David Vincent / Faut-il haïr sa famille pour être un bon chrétien ?

Depuis quelques années, une nouvelle discipline universitaire a émergé : la traductologie. Cette discipline a pour objet d’étude la traduction. En effet, transposer des propos, que ce soit à l’écrit ou à l’oral,…

…d’une langue vers une autre langue est loin d’être évident et nécessite au contraire une grande réflexion.

Comment passer d’une langue à une autre langue sans trahir la pensée de l’auteur ? Toute la difficulté de la traduction est là et peut être illustrée par la fameuse expression : « le traducteur est un traître ».

On s’imagine couramment que la traduction au « mot à mot » est le meilleur moyen de restituer le texte original. Mais cela n’est pas forcément vrai, notamment lorsqu’on travaille sur deux langues très différentes. Une langue, ce n’est pas seulement des mots, c’est aussi un système de pensée. Or parfois, pour restituer la pensée exacte de l’auteur, il est nécessaire de s’éloigner du mot à mot. Voyons un exemple très concret.

Une déclaration surprenante

Dans l’évangile de Luc, chapitre 14 verset 26 , nous trouvons ceci :

« Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses soeurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple ».

Quelle étrange parole ! Jésus peut-il vraiment demander d’haïr sa famille pour le suivre ? En réalité , il y a ici un problème de traduction.

Le problème ne vient pas du français, la traduction du grec est exacte, mais du texte grec, qui lui même traduit une langue sémitique. En effet, comme chacun le sait, Jésus n’a pas prêché en grec (même s’il a pu le parler) mais en langue hébraïque (araméen et/ou hébreu). Il est d’ailleurs très probable qu’une partie de nos évangiles, et notamment les paroles de Jésus, ait d’abord été écrit en langue hébraïque.

La question que l’on peut (doit) se poser est : que voulait dire Jésus ?

Comparatif et absolu

Pour comprendre le sens de cette parole, il est nécessaire de connaitre un petit détail linguistique : dans la langue hébraïque, le comparatif n’existe pas. Pour faire une comparaison, on emploie donc un absolu, auquel le contexte donne un sens de comparatif.

Prenons un exemple tout simple. Si tu as apprécié le repas, mais que tu as préféré celui d’hier, tu peux dire en français « Le repas était moins bon ». En revanche en langue hébraïque, tu es obligé de dire « Le repas était mauvais ». Mais cela ne veut pas forcément dire que le repas était mauvais. Il y a donc deux sens, « le repas est mauvais » peut vouloir dire :

-le repas était mauvais (sens absolu)

-le repas était moins bon (sens comparatif)

Seul le contexte permet de déterminer le sens.

Haïr ou aimer plus ?

C’est exactement ce qui s’est produit ici. Jésus a bien employé le verbe « haïr », seulement celui-ci peut avoir deux sens :

-haïr ses parents (sens absolu)

-aimer plus ses parents que Jésus (sens comparatif)

Bien entendu le contexte oblige à traduire par le sens comparatif. C’est d’ailleurs ce qu’a fait le traducteur grec de Matthieu (chapitre 10 verset 37) :

« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ».

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que les deux évangiles ont traduit à l’origine la même parole de Jésus. Simplement pour la traduction grecque, l’évangile de Matthieu a opté pour le sens comparatif, tandis que Luc a opté pour le sens absolu.

Comment expliquer un tel choix ? En réalité, c’est assez simple. Nous savons que Luc était originaire d’Antioche et qu’il est probablement le seul auteur biblique d’origine païenne. Ne connaissant pas forcément toutes les subtilités de la langue hébraïque, il a donc traduit le texte littéralement (au mot à mot). Cependant en faisant cela, il a quelque peu faussé le sens des paroles de Jésus. A l’inverse, le texte de Matthieu s’éloigne quelque peu du mot à mot, mais restitue parfaitement la pensée de Jésus

David Vincent



Catégories :Chroniques, David Vincent, Famille & Education, L'Eglise, Religions

Tags:, , , , , , , , , , , ,

48 réponses

  1. La lettre tue l’esprit vivifie.

    Une fois qu’on a compris ça, on ne se pose pas ce genre de question de traduction.

    Il est évident que Christ n’a jamais demandé d’haïr sa famille pour le suivre … Mais bien de le préférer à toute chose qui nous est cher, tel un Roi, qui gouverne notre vie.

  2. Oups! Il est vrai que Jean dénote un peu.

    • — <Oui ! Par exemple, en complétant les 3 autres sur la mort et la résurrection de Jésus-Christ ! Il prouve même que le linceul, dont tous les exégètes s'accordent qu'il a enveloppé Jésus-Christ à la descente de la croix, n'a jamais pu entrer entier dans le tombeau parce que Joseph d'Arimathée et Nicodème en ont fait des bandes et un suaire pour envelopper le Corps de Jésus-Christ (proximité du sabbat oblige) !
      — De sorte que le fameux "suaire de Turin" est un FAUX !

  3. Super intéressant! Merci David. Et le verset: j’ai aimé Jacob mais j’ai haï Esaü? Pareil: j’ai préféré Jacob à Esaü?

    • « Qui est Ésaü en fait ? C’est un homme de la nature, un chasseur (comme Caïn et Nimrod), qui n’a rien à faire du droit d’aînesse, ni de l’héritage ; il le vendra à Jacob pour un plat de lentilles. Il est dit que « Ésaü méprisa le droit d’aînesse ». C’est le même mot que l’on retrouve en Malachie 1 :6 : mépriser – bazah en hébreu. D.ieu ne supporte pas le mépris, et c’est pourquoi Il s’oppose violemment à Ésaü. Avec Jacob et Ésaü, on retrouve les deux principes qui ont été démontrés avec Caïn et Abel, l’un étant charnel et irrévérencieux et l’autre spirituel et intègre. »

    • Oui , ces traductions sont assez évidentes , chaque chrétien , à par les extrémistes religieux et , hélas , il y en a , sait qu’il ne doit pas haïr ses parents

    • Oui Catherine, Dieu n’est pas schizophrène, il ne donnerait pas le commandement  » honore ton père et ta mère » pour ensuite commander de les haïr. Lorsque ce genre d’évidence ne nous saute pas aux yeux, c’est qu’on est pas attaché à Dieu mais à un homme ou à une philosophie.

      C’est terrible ce qu’on peut instrumentaliser la Parole de Dieu … Il y aura des pleurs et des grincements de dents la haut.

    • Effectivement Kodaty !
      Après je pense que ce verset a aussi une dimension prophétique qui dépasse les simples personnes d’Esaü et Jacob et que plus que ces deux personnages historiques ce sont finalement surtout deux rapports avec Dieu qui sont visés.

  4. Ce texte n’est pas difficile à comprendre, et il est bien exprimé.
    Jésus parle à ses disciples et à ceux qui veulent le devenir. Être disciple, cela signifie renoncer totalement à soi et à sa propre vie. Les disciples éprouvent un jour ou l’autre la réalité littérale de ces paroles.
    Un père chef d’entreprise a préparé son fils à reprendre son affaire. Il a beaucoup investi dans ce projet. Lorsque ce fils reçoit l’appel de Dieu à tout abandonner et à le servir, sa décision douloureuse sera perçue aussi bien par lui que par son père comme de la haine : seul celui qui hait peut agir de la sorte.
    Les disciples comprennent la valeur et le prix de ce choix et la douleur qu’il entraîne, avant les récompenses éternelles.
    Quand on a offert à Blandine la vie contre son abjuration de la foi chrétienne, elle a su que rester fidèle à Christ était le meilleur service qu’elle pouvait rendre à son vieux père qui la suppliait d’abjurer et à son tout petit enfant. Mais cela a été compris comme de la haine. Heureux ceux qui comprennent !

  5. Monsieur David Vincent
    Je vais vous poser une petite question:
    Une femme a pratiqué les sciences occultes dont certaines formes de sorcellerie. Elle a martyrisé sa fille dès l’accouchement. Il a fallu séparer spirituellement la mère de la fille pour que la fille puisse trouver la paix sur le plan spirituel.
    Ainsi, la fille doit-elle retrouver sa mère? doit-elle faire comme si rien ne s’était passé? Ou doit-elle être vraiment séparée de la mère? Le mari n’est pas délivré des suites d’un passage dans les milieux ésotériques et d’une fréquentation amicale avec un rosicrucien. ainsi cette femme n’a aucune possibilité de combat spirituel familial contre les pratiques de la mère et de la tante qui a pour amie intime une magnétiseuse.

    • Désolée , Isaïe , c’est un peu hors sujet , par rapport à l’article

    • Bonjour, je ne pense pas du tout que tu sois hors sujet !! (Et quand bien même, si une personne souffre d’une situation, c’est une façon spéciale de l’aider…)Mettre Dieu en premier, dans la vie pratique ça donne quoi ? … Pour t’aider sache que mon amie a du faire ce choix car sa maman lui faisait du mal verbalement et la blessait à chaque visite. Pour sa propre paix et son équilibre mental, bien sûr qu’il faut parfois se séparer ,pour un temps peut-être, des personnes comme cela. Ce n’est que mon avis, rapproche toi de ton pasteur également.

  6. Absolument David, nous savons bien que les sentiments de Jésus étaient invariablement iréniques, qu’il n’a jamais voulu choquer personne, et que ceux qui prétendent qu’il a eu des paroles dures ne savent pas l’araméen. D’ailleurs Luc n’est pas le seul auteur sacré à être tombé dans le piège d’une mauvaise traduction. Des siècles avant lui les Septante, sans tenir compte aucunement de la mentalité hébraïque, ont fait dire à David à la fin du Psaume 139 (138 dans la Septante) :

    οὐχὶ τοὺς μισοῦντάς σε, κύριε, ἐμίσησα καὶ ἐπὶ τοῖς ἐχθροῖς σου ἐξετηκόμην; τέλειον μῖσος ἐμίσουν αὐτούς, εἰς ἐχθροὺς ἐγένοντό μοι. δοκίμασόν με, ὁ θεός, καὶ γνῶθι τὴν καρδίαν μου, ἔτασόν με καὶ γνῶθι τὰς τρίβους μου καὶ ἰδὲ εἰ ὁδὸς ἀνομίας ἐν ἐμοί, καὶ ὁδήγησόν με ἐν ὁδῷ αἰωνίᾳ.

    Seigneur, n’ai-je point haï ceux qui te haïssent, et ne me suis-je pas consumé en voyant tes ennemis ? Je les ai haïs d’une haine parfaite ; ils sont devenus mes ennemis. Éprouve-moi, mon Dieu, et connais mon cœur ; sonde-moi, et connais mes sentiers, et vois s’il est en moi quelque voie d’iniquité, et conduis-moi dans la voie éternelle.

    Les bourrins ! Comme si David (qui est un type du Messie, ne l’oublions pas) avait pu nourrir en son sein des passions violentes. Tout comme Luc, s’ils avaient pris le temps de se familiariser un peu plus avec la mentalité sémitique, comme nous savons le faire aujourd’hui, ils n’auraient pas transcrit mot à mot l’hébreu bêtement ; mais plutôt ils auraient écrit quelque chose comme :

    Eternel, n’aurais-je pas un peu moins d’amour pour ceux qui ne t’aiment pas assez, et un certain étonnement pour ceux qui s’élèvent contre toi? Je reste seulement avec eux d’une parfaite politesse ; ils sont pour moi, juste des clients comme d’autres. Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur! Eprouve-moi, et connais mes pensées! Regarde si j’ai choisi une option différente, et conduis-moi sur la meilleure !

    Ah, les études, les études ! on ne le redira jamais aux évangéliques : montrez-nous vos diplômes.

    • Dire que Jésus n’a jamais eu une parole dure démontre que vos diplômes ne vous rendent pas plus intelligent. De grâce, ne passons pas d’un extrême a l’autre…

    • @ Camomille,

      Cher confrère,
      Pour ce genre de maux d’estomac causé par le dysfonctionnement du sphincter , on conseille généralement un cuillère à soupe d’eau argileuse mélangée à deux cuillerée à café bien calées de jus de réglisse.

      Bien à vous

    • Ouh là!, c’est bien méconnaître la mentalité des hommes de ce temps que d’accorder a David de telles précautions de langage lui qui fit « descendre » un de ses fidèles lieutenant pour s’emparer de sa femme et qui sur son lit de mort glissa à l’oreille de son fils Salomon:

      « 5 Par ailleurs, tu sais tout ce que m’a fait Joab, fils de Tserouya, et ce qu’il a fait à deux chefs des armées d’Israël, à Abner, fils de Ner, et à Amasa, fils de Yéter. Il les a assassinés en pleine paix comme s’il s’agissait d’un fait de guerre, il a pris sur lui la pleine responsabilité de ce meurtre[c]
      6 Tu agiras envers lui avec sagesse et tu ne le laisseras pas mourir tranquillement de vieillesse…

      8 Tu as aussi dans ton entourage[f] Chimeï, fils de Guéra, un Benjaminite du village de Bahourim. Il a prononcé contre moi de terribles malédictions le jour où j’ai dû me réfugier à Mahanaïm[g]. Mais lorsqu’il est venu à ma rencontre vers le *Jourdain à mon retour, je lui ai juré au nom de l’Eternel que je ne le ferais pas mourir par l’épée[h]. »9
      Maintenant, ne le considère pas comme innocent; tu es un homme avisé et tu sauras comment tu dois le traiter: tu veilleras à ce qu’il soit mis à mort malgré son grand âge. »

      « Vous avez entendu qu’il a été dit tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi… »

    • A mon sens le post de Camomille est à prendre au second degré … ou alors je n’ai rien compris.

    • C’EST vrai qu’à la relecture on se demande si ce n’est pas de l’ironie en fait.

    • Sentence de mort du qui de quoi ??

      Galates 5:24 (LSg) Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

      1 Pierre 2:24 (LSg) lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris.

      Sommes nous vraiment mort au péché ???

      Colossiens 3:3-7 (LSg) Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire. Faites donc mourirles membres qui sont sur terre, l’impudicité, l’impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie. C’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion, parmi lesquels vous marchiez autrefois, lorsque vous viviez dans ces péchés.

      Romains 6:11 (TOB) De même vous aussi: considérez que vous êtes morts au péché et vivants pour Dieu en Jésus Christ.

      Romains 6:11-14 (LSg) Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ. Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises. Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce.

      Romains 7:4-6 (LSg) De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu. Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort. Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli.

      Romains 8:12-14 (LSg) Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu.

      Jean 12:24-25 (LSg) ¸En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle.

      Romains 12:1-2 (LSg) Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.

      Suite à ces versets il me semble qu’il faut interpréter la haine du péché !

      Ci tu n’as pas de haine pour tout ce qui sépare le chrétien de Dieu et du Fils , tu vas à ta perte ! voilà comment je comprends le terme haïr !

  7. Il est vrai que j’ai étudié un peu les conséquences des pratiques occultes sur la famille, sur la descendance. Je sais que cela est terrible. Ce n’est donc pas pour rien que le Seigneur a ordonné la mise à mort de ceux et celles qui ont ses pratiques.

    • @isaie :De quel Seigneur parlez vous… De Jésus-Christ ?…
      Montrez moi le verset ou Jésus proclame de telles choses, j’ai du sauter un passage du nouveau testament dans ce cas.

    • Rassurez vous , Shor L , je n’ai pas trouvé non plus

    • le Seigneur a ordonné la mise à mort de ceux et celles qui ont ses pratiques.

      Il s’agit de l’Éternel qui est appelé aussi Seigneur . Relisez donc votre 1er testament !

    • @ Shor L. – Catherine Bunel
      Le Dieu de l’Ancien Testament est le même que celui du Nouveau Testament. Nulle part vous verrez le Seigneur abolir la loi et les prophètes, pas plus que les apôtres.
      Si vous aviez tenté de secourir des âmes liées par des démons, vous auriez pu savoir les problèmes qu’il y a.
      Il est vrai que vous faites partie de ces gens d’églises qui disent « tu es baptisé, tu crois au Seigneur Jésus donc tu es pardonné, tu es sauvé! Cette affirmation est totalement erronée, j’en ai eu la confirmation à plusieurs reprises.
      Donc relisez bien le Pentateuque (la Thorah)

    • isaie
      9 février 2015 • 17 h 35 min

      et isaie enfonce le clou ………..mdr

  8. ok ok ok c’est très bon de le souligner ça permet aux extrémistes chrétiens de se modérer 😉 .

    l’évangile de Matthieu pour exprimer la pensée de Jésus c’est celui que je préfère par contre l’évangile de Jean est très précieux pour exprimer la relation d’adorateur du disciple du Fils et la véritable intimité que nous pouvons développer avec notre époux Jésus.

  9. Merci David Vincent pour cet « éclairage ».

  10. Par fois on peut penser que les Évangiles se contredisent. Mais en les explorant minutieusement, on se rend compte que, malgré le mot à mot de certains passages, une autre parole de Jésus permet de faire comprendre l’ambiguïté qu’on a constatée ailleurs.
    La différence de sens de ( Matt 10:37 et Luc 14:26) m’avait posé un problème.
    Mais en continuant à lire les Évangiles , un jour, je me suis émerveillé quand j’ai lu :

    Matthieu 8:22 Mais Jésus lui répondit : Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts.
    et
    Luc 9:60 Mais Jésus lui dit : Laisse les morts ensevelir leurs morts ; et toi, va annoncer le royaume de Dieu.

    ==> L’Esprit a ramené dans ma pensée ces deux passages de ( Matt 10:37 et Luc 14:26)
    J’ai donc compris que Jésus veut dire Lui d’abord, les autres passent après.

    Aussi, quand Marie Madeleine a vidé sur la tête de Jésus un parfum de grand prix, les disciples étaient outrés, évoquant le gaspillage ; la réplique de Jésus ne s’est pas fait atttendre :

    Matt.26:8-11
    « Les disciples, voyant cela, s’indignèrent, et dirent : A quoi bon cette perte ?
    On aurait pu vendre ce parfum très cher, et en donner le prix aux pauvres.
    Jésus, s’en étant aperçu, leur dit : Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme ? Elle a fait une bonne action à mon égard ;
    car vous avez toujours des pauvres avec vous, mais vous ne m’avez pas toujours

    ==> Je pense que par le Saint Esprit, nous comprenons tous, que nous devons mettre Jésus au premier plan dans chaque domaine de nos occupations, bref de notre vie entière.

    Les tournures des phrases sont un peu difficiles à clarifier de prime à bord, mais le rôle du Saint Esprit est de nous les expliquer. Sinon, pourquoi Dieu (Jésus) l’aurait-il fait habiter en nous ? Comptons sur Lui.

    « Jean 14:26 Mais le consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. » QUEL SUPER PROF ! ! Toute la Gloire à Dieu.

  11. Ne connaissant pas forcément toutes les subtilités de la langue hébraïque, il a donc traduit le texte littéralement (au mot à mot). Cependant en faisant cela, il a quelque peu faussé le sens des paroles de Jésus. A l’inverse, le texte de Matthieu s’éloigne quelque peu du mot à mot, mais restitue parfaitement la pensée de Jésus.

    Et que dire de tous ces rigolos de pasteurs auto-proclamés qui vous rabâchent comme perroquets : « Luc a écrit son évangile pour les Grecs, et Matthieu pour les Juifs ». Merci à David Vincent de rétablir la vérité en montrant que c’est tout l’inverse, puisque Matthieu explicite la pensée de Jésus pour des non-Juifs, qui n’auraient pu la comprendre autrement, tandis que Luc la transcrit mot à mot, de telle sorte que seuls des Juifs pouvaient ne pas s’en offusquer.

    De plus David Vincent démontre l’absurdité de croire encore à l’inspiration verbale des Ecritures, puisque Luc a traduit en grec un texte hébreu ou araméen déjà existant (« il a donc traduit le texte littéralement« ) et de plus mal traduit, puisqu’il ne connaissait pas « toutes les subtilités de la langue hébraïque</i". Et voilà ce qui arrive quand on pas reçu une formation et suivi des études !

    Je me demande d'ailleurs si ce Luc n'était pas un évangéliste un peu auto-proclamé, on ne trouve aucune trace de lui dans les Evangiles eux-mêmes ; ni apôtre, ni pasteur ensiegnant, il n'était qu'un amateur… plus ou moins éclairé…, comme disent les vrais professionnels.

    • Camomille
      8 février 2015 • 23 h 02 min

      Soporifique la camomille !

      Vous devez savoir comme moi que la bible du nouveau testament est constituée de livres choisis par les pères de l’église au détriment d’autres livres que nous pouvons trouver dans la tob ou la bible de Jérusalem..

      Aussi il est permis d’aborder librement ce sujet puisque nos savoirs en la matière dépendent de croyants comme vous et moi qui ont vécu soit près de Jésus soit à la suite des apôtres comme Paul !
      Dieu parle encore aujourd’hui et les actes des disciples que nous sommes, continuent de s’écrire !!

      Voilà qui relativise notre approche du littéralisme….. Il est important d’écouter le Saint Esprit pour bien comprendre la pensée de Dieu et de son Fils.

    • @Soporifique la camomille !

      Sentez-vous libre de prendre une verveine à ma place, mais êtes-vous certaine que je sois la cause de votre somnolence ? Rappelez-vous : Luc fut de nombreuses années le compagnon de l’apôtre Paul, avec il a voyagé, et duquel il rapporte les voyages missionnaires. Médecin de métier Luc était un homme relativement instruit pour son temps, cosmopolite, il pratiquait le grec, le latin, l’hébreu et l’araméen tant soit peu puisqu’il est allé enquêter minutieusement sur place à Jérusalem ; relisez l’introduction à son Evangile :

      Plusieurs ayant entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, suivant ce que nous ont transmis ceux qui ont été des témoins oculaires dès le commencement et sont devenus des ministres de la parole, il m’a aussi semblé bon, après avoir fait des recherches exactes sur toutes ces choses depuis leur origine, de te les exposer par écrit d’une manière suivie, excellent Théophile, afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus.

      Ah il sait y mettre les formes quand il veut le Luc. Ne serait-il donc pas très étonnant qu’il ait pu faire un grossier contre-sens de traduction parce qu’il aurait ignoré que la langue hébraïque est incapable d’exprimer une chose aussi banale qu’un comparatif ?! C’est absurde. Et d’abor qu’est ce qu’il traduisait ? L’évangile de Matthieur ? Et le Saint Esprit là dedans, Lui aussi il s’est senti limité par l’absence de comparatif en hébreu ?

      Chère Colombe, le meilleur antidote contre un esprit vaseux n’est pas toujours une tisane, mais plutôt, et soyez certaine que je le dis ici non au second degré, mais au premier, au premier étage, pour sursauter donc, rien de tel : QU’UN BON COUP DE PIED AU CUL ! Maintenant j’avoue n’être pas assez calée pour savoir si la langue araméenne permet de dire qu’un coup de pied au cul puisse être une bonne chose.

    • Camomille
      9 février 2015 • 14 h 36 min

      et vulgaire en plus …….Celui qui était tombé justement par somnolence de sa fenêtre fut ressuscité… je vous laisse chercher dans la bible ça vous réveillera !

      Ce que j’en dis …c’est que le terme haïr ne me pose pas de problème car je considère qu’il est employé contre le péché …..et pour bien comprendre la position radicale de Jésus à ce sujet, il faut se référer à Matthieu 12.46 à 50 😉

    • Chère Colombe,

      Je suis absolument d’accord avec votre façon de voir le mot haïr dans le contexte biblique en général, et dans les paroles de Jésus en particulier. C’est pourquoi le sens mon intervention a été de maintenir que ce haïr a été voulu du Saint Esprit et qu’il ne doit pas être imputé à une ignorance injustement supposée de l’évangéliste. Je confesse également que prendre à l’envers le nom de Luc était vulgaire de ma part, mais veuillez croire que mon pied ne visait nullement votre croupion, mais un postérieur devenu trop large, pour être resté trop longtemps assis dans les fauteuils trop mous du pédantisme universitaire.

    • Camomille
      9 février 2015 • 17 h 35 min

      Chère Colombe,

      Ha ha ha mort de rire ….je n’avait jamais eu l’idée de l’écrire à l’envers ….effectivement …ha ha ha c’est vraiment très édifiant ptdr😉

  12. ah les religieux, brûlez donc vos foutus diplômes.

    Et faites une cure de désintoxication avec la Bible seule.

    A raison de 20 ans de Bible par année d’université, vous retrouverez peut-être la raison ??

    • Pourquoi autant de mépris ? La Fac de théologie peut amener des éclaircissements sur bien des sujets, pourquoi les rejeter du corps d’une telle façon ?

    • Un Pèlerin
      9 février 2015 • 18 h 51 min

      il y a beaucoup d’extrémiste religieux chez les chrétiens ….vous savez moins on en sait plus on est dans la crainte et donc radical !!!!!

  13. C’est tellement énorme!

  14. C’est y pour les extraterrestres, ces pensées philosophiques, en gambergeant un peu et après
    délibération, si mon raisonnement est bon? Il me faut méditer longuement! Un peu, un tout petit
    peu, pour raison garder et longuement cogiter (une minute)😆 Voilà ce qu’est sorti de ma boite,
    « crânienne », s’entend😉 Pour aimer Jésus: il faut haïr: « son père, sa mère, ses enfants, ses frères,
    ses sœurs (en Christ?)! Bon plouf, plouf, j’ai beau chercher, me gratter la cervelle hic! Il n’est nulle
    part mentionné, qu’il faut HAÏR son Mari? Alors Mesdames, pourquoi: d’après les
    statistiques, ce sont les femmes qui demandent le divorce et spécialement les dites chrétiennes😥

    Maintenant, je comprends tout et cela grâce à vous Vincent(sic) c’est pour aimer d’avantage le
    Seigneur Jésus, qu’elles divorcent😥 Vous croyez que l’on peu l’explique comme ça?😦
    Et puis là, c’est y: du comparatif ou de l’absolu??? Comparant absolument tout😆

    « Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères,
    et ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple ». « Pas de mari » qu’il faut haïr?

    Par contre c’est le mâle qui est censé haïr tout à quel moundo! Suis-je insensé de dire cela?

    Puisque vous le méritez bien, comme L’Oréal😉 Un petit exemple d’une femme qui à tout compris!
    Une chrétienne? Après 15 ans de mariage, deux enfants, baptisée d’eau et… d’esprits ou d’Esprit?
    Le faux pasteur Gérard Bachke de l’église ADD de Bègles 69 Avenue Jeanne d’Arc Espace Erbia.
    la connait, puisque elle « paye » dans son fond de commerce religieux😥 Elle est actuellement à l’île
    Maurice où elle passe les six mois d’hiver, tous les ans, avec l’argent qu’elle a volé à son mari et à
    nos enfants et Gérard se sucre largement au passage😥 Ce doit-être surement des « chrétiens »…..
    Qui haïssent en faisant??? Comment ils disent les invertébrés? Ah oui! Pas d’amalgame

    Après une longue lettre de demande de Pardon pour adultère(sic) à son mari. Sans réparation!
    Extrait: « ………… Je pense avoir grandie dans les choses spirituelles et je désire encore évoluer
    jusqu’au retour de Jésus-Christ en vivant et en demeurant seule. J’espère que tu me comprendras. »

  15. MERCI à monsieur Paul Vincent pour l’éclairage sur le mot HAÏR .

  16. ou se hair , soi même et prendre sa croix

  17. SI QUELQU’UN VIENT À MOI ET NE HAIT PAS
    _______________________________________________________________________________
    Luc 14.26
    n’est pas digne de moi et tu aimeras ton prochain comme toi même, , je deviens shizo

  18. Vous comprenez maintenant que Jésus parlait de la foi en Luc 14.26, de la foi qui sauve. Il nous dit, ‘Sans la foi, vous ne pouvez pas être mon disciple.’ Comment cette foi s’exprime-t-elle extérieurement? En haïssant son père, sa mère, sa femme, ses enfants, et même soi-même. Cela signifie que le disciple doit être prêt à sacrifier les relations avec ceux qu’il aime le plus pour la cause de son Maître, comme Abraham était disposé à offrir son fils, celui qu’il aimait tant, à son Seigneur.

    Retenez ceci. Seule une foi comparable à celle d’Abraham peut amener une âme au salut. C’est pourquoi la Bible le présente comme le père de tous les croyants. Si réellement vous êtes un fils spirituel d’Abraham, vous possédez en vous la foi d’Abraham et vous l’imiterez dans ses actions (Jean 8.39). Qu’a-t-il fait? Il existe au moins deux passages dans le NT qui lient la foi d’Abraham à son obéissance quand il lui fut donné l’ordre de sacrifier son fils.

  19. Merci beaucoup de l’éclairement très rassurant Jésus Christ vous bénisse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :