lui conférait une position d’honneur dans l’église. Phoebé n’était certes pas la seule femme influente dans l’Église.

Si Paul salue deux fois plus d’hommes que de femmes dans Romains 16, il y souligne le ministère de deux fois plus de femmes que d’hommes dans cette même liste. Bien sûr, certains utilisent l’argument qu’il y a bien plus d’hommes appelés à diriger dans la Bible que de femmes, mais, dans ce passage, la tendance est inversée.

Ces encouragements peuvent indiquer que Paul était sensible à l’opposition que les femmes ont certainement rencontrée dans leur ministère; ses propos sont remarquables, compte tenu des préjugés à l’encontre du ministère des femmes qui existaient dans la culture de Paul.

Si Paul a suivi la coutume de son temps quand il loua Prisca ou Priscille, il a dû mentionner son nom avant celui de son mari Aquilas à cause de son statut social supérieur (Romains 16 : 3- 4). Nous apprenons ailleurs qu’elle et son mari enseignaient les Écritures à un autre serviteur, Apollos (Actes 18 : 26).

Paul mentionne aussi deux de ses co-apôtres, Andronicus et Junias (Romains 16 : 7). Junias est clairement un prénom féminin, mais certains écrivains le nient en excluant l’idée que Paul ait pu faire référence à une femme apôtre; Junias serait donc en fait une contraction du masculin Junianus. Cependant, cette contraction n’existe pas et a même été récemment écartée comme une impossibilité grammaticale en latin. Cette suggestion ne repose pas sur le texte lui-même, mais entièrement sur le présupposé selon lequel une femme ne saurait être apôtre.

Ailleurs, Paul fait référence au ministère de deux femmes à Philippes, qui ont pris part, comme tant d’hommes, à son travail pour l’Évangile dans cette ville (Philippiens 4 : 2-3).

Les femmes accédaient à des rôles religieux plus élevés en Macédoine que dans la plupart du reste du monde romain (11); cela a pu contribuer à ce que des femmes, collègues de Paul, aient pu être plus rapidement reconnues à des postes de responsabilité dans l’Église que dans les autres provinces (cf. Actes 16 : 14-15).

Si Paul place les prophètes directement après les apôtres (1 Corinthiens 12 : 28), il reconnaît aussi le ministère de prophétesse (1 Corinthiens 11 : 5), conformément à la Bible hébraïque (Exode 15 :20; Juges4 :4; 2 Rois 22 : 13-14) et à la pratique chrétienne des premiers temps (Actes 2 : 17-18; 21 : 9).

Ceux qui se servent du fait que Paul ne parle pas explicitement de femmes pasteurs passent à côté des faits. Paul ne mentionne pas beaucoup plus d’hommes pasteurs. Il parle plus souvent de ses compagnons de voyage dans le ministère, qui étaient naturellement des hommes. « Serviteurs » et « co-ouvriers » sont les titres que Paul emploie le plus couramment pour parler de ses collaborateurs, titres qui s’appliquent tous les deux également à des femmes (Romains 16 : 1, 3).

Compte tenu de la culture à laquelle Paul s’adresse, il était naturel qu’il y ait moins de femmes qui exercent des fonctions de ministère, celles-ci étant moins autonomes sur le plan social. Lorsqu’il est question de celles qui ont eu de telles responsabilités, Paul les encourage, y compris celles qui étaient apôtres et prophètes, responsabilités parmi les plus élevées dans l’Église.

Si de tels textes établissent le fait que Paul faisait partie des écrivains les plus progressistes de son temps, la controverse qui fait rage actuellement est centrée sur d’autres passages dans lesquels Paul semble s’opposer au ministère de la femme. Avant de les étudier, examinons un passage où Paul s’adresse clairement à une question culturelle typiquement locale.

PAUL ET LE VOILE DE LA FEMME

Si Paul se fait souvent l’avocat la réciprocité des rôles des hommes et des femmes, il fonctionnait aussi dans les limites de sa culture lorsque cela était nécessaire pour l’Évangile.

Nous commençons donc par son enseignement sur le port du voile car, s’il n’est pas en rapport direct avec la question du ministère de la femme, ce point nous aidera à comprendre les passages qui en parlent.

La plupart des chrétiens d’aujourd’hui sont d’accord pour dire que les femmes n’ont pas besoin de se couvrir la tête de nos jours dans l’Église, mais beaucoup ne reconnaissent pas le fait que Paul avait le même type d’approche pour le port du voile pour la femme que pour le refus des les voir prendre la parole dans l’assemblée. Dans les deux cas, Paul a eu recours à certains principes généraux pour les appliquer à une situation culturelle spécifique.

Quand Paul exhorte les femmes dans l’église de Corinthe à se couvrir la tête – c’est d’ailleurs le seul texte biblique qui en parle – il a respecté une coutume très répandue dans bien des cultures orientales de l’époque.

Si les hommes et les femmes doivent tous se couvrir la tête pour des raisons différentes, les femmes mariées se devaient de voiler leur chevelure afin que d’autres hommes que leur mari ne les convoitent pas. Une femme mariée qui sortait sans se couvrir la tête était considérée comme débauchée, ce qui pouvait amener au divorce comme pour une femme adultère .

À cause de ce que le voile symbolisait dans cette culture, Paul demandait aux femmes qui se sentaient plus libres de se couvrir quand même la tête afin de ne pas scandaliser les autres. Parmi ses arguments figure le fait que Dieu créa d’abord Adam; dans la culture particulière à laquelle il s’adresse, cet argument semble rempli de bon sens pour justifier le fait que la femme porte le voile.

LES PASSAGES OÙ PAUL SEMBLERAIT AVOIR RESTREINT LE MINISTÈRE DE LA FEMME

Parce que Paul, dans certains cas, a encouragé le ministère de la femme, nous ne pouvons déduire de ses quelques restrictions à ce sujet qu’elles aient une portée universelle.

Comme dans le cas du port du voile à Corinthe, Paul traitait surtout de situations en rapport avec le contexte culturel local. Cela ne signifie en rien que Paul ait écrit certaines choses pour un temps seulement. Mais cela veut dire que tout ce qu’il a écrit ne s’applique pas de la même façon à toutes les circonstances, et que nous devons prendre ces dernières en compte si nous voulons comprendre comment appliquer ces principes dans divers contextes.

En pratique, personne n’applique aujourd’hui tous les textes à toutes les circonstances, même s’ils disent à qui veut les entendre que ces textes s’appliquent toujours dans tous les cas.

Par exemple, la plupart d’entre nous n’a pas fait une offrande spéciale dimanche dernier pour l’église de Jérusalem (1 Corinthiens 16 : 1-3). Si nos églises ne soutiennent pas les veuves, nous pouvons en déduire que la plupart des veuves d’aujourd’hui n’ont pas « lavé les pieds des saints» (1 Timothée 5: 10). De même, peu de lecteurs plaideraient pour que nous allions tous à Troas pour récupérer le manteau de Paul; nous reconnaissons le fait que Paul adressa ces mots spécifiquement à Timothée (2 Timothée 4 : 13).

QUE LES FEMMES GARDENT LE SILENCE!

Deux passages des écrits de Paul semblent au premier abord contredire ses propos les plus progressistes. Gardez à l’esprit que ce sont là les seuls deux passages de la Bible que l’on pourrait être tenté d’utiliser pour contredire le fait que Paul soutenait le ministère féminin.

D’abord, Paul instruit les femmes à garder le silence et à garder leurs questions sur le service pour leur mari à la maison (1 Corinthiens 14 : 34-36). Paul ne pouvait certainement pas parler d’un silence absolu quelles que soient les circonstances, puisqu’un peu plus tôt dans la même lettre, il reconnaissait que les femmes pouvaient prier ou prophétiser dans l’Église (1 Corinthiens 11 : 5) ; et la prophétie était mise à un rang supérieur à l’enseignement (12 : 28).

Le fait de connaître la culture grecque ancienne nous aide à mieux comprendre ce passage. Les explications que les érudits ont pu donner sur ce texte ne s’avèrent pas toutes probantes. Certains s’aventurent à dire que ce serait un scribe qui aurait, plus tard, accidentellement inclus ces lignes dans les écrits de Paul, mais cette interprétation semble bien légère.

D’autres disent que Paul aurait cité ici une position propre à Corinthe (1 Corinthiens 14 : 34-35), qu’il réfuta ensuite (v. 36) ; mais le verset 36 ne ressemble pas à une réfutation.

D’autres pensent que les églises séparaient les hommes et les femmes comme dans les synagogues, si bien que les conversations féminines causaient du trouble. Ce point de vue a deux faiblesses:

  • D’abord, la séparation entre les hommes et les femmes dans les synagogues pourraient bien dater de plusieurs siècles après Paul;
  • Ensuite, les chrétiens de Corinthe se rassemblaient dans des maisons, dont l’architecture même aurait rendu une telle ségrégation impossible.

D’autres encore suggèrent que Paul s’adressait en fait à des femmes qui abusaient des dons de l’Esprit ou qui avaient un problème dans l’évaluation de la prophétie.

Si le contexte aborde ces questions, les écrivains anciens faisaient souvent des digressions, et le thème de l’ordre dans l’Église suffit à unir le contexte.

Une autre explication semble plus plausible. Paul affirma ailleurs le rôle des femmes dans la prière et la prophétie (11 : 5) ; il est donc impossible qu’il interdise la prise de parole des femmes sous quelque forme que ce soit. En fait, les églises qui permettent aux femmes de chanter n’appliquent pas non plus ce verset à la lettre.

Paul parlant ici d’une seule sorte d’intervention des femmes, nous devons relever que le seul type d’intervention qu’il mentionne dans 14 : 34-36 est le fait que les épouses puissent poser des questions.

Dans le contexte juif et grec ancien, les étudiants avancés ou les gens instruits interrompaient fréquemment les orateurs publics avec des questions raisonnables. Mais la culture avait privé les femmes d’instruction. Les femmes juives écoutaient dans les synagogues, mais, contrairement aux garçons, on ne leur avait pas appris à lire la Loi en grandissant. La culture ancienne considérait de même comme mal venu de ralentir un orateur par des questions qui trahissaient leur manque de connaissance.

Paul apporte donc une solution à un problème plus large: les maris devraient se préoccuper de permettre à leurs épouses d’avoir accès à la connaissance en les y aidant en privé.

La plupart des maris de l’époque doutaient du potentiel intellectuel de la femme, mais Paul figurait parmi les plus progressistes de son temps. Loin de réprimer les femmes, selon les normes de l’époque, Paul les libérait plutôt.

Ce texte ne saurait être utilisé pour empêcher les femmes d’annoncer la parole du Seigneur (1 Corinthiens 11 : 4-5), et rien dans le contexte ne suggère que Paul interdit spécifiquement aux femmes d’enseigner la Bible. Le seul passage de toute la Bible qui pourrait être cité pour s’opposer au fait que des femmes enseignent la Bible serait 1 Timothée 2 : 11-15.

DANS LE CALME ET LA SOUMISSION

Dans 1 Timothée 2 : 11-15, Paul interdit aux femmes d’enseigner ou d’exercer l’autorité sur l’homme. La plupart des partisans du ministère de la femme pensent que cette expression signifie en fait «usurper l’autorité » (23), chose que Paul ne voudrait pas que fassent les hommes plus que les femmes.

Dans tous les cas, Paul interdit aussi aux femmes dans ce passage « d’enseigner », ce qu’il semble avoir autorisé ailleurs (Romains 16; Philippiens 4 : 2-3). Il semble donc qu’il ait voulu traiter de la situation spécifique de cette assemblée.

Paul et ses lecteurs connaissaient leur contexte et pouvaient donc le prendre pour acquis; la situation qui a provoqué la réponse de Paul appelait donc clairement celle-ci de par sa nature.

Ce n’est probablement pas une coïncidence si le seul passage de la Bible qui interdit aux femmes d’enseigner se trouve être dans la même épître où nous savons explicitement que de faux docteurs visaient à semer le trouble en se servant des femmes.

Les lettres de Paul à Timothée à Éphèse nous donnent un aperçu de la situation: de faux docteurs (1 Timothée 1 : 6-7,19-20; 6 : 3-5; 2 Timothée 2 : 17) entraînaient les femmes dans l’égarement (2 Timothée 3 : 6- 7). Ces femmes étaient probablement, et en particulier, certaines veuves qui possédaient des maisons que ces faux docteurs pouvaient utiliser pour y tenir leurs réunions (cf: 1 Timothée 5 : 13. Un des termes grecs employés ici parle de propager des non-sens).

Les femmes étaient les plus vulnérables face aux faux enseignements par le simple fait qu’elles avaient eu très peu d’instruction. Un tel comportement ne pouvait qu’entacher le témoignage de l’Église dans une société hostile qui était déjà convaincue que les chrétiens pervertissaient le rôle traditionnel des femmes et des esclaves.

Paul offre donc une solution à court terme: « N’enseignez pas» (compte tenu des circonstances) et une autre à plus long terme: « Qu’elles apprennent » (1 Timothée 2 : 11). Nous lisons aujourd’hui: « Que la femme s’instruire en silence », et nous pensons que l’accent est mis sur le « silence ». Le fait que ces femmes devaient s’instruire « dans un esprit de paix et de parfaite soumission» nous parle du témoignage qu’elles devaient rendre dans la société selon ce qui était couramment attendu des femmes.

La culture de l’époque voulait que tout étudiant débutant, contrairement à ceux plus avancés, s’instruise en silence; voilà pourquoi les femmes n’étaient pas censées poser de questions (voir note plus haut). Le même mot « silence » qui est employé ici s’applique à tous les chrétiens dans le contexte (2 : 2).

Paul parle spécifiquement de cette question concernant les femmes pour la même raison pour laquelle il exhorte les hommes à ne pas se disputer (2 : 8) : ils étaient tous impliqués dans les groupes qui constituaient l’église d’Éphèse.

Là encore, il semble que le plan de Paul à long terme est de libérer, et non de subordonner le ministère de la femme.

La question n’est pas une affaire de genre mais de connaissance de la Parole de Dieu.

Ce qui pousse bien des érudits à douter de cette interprétation par ailleurs fort logique, c’est l’argument suivant de Paul où il fonde son appel sur le rôle rempli par Adam et Ève (1 Timothée 2 : 13-14).

L’argument de Paul, tiré de l’ordre de la Création, est le même qu’il a utilisé plus haut pour démontrer que les femmes devraient porter un voile (1 Corinthiens 11 : 7-9). Autrement dit, Paul citait parfois les Écritures pour répondre à certaines circonstances dans un contexte donné qu’il n’aurait pas appliqué dans tous les cas. Si Paul avance souvent des arguments universels à partir de l’Ancien Testament, il élabore parfois des arguments logiques à partir d’une analogie.

Son argument concernant la séduction d’Ève entre encore plus dans cette catégorie. Si la chute d’Ève empêche que toutes les femmes enseignent, cela signifierait que Paul affirme que, semblables à Ève, les femmes sont toutes plus facilement séduites que les hommes. Il est clair que, dans ce cas, il ne faudrait pas permettre aux femmes d’enseigner d’autres femmes, de peur qu’elles ne soient encore plus séduites.

Mais si la séduction ne s’applique pas à toutes les femmes, son interdiction non plus. Paul a probablement utilisé Ève pour illustrer la situation des femmes non instruites auxquelles il s’adresse à Éphèse; mais dans un autre texte, il parla d’Ève pour nous mettre tous en garde contre la séduction, et pas seulement les femmes (2 Corinthiens 11 : 3) (27).

Parce que nous ne croyons pas que Paul se soit contredit, son approbation du ministère féminin ailleurs dans la Parole de Dieu confirme que 1 Timothée 2 : 9-15 ne saurait interdire le ministère de la femme de manière générale. Il traita du sujet dans un contexte bien particulier.

Certains ont protesté en disant que les femmes ne devraient pas exercer d’autorité sur les hommes parce que les hommes sont appelés à être « la tête ». En dehors des nombreux débats sur le sens exact du terme grec « tête » (qui est par exemple parfois traduit par « source» plutôt que « autorité sur ») (28), Paul parlait du mari comme chef, ou tête et non de l’homme en tant que mâle qui serait la tête de la femme.

De plus, nous, pentecôtistes et charismatiques, affirmons que l’autorité du serviteur de Dieu est inhérente à son appel et au ministère de la Parole, et non à l’individu en tant que tel. Nous croyons donc que le ministère peut être exercé autant par l’homme que par la femme, comme pour l’apôtre Paul.

CONCLUSION

Il nous faut aujourd’hui reconnaître ceux que Dieu appelle, qu’ils soient hommes ou femmes, et les encourager en tant qu’ouvriers potentiels, en vue de servir la moisson qui est abondante.

Texte écrit par Craig S. Keener publié dans la revue « Ressources Spirituelles » N°10 Automne 2004 (Life édition). Craig S. Keener est professeur de Nouveau Testament à Eastern Seminary, Wynnewood, Pennsylvanie. Il a écrit une dizaine de livres, notamment sur la conception qu’a Paul de l’épouse et de la femme, ainsi que plusieurs commentaires bibliques.

Source : EnseigneMoi.Com



Catégories :Chroniques, L'Eglise, Religions

Tags:, , , , , , , ,

2 881 réponses

  1. ça va chauffer!

    • Enfin quelque chose de concret et de ‘biblique’ à mettre sur le dossier de ces dames ! Merci à ces soeurs et à ces frères d’avoir pris la peine d’étudier les textes de la Bible et de les avoir étudiés dans leur contexte. Notre ami ‘Robert M’ (celui qui me précède sur cette plage de commentaires) peut dire ‘çà va chauffer’ : il a raison et tant mieux. Il faut que la vérité biblique éclate au grand jour et qu’elle soit suivie d’actions pratiques. Je retrouve, dans ces textes, les éléments du livre canadien : « Mesdames, acceptez nos excuses » de Ann Brown (Ann étant un prénom masculin). Merci à Paul Ohlott d’avoir osé…

    • Robert M.
      9 mars 2015 • 13 h 53 min

      ça va chauffer! oui ça va chauffer je confirme s’il le fallait😉

    • J’ai beaucoup apprécié cet article merci à Paul pour sa recherche de bonnes informations.
      (pour les dinosaures du christianisme :
      il faudrait tout de même prévoir à les mettre dans des réserves
      pour qu’on puisse leur rendre visite de temps à autres…!!! )

    • Comme dans toutes les Eglises des saints, que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler ; mais qu’elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. 1 co14:33 à 34.
      Comme l’apôtre Paul l’a enseigné à toutes les églises des saints de tous les ages, et non seulement aux corinthiens la bible tte entière interdit à la femme le ministère de la parole, puisque Paul dans ce passage des écritures que j’ai donné précise que la loi de Moïse le dit aussi. La prophétesse débora était sous la loi de Moïse.Dans la loi de Moïse seul les hommes étaient juges, sacrificateurs,rois,prince chantres etc. Tu établiras des juges et des magistrats dans toutes les villes que l’Eternel, ton Dieu, te donne, selon tes tribus ; et ils jugeront le peuple avec justice Deutéronome 16:18. Débora a accéder à la fonction de juge par la volonté des hommes et non de DIEU.En ce temps-là, il n’y avait point de roi en Israël. Chacun faisait ce qui lui semblait bon jg21:25. La raison pour laquelle depuis le temps de ancien testament DIEU n’a jamais envoyé de femme pour sauver son peuple comme il envoya Moïse et les autres sauveurs, est que le sauveur qui devait venir sauvé son peuple de ces péchés est un homme et non une femme. Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.
      JN 3:16.
      Quand ce fils devait choisir des apôtres il n’a choisi aucune femme parmi tous ces disciples qui le suivaient. mais voici plutot ce qu’il a dit dans le livre d’apocalypse 2:20. Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Dans l’ancien testament jezabel la seule femme qui se fardait se donnait elle aussi le titre de prophétesse et elle avait plus de succès que le prophète Elie. Jéhu entra dans Jizreel. Jézabel, l’ayant appris, mit du fard à ses yeux, se para la tête, et regarda par la fenêtre 2rois9:30. La femme comme tout chrétien de l’eglise de jc, a un ministère mais pas le ministère de la parole, comme se fut les cas de dorcas
      Ac 9:36 Il y avait à Joppé, parmi les disciples, une femme nommée Tabitha, ce qui signifie Dorcas : elle faisait beaucoup de bonnes œuvres et d’aumônes.Et aussi de Marie la mère de notre Seigneur. Marie dit : Je suis la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole ! Et l’ange la quitta. Luc1:38. Elle dit qu’elle est la servante du Seigneur,sans être pour autan un sacrficateur, ni une enseignante de la parole,pourtant nous savons tous qu’elle a servie au dessein de DIEU mieux que toutes ces femmes qui se donnent le nom de pasteurs et prophétesses. Et même mieux que plusieurs hommes.

    • Oui , Robert , c’est exactement ce que je me disais en lisant l’article , que j’ai beaucoup aimé par ailleurs , mais bon ce qui on décidé que NON la femme ne peut enseigner ne tiendront absolument pas compte de tous ces arguments pourtant très sérieux , ils ne veulent pas , ils ne veulent pas et puis c’est tout😉

    • Dans la confession de foi baptiste de Londres de 1689 le sujet de l’enseignement de la femme n’est même pas évoqué (32 articles) ! Ah ! Je pense savoir pourquoi ? C’est par ce que cela a été écrit par 37 hommes ! Cela doit surement expliqué le pourquoi de tant de misogynie CQFD, les vilains machos !

      Heureusement, de nos jours « l’offense » à été réparé et cette confession des temps obscurs devrait même être interdite ! Mais bon faisant preuve de tolérance, en 1689 ils n’avaient pas nos connaissances et notre discernement, ils vivaient encore dans des temps d’ignorance et une partie de la révélation concernant l’enseignement de la saine doctrine leur étaient voilée.

      http://leboncombat.fr/wp-content/uploads/2013/09/LA-CONFESSION-DE-FOI-BAPTISTE-DE-LONDRES-DE-1689.pdf

    • C’est comme les musulmans, ils ont oublié de prévoir le Salut des femmes dans le Coran lol

    • Faut pas s’étonner avec de telles lois humaines qu’aujourd’hui encore nous ayons des problèmes entre chrétiens et chrétiennes … c’est comme chez les darbyste !

    • Vous avez décidément une dent contre les darbystes … Je ne compte plus le nombre de fois que vous les avez vilipendé ces 3 derniers jours … Que je sache, ils ne vous ont rien demandé et le sujet ne porte pas sur eux. De plus, ce ne sont pas les seuls à ne pas autoriser le ministère féminin, alors pourquoi de tels persifflages ? C’est cela que vous apprenez à l’école du St Esprit ?

    • Je n’ai rien contre les darbystes, mais je suis né dans les Assemblées de Frères, je connais donc bien leurs raisonnements fallacieux sur certains sujets et ce sont des églises où il est facile d’étouffer à cause du poids de la religiosité !

    • Alors vous allez comprendre le contexte dans lequel le Seigneur nous a placer depuis 9mois dans ce nouveau lieu de villégiature à la montagne …. Déjà des femmes viennent vers moi de ce milieu… mes voisines . Il semble que le Seigneur veut venir au secours de plusieurs de ce milieu !

    • Je suis entourée de darbyste de pur, d’ultra pur, de fermé et de un peu ouvert… d’ailleurs je ne sais toujours pas sur qui ils sont un ouvert , j’ai aussi des voisins raviniste la c’est complètement fermé bouclé !

      Il y a aussi les réformée don je sort avec mon mari fils de pasteur réformé ….Le problème c’est qu’ils sont pour la bénédiction des homos et là où nous sommes pas du tout charismatiques …Alors on a plus rien , tout seul avec Samuel Peterschmitt le dimanche matin , c’est tout .

      Mais comme je marche par l’Esprit ça en attire quelques uns chez nous , beaucoup de femmes qui ont soif du St Esprit !
      Je laisse faire le . J’ai reçu des ordres de lui qui sont : aime les , tu as beaucoup souffert, mais je vais t’envoyer des personnes qui ont besoin d’amour et qui vont t’aimer en retour ..aussi aime les sans compter !

      Je suis plutôt du style extrémiste dans l’obéissance au Seigneur ! je ne ferai rien d’autre que ce que le Seigneur me demande…. les aimer .

    • @ blogueuse: tout d’abord, merci pour votre blog et votre FB, qui osent aborder des sujets devenus (hélas) délicats.

      J’ai moi aussi noté depuis trois jours une certaine agressivité de certains envers les « Darbystes »… je pense que c’est surtout parce que les milieu des Frères (dont je ne suis pas) est devenu (avec les Réformés confessants, dont je suis) le symbole de ce que certains ne supportent plus: autorité des Ecritures, vision complémentarienne (dite aussi « biblique ») du rôle de l’homme et de la femme, culte non-centré sur l’émotionnalisme, refus de toutes les dérives de type charismatiques (prophètes et prophétesses auto-proclamées, etc, etc…)

    • Que de paroles, particularité de la France, nous aimons débattre ! Mon avis importe peu, c’est mon action qui compte. Je prends mes responsabilités et je m’engage : la femme a toute sa place, faire ce que vous écrivez est une grande opportunité pour notre adversaire de s’introduire et de semer son poison ! Allez de part le monde et transmettez mon savoir, dit Jésus, par notre bonne attitude impactons notre voisin, notre quartier, notre ville, notre nation. Chrétiens français reveillez-vous la moisson est grande !

    • Bernard Floricourt

      Amen amen un grand Amen …..Beaucoup de blablabla pour pas de fruit …..Je suis de tout cœur d’accord avec votre com !

    • Kouacou, et à tous ceux et celles que ça intéressent, j’ai publié une vidéo, en pensant à toutes ces femmes, au jour internationale de la femme:

      http://lafoisansreligion.com/2015/03/06/nos-voiles-dincomprehensions-societes-et-utopie-egalitaire/

    • Tout ce discours pour tordre les écritures et leur faire dire le contraire de ce qu’elles signifient clairement !

    • Enfin, Paul, pour tout avouer je fais moi aussi pas mal dans le narcissisme : J’ai ouvert trois comptes facebook et je me suis demandé en amitié. Et j’aime lire mes propre commentaires au milieu des autres. Sauf que des fois je me dit à moi moi-même  » mais qu’est ce je peux être C.. ! »

    • Christophe Fornes restez donc au 1° …… pauvre mec vous n’êtes pas digne de délier les sandales de Paul O !

    • A Catherine BUNEL: J’ai aimé cet article, comme toi ! Parce qu’il traite un sujet important: celui du rôle de la femme dans l’église. Dans beaucoup de dénominations appartenant aux mouvements charismatique mêlés œcuménisme non-fondée dans les écritures. Ces mouvements s’appuie sur des interprétations émanant de leur entendement corrompu et conteste les frais parole de Dieu annoncées par notre Seigneur Yeshua. Je ne suis pas contre le ministère féminin au contraire elle y trouve pleinement sa place dans le corps de Christ. Les écrits de toute la bible et non seulement de Paul, est contre l’attribution du ministère de l’enseignement à la femme.
      Ces mouvements charismatique dont l’auteur fait partie témoignent clairement de sa position de la femme dans les églises, mais contredit par les écritures ! Tel, Shimon Cephas dit dans son épître : « il vaut mieux obéir à Dieu, plutôt qu’aux hommes »! Catherine, je te recommande d’observer l’étude réalisée par KOUAKOU Daniel, elle tout à fait fondée dans les écritures et je n’y vois aucune interprétation tel que l’affiche l’auteur dans son article. Dieu te bénisse.

    • Nathan je suis complètement d’accord : il vaut mieux obéir à DIEU qu’aux hommes , jamais je ne constaterais ça . J’aime lire les évangiles justement pour relire les paroles de mon Seigneur et je m’en réjouis

    • Oui ça va chauffer….
      Pour les calmer un peu je propose cette vidéo Youtube de notre excellent rabbin comique RAV RON CHAYA au sujet de « la femme » et de son rôle dans le plan de Dieu .
      Il explique très bien à sa manière juive comment le diable peut détourner la puissance de la femme:

    • OUI , en effet ça va chauffer….Pour calmer un peu je propose cette excellente vidéo de notre bon rabbin très comique RAV RON CHAYA qui vous explique à sa manière juive quel est le rôle de la femme dans le plan de Dieu et comment le diable peut détourner la puissance de la femme.

    • @Courtille
      « de notre bon rabbin très comique RAV RON CHAYA »
      Tout à fait d’accord, et je soupçonne de Funès de lui avoir pris son côté pince-sans-rire, et son ironie grinçante toujours sous-jacente.
      Mais pas moyen de trouver la vidéo, quel est le lien, bitte ?

    • « Après cela, je répandrai mon esprit sur toute chair; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos vieillards auront des songes, Et vos jeunes gens des visions. » Joël 2:28 Amen

      La parole de l’Eternel ..Alors!! SI.PAUL avait l’Esprit de Dieu il dirait sûrement la même chose et il ne va pas contredire son DIEU

    • Ça a déjà été répondu Shora et à plusieurs reprises sur cet article, mais vous ne lisez pas, ou ne comprenez pas, ou refusez les réponses des autres, par misanthropie.

      Ne posez plus de question si vous ne voulez pas de réponse.

  2. Texte plutot confus , où tout est mélangé (ministères, dons,..)…d ‘une manière générale , j ‘admire ceux qui invoquent régulèrement le « contexte culturel local » pour justifier le fait de ne pas appliquer certains versets de la Parole….

    • En termes de présentation de la doctrine historique des églises protestantes évangéliques, se reporter à l’article de Paul Wells, professeur à la Faculté de Théologie Réformée d’Aix-en-Provence

      http://www.promesses.org/arts/116p21-31f.html

      Je constate par ailleurs que beaucoup ont suivi la méthode d’interprétation de Keener pour affirmer que les condamnations bibliques de l’homosexualité sont le fruit d’un contexte culturel particulier, et qu’elles ne sont plus valides aujourd’hui. Le problème fondamental de cette « interprétation dynamique » est qu’elle finit le plus souvent par se laisser guider par l’opinion de la société environnante et par abandonner le sens historico-grammatical de l’Ecriture (qui a été l’enjeu de la Réforme).

    • l’Apôtre Paul bien qu’inspiré « en direct » par le Saint-Esprit
      ne s’est pas du tout opposé à l’utilisation des esclaves
      (à l’esclavage des hommes, des femmes et des enfants)
      même par des réels disciples de Jésus Christ ;
      pour quelles raisons :
      pour faire simple je dirais :
      que l’ apôtre Paul vivait avec son époque,
      dans une civilisation qui avait ses propres coutumes,
      sa propre moralité, ses propres lois
      bien différentes de celles que vous avons en partage au 21ème siècle ;
      en conséquence de ce fait crucial :
      il faut donc que vous apprendre à nuancer les affirmations « préhistoriques »
      tout du moins en ce qui concerne l’usage de l’autorité
      ainsi que le droit de pouvoir d’enseigner chez des femmes.

    • Je ne vois rien de confus dans cet article. L’argumentaire est pertinent et limpide. La Bible n’est pas une recette de cuisine qu’il faut appliquer bêtement… c’est un livre qui contient des textes très variés : des textes prophétiques, des textes poétiques, des textes historiques, des textes de lois, des récits journalistiques, des recommandations pastorales… et pour comprendre la pensée de Dieu, il faut utiliser le cerveau que Dieu nous a donné et il faut demander au St Esprit de renouveler notre intelligence.

    • @Georges Parolier, au delà de la petite ritournelle sur l’esclavage, qui ne me semble plus être une thématique sociale dans nos pays, estimez-vous que l’Eglise doive modifier sa compréhension de l’homosexualité, comme elle l’a en partie fait en acceptant le ministère pastoral féminin?

    • « au delà de la petite ritournelle sur l’esclavage, qui ne me semble plus être une thématique sociale dans nos pays »

      Si vous êtes littéraliste, vous devez l’être en tout point. Si nos pays ont aboli l’esclavage, vous devriez prêcher l’esclavage au nom de votre littéralisme.

    • estimez-vous que l’Eglise doive modifier sa compréhension de l’homosexualité, comme elle l’a en partie fait en acceptant le ministère pastoral féminin?
      *
      Vous vous rendez compte de ce que vous comparez

      Je trouve votre question déplacée, car l’homosexualité est un péché et une abomination alors qu’une femme chrétienne qui enseigne expose la parole de vérité par amour pour le Seigneur, c’est une servante de l’Éternel !

      C’est inadmissible que vous osiez comparer les deux situations qui sont en complètes oppositions .

    • @Paul Si vous êtes littéraliste…vous devriez prêcher l’esclavage au nom de votre littéralisme. Vraiment Paul?

      1 Corinthiens 7
      …21As-tu été appelé étant esclave, ne t’en inquiète pas; mais si tu peux devenir libre, profites-en plutôt. 22Car l’esclave qui a été appelé dans le Seigneur est un affranchi du Seigneur; de même, l’homme libre qui a été appelé est un esclave de Christ. 23Vous avez été rachetés à un grand prix; ne devenez pas esclaves des hommes.….

    • @Paul O. : sur l’esclavage comme sur le reste, j’essaie d’avoir une position biblique…je constate que la Bible ne place pas toutes les formes de servitude sur le même plan… et qu’elle interdit aux femmes de prendre autorité sur les hommes, car cela contrevient à l’ordre créationel invoqué par Paul dans ses lettres, sous l’inspiration du Saint Esprit. Encore une fois, chers amis évangéliques féministes (ça devrait être un oxymore): êtes vous prêts à aller jusqu’au bout de votre logique et à légitimer les relations homosexuelles.

    • Comme dans toutes les Eglises des saints, que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler ; mais qu’elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. 1 co14:33 à 34.
      Comme l’apôtre Paul l’a enseigné à toutes les églises des saints de tous les ages, et non seulement aux corinthiens la bible tte entière interdit à la femme le ministère de la parole, puisque Paul dans ce passage des écritures que j’ai donné précise que la loi de Moïse le dit aussi. La prophétesse débora était sous la loi de Moïse.Dans la loi de Moïse seul les hommes étaient juges, sacrificateurs,rois,prince chantres etc. Tu établiras des juges et des magistrats dans toutes les villes que l’Eternel, ton Dieu, te donne, selon tes tribus ; et ils jugeront le peuple avec justice Deutéronome 16:18. Débora a accéder à la fonction de juge par la volonté des hommes et non de DIEU.En ce temps-là, il n’y avait point de roi en Israël. Chacun faisait ce qui lui semblait bon jg21:25. La raison pour laquelle depuis le temps de ancien testament DIEU n’a jamais envoyé de femme pour sauver son peuple comme il envoya Moïse et les autres sauveurs, est que le sauveur qui devait venir sauvé son peuple de ces péchés est un homme et non une femme. Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.
      JN 3:16.
      Quand ce fils devait choisir des apôtres il n’a choisi aucune femme parmi tous ces disciples qui le suivaient. mais voici plutot ce qu’il a dit dans le livre d’apocalypse 2:20. Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Dans l’ancien testament jezabel la seule femme qui se fardait se donnait elle aussi le titre de prophétesse et elle avait plus de succès que le prophète Elie. Jéhu entra dans Jizreel. Jézabel, l’ayant appris, mit du fard à ses yeux, se para la tête, et regarda par la fenêtre 2rois9:30. La femme comme tout chrétien de l’eglise de jc, a un ministère mais pas le ministère de la parole, comme se fut les cas de dorcas
      Ac 9:36 Il y avait à Joppé, parmi les disciples, une femme nommée Tabitha, ce qui signifie Dorcas : elle faisait beaucoup de bonnes œuvres et d’aumônes.Et aussi de Marie la mère de notre Seigneur. Marie dit : Je suis la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole ! Et l’ange la quitta. Luc1:38. Elle dit qu’elle est la servante du Seigneur,sans être pour autan un sacrficateur, ni une enseignante de la parole,pourtant nous savons tous qu’elle a servie au dessein de DIEU mieux que toutes ces femmes qui se donnent le nom de pasteurs et prophétesses. Et même mieux que plusieurs hommes.

    • @Dabney

      Probablement que si vous : vous aviez vécu à l’époque de la Rome antique,
      on vous aurait très probablement imposé tout spécialement le port d’une jupette
      et une vie de couple avec un conjoint du même sexe que le vôtre…!!!

    • @Carl

      Vous devriez avoir la décence de retourner sur les bancs de l’école primaire
      dans le but d’apprendre qu’aucune personne ne choisissait de devenir un esclave
      (ce n’était ni un métier d’avenir… ni une profession chaudement recommandée…!!!…!!!)
      « ne soyez l’esclave de personne » a donc une signification spirituelle,
      (esclave du péché, de nos passions, de l’ignorance…)

    • @Georges Bien que vous me manquez de respect, je vais vous répondre cette fois-ci. Les esclaves dans le temps de Paul n’avait pas l’avilissement des esclaves noirs des derniers siècles. Certains personnes avaient des dettes et devenaient des esclaves parce qu’ils étaient incapables de les payer. Ils recevaient un salaire en tant qu’esclave pour leur travail et après un certain temps, s’ils avaient assez d’argent, ils pouvaient racheter leur liberté.

      1Co 7:21 As-tu été appelé étant esclave, ne t’en inquiète pas; mais si tu peux devenir libre, profites-en plutôt.

      Ce verset est assez clair sur que Paul dit, il parle d’une liberté physique et non spirituelle. Plusieurs commentateurs bibliques le disent. On ne peut pas prendre la Parole de Dieu hors de son contexte. Rabaisser quelqu’un sur son éducation ne prouve que la faiblesse de notre argumentation.

    • A l’époque c’est les pères qui choisissaient le mari pour leur fille. Faut il revenir à cela ou peut on se réjouir de l’évolution des mœurs en la matière ?

    • Dabney//êtes vous prêts à aller jusqu’au bout de votre logique et à légitimer les relations homosexuelles.// Avoir le culot de comparer le ministère d’une femme aux relations Homos .Franchement ??? c’est de l’idiotie suprême … Vous venez d’ou vous ? Vous êtes Darbyste ?

    • @Carl

      Votre réplique c’est vraiment du n’importe quoi,
      prenez donc un peu le temps, le soin et la peine de simplement mieux vous informer:
      de ce qu’était vraiment les réelles condition des esclaves dans l’empire Romain
      (esclaves de naissance, guerriers vaincus sur le champ de bataille
      ou esclaves achetés sur les marchés)

    • @Redaction : « et pour comprendre la pensée de Dieu, il faut utiliser le cerveau que Dieu nous a donné et il faut demander au St Esprit de renouveler notre intelligence. »

      Ce n’est pas systématique, mais là je suis complètement en accord avec ce que vous écrivez. Et vive Joyce Meyer qui n’est pas une pisse-vinaigre aigrie par l’Ecriture, mais une femme qui porte loin, la bonne nouvelle de la rédemption et du salut en Christ !
      Foin donc des littéralistes chafouins qui entendent voiler les femmes chrétiennes et les faire taire. Qu’ils changent de religion. J’en connais certaine dans laquelle le statut dévolu aux femmes, devrait mieux les satisfaire.

    • @ Paul O.  » l’évolution des moeurs » amène aussi à l’approbation généralisée des relations homosexuelles et le meurtre d’un enfant sur trois dans le ventre de sa mère… Mais bon, si vous prenez l’évolution des moeurs comme boussole principale, je ne suis pas surpris que vous soyez amené à remettre en cause des passages entiers de la Parole inspirée de Dieu: ça doit vous rendre la tâche plus facile effectivement.

      @ David Zvi: non, je ne suis pas membre des assemblées de Frères, je suis Réformé Presbytérien si vous voulez tout savoir (découvrez notre confession de foi ici: http://www.info-bible.org/histoire/reforme/confession-westminster.htm). Par ailleurs, même si cela doit vous défriser, je maintiens ce que j’affirme, et qui est confirmé par les faits: adopter la pseudo-interprétation féministe des textes du Nouveau Testament amène logiquement à entamer une révision de l’éthique chrétienne face à l’homosexualité. Regardez le peu de temps qui sépare la pseudo-consécration des femmes au ministère d’enseignement et l’approbation de l’homosexualité, c’est éclairant… C’est pourquoi je demande: quelle est votre vision de l’homosexualité? C’est une question fort simple, à laquelle je n’ai pour l’instant pas eu de réponse. J’attends.

    • L’homosexualité contrefait toute la pensée du plan de Dieu pour la famille de la genèse a l’apocalypse. Rien avoir avec une recommandation pastorale de Paul qui doit être comprise dans son contexte culturel.

    • @ Paul O:

      « L’homosexualité contrefait toute la pensée du plan de Dieu pour la famille de la genèse a l’apocalypse. »

      Prouvez le.

    • @ Paul O.

      vous me dites : « Lisez la Bible », mais je vous rappelle que d’après votre propre jugement et celui des Enthousiastes de ce site, moi et quelques autres ne sommes que des fondamentalistes bas de plafond, niveau collège.

      Je compte donc sur votre immense supériorité intellectuelle ET spirituelle, pour appuyer votre thèse en vous basant sur une interprétation solide des Saintes Ecritures.

    • @ Rédaction
      10 mars 2015 • 9 h 00 min

      L’homosexualité contrefait toute la pensée du plan de Dieu pour la famille de la genèse a l’apocalypse. Rien avoir avec une recommandation pastorale de Paul qui doit être comprise dans son contexte culturel.
      ___________
      Permettez moi de vous signaler qu’autant l’homosexualité est abomination, l’action de la femme qui prends la place qui est réservée aux hommes dans l’assemblée des saints est aussi une abomination.

      C’est inscrit dans la Loi de Moïse pour les deux et aussi dans le NT.
      Donc cela n’a strictement rien de culturel car le commandement de soumission de la femme a l’homme est donné depuis Ge.3:16.
      Donc si un commandement est donnée en Ge.3:16 c’est que la femme a renversé un ordre naturel donné par Dieu à la création.
      En effet, le voile naturelle dans la chevelure lui avait été donné depuis la création mais cela a été rendu caduque par le Péché de Eve qui prends autorité sur ‘Adam par le Péché.
      La chevelure a la création spécifiait que la femme était soumise à l’homme et que l’homme était son chef.
      Pour la femme, se voiler aujourd’hui en assemblée des saints lors de la vocalisation de la prière et des prophéties prends tous son sens car c’est le signe de son rang. Elle remplace par ce geste le signe naturel(la chevelure) qui lui avait été donné par Dieu et qu’elle a rendu caduque par le Péché.

      Preuve que la parole qui demande que la femme n’enseigne point est liée à sa position vis à vis de l’homme et non pas à un contexte culturel.
      De même, ce voile n’est pas non plus un contexte culturel, il est demandé à cause des anges.
      Les anges n’ont pas de relation avec ce qui est culturel et ils existent depuis la création après l’homme ‘Adam mais avant la femme.

      Donc le voile, la soumission, le fait que femme ne doit point enseigner dans l’assemblée des saints, ces trois choses là sont liées entre elles et sont des lois qui sont consécutives au rang de la femme dans la création et non pas à un contexte culturel.

      Si la chevelure n’est plus en état de manifester le rang de la femme dans l’assemblée des saints, c’est bien à cause du péché de Eve qui a brisé l’ordre établi par Dieu en prenant autorité sur ‘Adam son mari, donc qu’elle se voile en assemblée des saints lors de la prophétie et de la prière et qu’elle se taisent donc n’enseignent point en assemblée des saints.
      En effet la femme sous l’influence du Péché mena l’homme a manger du fruit. Ge.3:6
      On est en plein dans un scénario de séduction avec prise de pouvoir par la femme du trône de ‘Adam qui à cette époque était le chef (l’autorité, le roi) de toute la création divine.
      C’est un « coup d’état » en Eden, un renversement de pouvoir et d’autorité.
      La femme fait un putsch animé par le Péché sur ‘Adam et usurpe sa place en Eden d’où la sanction portée à son égard en Ge.3:16 et le fait qu’aujourd’hui il lui est demandé, non pas par l’homme mais par Dieu, d’adopter dans l’Église une position de soumission.

      Si femme ne veut pas si plier, elles démontrent par là qu’elles sont animées du même esprit que Eve qui a destitué son époux de son rang pour prendre sa place.
      On est dans l’esprit de Jézabel.

    • Paul, vous avez un indice d’autosatisfaction remarquable. C’est vraiment dans ce domaine que vous excellez !

    • @Christophe Fornes
      « C’est vraiment dans ce domaine que vous excellez ! »
      Pardon ? Alors, vous tenez l’humour désopilant des « Bras cassés », la finesse subtile des coms tacleurs, et l’évidence générale de la maturité spirituelle pour peu de chose ? Vous n’êtes qu’un jaloux, incapable de saisir ce qu’est le véritable christianisme, ou du moins sa profession.

  3. Paul était pour le ministère de l’Esprit Saint et ça change tout !
    Il suffit d’être dirigé par Dieu pour avoir raison, que l’on soit homme, femme, enfant, animal (anesse de Balam ou poisson de Jonas). Les interdictions que l’on donne aux uns et aux autres devraient plutôt être dirigées vers l’adversaire de nos âmes !
    Mon peuple meurt car il a refusé la connaissance (ou péché contre le Saint Esprit).
    Ce Saint Esprit qui désire nous conduire dans l’amour de la vérité en Dieu car Dieu est Esprit. La chair n’est que l’enveloppe passagère de nos jours ici bas.

    • Oui au ministère du Saint Esprit au travers de qui Il veut!

    • Cependant le Saint-Esprit ne reniera pas la Parole du Seigneur et celle du Père et respectera l’Évangile ce qu’aucun de ceux qui prônent la femme pasteure et enseignant l’Évangile ne fait.

      Ne prenez surtout pas le Saint-Esprit pour une colombe qui roucoule dans les arbres pour penser qu’il faille lui donner du grain et en faire ce que vous voulez.

      Si vous aviez connu l’Esprit comme il le fallait sans nul doute vous auriez aussi saisi que le Saint-Esprit respecte l’Écriture car c’est inspiré par lui que des hommes ont écrit de la part de Dieu.

      Que la femme se taise dans les assemblées des saints est un commandement du Seigneur.
      1 Corinthiens 14:34 que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler ; mais qu’elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi.
      35 Si elles veulent s’instruire sur quelque chose, qu’elles interrogent leurs maris à la maison ; car il est malséant à une femme de parler dans l’Eglise.
      36 Est-ce de chez vous que la parole de Dieu est sortie ? ou est-ce à vous seuls qu’elle est parvenue ?
      37 Si quelqu’un croit être prophète ou inspiré, qu’il reconnaisse que ce que je vous écris est un commandement du Seigneur.

      Donc si vous ne reconnaissez pas dans ces paroles un commandement du Seigneur vous n’êtes ni prophète, ni inspiré, de ce fait vous parlez par la chair et mieux par l’esprit du prince de ce monde.

      De même qu’aimer ses ennemis c’est un commandement du Seigneur , de même que le mari ne répudie point sa femme c’est un commandement du Seigneur, de même que l’épouse ne se sépare point de son mari c’est aussi un commandement du Seigneur, de même que la femme soit soumise à son mari c’est un commandement du Seigneur.

      Allez vous aussi dire que le Seigneur parle aussi fonction d’un contexte culturel pour dire que la femme se taise dans l’assemblée des saints ?
      C’est pas vous qui allez enseigner le Seigneur mais c’est à vous de vous soumettre à la Parole du Seigneur.

    •  » Si quelqu’un juge qu’il exposerait sa fille au déshonneur, si elle passait la fleur de l’âge, et qu’il est de son devoir de la marier, qu’il fasse comme il veut, il ne pèche point; qu’elle se marie. Mais celui qui, sans y être forcé, étant maître de faire ce qu’il veut, a mis dans son coeur une ferme résolution, et à décidé de garder sa fille vierge, celui-là fait bien.38Ainsi celui qui marie sa fille fait bien, et celui qui ne la marie pas fait mieux » I Corinthiens 7 v 36-38 est clair. L’Apôtre Paul parle aux Pères et c’est aux pères de juger s’ils doivent ou non marier leurs filles

      Que préconisent les littéralistes obscurantistes ? Faut-il appliquer cette recommandation de l’Apôtre Paul ?

    • @Rédaction :
      1 cor.7 démarre ainsi : 1 cor.7:1 Pour ce qui concerne les choses dont vous m’avez écrit, je pense qu’il est bon pour l’homme de ne point toucher de femme.

      Donc 1 cor.7 est dans une réponse faite à différentes questions posés à Paul par l’Église, et à des réponses faites correspondant à leur vie de l’époque mais en 1Cor.14:34-37 Paul dit de façon clair que ce qu’il écrit est un commandement du Seigneur.
      Voyez vous la différence ?

      De même, dans 1 Cor.7:10-11, Paul dit que le Seigneur ordonne que l’homme ne répudie point sa femme etc…
      Donc un ordre du Seigneur.
      Pourquoi ne confessez vous pas plus que c’était juste une parole de Paul relatif à leur temps alors que plus bas il parle de pères ayant autorité sur leur filles vierges ?
      Aujourd’hui le monde divorce, les temps ont bien changé pourquoi cette parole du Seigneur 1cor.7:10-11 vous ne l’effacez pas plus de votre bible en encourageant le divorce sous prétexte que les temps ont changé ?
      Répondez svp pourquoi ?

      Voyez vous quand on est de mauvaise foi et qu’on veut noyer le poisson on est capable d’inventer n’importe quel concept fallacieux en se servant de textes qui n’ont rien à voir avec le débat.

      Servez vous de 1Cor.7:10-11 et 1 Cor.14:37 qui définissent un ordre et un commandement du Seigneur à l’Église et on commencera à parler de versets qui définissent la pensée du Seigneur.
      Or si vous considérez que 1 Cor.7:10-11 ne peut être enlevé pourquoi enlevez vous 1 cor.14:34-37 qui est aussi un ordre du Seigneur ?

      Mais qu’est ce que vous pouvez être démagogue à vos heures !!!

    • Dans certains cas je préconise le divorce.

      Vous etes un bon petit pharisien qui se croit spirituel et meilleur que les autres alors que vous êtes juste dans les méandres de la religiosité.

    • «  » La question n’a pas sa raison d’être!! je ne sais s’il s’agit de JM!! Paul ce grand homme de DIEU a parlé de la part de DIEU!! je préfère me fier à l’évangile quand à l’auteur!!! (Paul et le voile de la femme), EnseigneMoi.com excuse-moi, avec tout le respect que je te dois!! tu es en erreur parce que la Bible est spirituelle, et que le fruit de la mort et la résurrection du SEIGNEUR est l’EGLISE!! et dans le corps du CHRIST il y a question d’autorité!!

    • La bible ne vous interdit pas de rester idiot par obscurantisme… Mais c’est tout de même dommage…

    • Il serait bien alors d’ouvrir un débat sur les cas de divorces sur lesquels vous statuez car l’Écriture atteste que l’épouse est liée à son mari tant que le mari est vivant.
      De ce fait expliquez moi comment un couple marié arrive à se séparer et ensuite se remarier derrière sans que cela ne soit pour les brebis du troupeau un adultère pour la femme.
      Autorisez vous donc a un mari chrétien de répudier son épouse ?
      De ce fait montrez moi avec l’Écriture les textes qui vous permettent de statuer de la sorte.

      Vous me portez d’être dans une étiquette religieuse, c’est votre perception erronée de ma personne cependant vous serez bien incapable de me porter un seul verset de l’Écriture dans le NT autorisant le divorce et autorisant à la femme de prêcher l’Évangile.
      Votre seul argument :
      – C’était contextuel pour la femme et propre à une assemblée
      – Pour les divorces :  » Je  » … donc vous en raisonnement d’homme et non qualité de serviteur de Dieu soumis à l’Évangile.

      C’est noté où qu’un ordre du Seigneur est contextuel et que cela consistait à une église dans un temps T car le texte dit qu’elles soient soumises comme le dit la Loi (1 Cor.14:34).
      – Considérez vous que la soumission des femmes est aussi un fait passé, dépassé et circonstancié à une période T ?
      – Dans votre propre foyer êtes vous selon le Seigneur le chef de votre épouse et votre épouse répond elle selon le Seigneur à l’ordre de se soumettre à son époux ?

      Bien à vous !
      Ps : J’espère recevoir quelques lumières pour me sortir de mon obscurantisme puisque selon vous le voyant c’est vous !

    • @ rédaction

      « Que préconisent les littéralistes obscurantistes ? Faut-il appliquer cette recommandation de l’Apôtre Paul ? »

      Mais voyons, sans parlé de l’Eglise il n’y a pas si longtemps en France c’était comme ça !!!!! Le père devait aussi payer une dote pour sa fille.

      Je me souviens d’une « mami » qui me disait que juste après la guerre, il ne lui était pas pensable de sortir avec un garçon sans l’autorisation de son père.

      On regardant un film sur la vie d’Hudson Taylor (1832-1905) une scène montre qu’il ne pouvait épouser une femme (orpheline, donc sous une autorité de tutelle) que si la gouvernante du pensionnat donnait sa permission.

      Il est vrai que de nos jours l’autorité du père a « fondu comme neige au soleil », heureusement ! Car l’on voit les bon fruits que cela donne dans la société ! Elle est si harmonieuse, pacifique, détendu, pleine de sécurité ! Merci à Mai 68 et à d’autres facteurs qui on permis l’épanouissement de la famille.

      Mais ce n’est pas par ce qu’aujourd’hui, la plupart des pères n’ont plus rien à dire sur le choix de conjoint, que cela rend les couples plus harmonieux, amoureux et durable.

      Entre les mariages forcés (qui est une abomination) et un laxisme totale, je pense qu’il y a de la marge quand même.

    • Maintenant que ce n’est plus le cas, que doit faire l’Eglise ? Prêcher envers et contre tout le retour à cette recommandation de l’Apôtre Paul ou considérer que ce n’est pas grave de fonctionner autrement ?

    • @discovery7
      Un père digne de ce nom constitue un rempart pour sa fille, et il est évident que dans des liens filiaux tels que ceux qui existent dans une famille qui cherche l’approbation du Seigneur, rien ne se fait par la bande. Quelle jeune fille serait assez sotte et confiante dans son propre avis au point de ne pas demander à ses parents, dont elle connaît la préoccupation à son égard, leur opinion dans une affaire où de tels enjeux existent ? Mais à vrai dire, la prière ardente pour être éclairée amène déjà généralement une réponse des plus compréhensibles.

    • Pour le Divorce, un état de fait non reconnu est un mensonge, tout autant que le mariage !

    • @ Rédaction

      Vous posez là deux bonnes question sur le sujet, j’ai commencé à vouloir commenter mais cela demande beaucoup de temps et beaucoup « d’inspiration ».

      J’en resterai au stade du susciter la réflexion sur le domaine, comme je l’est fait dans mon dernier commentaire. (Je bat en retraite pour ce sujet si vaste et d’importance mondiale pour la conception de la famille dans l’Eglise. N’étant pas assez armé pour ce sujet si délicat mais combien intéressant, je le laisse de coté et y reviendrais plus tard)

    • « Rédaction
      10 mars 2015 • 7 h 41 min
      Dans certains cas je préconise le divorce.

      Vous etes un bon petit pharisien qui se croit spirituel et meilleur que les autres alors que vous êtes juste dans les méandres de la religiosité. »

      +1 à Paul.

      Attention à la manière de lire la Bible. Je sais que ce n’est pas plaisant pour certains lorsqu’on évoque le contexte, mais c’est nécessaire d’avoir une bonne herméneutique et ce, afin de bien diriger, aider, corriger, redresser les gens d’une communauté. Dans le cas contraire, les dérives sont inévitables et entraînent des conséquences lourdes pour tous ceux et celles qui suivent les littéralistes obtus.

    • lafoisansreligion

      je suis bien d’accord avec vous sur ce sujet , mais certaines personne octroient un pouvoir magique aux versets bibliques …..il ne faut donc pas s’étonner d’avoir quelques problèmes avec la réalité quand on lit la bible sans réfléchir…..Dieu n’a pas créer l’intelligence pour qu’on ne s’en serve pas 😉

    • Vous parlez d’herméneutique quand ces écrits sont des Révélations d’apôtre.
      Ce n’est pas par l’herméneutique qu’on entre dans la Révélation mais par l’Esprit du Père.

      Sans la Révélation jamais vous ne comprendrez ce qui est écrit, vous lirez mais vous ne comprendrez pas car Esaïe 29:11 Toute la révélation est pour vous comme les mots d’un livre cacheté Que l’on donne à un homme qui sait lire, en disant : Lis donc cela ! Et qui répond : Je ne le puis, Car il est cacheté ;12 Ou comme un livre que l’on donne A un homme qui ne sait pas lire, en disant : Lis donc cela ! Et qui répond : Je ne sais pas lire.
      13 Le Seigneur dit : Quand ce peuple s’approche de moi, Il m’honore de la bouche et des lèvres ; Mais son cœur est éloigné de moi, Et la crainte qu’il a de moi N’est qu’un précepte de tradition humaine.
      14 C’est pourquoi je frapperai encore ce peuple Par des prodiges et des miracles ; Et la sagesse de ses sages périra, Et l’intelligence de ses hommes intelligents disparaîtra.

    • Shor: continuez sans herméneutique, moi je vais continuer avec l’herméneutique.

    • Votre doctrine sur le blasphème contre le Saint Esprit est non seulement approximative au point d’être fausse mais dangereuse. On ne parle pas à la légère de ces choses.

  4. que le seigneur vous bénisses pourquoi Jésus na pas pris les femmes comme pasteur apôtres a son temps lise bien la bible 1CORINTH 2.9V15 LA PAROLE DIT DANS 1CORINTH 14.36V38 OU BIEN VOUS PENSEZ PEUT ETRE QUE LA PAROLE DE DIEU EST VENUE DE CHEZ VOUS EST CE QUE VOUS ETES LES SEULS A L AVOIR REÇU? SI QUEL QU UN CROIT PARLE AU NOM DE DIEU AU DE L ESPRIT SAINT IL DOIT RECONNAÎTRE UNE CHOSE CE QUE JE VOUS ÉCRIS EST UN COMMANDEMENT DU SEIGNEUR MAIS S IL NE RECONNAIT PAS CELA DIEU NE LE RECONNAIT NON PLUS

    • Vu la qualité de votre argumentaire… évitez au moins de vous appeler « Apôtre »…

    • Et pourquoi hurlez-vous avec tous vos gros caractères majuscules ?

    • Un apôtre a le droit d’HURLER sur les simples ouailles que nous sommes !!😉

    • « apôtres Martin » vous avez vraiment lu l’article ????

    • @apotres martin : Vous aurez beau hurler la Vérité à des sourds, ils ne vous entendrons pas plus !

    • C’est amusant parce qu’on pourrait dire la même chose à votre sujet…

    • A ce jeu personne ne pourra avoir la réponse définitive car vous même hurlez que les obscurantistes sont tous ceux qui ne voient pas comme vous.

      Donc la mesure de l’autre c’est visiblement la votre et se limite à cela.
      Dans ce cas pourquoi traitez vous inlassable les autres d’être dans l’obscurantisme quand chacun peut aussi vous servir le même cliché ?

      Sinon cela veut spécifier que Mr Paul Ohlott se considère être le seul a détenir l’extrême vérité du Seigneur…
      Je ne suis pas contre ce point que vous puissiez détenir la Vérité mais il faudrait au moins que cela soit confirmé par les Écritures ce qui n’est pas toujours le cas chez vous.
      Donc permettez moi de douter de votre crédibilité et permettez aux autres de juger vos allégations à la lumière des Écritures car ce n’est ni vous ni moi qui possédons la vérité mais bien le Seigneur Jésus-Christ et l’Esprit du Seigneur se révélant à nous au travers des Écritures.

      Donc restons tous dans l’humilité et évitons de fustiger l’autre en hérétique, je pense que nous aurons franchi un cap dans l’Amour.

      Ce que je dis par là c’est qu’il a au moins hurlé la Parole de Dieu.
      Cela fait cependant toute la différence et sur ce point celui qui crie la parole et n’est pas reçu fait que l’autre est un sourd.

    • « vous même hurlez que les obscurantistes sont tous ceux qui ne voient pas comme vous »

      Faux. Les obscurantistes sont tous ceux qui cherchent à comprendre la Parole en usant uniquement d’une lecture littéraliste idiote au lieu de chercher à comprendre le contexte d’un texte, ainsi que la culture et l’intention de l’auteur. Mais dès lors qu’une personne a une lecture intelligente de la Bible, elle a le droit de ne pas parvenir aux mêmes conclusions que moi.

    • Quels fruits durables pour ces Évangiles de la prospérité temporels et du développement personnel au lieu du développement mutuel ! La critique formelle de la citation de « apotres martin » montre le niveau des modérateurs modérément ouverts aux Saintes Écritures.

  5. Bravo pour cet article intelligent, bien documenté et pleine de courage !

    Question : Genèse 3,14 nous parle d’inimitié entre le « serpent » et la femme, visant , non seulement symboliquement, la « tête » de la femme et le « talon » du diable…

    Ce n’est pas pour rien que la Bible nomme ce dernier : le « champion de la ruse » (Genèse 3, 1). Est-il possible que, de génération en génération, il arrive à tromper, par des arguments apparemment pieux, ceux qui entravent le ministère de la femme dans l’Eglise avec la meilleure conscience du monde. En réalité, ils soutiennent peut-être, et sans le savoir, « simplement » le combat du serpent ? Ce jeu serait tout à fait digne d’un « Champion de la ruse. ».. !
    De plus, il s’agirait tout de même d’un moyen super efficace pour le diable de réduire ainsi les ministres et donc l’avancement de l’Evangile dans le monde de plus de 50%, en fermant la bouche aux femmes chrétiennes… Chapeau !

  6. Je troue ce texte excellent et complet merci de l’avoir poster Paul.

    Ensuite il y a un livre que vous pouvez étudier, pour les fondamentalistes :

    QUI A DIT : LA FEMME NE DOIT PAS ENSEIGNER ?

    http://www.clcfrance.com/qui-a-dit–la-femme-ne-doit-pas-enseigner_ref_LDVQ010.html

    • elle fait des trous, des petits trous…dans les textes…!!!

    • OUI mon ordi mange les mots ….c’est très rigollot ce que ça produit , je viens juste de le voir !

      cependant lisez le livre il risque de boucher quelques trous (blanc) dans votre approche de ce service

    • Ah « colombe » on a dû se rencontrer quelque part!

      Car des ravinistes, à part dans les Cévennes (trop loin de la PO de Mulhouse), il n’en reste que 4 ou 5 à Valentigney!

      Mais pour revenir plus « largement » aux darbystes « étroits » (en nette régression aussi), s’il est vrai qu’ils ajoutent à l’Ecriture*; ce n’est pas une raison pour les autres d’en retrancher!

      * J’ai expliqué à certains d’entre eux que s’il Paul dit « que les femmes se taisent », il précise plus loin « je ne lui permet pas d’enseigner ni de prendre autorité sur l’homme », ce qu’ils ignorent en lui interdisant de prier, indiquer ou entonner un cantique….
      Quand il y a un panneau sens interdit, c’est une interdiction générale et absolue.
      Quand il est surchargé, c’est pour en restreindre la portée : interdit aux poids lourds, interdit les jours de marchés, interdit sauf riverains….

      Mais tirer parti d’une interdiction limitée pour briser toutes les barrières est bien pire : on n’est jamais verbalisé pour s’être imposé une obligation superflue!

      Alors , blâme pour les Darbystes ? probablement, mais exclusion pour les féministes, assurément!

    • samdesouce

      Mais tirer parti d’une interdiction limitée pour briser toutes les barrières est bien pire : on n’est jamais verbalisé pour s’être imposé une obligation superflue!

      Alors , blâme pour les Darbystes ? probablement, mais exclusion pour les féministes, assurément!

      Heureusement pour celui qui est en Jésus Christ, toutes les barrières charnelles posées par les hommes, y compris par certains apôtre sont brisés . Et c’est pas parce que certains Apôtres, don le passé meurtrier prouve une nature extrémiste, que je vais me soumettre à leurs excès .

      J’ai appris avec le temps et les diverses expériences vécues en église, qu’il est avantageux de ne se soumettre qu’à Dieu, au Fils et au St Esprit .
      Ils sont bien les seul à tenir la route et à me garder du mal de la folie de la chair gratifiée de l’homme, profondément tortueux et vil !

      Aussi j’ai fais de ce verset une règle de vie personnelle et définitive :

      Actes 5.29 Pierre et les apôtres répondirent: Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.

      Là il s’agit des Apôtres qui ont vécu avec le Seigneur …..et non pas un Apôtre qui après avoir fait beaucoup de mal aux chrétiens, vient nous imposer sa vision de la femme, alors que Jésus n’en fait cas nul part !

      Je respecte ce qui vient de Dieu chez l’Apôtre Paul, mais je sais aussi à la lumière des évangiles, mettre de côté ce qui vient de sa culture non régénérée

      Car l’Éternel donne la sagesse; De sa bouche sortent la connaissance et l’intelligence;
      Proverbes 2:6

    • samedouce , il leur permet quand même de prier et de prophétiser , comment le font elles sans ouvrir la bouche ?

    • Catherine Bunel

      excellent Catherine !
      Il semble que certains, avides de pouvoir et d’autorités nauséabondes sur la femme…. en perdent le sens😉

  7. La femme chrétienne, c’est-à-dire celle qui respecte le Seigneur mais qui n’est ni plus parfaite, ni moins parfaite que l’homme chrétien, a un grand rôle à tenir dans l’église locale. Un seul point lui est impossible: c’est celui de savoir tenir la direction du foyer qui est le sien, à moins d’être bien entendu, veuve ou seule avec des enfants.
    Cette direction est réservée à l’homme., n’en déplaise à notre société moderne qui chasse la Parole de Dieu et son enseignement à grands coups de balai.
    Ce qui ne signifie pas du tout que l’homme, seul à seul avec son épouse, n’en profite pas pour lui demander des conseils, conseils dans lesquels la femme est souvent plus avisée et plus prudente que le mari.

    Dans l’église locale la femme doit avoir sa part selon le charisme qui lui a été donné par le Seigneur. Mais il faut le reconnaître, ce charisme est la plupart du temps étouffé par les hommes dans l’église.
    Particulièrement dans les églises évangéliques qui sont les plus proches de la réalité biblique (ce qui ne signifie absolument pas qu’elles sont les plus proches de la Vérité biblique).

    La femme dans l’église peut exercer tous les ministères SAUF celui de pasteur et docteur, car il s’agit là de la responsabilité de celui qui en tant que chef de son foyer doit prouver dans la conduite de son foyer que ce foyer est bien dirigé.
    En effet ce qui est demandé à un ancien l’est donc aussi au pasteur qui, s’il n’est pas le commandant en chef des anciens, est lui-même un ancien qui donne la ligne générale à l’église où il a été appelé par le Seigneur et dans ce cas il est secondé par les autres anciens.

    Une femme n’a pas et n’aura jamais la vision de l’église. En revanche, elle saura bien plus vite que l’homme quels sont les inconvénients et les divers aléas – bon ou mauvais – des décisions prises pour la marche et l’avancement de l’église.

    Contrairement à ce que beaucoup affirment haut et fort, nous savons par diverses lettres trop peu publiées de nos jours, que les femmes dans les églises des premiers siècles marquaient de leur empreinte morale et spirituelle la marche des églises dans lesquelles elles se trouvaient.

    Et ceci non pas par des actes extraordinaires, des miracles étonnants (quelques uns cependant) et des interprétations dignes de nos théologiens actuels, mais par l’influence qu’elles avaient d’abord sur leur foyer et sur leurs enfants en leur communicant leur propre foi et leur propre amour de Dieu et surtout le respect qu’elles avaient de la Parole de Dieu.

    Il est très rare qu’une jeune enfant imite la foi de son père mais en revanche il se tiendra au plus près de la foi de sa mère et cela sera pour lui une base d’autant plus solide que sa mère lui aura donné un exemple vivant d’une chrétienne disciple de Jésus-Christ.
    Non pas la perfection de la foi mais la simplicité de la foi. Et pour cela la femme n’a pas besoin de se montrer dans l’église.

    Quels sont les enfants – disons jusqu’aux environ de 10 ans (car au-delà ils glissent insensiblement vers le père (et à lui de prendre le relais de sa femme) – qui se souviennent toute leur vie de ces moments où seuls à seuls avec leur mère, ils apprenaient avec elle à prier, à se faire expliquer la Parole de Dieu non pas pour devenir des supers chrétiens mais comment vivre et comme se conduire dans la vie de chaque jour, à la fois dans la famille mais aussi dans le monde?

    Est-il besoin de citer tous les noms de ceux qu’on nomme pompeusement « Les héros de la Foi » et dont la mère a été le pivot central de leur vocation spirituelle?

    La véritable place des femmes dans l’église n’est pas d’être remarquée par tel ou tel charisme plus ou moins visible – tant mieux si elles en ont un – mais par leur présence faite à la fois de paix, de simplicité, de conseils et avis paisibles mais judicieux lors d’un débat dans l’église et surtout par leur joie rayonnant silencieusement sur leur visage, ce qui attirera plus les coeurs à Dieu que la manifestation de tel don ou charisme qui les met en avant de tous les regards.

    Car la femme dans l’église a été pensée par le Seigneur pour être une aide spirituelle (dans le sens de Gen 2/18) à toute l’église.

    Le simple respect de la fondation du foyer par l’Eternel Dieu, transposé dans l’Eglise, mettra tous les membres de l’église d’accord:
    La femme est une aide de la foi des hommes comme elle est une aide de son mari dans le foyer.

    • quelques questions et remarques suscitées par la lecture de votre commentaire:

      – combien d ‘enfants avez-vous élevé et quel âge ont-ils?
      – combien d’enfants avez-vous fréquenté?
      – si la femme n’a pas besoin de se montrer dans l’église, l’homme a-t-il ce besoin?
      – servir l’église par ses dons reçus par grâce, est-ce « se montrer »?
      – Gen 2v18 utilise un terme pouvant être traduit par « vis-à-vis ». Dans un vis-à-vis, pouvez-vous m’indiquer quelle partie est plus importante que l’autre? Je trouve votre glissement entre l’aide donnée à Dieu par Adam vers une aide à toute l’église pour le moins surprenant, d’autant plus qu’il sous-entend du coup que les femmes ne sont pas l’église… ce qui avouez-le serait choquant, et pas loin de la discussion qui a consisté à déterminer si les femmes avaient une âme. Par ailleurs, « une aide de la foi des hommes « peut donc s’appliquer à un(e) prophète, enseignant(e), pasteur(e), évangéliste… qui à ma connaissance sont des dons faits par Dieu pour édifier l’église
      – « des interprétations dignes de nos théologiens actuels », dont une partie sont des femmes…

    • @Benjamin
      « La femme dans l’église peut exercer tous les ministères SAUF celui de pasteur et docteur, car il s’agit là de la responsabilité de celui qui en tant que chef de son foyer doit prouver dans la conduite de son foyer que ce foyer est bien dirigé. »
      Entièrement d’accord. Or l’enseignement est l’apanage du docteur ; on a donc encore tenté de noyer le poisson.

    • le terme pasteur veut dire celui qui prend soin du verbe soigner ….et alors les femmes ne sont pas remplies de compassion pour soigner les âmes en détresses ??

      Elles sont à votre avis sans discernement sans parole de révélation et prophétique pour savoir que faire pour aider les perdus et ceux qui se sont fourvoyer dans une mauvaise direction???

      Actuellement j’accompagne ma nouvelle voisine qui a fait un faux pas; je l’ai vu en vision tomber dans une citerne , un puits !

      Elle est allé chez un homéopathe et voilà le résultat !!
      .Dieu me donne sa sagesse pour intervenir dans le réel des gens, pour les aider à se relever et s’orienter vers la vérité Jésus, qui nous instruit comment vivre et le suivre pour rester dans sa protection qui est une bénédiction !

      Après cette vision, j’ai sorti sur le net les explications du problème de l’homéopathie qui est d’origine occulte ….J’ai suivi les conseils du St Esprit qui me montre le vrai problème , et ensuite m’indique comment aider et conduire à la guérison et la liberté des enfants de Dieu.

    • L’art et la manière de tirer certains textes par les cheveux,
      vous c’est par les chevaux qu’on devrait vous tirer…!!!

    • Formidable déduction d’un esprit religieux formaté par la parole de Dieu incomprise car mal enseignée.

    • Benjamin, merci pour votre commentaire, il rejoint en tout point mon ressenti.

      Les plans et l’ordre établis par Dieu sont parfaits.
      C’est lorsqu’on rend les armes pour s’y soumettre qu’on en comprend alors la portée.

      Les femmes n’ont pas besoin d’être pasteurs/enseignantes/théologiennes parce qu’elles sont mieux que cela : ce sont elles les mères (et donc les premières enseignantes!) des futurs pasteurs, enseignants et théologiens.

      Ce sont elles qui instruisent tous les futurs Timothée dont l’exemple de l’enseignement des saints lettres et de la foi de sa mère et grand mère est donné en exemple dans le NT !

      Combien c’est évident à qui veut bien accepter que tout ce que Dieu fait est parfait. La femme n’est point sans l’homme et inversement car tout vient de Dieu.

    • Les femmes ont juste la grâce de servir à l’école du dimanche… C’est une belle ânerie evangelico-obscurantiste.

    • Certes et échelonner les rôles et encourager l’ambition charnelle, c’est une belle ânerie évangelico-moderniste.

      Listez-nous donc les services qui ont de la valeur à vos yeux, puisque servir à l’instruction des enfants semble si méprisable ? Des regrets sur l’éducation reçue de votre maman, Paul ?

      Merci de montrer au monde comment vous faîtes un beau jugement de valeur entre les « ministères » …

      (Le plus drôle étant que je n’ai en aucun cas parlé de l’école du dimanche)

    • Permettre aux femmes de servir Dieu librement loin de la religiosité évangélique n’a rien d’une ambition charnelle. Déborah ou Esther n’ont pas eu des ambitions charnelles… et elles ont bien fait de servir Dieu à des postes d’autorité.

      Je n’ai rien contre l’école du dimanche, mais vous limitez le service des femmes à enseigner les enfants (futurs pasteurs, ministères etc.) et c’est cela que je déplore.

    • Vous remarquerez que ni Déborah, ni Esther n’ont choisi le chemin par lequel Dieu les a conduites ni la façon dont elles sont été utilisées. C’est bien toute la différence d’avec cette attitude de revendication et d’ambition charnelle qui sous-entends que travailler auprès des enfants c’est trop réducteur mais qu’il faut viser plus haut.

      Lorsque Dieu utilise des femmes, ce sont des femmes humbles. (Tout comme lorsqu’il appelle des hommes à son service).

      Or la première humilité d’une femme c’est de reconnaître où est sa place, et lorsqu’elle est à sa place, aux pieds du Seigneur, elle comprend vite qu’elle a une très grande importance.

      Importance que par votre attitude, vous méprisez et dénigrez ouvertement.

    • Personne ne choisit son appel. Je n’ai pas choisi davantage mon appel que Déborah ou Esther. Le fait d’être un homme ou une femme ne change rien à cela. Et cela prouve justement que Dieu a donné des poste d’autorité à des femmes, selon sa volonté.

      Souffrez donc que Joyce Meyer ou d’autres femmes de ce genre soient devenues des ministères d’enseignement sans qu’elles aient particulièrement choisi leur appel.

      « Or la première humilité d’une femme c’est de reconnaître où est sa place »… mais c’est la même chose pour l’homme… pourquoi genrer l’humilité ou l’Evangile. Que vous soyez un homme ou une femme, un juif ou un païen, cela n’a aucune différence.

    • Oui les deux hommes et femmes doivent connaître leur place. Mais il y a une différence, puisque dans le foyer hommes et femmes ont une place spécifique et que c’est à ces dernières que la parole demandent d’être soumises, et non pas aux hommes (dont je confesse que la tâche d’aimer leur épouse comme Christ aima l’Eglise est encore plus ardue mais ce n’est pas le sujet). Comme il leur est encore demandé d’être soumise à l’écoute de l’instruction.

      Ce que vous ne pouvez comprendre en tant qu’homme c’est qu’accepter ces enseignements pour la femme chrétienne, est loin d’être chose facile puisqu’il faut définitivement soumettre notre chair et notre orgueil sous nos pieds. Mais j’ai pu constater que c’est dans l’humilité que Dieu se révèle au cœur et qu’alors les choses si difficiles à admettre deviennent évidentes et limpides

      Comme j’ai constaté également que les femmes que j’ai pu voir le plus utiles à l’œuvre de Dieu, n’étaient pas forcément celles qui faisaient le plus de bruit, et de loin.

      Et ces femmes là, malgré leur apparente dévalorisation (aux yeux humains) sont en réalité de véritables servantes de Dieu qui les utilise au sein de son Eglise, et avec puissance, pour qui veut bien prendre le temps de considérer quelle valeur précieuse elles ont parmi les frères.

      Ce qui n’est visiblement pas votre cas, puisque vous préférez les qualifier d’obscurantistes évangéliques, au lieu de reconnaître la valeur de ces femmes qui sont aussi filles de Dieu par Grâce et vos sœurs en Christ.

    • l’homme est le chef de la femme. Le chef, c’est celui qui met les ouvriers au boulot… j’ai donc mis ma femme au boulot pour le Seigneur !

    • Importance que par votre attitude, vous méprisez et dénigrez ouvertement.

      Mais non vous interprétez très mal ce que Paul veut exprimer pour la libération justement du service des femmes, pas seulement dans le cadre que vous connaissez, mais bien plus large encore dans d’autres domaines !

    • @Rédaction
      10 mars 2015 • 13 h 52 min
      Je cite :
      l’homme est le chef de la femme. Le chef, c’est celui qui met les ouvriers au boulot… j’ai donc mis ma femme au boulot pour le Seigneur !

      ________
      Suffit pas de faire POUR le Seigneur mais SELON le Seigneur.

      David monte avec l’arche sur chariot neuf tiré par bœufs pour l’Éternel Dieu.
      Uzza meurt etc . !

      Il n’ a pas agit SELON le Seigneur.
      Je ne sais pas si cela est parlant pour vous.

      Veillez à ne pas placer votre couple en interdit en agissant en profane comme Esaü envers les choses spirituelles.

      Ne dîtes pas demain que vous n’avez pas été averti par un frère vous aimant.

      J’insiste Paul, revenez de ces voies de rébellion, sondez l’Esprit, vous pouvez encore voir comme il le convient.

    • Je n’ai aucune rébellion, je suis en paix avec mon Papa céleste et cela fait plus de 15 ans qu’il dirige ma vie dans tous les domaines… si je ne suivais pas Sa Volonté, je n’en serais pas là aujourd’hui… ses plans n’avaient rien avoir avec les miens !😉 Et pour rien au monde je ne reviendrais sur les voies de la religion, que j’ai vomi définitivement.

    • @Rédaction :
      Salomon dit-on était un roi fort sage et plus que vous, lumineux et remplit de succès cependant Christ parlant de lui dit une chose étonnante Luc 12:27 Considérez comment croissent les lis : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux.
      Votre succès sur terre c’est de la boue Paul car rien ne pourra surpasser la connaissance de Dieu le Père.
      Or cette connaissance c’est l’aimer et l’aimer c’est garder ses commandements même le plus petits et les plus insignifiants.

      Si vous estimez qu’être agréé de Dieu c’est posséder les signes extérieurs de succès ou de réussite ou de richesse etc. vous êtes encore dans le voile de la chair.

      Je vous intime à revenir véritablement au bon sens de la Sagesse divine, cependant si vos voies vous plaisent alors faite votre chemin mais je ne peux vous approuver.

      Bien à vous !

    • Qui a parlé de ça ? Pas moi. Même si Dieu bénit aussi matériellement, car il aime voir ses enfants prospérer.

    • Excellente analyse.

      J’ajouterai que pour la femme* comme pour l’homme, le fait de vouloir s’arroger un ministère auquel on n’est pas appelé est le plus sûr moyen de passer totalement à côté des bonnes œuvres préparées à l’avance pour nous.

      Car si pour la femme, l’impossibilité est incontournable, pour l’homme, il y a le filtre des critères de moralité, de capacité etc… des hommes pleins de foi et d’Esprit Saint, ce qui devrait en écarter beaucoup, et pas des moins célèbres.
      Ceux-là sans doutes sont favorables au « ministère » des femmes pour se rassurer, n’étant plus les seuls installés dans la désobéissance!

    • samdesouce

      L’impossibilité est incontournable de votre folie religieuses déraisonné a malheureusement de l’avenir jusqu’au temps de la fin ……Dieu seul peut y mettre un terme .
      Il nous faut donc rester calme devant cette folie charnelle et attendre que vienne le bien aimé dans cette génération ou les suivantes qui sait quand ??? Mais sans lui point d’intelligence sur la terre, ni chez les païens ni chez la plupart des chrétiens bestiales comme une horde de loup en meute .

    • @Colombe
      « ni chez la plupart des chrétiens bestiales comme une horde de loup en meute »
      Vous avez une curieuse manière de parler des frères ; personne ne conteste ni ne discute la part essentielle des femmes dans l’Église. Mais il y a un ordre et une hiérarchie voulue par l’Éternel, et dont atteste toute l’Écriture. Ce qui me semble inquiétant, c’est cette volonté de plus en plus audible des femmes d’exiger les mêmes prérogatives que les hommes ; or ce n’est pas ainsi que fonctionne l’Église conduite par l’Esprit, déjà parce qu’aucun homme ne se met en avant de lui-même, mais que c’est le Seigneur qui désigne qui Il veut employer, et comment. Nous le voyons dans l’Église de Jérusalem – « mettez-moi à part Paul et Barnabas » – et dans toute l’histoire de l’Église. Ce qui est devenu très rare, c’est la recherche de la pensée de l’Esprit, avec les confirmations nécessaires : l’Éternel ne s’est jamais offusqué de ce que l’homme veuille être certain que c’était bien Lui qui appelait, que ce soit Gédéon, Samuel, David, mais également Paul lui-même, demandant constamment la direction du Seigneur, et totalement soumis aux indications qu’Il lui donnait : il fait penser à un cheval si bien mis et d’une entente si parfaite avec son cavalier que le moindre changement d’assiette lui suffit pour exécuter ce qu’il lui demande. Paul veut très logiquement tirer sur tout ce qui bouge, en application de l’évangile- puissance de salut pour tous les hommes. Mais il ne discute pas un instant, alors qu’il voulait très légitimement évangéliser les Bithyniens, quand le Seigneur l’en empêche ; pourtant, à vues humaines, quoi de plus cohérent et logique, un peu comme la planification des campagnes d’évangélisation, où il arrive parfois, par inadvertance, qu’on demande l’opinion du Seigneur… la fameuse phrase, auditeur silencieux des conversations prend là tout son sens… très silencieux, et même rendu muet.

    • fildeferiste

      Je n’ai pas tout lu trop long 😉

    • @samdesouce
      « des hommes pleins de foi et d’Esprit Saint, ce qui devrait en écarter beaucoup, et pas des moins célèbres »
      Vous ne voudriez tout de même pas que l’Église des temps nouveaux, qui n’est plus dans les habitudes rétrogrades et vieillottes des siècles d’ignorance, se mette à agir bibliquement, en examinant les candidatures de ceux qui voudraient exercer une fonction ? Et pourquoi pas, exige les prérequis très clairement exposés, dont le moindre est strictement rédhibitoire, que ce soit le penchant pour l’alcool, la cupidité, ou l’incapacité à gérer correctement sa vie familiale d’une manière visiblement conforme et en accord avec le Seigneur. Pendant que vous y êtes, pourquoi pas prendre Dieu au sérieux ?
      Vous devriez vous réjouir de ce que l’esprit d’auto-entreprise ait généré une telle cohorte auto-proclamée, qui ne se reconnaissent qu’entre eux, et encore…
      Vous n’y êtes pas du tout : on se fiche éperdument, dans l’évangile des temps nouveaux, qui a tout de même une autre gueule que le vieux rabougri et poussif des serviteurs uniquement soucieux de l’approbation de leur Maître, de ce dont vous parlez, foi, Esprit Saint, pourquoi pas appel, et confirmation par des serviteurs éprouvés, pendant que vous y êtes ; le mot d’ordre moderne, c’est conviction personnelle, ambition, expansion, développement, prospérité, moisson, retour sur investissement : ça a tout de suite une autre allure, et c’est tout de même autrement vendeur auprès des jeunes, surtout ceux qui font des études de marketing…

    • @ blogueuse pudeur & modestie
      10 mars 2015 • 12 h 30 min
      Je cite :Les femmes n’ont pas besoin d’être pasteurs/enseignantes/théologiennes parce qu’elles sont mieux que cela : ce sont elles les mères (et donc les premières enseignantes!) des futurs pasteurs, enseignants et théologiens.

      Ce sont elles qui instruisent tous les futurs Timothée dont l’exemple de l’enseignement des saints lettres et de la foi de sa mère et grand mère est donné en exemple dans le NT !
      __________
      Cette pensée n’est pas biblique et est même infirmée par l’Écriture.
      https://actualitechretienne.wordpress.com/2015/03/12/sebastien-fath-christine-majolier-les-memoires-de-la-premiere-pasteure-francaise/comment-page-1/#comment-206479

      Même dans le foyer ou le mari est inconverti, la femme doit rester dans la soumission et se taire et c’est Pierre qui le dit et non pas Paul.
      Ce n’est pas dans l’Église qu’il lui sera permis de parler pour enseigner les enfants.

      Il y a beaucoup de dérives dans le système religieux dit protestant, des dérives à la hauteur même de l’entité catholique, voir même pires car plus larvées.
      Cela n’est pas étonnant de la mère Ktolique à la fille protestante, même bête même poil.

    • La femme à la responsabilité de ses propres enfants et pas la responsabilité de ceux des autres mais chacun aura à rendre compte en toutes choses pour lui même, je crois que beaucoup de gens ne se rendent pas réellement compte des actes qu’ils pausent et des conséquences qui en découleront.

    • Shor-L je n’ai pas absolument pas compris votre intervention …

      Prétenderiez-vous qu’une mère n’instruit pas ses enfants ? En quoi donc cela la rendrait-elle insoumise à son époux ?

      Savez-vous seulement avec lequel des parent les enfants passent-ils le plus de temps durant leur enfance ?
      Devinez donc … C’est avec la mère bien sûr !

      Pensez-vous que ces enfants qui vivent la majorité de leur temps, auprès de leur mère durant toute leur croissance, ne sont pas édifiés par son témoignage, et plus encore si elle est la seule chrétienne au sein du couple ?

      Pensez-vous qu’une mère doit être muette et ne dois pas éduquer, rependre ses enfants ?
      Et selon quels préceptes les éduquera-t-elle si elle est chrétienne ? N’est-ce pas selon les préceptes bibliques ?

      Timothée connaissait les saintes lettres dès son enfance, hors de qui les a-t-il apprise ?
      Dans tous les cas, c’est bien la foi de sa mère et de sa grand-mère que Paul loue,
      et non pas celle son père …

      Il est écrit : enfants soyez soumis à vos parents (Martin traduit même : à vos pères et mères)
      et non pas : enfants soyez soumis à votre père seulement …

    • @pudeur et modestie
      C’est une vérité que l’on retrouve dans la vie d’innombrables serviteurs de l’Éternel dont le nom est resté, à cause de l’œuvre que Christ a pu accomplir à travers eux, qu’ils ont presque invariablement déclaré, les Wesley, les Fox, les Finney, les Mûller, les Studd, et tant d’autres, avoir appris à connaître le Seigneur Jésus tout petits, sur les genoux de leur maman, et en observant la cohérence de son témoignage vivant, plein de paix, de maîtrise de soi, et d’amour. Et qui ne recherchait ni honneurs, ni apparences, mais la grâce de pouvoir élever ses enfants dans la connaissance des chemins du Seigneur. Cela paraît petit ? je crois, bien au contraire, qu’elles seront honorées par le Maître lorsqu’il reviendra, et peut-être bien plus que des serviteurs en vue.

    • @Pudeuretmodestie :
      Je pensai que vous m’auriez compris en une fraction de seconde mais je me suis trompée.
      Comment en deux mots vous le dire ?
      Le rapport de l’Église au Seigneur est celui de l’épouse à l’époux.
      Si dans l’assemblée il est demandé à la femme de ne point enseigner, il ne peut en être autrement dans le foyer.
      Le rapport :
      Seigneur L’Époux // mari(époux)
      L’Église L’Épouse // l’épouse(la femme)
      L’assemblée des saints // le foyer

      Si vous ne saisissez toujours pas je poursuis ainsi :
      Ai je contesté l’éducation normale des enfants données par la femme ?
      Non !
      J’ai contesté le fait que vous disiez que la femme dans le foyer enseigne l’enfant dans la parole.
      Ce rôle là ne lui est pas dévolu car ce n’est à aucune femme de faire des « Timothée » au travers de l’enseignement de la parole mais bien aux pères chrétiens.
      De sorte que les femmes qui enseignent la parole aux écoles du dimanche ce sont des dérives encore plus magistrales car dans le foyer l’enseignement de la parole aux enfants est sous la responsabilité des pères chrétiens et non pas des mères chrétiennes car même dan sle foyer chrétien la femme doit garder le silence eut égard à l’enseignement de la Parole.
      Ce rôle de l’enseignement de la parole de Dieu aux enfants n’a pas à être tenu dans l’Église par des femmes mais bien par des hommes.

      Concernant Timothée, Paul parle de son aieule et de sa mère en matière de Foi et non pas d’enseignement de la parole à Timothée.
      Ou lisez vous que ces femmes ont enseigné la parole de Dieu à Timothée ?
      Sara femme d’Abraham avait la Foi et c’était une femme soumise et par conséquent elle avait le témoignage de la femme qui garde le silence sinon elle ne serait pas citée en femme ayant la Foi par Paul.
      1 Femmes, soyez de même soumises à vos maris, afin que, si quelques-uns n’obéissent point à la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes,
      2 en voyant votre manière de vivre chaste et réservée.
      3 Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d’or, ou les habits qu’on revêt,
      4 mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu.
      5 Ainsi se paraient autrefois les saintes femmes qui espéraient en Dieu, soumises à leurs maris,
      6 comme Sara, qui obéissait à Abraham et l’appelait son seigneur. C’est d’elle que vous êtes devenues les filles, en faisant ce qui est bien, sans vous laisser troubler par aucune crainte.

      La femme qui a la Foi est celle dont la vie est en conformité aux commandements de Dieu et sur ce point elles gardaient le silence (n’enseignaient point l’Évangile) dans leur foyer et dans les assemblées et étaient soumises selon ce que dit la Loi.

      L’aïeule Loïs et la mère Eunice de Timothée, ont possédé la Foi conformément aux recommandation du Seigneur à leur égard car Paul spécifie que la mère c’est Sara et les filles celles qui possèdent le même témoignage dans la foi que Sara.
      Donc ces femmes(Lois et Eunice) étaient des femmes craignant Dieu et la femme qui craint Dieu n’enseigne point la Parole dans son foyer.
      La preuve la femme dont le mari est un incroyant n’a même pas ordre du Seigneur de lui prêcher l’Évangile, c’est pas envers les enfants qu’elle recevra ordre de le faire.
      Timothée a reçu son enseignement de l’apôtre Paul.
      14 Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises ;
      15 dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ.

      Paul parle de lui là pas des parents (féminins) de Timothée.
      Par contre Timothée avait effectivement devant ses yeux le témoignage type de ces femmes vertueuses et soumises à Dieu.

      Que la Parole demande que l’enfant soit SOUMIS aux parents, ne dit pas que les mères enseignent la parole à leur enfant.
      Pourquoi confondez vous ces deux choses qui n’ont strictement rien à voir entre elles.
      D’un côté une parole s’adresse aux femmes, et d’un autre côté aux enfants, que chacun face sa part.
      L’enfant même s’il ne reçoit pas d’enseignement de la parole par sa mère doit être soumis à sa mère. Ou est le problème ? nulle part !

      Concernant les autres choses de la vie (hors enseignement de la parole bien entendu) il est évident qu’elles furent de très bonnes éducatrices en qualité d’aïelle et de mère, cela je n’en disconviens nullement.

    • En effet Shor-L, je ne comprends pas votre position radicale sur ce sujet.
      Vous aurez remarqué que je ne parlais pas d’école du dimanche mais bien de l’éducation au sein du foyer.

      Le rôle d’une mère ne se cantonne pas pour moi à être la bonne qui nourrit les enfants et leur lave les fesses si vous me passez l’expression … Dans ce temps considérable d’affection partagée, qui est naturel et donc à mon sens dans l’ordre des choses voulu par Dieu, la mère échange énormément avec ses enfants, dès leur plus jeune âge et durant toutes leur enfance.

      Et dans tout ce qu’elle leur enseigne, je pense qu’il est un peu hypocrite (ou plutôt naïf) de penser qu’une mère n’enseigne pas ses enfants aussi dans la parole … De facto, une mère enseigne ses valeurs à ses enfants, donc une mère chrétienne enseignera de facto, des valeurs chrétiennes à ses enfants.

      Et lorsqu’une mère transmet ses valeurs à son enfant, elle l’enseigne indirectement.

      Considérez encore :

      Lorsqu’une mère inculque à ses enfants la notion de bien ou de mal, elle les enseigne.
      Lorsqu’elle les reprend en leur disant (par exemple) que « ‘mentir c’est un péché », elle les enseigne.
      Lorsqu’elle leur lit la Bible, bien que c’est la bible qui enseigne, la mère sert de vecteur à cet enseignement.

      Bien évidemment, nous ne parlons pas ici de cours de théologie, mais quoi qu’on en dise, il s’agit là d’un enseignement précieux, qui, s’il est couplé à l’indispensable témoignage est un ancrage durable dans la foi pour ses enfants.

      Et lorsqu’un enfant pose une question candide d’enfant sur une histoire de la bible qu’il a lue, ou une question concernant sa petite prière d’enfant, la mère, en lui répondant, l’enseigne. Car aucune mère n’a à ma connaissance jamais répondu à son petit : je dois me taire, attends donc le retour de ton père pour savoir ce que tu veux …

      De ce que j’en connais, je parle pour ma région, dans le passé, les femmes de foi, lorsqu’elles étaient au foyer, passaient de longues heures à méditer la Parole et en avait, de fait, une meilleure connaissance, que leur maris, qui passaient leur jours et ses nuits, au fond de la mine, et qui, pour peu qu’ils n’étaient pas converti allait noyer leur misère dans l’alcool et maltraitaient femme et enfant lors du retour à la chaumière…

      Comme le souligne Fildefériste je ne sais plus où, de nombreux grands noms du passé on confié avoir nourrit leur foi sur les genoux de leur mère, qui leur lisait parfois tout simplement la Parole. Ce qui n’a pas empêché que leur « père » dans la foi, et leur « vrais » enseignants, fut plus tard des hommes bien entendu… à l’image de Timothée, fils spirituel de l’apôtre Paul.

      Il n’en reste que la foi de la mère et de la grand-mère de Timothée sont données en exemple. Elles étaient juives, tandis que son père était grec et ne pipait probablement rien à la foi judaïque. Si donc Timothée connaissait les saintes lettres dès son enfance, il est plus probable que ce soit, au moins en partie, via sa mère.

      Or même le simple témoignage de foi est puissamment source d’enseignement :

      – Maman, pourquoi agis-tu comme cela ? Pourquoi ne fais-tu pas comme papa ?
      – Parce que l’Eternel nous l’a ordonné dans la loi, mon fils.

      -> N’est-ce pas là, de fait, de l’enseignement ???

      Timothée, et tous les autres ont donc de fait, reçu leur premiers enseignements sur les genoux de leur mère, bien avant qu’ils écoutent Paul. C’est ce que je faisais remarquer dans mon post initial/

      Fraternellement.

    • @pudeuretmodestie:
      Pourquoi me jugez vous d’être radical, je ne comprends pas ?

      Vous êtes d’accord avec moi pour dire que la première assemblée chrétienne c’est le foyer.
      Pourquoi voudriez vous que ce que le Seigneur ordonne pour assemblée des chrétiens, il l’enlève dans l’assemblée du foyer ?
      Il n’y aurait pas en cela un problème ?

      Suis je radical à cause de cette pensée ?

      ***
      Un proverbe dit : le silence est d’or, la parole d’argent.
      L’Écriture dit : 1 Pierre 3:1 Femmes, soyez de même soumises à vos maris, afin que, si quelques-uns n’obéissent point à la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes,

      Paul parle ici du foyer ou le mari est un incroyant et il démontre que la femme gagne son époux incroyant par sa conduite chaste et réservée etc., donc le témoignage non point parlé mais visible de tous.
      Expliquez moi comment c’est possible de gagner quelqu’un sans parole ?
      Est-ce possible oui ou non ?

      ***
      Nous sommes en accord que ne pas exercer une fonction d’enseignant de la parole ne veut pas dire ne pas parler de Dieu ou exercer la prière ou répondre à une question d’un enfant.
      Nous sommes d’accord que le point à respecter c’est l’enseignement de la Parole.

      Témoigner de Dieu ce n’est point enseigner.
      Mais cela ne doit pas être pris comme prétexte que femme doit enseigner la parole et même en son foyer.

      ***
      Cependant les femmes qui sont convaincues qu’il leur faut enseigner la parole à leurs enfants ou aux enfants (école du dimanche dans les assemblées), qui vous en empêche ?
      Personne … car Dieu n’empêche pas aux femmes de prêcher, la preuve : elle prêchent !
      Sont elles dans la Volonté de Dieu ?
      Non !
      Ainsi je ne suis pas là pour dire ce qu’il faut faire ou pas, je suis là pour préciser dans tout ce flots de pensée la volonté de Dieu.
      A chacun de prendre ou de laisser et aussi de prendre ses responsabilités.
      Demain ne dîtes pas en face de Dieu : Je ne savais pas !

  8. C’est un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive.

    Qui est l’auteur des ÉVANGILES ?
    Permettez-moi de répondre sans ambiguïté : ==> c’est CHRIST.
    C’est vrai que notre Seigneur nous a présenté ses 12 disciples hommes mais tout le monde évangélique sait qu’Il a aussi eu des femmes à sa suite pendant qu’Il enseignait .

    Son enseignement écartait-il les femmes des foules qui l’écoutaient ?

    C’est frappant de savoir que notre Seigneur Jésus-Christ, sachant que Madame la Samaritaine, ayant jeté sa cruche, allait prêcher en ville, ne le lui a pas interdit ; Il Lui aurait dit ceci :

     » NON, NON, FEMME NE VAS PAS PRÊCHER EN VILLE, MES DISCIPLES VONT ARRIVER, ILS IRONT LE FAIRE A TA PLACE, TU N’ES QU’UNE FEMME. »

    C’est tout aussi étonnant de savoir que, le matin de Sa résurrection, notre Seigneur ne soit apparu aux disciples devant le tombeau mais est apparu à Marie Madeleine (FEMME) à qui Il a chargé le message à annoncer à Ses disciples (HOMMES) :

    « Jésus lui dit : Ne me touche pas ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »Jean 20:17

    Quelle grâce ! Quel privilège pour Marie Madeleine !

    Tous ceux qui discutent et qui sont contre le ministère des femmes dans l’œuvre du SALUT en Jésus-Christ, devraient avoir HONTE de légiférer sur un droit que Jésus-Christ a accordé aux FEMMES, à savoir, le droit de porter la Bonne Nouvelle à toutes la création (HOMMES ET FEMMES).

    Revenons à l’apôtre Paul

    Ce serait long de redire tout ce qui est écrit dans cet article concernant Paul, et rien n’a été dit concernant le traitement que le Seigneur Jésus avait réservé aux femmes de son temps.

    J’ai l’impression que l’apôtre lui-même n’a pas respecté la volonté du Seigneur dans ce point de détail. S’il faut compter le nombre d’hommes qui exerçaient dans les assemblées de l’Apôtre par rapport aux femmes , on arrive à une contradiction totale ; c’est pour moi une fausse analyse qui ne permet pas de valoriser ou de ne pas valoriser à vue humaine, le potentiel des femmes au service de l’œuvre de notre Seigneur.

    L’apôtre Paul a généralisé sur toutes les femmes de la terre, les comportements ( de bavardage ) et (d’insoumission) d’une catégorie de femmes des assemblées de son époque. Prendre son analyse pour référentielle n’arrangent que les machos. Et si cette analyse était dans l’absolue, il n’allait pas écrire plus loin :

    «  »
     » Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus Christ. » Galates 3:28

     » Il n’y a ici ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre ; mais Christ est tout et en tous. » Colossiens 3:11
    «  »
    Ni Homme ni Femme ; tous ceux qui ont cru en Jésus-Christ sont sauvés. Et ils sont de facto à l’œuvre du salut des âmes qui appartiennent à Christ.

    COMPARAISON D’AUTORITÉ :

    ==> L’Apôtre Paul est-il supérieur à Jésus-Christ ?
    ==> Jésus-Christ est- IL supérieur à l’Apôtre Paul ?

    Je vous laisse le soin de donner la réponse ! ! !

    • Ce qui est étonnant c est que dans 1 Corinthiens 15 , les témoins de la résurrection sont nommés sauf Marie , la première témoin!
      Je vous ai transmis, comme un enseignement de première importance, ce que j’avais moi-même reçu: le Christ est mort pour nos péchés, conformément aux Ecritures;

      4 il a été mis au tombeau, il est ressuscité le troisième jour, comme l’avaient annoncé les Ecritures.

      5 Il est apparu à Pierre, puis aux Douze.

      6 Après cela, il a été vu par plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart vivent encore aujourd’hui — quelques-uns d’entre eux seulement sont morts.

      7 Ensuite, il est apparu à *Jacques, puis à tous les *apôtres.

      8 En tout dernier lieu, il m’est apparu à moi, comme à celui qui suis venu après coup[a].

    • Aucarrémary
      9 mars 2015 • 17 h 11 min

      COMPARAISON D’AUTORITÉ :

      ==> L’Apôtre Paul est-il supérieur à Jésus-Christ ?
      ==> Jésus-Christ est- IL supérieur à l’Apôtre Paul ?

      Je vous laisse le soin de donner la réponse ! ! !
      _______
      La question ne se pose même pas car Dieu(le Père) est le chef de Christ, Christ est le chef de tout homme et l’homme est le chef de la femme.

      Or Paul parlant par l’Esprit de Christ dit que ce qu’il a écrit est un commandement du Seigneur.
      Serez vous prête à mettre en péril votre héritage éternelle en contestant un commandement du Seigneur transmis par son serviteur l’apôtre Paul ?

      Jésus-Christ le chef de tout homme, par l’entremise de Paul qui est son serviteur (donc soumis à Christ) lui dit de donner ces préceptes à l’Église : …que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler ; mais qu’elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi…37 Si quelqu’un croit être prophète ou inspiré, qu’il reconnaisse que ce que je vous écris est un commandement du Seigneur.

      Ma réponse ici : https://actualitechretienne.wordpress.com/2015/03/09/lapotre-paul-etait-il-pour-ou-contre-le-ministere-de-la-femme/comment-page-2/#comment-205333

    • un commandement du Seigneur à une église particulière dans un contexte particulier…

    • @Rédaction : Enlevez aussi de votre bible dans ce cas, 1 cor.7 :10-11 vue que pour vous les commandements du Seigneur sont aussi contextuels. Donc pour vous on peut les ignorer.

      Dans ce cas profitez aussi pour corriger le Seigneur et lui dire de réformer certains de ses commandements concernant les rôles de chacun et profitez aussi pour lui définir que vous avez plus de discernement que lui pour juger ses commandements pour l’Église d’être inappropriés et profondément caduques pour notre temps.
      Vous avez déjà commencé par la masturbation autorisée, ensuite les femmes qui prêchent…que sera le prochain volet apostate de l’évangile selon Paul Ohlott ?

      Sachez cependant qu’un commandement du Seigneur est une loi immuable et intemporelle pour l’Église autant 1 cor.7 10-11 que 1 cor 14:34-37

      Mais 1 cor.14:38 vous dit en version saci : 38 Si quelqu’un veut l’ignorer, il sera lui-même ignoré.
      Et cela est selon la parole du Seigneur disant : Matthieu 5:19 Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.

      Cela ne me dérange nullement que vous jouez votre vie éternelle à la roulette russe car cela vous regarde vous et non pas moi.
      Cependant quand on se croisera ne me dîtes surtout pas : je ne savais pas !

    • Jesus a résumé toute la loi par 2 commandements. J’essaie déjà de vivre ces deux là correctement… Mais je vous encourage à vivre selon les us et coutumes de l’époque mdr. Choisissez de bons époux pour vos filles, à moins que vous ne décidiez de les garder vierges.

    • Paul vous semblez ne pas avoir compris la Loi et l’Esprit de la Loi qui se résume à deux commandements.

      Aimer Dieu = Garder ses commandements et même le plus petits d’entre eux.
      Comment pouvez vous me dire « aimer Dieu » vous même quand vous crachez sur le commandement de 1Cor.14 concernant la femme ?

      Vous êtes vous positionné en prière devant le Seigneur pour comprendre son ordre ?
      Je l’ai fait et la réponse m’est venu au bout d’années de patience et d’écoute à ses pieds en interrogations et en recherches de sa Volonté au travers de sa révélation.

      Si aujourd’hui je vous parle ce n’est pas en néophyte mais en homme ayant patiemment expérimenté l’écoute au Seigneur et je vous avoue que j’en souffre tous les jours car celui qui augmente sa sagesse augmente sa peine.
      Donc soyez aussi un peu à l’écoute de l’expérience des autres et cessez de vous voir comme le centre du monde.

      Je ne suis pas là pour vous tromper mais bien pour tenter avec vous une approche sur des choses extrêmement difficiles à comprendre surtout pour nous qui sommes habitués à une vie trépidante et qui s’éloigne de jours en jours du Seigneur.

      Je ne dis pas tout maitriser encore moins tout connaitre cependant si je vous dis que ces versets en 1Cor.14 sont bien commandements du Seigneur qui sont valides aujourd’hui même sachez que je ne me trompe pas sur ce point.
      Car avant vous j’ai contesté tous ces versets au Seigneur et beaucoup plus âprement que vous !
      J’estime que dans ma marche spirituelle je puis par ce que j’ai appris de Lui vous laisser quelques fruits spirituelles de ma quête.

      Restons dans l’Amour sinon même si nous ne sommes pas en accord, le Seigneur nous éclairera.

      Bien à vous !

    • je ne crache pas sur I Corinthiens 14 qui était sans nul doute un avis pastoral avisé pour le destinataire de cette lettre il y a 2000 ans. Et je trouve enrichissant de pouvoir la lire aujourd’hui. Mais à nouveau la Bible n’est pas un livre de recettes….

    • @Paul : Pourquoi respectez vous 1 Cor.7:10-11 ?

    • Je n’applique pas bêtement 1 Corinthiens 7 v 10-11… mais sur la question du mariage et du divorce, j’ai sondé toute l’Ecriture pour tenter d’approcher au mieux la pensée de Dieu sur le sujet.

      En outre, contrairement à ce que Paul semble suggérer (mais a-t-il vraiment détailler toute sa pensée sur ce sujet en l’espace de 2 versets ?), je pense qu’il y a des raisons valables pour prononcer des divorces. D’ailleurs, lorsque Moïse a autorisé le divorce, le Seigneur ne s’est pas mis en colère contre Moïse, mais il a accepté qu’il le fasse, expliquant que cela était nécessaire en raison de la dureté du coeur de l’homme. Voyez comme Moïse n’a pas eu peur de contrefaire le plan de Dieu ou de se rebeller contre la Parole de Dieu en autorisant des divorces. Il a juste utilisé son bon sens pour résoudre des problèmes de couple qu’il ne pouvait ignorer.

      Je maintiens que dans certains cas, il vaut mieux permettre un divorce, même si cela doit choquer quelques religieux obscurantistes et littéralistes.

    • Comme vous avez réfléchi au sujet : expliquez moi donc.

      Un couple précédemment marié dans le Seigneur, si le couple divorce la femme peut se marier de nouveau ?
      Que faite vous de la Parole qui dit qu’une femme est liée à son mari tant qu’il est vivant ?
      Un mari peut-il répudier sa femme alors ?

      Exigez vous que le couple divorcé demeure sans ce marier ?
      Sinon quelle parole de l’Écriture vous permets de les libérer l’un vis à vis de l’autre ?

      Ma question n’est pas un piège, je suis juste désireux de lire votre réflexion sur le thème même si en fin de parcours je ne serai pas en accord parce que moi je n’ai pas trouvé de réponse à cette question.

      L’essentiel c’est au moins de voir votre façon de fonctionner sur ce registre là.

    • Je crois que Dieu a permis et bénis des remariage.

    • @ Rédaction
      10 mars 2015 • 20 h 53 min

      Je crois que Dieu a permis et bénis des remariage.
      __________
      Qu’est ce qui dans l’Écriture vous permets d’aboutir à cette conclusion ?

    • @Shor L
      « Qu’est ce qui dans l’Écriture vous permets d’aboutir à cette conclusion ? »
      Vous voyez bien qu’avec l’argument de contextualisation, des principes qui sont absolus, parce que le Saint Esprit ne se soucie guère des coutumes locales, mais énonce des vérités éternelles, on peut tout justifier, dont le divorce, duquel l’autorité suprême de Jésus ne reconnaissait qu’un cas légitime.

  9. La notion d’autorité et de délégation d’autorité semble être évacuée dans ce texte. Peu importe ce que nous faisons pour Dieu dans l’église provient d’une délégation d’autorité. Jésus a été envoyé du Père. Son autorité ne venait pas de lui. Il ne disait pas et ne faisait pas ce qu’il voulait, mais seulement ce qu’il avait vu de Père. Il était soumis au Père. Paul nous rappelle à l’ordre que Dieu a été établi quand il parle de l’autorité de l’homme sur sa femme. Christ est l’égal de Dieu, et la femme est l’égale de l’homme, pourtant Christ ne s’est pas vu comme une victime en devenant serviteur de Dieu, tout comme la femme n’est pas une victime d’être sous l’autorité de son mari, sauf si son mari en abuse. Quand Paul parle du voile de la femme qui était la coutume de cette époque, le fond de sa pensée est qu’il veut que socialement la femme ressemble à une femme, et un homme à un homme. Paul ne veut pas qu’il y ait une confusion des genres, même en apparence. Chacun a son rôle dans le service pour Dieu. Bien que la femme puisse occuper des rôles de service important dans l’église, Paul ne veut pas qu’elle prenne autorité sur l’homme dans l’enseignement de la Parole de Dieu. On ne voit pas dans le nouveau testament de femme ayant le ministère d’ancien ou de berger dans une église. Pourquoi? Parce que ces ministères sont un mélange d’autorité et d’enseignement sur l’église. Si cette seule interdiction scandalise notre siècle, on peut se demander si nous n’avons pas un problème avec la notion d’autorité, plutôt qu’avec la notion du service des femmes dans l’église. Pour ce qui est du renouvellement de notre intelligence, il faut étudier la Parole de Dieu avec intégrité pour avoir la pensée de Dieu, et le Saint-Esprit va nous y aider. Si on veut comprendre des textes dans leur contexte socio-culturel, cela va nous prendre la pensée de Christ, et non la pensée de notre époque.

    • que faites vous de Phoebe? de Junias? de Priscille?

    • Vous oubliez de citer également Martinette….!!!

    • c’est qui ??????

    • et vous vous tournez une question qui voulait susciter réflexion en une boutade. A défaut de me fermer la bouche par la Parole, tournons mes propos en dérision : après tout, je ne suis qu’une femme.

    • Phoebé était diaconesse. Le diaconat est un ministère de service dans l’église, et non un ministère d’enseignement de la Parole. Des fois, l’homme et sa femme étaient diacres ensemble. L’auteur présume que Junias était apôtre, mais le texte ne le dit pas. Nous ne voyons pas Priscille enseigner l’église. D’ailleurs, aujourd’hui encore il y a des pasteurs et des missionnaires qui font le ministère avec leur épouse, cela ne veut pas dire qu’elles enseignent l’église dans une position d’autorité. Toutes ces vaillantes femmes ont travaillé pour le royaume de Dieu. D’ailleurs la Bible fait la louange des hommes et des femmes qui font le service pour Dieu de façon intégre et humble, et non la louange d’un type de ministère en particulier. Il faut faire attention de ne pas idolâtrier certains ministères au détriment de d’autres.

    •  » Si quelqu’un juge qu’il exposerait sa fille au déshonneur, si elle passait la fleur de l’âge, et qu’il est de son devoir de la marier, qu’il fasse comme il veut, il ne pèche point; qu’elle se marie. Mais celui qui, sans y être forcé, étant maître de faire ce qu’il veut, a mis dans son coeur une ferme résolution, et à décidé de garder sa fille vierge, celui-là fait bien.38Ainsi celui qui marie sa fille fait bien, et celui qui ne la marie pas fait mieux » I Corinthiens 7 v 36-38 est clair. L’Apôtre Paul parle aux Pères et c’est aux pères de juger s’ils doivent ou non marier leurs filles

      Que préconisent les littéralistes obscurantistes ? Faut-il appliquer cette recommandation de l’Apôtre Paul ?

    • @Blandinette

      Ce n’était que simplement qu’une simple boutade
      qui était adressé à Martinette (alias blanche colombe) et non à vous.
      Par ailleurs, si vous relisez mes commentaires
      ( ceux également qui sont contenus dans l’article :
      « Joyce Meyer / Adopter de bonnes habitudes… » )
      vous constaterez ainsi que j’utilise l’argument majeur
      de Déborah (femme qui fut Juge du peuple Hébreu)
      et l’article de la Rédaction ( Source : EnseigneMoi.Com)
      nous rappelle fort justement que : Phoebe, Junias et Priscille
      étaient des responsables exerçant une autorité inconstestable
      qui était reconnue par l’Eglise.

    • je vous mets ce com que j’ai écrit à un autre !

      Cette colombe ….. aïeaïeaïe ! Vous vous êtes humilié, bravos de prendre conscience que la femme n’est pas un objet.
      Merci de rectifier votre comportement pour l’aligner sur la pensée de CHRIST …..Ainsi que ceux qui fuient comme vous ………… La vérité fait fuir !

      S’il n’y a plus ni homme ni femme, c’est que le rôle sexué de l’être humain n’est que pour un temps sur la terre et n’est pas prévu dans le Royaume de Dieu, car pas déterminant pour accomplir la volonté de Dieu sur la terre.
      Ce qui est déterminant pour accomplir la volonté de Dieu sur la terre, c’est la consécration de son cœur (le même chez les hommes comme chez les femmes) la circoncision du cœur, car c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées etc etc etc …
      Il s’agit donc d’avoir ses pensées nettoyées et établies dans la pensée de Dieu et du Fils par l’Esprit, pour se tenir dans les pensées du Royaume de Dieu.

      Que dit la bible en Joël 3 ?

      L’Effusion de l’Esprit est rependue sur les hommes, les femmes et les enfants !!!!

      Maintenant après avoir pris connaissance de ce texte, démontrez-moi pourquoi nous devrions faire une différence entre les hommes et les femmes, don ce comportement fait référence au 1er testament, c’est à dire avant la venue du Fils et sa résurrection qui a permis de vivre ensuite Joël 3, à pentecôte ?

      Voulez- vous bénéficier de l’œuvre de l’Esprit qui fut libéré à pentecôte il y a 2OOO ans, ou rester sous la malédiction de l’homme déchu par sa faute de la 1ère alliance ???

      Jésus est le Nouvel Adam, est l’accomplissement d’une parole prophétique d’Esaïe 43 : 19 : « Voici, Je vais faire une chose nouvelle, sur le point d’arriver : ne la connaîtrez-vous pas ? Je mettrai un chemin dans le désert, et des fleuves dans la solitude. »

      Les fleuves dans la solitude sont les fleuves de l’Esprit Saint qui se repend sur toute la terre, afin que l’homme et la femme ne soient plus jamais seuls (sans Dieu et sa conduite spirituelle) !!!!!

      Pourquoi vouloir retourner sous la loi de la chair de la 1ère alliance, alors que la loi de l’Esprit de vie réconcilie toutes choses avec Dieu dans une égalité parfaite !!!

      Vous avez dans cette réalité spirituelle de la nouvelle alliance dans l’Esprit Saint, un nouveau joug qui remplace le joug posé par Dieu sur la nuque de l’homme et la femme déchues, le joug de la loi !

      Avec le Saint Esprit c’est le joug doux et léger qui, posé dans vos pensées, vous permet enfin de faire la volonté de Dieu par l’Esprit !
      C’est valable pour tout être humain qui reçoit l’effusion de l’Esprit tel que décrit dans Joël 3.

      Donc ceux qui continuent de faire une différence entre l’homme et la femme sont toujours sous le joug de la malédiction d’Adam et Ève, chassés du jardin à cause de leurs fautes.

      Avec Jésus ressuscité et l’effusion du Saint Esprit (Baptême du St Esprit) vous êtes à nouveau reconnecté au Père, réconcilié avec lui ….. donc réintroduit dans le jardin de Dieu, où il n’y a plus ni homme ni femmes, mais des cœurs circoncis par le Saint Esprit, cet Esprit libéré sur ceux qui sont attachés à Jésus, depuis la pentecôte !

      Il faut donc choisir, soit rester sous le joug de la loi de la 1ère alliance, posé par le Père à cause de la rébellion de l’homme et de la femme, soit entrer dans la nouvelle alliance, par la restauration dans nos cœurs de la relation directe avec le Père, comme autrefois, dans le jardin où Dieu visitait chaque soir sa créature pour dialoguer avec elle.

      Mon choix et fait depuis longtemps. Je marche depuis mon baptême de l’Esprit en nouveauté de vie, dans le royaume de Dieu.

      Ainsi dans cette nouvelle position, réconciliée avec mon papa du ciel, je reçois tout l’héritage du Royaume de Dieu et ses attributs : Signes miracles prodiges guérisons et ma nouvelle nature incorruptible, car cachée sous le sang de l’Agneau.

      Je ne suis plus sous le joug du jugement de Dieu de la 1ère alliance à cause de mes fautes, mais dans l’alliance nouvelle, celle du sang de l’Agneau qui m’a lavé de mes péchés, et qui fait de nous des fils et des filles du Royaume de Dieu, dans lequel rien n’est limité (par le péché puisqu’ effacé).

      Je jouis aujourd’hui de sa présence continue en moi. Cette merveilleuse présence du St Esprit me dirige et me fait marcher sur les lieux élevées de sa grâce et de sa gloire !

      Je n’attends pas la mort pour connaître le royaume, car j’y suis déjà dedans par la puissance du Saint Esprit ….

      Que peuvent me faire des hommes …ma vie est dans sa main je ne crains rien, Dieu est celui qui me garde de tout mal car j’ai dit oui à son Esprit Saint en moi.

    • @Carl

      Croyez-vous qu’il soit vraiment utile de mettre actuellement en pratique
      ce commandement donné par Moïse au peuple d’Israël :
      Livre de l’exode :

      « Quand un homme frappe du bâton son serviteur ou sa servante,
      et que ceux-ci meurent sous sa main, ils seront vengés.
      Mais si le serviteur survit un jour ou deux, il ne sera pas vengé;

      car il est la propriété de son maître »…!!!…!!!…!!!

    • Bonne question Georges !🙂

    • Excellent ! mdr

    • @Carl
      Le bon sens évangélique existe.

    • @rédaction
      « Que préconisent les littéralistes obscurantistes ? Faut-il appliquer cette recommandation de l’Apôtre Paul ? »
      De nombreuses micro-cultures continuent d’appliquer, avec beaucoup de bon sens, et dans une logique et un cadre de référence chrétiens, des alliances de mariage qui sont préparées avec soin par la famille. Cela ne signifie pas qu’on marie pour autant les filles de force avec un jeune homme qui leur déplairait. Mais la vieille sagesse des Arméniens ou des Géorgiens, issue et imprégnée de la Bible, fonctionne encore comme cela, du moins dans les zones où la mondialisation ne les a pas atteints.
      Dans une cellule familiale réellement soumise à l’esprit de Christ, il n’y a de toutes façons pas de situation si difficile soit-elle qui ne soit surmontable par la grâce ; quand vous soutenez que vous conseillez le divorce, il serait peut-être bon de préciser dans quelle situation, et s’il s’agit de chrétiens cherchant sincèrement la paix et le pardon mutuel.

    • Quand l’un des deux est bastonné le divorce s’impose !

    • « Quand l’un des deux est bastonné le divorce s’impose ! »

      Comme s’il n’y avait que la violence physique qui était condamnée, seulement vous n’approfondissez jamais le sujet, l’homme étant souvent plus fort physiquement, c’est bien sûr à lui que vous pensez, serait-ce du féminisme mal placé !?

    • Mais non , mais lorsque une personne est en danger c’est légitime et vital !

      Ensuite c’est au cas par cas ….Je trouve qu’aujourd’hui qu’on divorce vite et souvent par égoïsme, sans penser aux conséquences durables sur les cœurs de nos enfants. C’est terrible et c’est la conséquence de la déchristianisation de ce siècle qui produit des personnes individualistes, faisant passer leurs propres intérêts avant celui de leur enfants …Peut de chrétiens sont prêt à donner leur vie pour leurs enfants et leur bonheur à venir !

      C’est pourtant dans les églises que nous devrions apprendre le don de soi !!!!!

      Ce qui me fait dire que Jésus a reculé dans les églises et je ne sais même pas s’il s’y trouve encore présent. Le foi sociologique ne peut produire des caractères spirituels pour vivre selon la parole de Dieu et être de vrais témoins !

      J’ai accompagné des personnes qui étaient en voie de divorce …Ce que je peux dire c’est qu’il est difficile de mourir à nous même .

      Moi même il fut un temps, je voulais divorcer (mes raisons étaient valables ) mais enfants étant élevés .A chaque fois une amie recevait un songe me concernant…. alors que je n’avais pas partage ….Elle me téléphonait pour me partager ce que Dieu lui avait montré en songe et se qu’il attendait de moi …. J’ai obéi !!!

      Maintenant avec du recul, je peux dire avec sérénité que c’était une fuite et le refus d’aimer inconditionnellement ….comme nous aime le Seigneur dans sa confiance à savoir qu’il me protégeait de tout danger ….question de foi à développer.

      Notre couple a trouvé un équilibre qui nous fut donné par Dieu, après les nombreuses tribulations par lesquelles nous sommes passés à cause des religieux ….Ils ont failli détruire notre couple et nos enfants . J’ai dû faire partir notre fille en secret au Canada .
      Nous avons vraiment été persécuté et c’est un miracle de Dieu si nous avons tenu !

      Suite à ce chemin rocailleux dans la foi , nous avons trouvé un équilibre tous les deux dans le Seigneur , une unité que nous n’avions pas avant et c’est porteur …Je puis vous assurer que c’est porteur !

      La fidélité a le mérite de vous conduire sur des chemins de victoire que sans ces chemins vous ne découvririez jamais .

      Ces victoires sont autant de coup de pieds dans les œuvres de l »ennemie qui fait tout ce qu’il peut pour nous diviser et nous détruire ….à cause de notre témoignage !
      Nous avons été confronté aux satanistes qui avaient décidé de nous détruire. Le combat spirituel c’est du sérieux pour qui met en pratique la vérité biblique et spirituelle …je dérangeais des puissances par mon intercession.

      Aussi après ces terribles épreuves qui ont éprouvé notre foi , je puis dire que je suis pour la mort à soi même et le don de nos vies….. pour la multitude….. affin que les œuvres de justices du Seigneur paraissent par nos vies consacrées et bénissent beaucoup beaucoup d’âmes par notre fidélité à celui qui est toute notre vie et notre seule richesse : l’Éternel des armées.

      Voilà cher Eiglejo un peu plus de partage personnel !

    • @fildeferiste Merci, c’est apprécié!

    • @Paul
      Un texte pris hors contexte devient un prétexte.
      Paul donne son avis sur le célibat v.40, ce n’est ni un commandement, ni une déclaration, ni une affirmation.
      Vous avez omis de citer 1Co 7:8 A ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, je dis qu’il leur est bon de rester comme moi.
      Il y avait du temps de Paul des mariages libres et des mariages moins libres. L’avis que Paul donne est qu’il est préférable de rester célibataire pour servir Dieu sans encombrements.
      L’emphase de phase de l’apôtre Paul est sur le célibat, et non sur le type de mariage. Mais vous vous avez délibérément mis l’emphase sur un type de mariage, ce que l’apôtre Paul n’a pas fait.
      Si vous avez des questions sur des textes que vous trouvez difficiles, je vous suggère de prendre des cours bibliques, particulièrement le cours d’herméneutique, qui est nous enseigne comment interpréter les écritures.

    • Ai-je dit le contraire ? A aucun moment. J’ai pris un exemple de recommandation pour démontrer la bêtise du littéralisme.

    • En fait Paul, vous n’avez pas fait de démonstration, vous avez posé 2 questions douteuses sur un passage biblique en l’attribuant à des littérallistes obcusrantistes. Il faut faire attention à ne pas caricaturer les gens qui ne pensent comme vous, en faisant un lien indirect entre ceux qui croient à l’autorité de la Parole de Dieu et des obcusrantistes religieux.

  10. N’oublions pas non plus (même « spirituellement ») qu’à l’époque de Jésus et de Paul et jusqu’au siècle passé… le statut de la femme devant la loi : elle était considérée comme m i n e u r e à vie. C’est donc le mal le plus âgé, père ou mari qui était le responsable juridique de la maison. Il était donc tout à fait logique que toute la maisonnée, y compris sa femme lui obéissait.
    C’est dans ce contexte-là, qui n’est plus le même aujourd’hui (merci à Dieu et à celles et ceux qui se sont battus pour le changement !), que le Nouveau Testament à été rédigé. Jésus, certainement moins conventionnel que ses disciples y compris Paul, n’a pas entravé le ministère de la femme. C’était la société, son organisation religieuse et politique (en ressemblance avec quelques pays musulmans d’aujourd’hui) qui pratiquait un certain nombre d’interdits à l’endroit de la femme.
    De nos jours, les femmes sont considérées comme majeures et, à l’instar des hommes responsables de leurs actes. La loi qui soumet un genre à un autre n’est plus appliquée dans notre pays, bien au contraire… Mais il s’agissait d’un long combat, passant par le statut « chef de famille », et qui dure encore et toujours aujourd’hui dans de nombreux pays, notamment en voie de développement, où bloqués par des doctrines religieuses et/ou politiques, où les femmes sont toujours considérées comme mineures n’ayant aucun droit.
    Voilà pourquoi la « Journée Mondiale de la Femme » est toujours là à nous rappeler ces énormes « résidus » de sexisme et d’esclavage dans le monde. Aussi tout chrétien, sensible à la « justice » devrait aspirer à la liberté et à l’égalité de t o u s…
    Amen

  11. Je ne veux pas critiquer pour la simple raison que je ne suis pas trop de moi, mais ne me sentant pas à l’aise dans une Eglise ou il y as une femme qui prêche ou qui se dit pasteur, étant donné que j’ai le choix j’irait voir ailleurs.

  12. « …parfois des femmes à des positions de leader-ship »? Nous n’avons jamais entendu dire dans
    la Bible: qu’il leur était « interdit » de manger des ships😆 Vous dites l’aider-chips😉 Bon appétit! ♥
    Les femmes au pouvoir😉 Comment ça: elles y sont déjà? A bon! Alors pourquoi parler, pour rien dire😆

  13. L’argumentaire de Craig Keener est indiscutablement pertinent. Mais je suis curieux de connaître l’opinion de monsieur Keener sur la « servante » dont Actu-c est chargé de faire la promotion: Joyce Meyer.
    Le problème ce n’est pas la femme, mais certaines femmes. Joyce Meyer eût été un homme que les arguments contre elle demeureraient.
    Assurément, les discours de JM font du bien à des foules entières. Du réchauffé avarié et psychologisant avec de la chapelure de versets bibliques… Tant mieux pour elles. Je préfèrerais moi-même JM à n’importe quel mahométan ou n’importe quel talmudiste.
    Mais alors, quel procédé ! Tout ça pour vendre JM…
    Bien essayé en tout cas. Et il y en aura pour acheter du JM afin de soupeser les arguments de Craig Keener…
    Chrétienté rime avec parts de marché. Définitivement.

    • Mais je suis curieux de connaître l’opinion de monsieur Keener sur la “servante” dont Actu-c est chargé de faire la promotion: Joyce Meyer.

      Pourquoi vous n’êtes pas apte à discerner tout seul il vous faut l’avis d’un pape protestant ????

    • @ Colombe/Martinette

      Je suis limité. Peu instruit. Peu renseigné. Et je n’hésite pas à recueillir l’avis des personnes, pour peu qu’elles soient le réceptacle de l’Esprit de Christ. Mais, m’en tenant au fruit de votre clavier qui exprime votre coeur, je ne recueillerai pas votre avis à vous. Celui de Craig Keener qui est un chercheur volontaire et généreux, oui.
      Cordial shalom

    • MDR ha ha ha bon vent

  14. Bonjour Paul et merci pour cet article.

    Il y a un livre qui est une étude théologique ( écrite par 2 hommes, un théologien et l’ancien directeur de jeunesse en mission), « Pourquoi pas les femmes », qui est absolument révolutionnaire sur ces questions. En réalité, plus que révolutionnaire, il dépoussière surtout et met la lumière sur de nombreuses distorsions qui donnent davantage raison à l’ennemi qu’à Dieu en paralysant et condamnant au »silence » plus de 2/3 de la population chrétienne…: les femmes.
    Concernant le passage où Paul aurait dit « Il n’est pas permis aux femmes d’enseigner », en se penchant sur les textes d’origine et en étudiant la sémantique et la ponctuation historique utilisée par Paul, ils se sont rendus compte que la traduction que nous connaissons était manifestement fausse du fait d’un non respect de la ponctuation ( probablement volontaire de certains traducteurs de l’époque…). En gros, le livre vous l’expliquera mieux que moi, mais la construction de cette phrase est-celle d’une affirmation ironique très usuelle à l’époque qui serait l’équivalent de  » hé quoi? Il n’est pas permis au femmes d’enseigner? ton ironique induit par la syntaxe en grec qui signifie: C’est évident que oui, il y a même un consensus sur le fait que cela le soit !…. Le livre vous l’expliquera mieux que moi en reprenant toutes ces règles grammaticales. Ces chercheurs expliquent très bien en quoi cette question, alimentant les cultures patriarcales, à été merveilleusement employée par l’ennemi pour pénaliser l’émancipation du christianisme… Nous tous avons la responsabilité de méditer cela.

    Comment peut-on accepter que les femmes enseignent les enfants et prophétisent…et penser qu’elles sont indignes au pastorat, voire impropre au fait de donner la Sainte cène?? De nombreux chrétiens, hommes et femmes d’ailleurs, enfermés dans ces croyances, feraient bien de donner au Saint Esprit la légitimité qui lui revient dans le choix des personnes qu’il oint, et ne pas penser que leur pensée se trouve au dessus de lui.

    Dernier point, lorsque l’on étudie le rapport du Christ si respectueux et tendre aux femmes, qu’il proclame au sein du temple  » fille d’Abraham »…leur donnant ainsi la même légitimité que les hommes (« Et cette femme, qui est une fille d’Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat? » (Luc 13:15-16)) ( personne ne donnait ce titre aux femmes à l’époque et elles n’avaient pas accès au lieu où se trouvait alors Jésus…), les exemples font nombre….on se demande ce que l’on attend, nos mouvements nous ont retirés ( aux femmes…mais aussi aux hommes qui pourraient en bénéficier) ce que le Christ lui même est venu nous donner. C’est d’une grande tristesse…mais il n’est pas trop tard pour réparer.

    • Hé bin … y ‘a pu qu’à fiche la bible à la poubelle… avec toutes les erreurs de ponctuation « volontaires » qui y ont été introduites au fil du temps.

  15. Libre à vous Moleiro mais c’est bien dommage, parce que vous vous privez d’une bénédiction.

  16. Derrière la croix il y a… Christ ressuscité et ça vous change un homme !

    avant : les hommes disciples de lui dire en face à cause de la dureté de leur coeur ; si telle est la responsabilité de l’homme à l’égard de la femme, il n’est pas avantageux (sens unique) de se marier.
    Très parlant en peu de mots !
    Et puis les réflexions déplacées qu’ils n’ont sans doute pas manqué de faire à l’annonce de la résurrection.

    Après la compagnie du Ressuscité qui a dit et fait des choses que le monde entier ne pourrait contenir, quelles transformations ! Les hommes disciples ne se sont plus attardés sur leur Moi, ayant compris véritablement le sens divin du mot amour : don de soi.

    Une pensée, comme ça.

  17. Héééé ben ???

    Plus nous avançons, plus nous ré-entendons ces paroles du serpent ancien:
    « Dieu a t IL réellement dit ??.

    Quel mélange de « ministères, fonctions diverses dans l’église.etc…!!!!

    Ce n’est pas parce que les femmes sont allé annoncer la nouvelle « Jésus-Christ est ressuscité  » que cela veut dire que les femmes peuvent prêcher ,enseigner dans l’assemblée.

    Pour ma part, je regarde toujours si: « est ce que, comme pour les hommes, la femme qui prêche a été appelée de Dieu pour cette tâche ??Ce ministère ?

    ou, s’est elle proclamée « elle même » pasteur » et également , est ce que LE Seigneur l’inspire et travaille avec elle pour confirmer ??

    Cela dit, bon, acceptons qu’il peut y avoir des exceptions, mais je trouve que depuis ces dernières années, beaucoup trop de femmes s’auto-proclament « pasteur », et leurs messages ne me convainc pas

    que LE Seigneur les aie appelée à ça.

    Si LE Seigneur les a appelé, que peut on dire,,,, nous ?? Mais les a t’IL appelées ?? Vraiment ??
    Une femme peut quand même organiser des rassemblements pour évangéliser,
    là, je suis entièrement O.K.

    Amicalement , Dieu vous bénisse,..

    • Tant que vous ferez des différences entre les hommes et les femmes vous n’aurez pas les deux pieds dans le Royaume de Dieu où il n’y a plus ni homme ni femme mais des cœurs circoncis pour Dieu !

    • Avant tout il faut qu’il commence à essayer d’enlever ses deux grands pieds
      qui sont toujours dans le même sabot

  18. Question orientée de théologiens désorientés.

    Les hommes égarés et pervertis iront toujours plus loin dans l’apostasie.

    Et cela ne concerne pas ce seul point dont on veut faire l’arbre qui cache la forêt.

    C’est chaque jour et sur chaque chose que la grande prostituée fait chorus avec les hordes sataniques.

    Le comble de l’hypocrisie est d’opposer Jésus à Paul qui a reçu son Évangile du Seigneur lui-même.
    C’est la même supercherie qui imagine deux sources à la Genèse.

    L’autre abomination est la suggestion de « contexte » qui signifierait que la Bible n’est pas la Parole infaillible de Dieu pour tous les hommes de tous les temps. Malheur à ceux qui veulent la ravaler au niveau d’un bouquin tout juste valable pour une époque et une région.

    C’est étrange, mais seuls ceux que la Bible appelle « hommes sensuels n’ayant pas l’Esprit » se livrent à de telles élucubrations.

    Mais les brebis du Seigneur entendent sa voix et ne suivront pas un étranger ; il faut qu’il y ait des sectes afin que ceux qui sont approuvés soient manifestés.

    • En effet cette « étude » est orientée. Sur le voile l’auteur ignore volontairement que c’est par rapport aux anges que la femme doit se voiler et pas pour ne pas séduire le voisin

    • « c’est par rapport aux anges que la femme doit se voiler »

      Je ne doute pas de la sincérité de l’Apôtre Paul à ce sujet… mais au risque de faire hurler les littéralistes intégristes, je pense que cet avis de l’Apôtre Paul est quelque peu rocambolesque🙂 Mais je veux bien écouter la compréhension des uns et des autres sur cette phrase : pour quelle raison selon vous les femmes devraient elles se voiler face aux anges ?

    •  » Si quelqu’un juge qu’il exposerait sa fille au déshonneur, si elle passait la fleur de l’âge, et qu’il est de son devoir de la marier, qu’il fasse comme il veut, il ne pèche point; qu’elle se marie. Mais celui qui, sans y être forcé, étant maître de faire ce qu’il veut, a mis dans son coeur une ferme résolution, et à décidé de garder sa fille vierge, celui-là fait bien.38Ainsi celui qui marie sa fille fait bien, et celui qui ne la marie pas fait mieux » I Corinthiens 7 v 36-38 est clair. L’Apôtre Paul parle aux Pères et c’est aux pères de juger s’ils doivent ou non marier leurs filles

      Que préconisent les littéralistes obscurantistes ? Faut-il appliquer cette recommandation de l’Apôtre Paul ?

    • Celui qui est établi dans la nouvelle alliance n’est plus sous la loi de la 1ère alliance et l’Apôtre Paul qui était juif n’avait pas bien compris ce que cela impliquait d »entrer sous l’autorité de la nouvelle alliance .

      Dans la nouvelle alliance nous sommes mort au péché car pardonné et réconcilié avec le Père par le Fils . Cette position spirituelle nous permet de dialoguer à nouveau avec Dieu comme dans le jardin d’Éden, puisque le nouvel Adam Jésus, a payer pour que nous ne soyons plus condamnable à cause du péché. Il nous a délivré de la malédiction du péché, il nous a lavé avec son sang et il nous a présenté au Père qui est saint et qui nous regarde comme à travers le sang de son Fils qui nous justifie !!!

      Dites moi Ève était voilée dans le jardin d’Éden ???? Alors que pourtant ils rencontraient Dieu chaque soir !

      Le voile symbolise la période hors du jardin de Dieu son royaume saint !!

      Si Jésus est venu rétablir le dialogue avec ceux qui sont convertis et remplis du Saint Esprit comme en Éden avant la chute, pourquoi lui mettre un voile qui indique qu’elle est dans la crainte de Dieu à cause de ses fautes ????

      Elle est là… la vraie question du voile !

      Le voile c’est rappeler à Dieu que nous sommes dans la crainte à cause de nos fautes et donc faillible…Mais Jésus est venu briser le joug de la loi du péché….Nous pouvons relever la tête car nous sommes pardonnés et restaurés pour nous tenir à nouveau dans la présence de Dieu !

    • On ne peut qu’approuver.

    •  » Si quelqu’un juge qu’il exposerait sa fille au déshonneur, si elle passait la fleur de l’âge, et qu’il est de son devoir de la marier, qu’il fasse comme il veut, il ne pèche point; qu’elle se marie. Mais celui qui, sans y être forcé, étant maître de faire ce qu’il veut, a mis dans son coeur une ferme résolution, et à décidé de garder sa fille vierge, celui-là fait bien.38Ainsi celui qui marie sa fille fait bien, et celui qui ne la marie pas fait mieux » I Corinthiens 7 v 36-38 est clair. L’Apôtre Paul parle aux Pères et c’est aux pères de juger s’ils doivent ou non marier leurs filles

      Que préconisent les littéralistes obscurantistes ? Faut-il appliquer cette recommandation de l’Apôtre Paul ?

    • @ Rédaction
      9 mars 2015 • 23 h 13 min

      « c’est par rapport aux anges que la femme doit se voiler »

      Je ne doute pas de la sincérité de l’Apôtre Paul à ce sujet… mais au risque de faire hurler les littéralistes intégristes, je pense que cet avis de l’Apôtre Paul est quelque peu rocambolesque🙂 Mais je veux bien écouter la compréhension des uns et des autres sur cette phrase : pour quelle raison selon vous les femmes devraient elles se voiler face aux anges ?
      ___________
      Si je vous le dis, allez vous y croire, c’est plutôt là le problème.
      La raison c’est son rang dans la création.

      Mais il faut des explications pour comprendre et cela ne peut pas se faire en une ligne.

    • je je savais pas que la femme était d’un rang inférieur a l’homme. D’autant qu’il n’y a plus ni homme ni femme en Jésus.

    • @ Rédaction
      12 mars 2015 • 9 h 33 min

      je je savais pas que la femme était d’un rang inférieur a l’homme. D’autant qu’il n’y a plus ni homme ni femme en Jésus.
      __________
      De quoi parlons nous Paul, de rang ou d’infériorité ?
      On parle de rang, donc ne mélangez pas rang et infériorité en les associant.

      Christ est soumis à Dieu le Père, est-il inférieur au Père ?
      Non !
      Cependant sont-ils du même rang ?
      Non !
      Car le Père est le Chef du Christ.

      Donc être du rang de chef ne fait pas du soumis un inférieur à.

      Concernant la vie des hommes aujourd’hui, les uns sont soumis aux autres.
      Dans une entreprise, les ouvriers ont un statut différent de celui de leurs chefs.
      Cela fait-il des ouvriers des inférieurs à leurs chefs ?
      Non !
      Sont-ils moins intelligents qu’eux etc. ?
      Non !
      Mais sont-ils soumis à leurs supérieurs ?
      Oui !
      Et pourquoi sont-ils soumis ?
      Parce qu’ils sont esclaves ? Parce qu’ils sont dominés ? Parce qu’ils sont des incapables ? Parce qu’ils ne peuvent pas faire plus que leurs chefs ?
      Bien sur que non !

      Mais il y a des règles à respecter et établis dans la loi des hommes, sinon on sombre dans l’anarchie… etc
      Si aujourd’hui dans une entreprise plus personne ne veut reconnaitre l’autorité des chefs, cela marchera ?
      Non ! Il y aura division et l’entreprise périclitera.
      Donc même la vie des hommes vous enseigne cette simplicité pourquoi mélangez vous autant les pinceaux concernant les choses de l’Évangile ?

      Si l’Évangile vous dit que Dieu est le chef de Christ c’est l’ordre établi et cela est de Dieu.
      Qui est soumis à qui ?
      Le Père est-il soumis au Christ ou le Christ est-il soumis au Père ?
      C’est le Christ qui est soumis au Père et l’inverse n’est pas vrai car le Père ne peut être soumis au Fils.
      Contestez vous cet ordre de l’Évangile ?

      Si Dieu vous dit que l’homme est chef, et la femme soumise c’est son ordre et personne ne peut ignorer cet ordre car Dieu le dit à tous !
      La femme ou l’homme qui dit connaitre Dieu et ignorer ces règles basiques de l’alphabet spirituel est une énigme pour moi, car ces choses ne peuvent rester inconnues des uns et des autres.

      La femme n’est pas moindre que l’homme car elle peut faire autant de chose que l’homme mais concernant la vie de l’évangile pendant notre temps de pélérinage sur cette terre, la femme est affectée a un statut tout autre que celui de l’homme.
      Concernant le salut, il n’y a en effet ni homme ni femme car tous sont appelés au salut l’un tout autant que l’autre. concernant les dons spirituels c’est pareil.
      Une femme peut recevoir autant qu’un homme cela est évident !

      Mais concernant le rang de chacun dans la création ce n’est pas l’homme qui est soumis à la femme mais bien la femme qui est soumise à l’homme et ce n’est pas la femme qui est le chef de l’homme mais bien l’homme qui est le chef de la femme.
      Vous êtes d’accord avec cela au moins ?
      Donc entre l’homme et la femme qui est le chef alors ?

      Si l’homme est chef, la femme est soumise et ce rang dans la création n’est pas du fait des hommes mais de Dieu.
      Donc il ne s’agit pas ici d’infériorité ou d’incapacité ou de handicap ou de péché mais d’un ordre de Dieu à ses créatures et cela depuis le commencement.
      C’est Dieu qui a placé l’homme en chef et la femme en soumission. C’est ainsi !
      Que voulez vous qu’on y fasse ?
      Vous voulez changer les règles établis par Dieu ?…il y a un qui fait cela c’est l’esprit de l’antéchrist, mais pas l’Esprit du Père.
      De sorte que dans l’assemblée des saints, toute femme doit être soumises en conformité à la Loi et à l’Esprit de la Loi car l’Esprit du Père est en accord avec la Loi.

      Dans l’assemblée des saints, semblable à l’entreprise des hommes dans l’image ( et pour prendre un exemple simple), Dieu demande à la femme de se soumettre et cette soumission inclue aussi le fait qu’elle garde le silence dans l’assemblée des saints.
      C’est l’ordre donné par Dieu à toute femme dans l’assemblée des saints.
      Et pourquoi cet ordre ?
      A cause de son rang et rien d’autre.

      Suite :
      https://actualitechretienne.wordpress.com/2015/03/09/lapotre-paul-etait-il-pour-ou-contre-le-ministere-de-la-femme/comment-page-3/#comment-205844
      https://actualitechretienne.wordpress.com/2015/03/09/lapotre-paul-etait-il-pour-ou-contre-le-ministere-de-la-femme/comment-page-3/#comment-205919
      https://actualitechretienne.wordpress.com/2015/03/09/lapotre-paul-etait-il-pour-ou-contre-le-ministere-de-la-femme/comment-page-3/#comment-206088

      Svp répondez moi à cette simple question :

      Vous êtes marié pouvez vous confesser sur ce forum que dans votre foyer Dieu vous a dit que votre femme c’est votre chef ?
      De ce fait pourquoi contester votre rang en qualité d’homme et pourquoi contester celui des femmes ?

    • Si le Seigneur tarde à revenir, il ne restera de la Bible que la couverture ! J’entends déjà certains religieux catholiques dirent que c’est une révélation qui est dépassée… et qu’il faut en chercher une autre.
      Interdit d’interdire c’est l’esprit qui règne aujourd’hui. Dans bien des revues chrétiennes, on parle de sages conseils de Dieu, car que Dieu puisse donner des ordres, ce n’est plus à la mode.

    • Cet échange est intéressant à lire…

       » Jésus a donné les lois du Royaume de Dieu. Il s’est occupé de l’état moral normal des membres de ce royaume. Pour ceux qui lui appartiennent, il n’y a qu’une formule légitime du mariage : c’est l’union pour la vie.  »
      http://www.topchretien.com/topbible/dictionnaire/mariage/
      MAIS je pense moi aussi que que certains remariages ont été bénis… DE DIEU.

       » Paul montre dans la femme aimée par son mari le symbole de l’Église aimée et sanctifiée par Jésus-Christ (Eph 5:25-32) ; l’Apocalypse personnifie la lutte séculaire du bien et du mal dans le contraste entre la femme perdue (Ap 17:1 et suivants) et l’Épouse (Ap 21:2 22:17).  »
      http://www.topchretien.com/topbible/dictionnaire/femme/
      Je pense moi aussi que certaines femmes ont été et sont utilisées… PAR DIEU pour le ministère, pour l’évangélisation et l’édification des saints et pour l’avancée du Royaume.

      1 Corinthiens 11:7-12 :
       » L’homme ne doit pas se couvrir la tête, puisqu’il est l’image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme.
      En effet, l’homme n’a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l’homme ;
      et l’homme n’a pas été créé à cause de la femme, mais la femme a été créée à cause de l’homme.
      C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend.
      Toutefois, dans le Seigneur, la femme n’est point sans l’homme, ni l’homme sans la femme.
      Car, de même que la femme a été tirée de l’homme, de même l’homme existe par la femme, et tout vient de Dieu.  »

      Je ne pense pas que l’avis de l’Apôtre Paul soit jamais…  » quelque peu rocambolesque  » comme Paul l’a dit… car l’Apôtre Paul écrit sous l’onction et la direction du Saint Esprit… mais je ne sais pas personnellement pourquoi il a écrit cela. Je suis humble donc je vous dis sincèrement que je ne sais pas…😉

      Je ne pense pas non plus comme Colombe (Martinette ?) que… « l’Apôtre Paul qui était juif n’avait pas bien compris ce que cela impliquait d’entrer sous l’autorité de la nouvelle alliance  » … car sinon il y aurait beaucoup de souci à se faire sur l’autorité de la Bible…

      Pour l’avenir j’espère bien (je prie pour cela) que mes deux filles seront des servantes et des chevalières du Roi des rois… et que l’Eglise laissera leur place aux femmes soumises… A DIEU !

      Que le Seigneur réveille la France pour sa mission.

  19. le port de la burqa obligatoire pour toutes, c’est-y pour bientôt ?

    Le Parti Égalité-Justice espère 5000 adhérents dans deux ans et une candidature à l’élection présidentielle. «On pense simplement qu’un jour, si un président d’origine musulmane est élu, ça serait bénéfique», explique Fatih Karakaya.

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2015/03/09/25001-20150309ARTFIG00250-departementales-un-parti-cree-pour-defendre-les-valeurs-des-musulmans.php

    Ici, une jolie libanaise tient tête à un cheik matcho (c’est comme ça que je les aime) :
    http://madame.lefigaro.fr/societe/cest-indigne-de-moi-detre-interviewe-par-vous-qui-etes-une-femme-090315-95284

    reconnaissez, chères soeurs, qu’il y a de la marge ! 🙂

  20. @Moleiro
    9 mars 2015 • 18 h 12 min
    « pas à l’aise dans une Eglise ou il y as une femme qui prêche ……….., j’irais voir ailleurs.  »
    ======

    La maman de Jésus était une femme n’est-ce pas ?
    Votre maman est ou était une femme n’est-ce pas ? Et cette dernière ne vous a rien enseigné de bon
    depuis le téton jusqu’à votre âge adulte ? Un peu de respect ! ! ! !

    Si ces hommes et femmes de Samarie étaient susceptibles comme vous,
    imaginez l’opportunité qu’ils auraient loupée, s’ils méprisaient les femmes comme vous!

    Si Jésus-Christ Lui-même était susceptible comme vous,
    imaginez le nombre d’âmes qu’Il aurait perdues à Samarie, s’Il méprisait les femmes comme vous !

    Ayons le courage et l’honnêteté de dire BRAVO à cette évangéliste Samaritaine qui a annoncé le Messie.
    C’est ça la Bonne Nouvelle du salut : amener les gens à découvrir Jésus-Christ le Sauveur.

    Jean 4

    ==> 28 Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s’en alla dans la ville, et dit aux gens : « ………… »
    == > 39 Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme : Il m’a dit tout ce que j’ai fait.

    40 Aussi, quand les Samaritains vinrent le trouver, ils le prièrent de rester auprès d’eux. Et il resta là deux jours.
    ==> 41 Un beaucoup plus grand nombre crurent à cause de sa parole ;
    42 et ils disaient à la femme : Ce n’est plus à cause de ce que tu as dit que nous croyons ; car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde. »

    Quand vous irez voir ailleurs, vous y trouverez un homme, bonne tenue vestimentaire :
    costume trois pièces et nœud papillon,
    mais qui risque de vous orienter subtilement de fois vers le message de la « Franc Maçonnerie » qui ne sauve pas.
    Examinez votre susceptibilité paulienne envers les femmes ; il y en a de superbes servantes de Christ.

    • Marie , qui était Paul , un homme que Dieu a choisi pour le servir , comme tout serviteur de Dieu aujourd’hui , mais s’il était contemporain je suis certaine qu’il serait critiqué par la plupart des chrétiens de ce site . On préfère les serviteurs morts que ceux qui prêche aujourd’hui même s’ils prêchent la même chose ça m’a toujours fait sourire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :