David Vincent / Etre solidaire des victimes, sans être Charlie !

Il y a deux jours de cela j’ai publié une chronique sur le drame de Charlie Hebdo, qui a  suscité un certain nombre de réactions, pour le moins contrastées.

Si certains ont apprécié ma réflexion, d’autres m’ont copieusement attaqué (mais rassurez-vous, je ne prends pas mal les critiques).

J’avais commencé à répondre aux commentaires, mais au vu du nombre, je vous avoue que je commence quelque peu à m’y perdre et j’aimerais donc proposer ici une réponse générale pour reconnaître mes erreurs et clarifier mes propos.

Mes erreurs

Tout d’abord, je reconnais qu’un certain nombre de critiques étaient tout à fait justifiées. Ma chronique avait été écrite d’une seule traite, le mercredi soir, et dès le jour suivant j’avais quelque peu modéré mes propos. J’ai finalement rédigé un article de retractatio pour expliquer pourquoi je retirais l’article de mon blog personnel. Ceux qui veulent plus de détails pourront le lire.

Mon message

Cependant en dépit de toutes ces critiques, je voulais néanmoins maintenir mon message de fond et le résumer de la manière suivante : « On peut être solidaire des victimes, sans être Charlie. » Et, en tant que chrétien, je dirais même « On doit être solidaire des victimes, sans être Charlie». C’est ce que je voudrais développer ici.

Voici donc les cinq raisons pour lesquelles on peut et on doit être solidaire des victimes sans être Charlie.

  • Charlie ne veut pas que tu sois Charlie

En France, l’usurpation d’identité est un délit. Avant de se proclamer Charlie, il faudrait au moins se renseigner auprès de l’intéressé pour savoir ce qu’il en pense. Ce qui tombe bien, c’est que Charlie, par le biais d’un des dessinateurs survivants (Luz) s’est justement exprimé sur le sujet :

« Tout le monde nous regarde, on est devenu des symboles, tout comme nos dessins (…) On fait porter sur nos épaules une charge symbolique qui n’existe pas dans nos dessins et qui nous dépasse un peu. Je fais partie des gens qui ont du mal avec ça. (…) Les médias ont fait une montagne de nos dessins alors qu’au regard du monde on est un putain de fanzine, un petit fanzine de lycéen. Ce fanzine est devenu un symbole national et international, mais ce sont des gens qui ont été assassinés, pas la liberté d’expression ! Des gens qui faisaient des petits dessins dans leur coin » (1)

Les choses sont claires : Charlie ne veut pas devenir le symbole de la liberté d’expression. Dans cette situation tragique, je pense que la décence minimum implique au moins de respecter cette (dernière) volonté exprimée par le biais de leurs collègues et amis survivants. Ne fais pas de Charlie ce qu’il n’a pas envie d’être.

  • Les autres victimes se sentent oubliées

On m’a beaucoup reproché d’être insensible, de ne pas compatir à la souffrance, de ne pas avoir de cœur parce que je disais « Je ne suis pas Charlie ». Pourtant aucune des personnes proclamant « Je suis Charlie » ne s’est souciée de ce que pouvaient penser les autres victimes de ce slogan, toutes celles qui justement ne sont pas Charlie. Là encore écoutons le témoignage du frère de Patrick Boisseau, la première victime assassinée par les terroristes :

« Quand j’entends à la télé ‘On pense aux victimes’, on pense aux victimes connues, regrette Christophe, le frère de Frédéric Boisseau. Mais il n’y avait pas qu’eux, il y en a 12. Mais on entend parler que de cinq. Les autres c’est quoi ? Des nantis ? Des dommages collatéraux ? », s’interroge-t-il. « Ils étaient là au mauvais moment, au mauvais endroit. Mais on aurait dû parler d’eux tous en même temps » (…) Ce que je veux, c’est qu’on parle de tout le monde. C’est bien beau de décréter un deuil national mais ce deuil je ne l’ai pris que pour les 5 dessinateurs, je l’ai pas pris pour les autres (…) Ma colère aujourd’hui c’est qu’on les a oubliés« . » (2)

Cela rejoint un point que j’avais exprimé très maladroitement dans ma chronique précédente, mais qui me semble capital. Si on peut comprendre que des personnes soient touchées par ce qui se passe près de chez eux, je trouve qu’en tant que chrétien nous devrions encourager les gens à élargir leur perspective. En disant cela, je parle pour moi-même. Depuis, tout petit je lis le bulletin Portes Ouvertes, je suis donc naturellement plus sensible à la souffrance des chrétiens dans le monde, et il est parfaitement normal qu’en tant que chrétiens nous soyons sensibles à la souffrance de nos frères. De la même façon, je comprends très facilement qu’en tant que Français, les Français soient plus sensibles à ce qui se passe sur leur territoire et qui concerne leurs compatriotes.

Pourtant l’Evangile, nous encourage à aller plus loin et à dépasser ces barrières. Lorsqu’un compatriote est venu interroger Jésus pour savoir qui était son prochain, celui-ci lui a expliqué, par le biais d’une parabole, que même un Samaritain était son prochain. Or il faut savoir qu’à cette époque, les Samaritains étaient les « frères ennemis » des Judéens.

Un slogan plus approprié aurait été simplement : « Je suis humain » et parce que je suis humain je compatis à la souffrance de toutes les victimes, qu’elles soient à côté de chez moi ou à l’autre bout du monde.

  • Charlie Hebdo ce n’est pas la liberté d’expression

Faire du slogan « Je suis Charlie » un synonyme de la liberté d’expression, c’est oublier un peu facilement l’histoire et notamment l’affaire Siné. Rappel des faits : En 2008,  Charlie Hebdo a licencié son dessinateur vedette pour une chronique « politiquement incorrecte ». Charlie Hebdo n’est donc pas un défenseur de liberté d’expression puisqu’au sein même de ce journal, il y a des sujets tabous. Rappelons pour l’anecdote que le journal a finalement été condamné à verser 90 000 euros de dommages et intérêts à Siné pour licenciement abusif.

Par ailleurs, rappelons aussi que contrairement à ce qu’on entend depuis quelques jours, en France, la liberté d’expression a ses limites. Non, en France on ne peut pas tout dire et certains propos sont interdits par la loi. Parmi ces lois, il y a notamment la loi Gayssot qui interdit certains propos révisionnistes.

Or cette loi pose de vrais problèmes. Si en tant qu’historien, je suis persuadé que le combat contre le révisionnisme historique en général, et le négationnisme en particulier, est une nécessité, je pense que ce combat doit être un combat intellectuel et éducatif, mais que le législateur n’a pas à s’en mêler. La lutte contre le négationnisme passe par l’école, pas par la prison. Au contraire, ces lois  sont plus contre-productives qu’autre chose puisqu’elles transforment les négationnistes en « héros » et « martyrs » auprès de leurs sympathisants.

Ainsi, si « Je suis Charlie » veut dire « Je suis pour la liberté d’expression », il faudrait que toutes les personnes qui proclament « Je suis Charlie » soient cohérentes avec elles-mêmes et militent pour la suppression de toutes les lois qui limitent la liberté d’expression en France. Ce qui n’est visiblement pas à l’ordre du jour.

  • Je suis Charlie, c’est s’associer à ce que représente Charlie

Une des phrases les plus maladroites de ma première chronique, et qui a pu choquer, est celle concernant les « martyrs de la liberté l’expression ». En retirant le terme d’ « imbécile », j’aimerais néanmoins expliquer pourquoi les journalistes de Charlie Hebdo, outre le fait qu’ils ne le veulent pas, ne sont pas des martyrs de la liberté d’expression. Pour cela, je pense qu’il est important de distinguer « victime » et « martyr ». Qu’on considère ces journalistes comme des victimes, je suis parfaitement d’accord. En revanche, entre « victimes  » et « martyrs », il y a un fossé que je refuse de franchir.

En disant qu’ils sont victimes, je proclame qu’ils ne sont pas coupables de ce qui leur est arrivé. Je me dissocie fermement de leurs assassins et je condamne cet acte injustifiable. Cependant, je leur refuse le statut de martyr, car celui-ci comporte une dimension supplémentaire : celle d’un modèle. Or non, en tant que chrétien, Charlie n’est pas un modèle. Charlie Hebdo usait de la liberté d’expression, mais en usait mal. Avoir le droit de tout dire, ne veut pas dire qu’il faille nécessairement tout dire. En tant que chrétien, je ne peux pas utiliser ma liberté d’expression pour blesser les gens.

Par ailleurs, ces journalistes ne sont pas non plus des héros de la lutte contre le fanatisme religieux (et ils n’ont jamais voulu l’être !). Lutter contre le fanatisme religieux par la provocation, c’est comme éteindre un feu de forêt avec de l’huile. Les fanatismes et les extrémismes de tous bords doivent être combattus, mais cela ne passe certainement pas par la provocation directe comme le faisait Charlie. Les caricatures qu’ils produisaient n’ont fait qu’attiser la haine, et elles n’ont jamais rendu un fanatique plus tolérant. Mais encore une fois : Charlie n’a jamais prétendu vouloir lutter contre les extrémismes, c’est un rôle qu’on leur attribue, mais ce n’était pas leur but. De fait cependant, ils contribuaient à alimenter les fanatismes.

  • L’émotion des masses est toujours dangereuse

Enfin, se revendiquer « Je suis Charlie » c’est participer à un mouvement émotionnel de masse. Or s’il y a bien une leçon historique à retenir c’est que les mouvements émotionnels de masse sont toujours dangereux, car ils sont très vite instrumentalisés. Sans refaire toute l’histoire, arrêtons-nous simplement à un évènement tout récent, et auquel certains commencent déjà à se référer,  le 11 septembre.

Après les attentats du 11 septembre, l’Amérique tout en entière, et une bonne partie du monde, s’est solidarisée pour « lutter contre le terrorisme ». Elan général émotionnel pour au final aboutir à quoi ? Treize ans et quelques guerres plus tard (Afghanistan, Irak, Mali, Syrie,etc.), on retrouve un Proche et un Moyen Orient plongés plus que jamais dans le chaos avec des centaines de milliers de morts et un Etat terroriste (l’Etat Islamique) beaucoup plus dangereux que les organisations terroristes que l’on prétendait éliminer (et qui au final existent toujours).

Conclusion

Oui je suis solidaire avec les victimes, toutes les victimes, y compris les journalistes de Charlie Hebdo, et je n’avais peut-être pas été assez clair sur ce point dans ma première chronique. Mais non, « Je ne suis pas Charlie », car :

  • Je respecte la volonté de Charlie et je ne fais pas de Charlie un symbole qu’il n’a pas envie d’être.
  • Je pense aussi aux autres victimes qui ne sont pas Charlie, et je ne les range pas au rang « de dommages collatéraux », de manière plus générale je pense aussi aux victimes en Afrique (Congo, Nigéria, etc.) au Moyen Orient ou ailleurs, qui ne sont pas Françaises mais qui méritent aussi notre compassion.
  • Je me souviens qu’en France en général et à Charlie Hebdo en particulier, la liberté d’expression n’est pas totale.
  • Je défends la liberté d’expression, mais je n’approuve pas l’usage qu’ils en font. En tant que chrétien, je refuse d’utiliser la liberté d’expression pour blesser inutilement mon prochain, qu’il soit juif, musulman ou athée.
  • Je veux exprimer ma solidarité aux victimes sans être instrumentalisé par le gouvernement au profit de projets que je ne cautionne pas.

David Vincent

Notes

LIRE EGALEMENT : 



Catégories :Chroniques, David Vincent, Islam & Islamisme, Medias, Politique, Religions, Société

Tags:, , , , , , ,

65 réponses

  1. C’est tres discutable ton point de vue David et tiré par les cheveux…

    CHARLIE est un journal donc à ce titre , le choix de ce slogan allait bien plus loin que l’assassinat de ces pauvres journalistes, il représentait ce qui a été touché au plus profond de nous en tant que français…: notre liberté d’expression.
    Par ailleurs dire  » je suis CHARLIE  » , c’est non s’identifier en une ou des personnes mais s’adresser à notre agresseur qui est encore present , qui nous regarde réagir de son fief , et lui dire  » tu as voulu t’attaquer à des gens et en les tuant, nous signifier que nous n’étions plus libres désormais de nous exprimer sinon nous mourrirons de même, mais nous te disons qu’à travers cette phrase nous serons toujours ÇE que tu as voulu détruire  »

    Ne t’inquiète pas dans ta lutte acharnée pour convaincre les gens de ne pas être  » CHARLIE « . Figure toi que les Français aime leur autonomie de penser et leur liberté et qu’à un moment ÇE slogan symbolique sera rangé bien qu’immortel désormais dans notre conscience…

    Quand à ton argument du licenciement …bin il vole très bas…car un journal a une idéologie, une ligne de pensée engagée comme n’importe quelle entreprise : donc si le licencié ne correspondait pas au combat de CHARLIE il avait le droit de ne pas le garder,pourquoi remettrais-tu en cause ce journal en tant que représentant la liberte d’expression à cause de ÇE fait? tu mélanges tout dans ton argumentation là…

    Quant à l’histoire de victimes oubliés , c’est absolument de mauvaise foi, les médias en témoignent ce soir….

    Est-ce si compliqué de comprendre que parmi ces victimes quatres etaient particulièrement représentatif de l’une des valeurs forte de la REPUBLIQUE autour duquel s’est personnifié ce slogan en cette phrase qui t’empêche de dormir mais qui n’est rien moins qu’un symbole d’un moment de l’histoire du peuple français..?

    Tu ferais mieux d’écrire plutot pour les crhetiens qui sortent tout temps  » si he vis , ÇE n’est pas moi qui vit ,mais Christ qui vit en moi  » jusqu’à se prendre pour Christ eux même..
    Car pour certains , ça frise la pathologie et Jésus doit se dire  » que c’est dur d’être copié par des insensés qui ont mis leur cerveau en veille , ils ont rien compris…. »

    Bonne nuit..euh…c’est deja demain…😉

    • Bonjour Tania,

      Je te rassure c’est ma dernière chronique sur le sujet, après j’en reviendrai à des articles d’histoire😀

      Pour te répondre :

      Oui c’est un peu dur à comprendre, car justement il ne me semble pas que la liberté d’expression soit une valeur absolue de la République française, ni même de Charlie, pour les raisons que j’ai explicitées.

       » car un journal a une idéologie »

      => Bah non justement. Charlie ne se voulait pas un journal idéologique. Et c’est là tout le problème de ce slogan. Cela rejoint le 1) où le dessinateur explique justement le but de Charlie et montre pourquoi le « Je suis Charlie » est un contre-sens total.

      En fait faire de Charlie un symbole de la liberté d’expression, c’est déjà tuer l’esprit de Charlie, d’où l’incohérence totale du « Je suis Charlie ». A quoi bon se revendiquer de quelqu’un si c’est pour trahir complètement sa pensée ?

      Comme Luz l’a dit, les dessinateurs auraient « conchié » (sic) toutes ces manifestations organisées en leur honneur.

      Maintenant, je sais bien que la plupart de ceux qui disent « Je suis Charlie » s’en fichent totalement, ce qui est bien la preuve que c’est une réaction émotionnelle, mais qu’au fond, ils n’ont strictement aucun souci des victimes, auquel cas ils auraient plutôt cherché à les comprendre.

      PS: Pour l’orthographe, je t’accorde mon absolution.🙂

    • Je ne suis pas du d’accord avec vous. En revanche, david vincent a très bien exprimé tout haut ce que je pensais tout bas …

    • @ David Vincent..

      Tu extrapoles les propos du dessinateur qui n’appartiennent que lui.Il ne peut prétendre parler au nom de morts , ce serait de l’arrogance pure.

      Il a juste dit que chacun exprimait sa vision du monde dans leur coin , en tant qu’individu libre et non ensemble, avec leur spécificité et leur humour.

      Charlie était pour un monde meilleur , pour moi c’est une idéologie.Il n’hésitait pas à pourfendre les racistes, les médisants, les hypocrites, les extrémistes…bref la connerie humaine.Tu as tord..

      Comment peux tu tenir compte de l’avis émotionnel d’un membre de Charlie ,que tu extrapoles en faisant fi de tout ce que les autres ont pu dire..?
      Que fais tu de celui de leur grand ami et Chroniqueur Patrick Pennoux , cet urgentiste qui a justement témoigné de toute la ligne de ÇE journal à travers les idéaux de ces amis morts…

      …mauvaise foi quant tu nous tiens..

      PS: euh…j’éviterai de te tutoyer..parce que en fait, je t’aime bien et ça m’ennuie ou plutôt ça m’empêche de faire ma  » CHARLIE « avec ton article…lol

      Aussi ne m’en veux pas si je te vouvoies plus loin….😉

    • Bien trop paresseuse pour répondre à David, je dérobe le post de Tania pour appuyer mes pensées qui sont comme d’hab identiques aux siennes. 🙂

    • Je suis entièrement d’accord avec David Vincent, « JE NE SUIS PAS CHARLIE », je crois que vous êtes loin de vous imaginer ce que Charlie Hebdo produisait comme écrit. C’était de la provocation, et ils n’avaient rien à faire ou à penser les conséquences de leurs actes.

      Malheureusement, des vies ont été ôtées, nous compatissons, c’est vrai c’est un acte odieux, cependant, ils sont allés trop loin.

      En tant que chrétien, nous ne devrions pas accepter n’importe quoi, la parole de Dieu dit dans proverbe que la réflexion nous garderas………. Il faudrait savoir que chaque acte que nous posons a ses conséquences.

      En cette nouvelle année cherchons plutôt à plaire à Dieu, rechercher sa volonté, évangéliser, car Jésus reviens bientôt.

    • C’est vrai il y a des choses,pas bien,ils sont allées dans l’abus et auront des comptes à rendre,mais ce n’étaient pas aux hommes de le faire,par contre,ils ont fait pas mal aussi dans le domaine de la maltraitance animale où ils étaient contre.

    • @Tania : Je pense que ce dessinateur, qui depuis des années est un collègue et ami des caricaturistes tués, connait mieux ces personnes que les millions de français qui crient « Je suis Charlie » sans avoir jamais lu le journal.

      Par ailleurs ses propos correspondent parfaitement au style du journal.

    • Bonjour David,

      Je reconnais que cela fait plaisir de voir un article « je ne suis pas Charlie » correctement rédigé. Sans avoir la prétention de vous convaincre, je souhaiterais m’exprimer par rapport à votre point de vue.

      Il est vrai que beaucoup de personnes n’ont jamais lu un seul Charlie Hebdo (ci après « CH ») mais, peu importe, si les français (et étrangers) se sont unis dimanche c’est pour défendre nos libertés qui transcendent le simple nom d’un journal si souvent critiqué et pas seulement CH.

      Je m’explique. L’auteur de « Je suis Charlie » n’est pas un dessinateur de Charlie Hebdo mais un graphiste, Joachim Roncin qui a trouvé ça sur le moment en inspiration de « Où est Charlie » donc on voit bien ici que le mouvement les dépasse complètement, il ne leur appartient pas, c’est une initiative du peuple ! Et d’ailleurs le fait que Luz ait participé à la manifestation avec le slogan autour de la tête (en dépit de sa primo-désapprobation pour son le symbolisme) prouve bien cela !-

      En fait je ne comprends plus cette référence continue et infatigable à CH … Ce journal n’est pas la liberté d’expression, soit, mais « Je suis Charlie » l’est. C’est aussi à mon sens un nom qui recouvre celui des autres victimes et c’est d’ailleurs sur ce point que je ne suis pas d’accord avec vous. Je regrette mais même s’il est vrai que le nom des 5 dessinateurs a été mis en avant, j’ai bien suivi les événements et j’ai vu des personnes avec des pancartes « je suis Clarissa » ou « je suis Yohan » ou encore « Je suis Yoav », Il me semble que la fille de Georges Wolinski a bien insisté pour rappeler les autres victimes de la tuerie de ce mercredi, y compris Frédéric Boisseau, l’agent de maintenance qui venait d’effectuer son premier jour de travail dans les locaux de CH. Même les journalistes de BFMTV se plaisait à reprendre certains qui parlaient au nom de « 12 victimes » alors qu’en réalité il y en a 17.

      Ce « Je suis Charlie » a une force incroyable car c’est avant tout un visuel, un slogan et ce qui lui a permis d’être repris à travers le monde, sur tous les réseaux sociaux, dans tous les magazines, et aussi vite ! (si on avait énuméré le nom de toutes les victimes, malheureusement je ne crois pas que cela aurait eu le même effet).

      À mon sens, se sentir insulté par des caricatures liées à telle ou telle confession c’est être en profond désaccord avec les valeurs de notre République, je le rappelle, fondée sur la Loi de séparation des Églises et de l’Etat de 1905.

      Ceci étant dit, au contraire de ce que j’ai pu entendre, la liberté d’expression a des limites. Alors oui, elle n’est pas totale c’est vrai. Et là s’engage un autre débat. Car la limite juridique à cette liberté n’est rien d’autre que le respect de la dignité humaine (cf affaire de Morsang-sur-Orge et du lancé de nains pour l’explication de la notion de dignité humaine et l’affaire Dieudonné pour une application). Lorsque l’on porte atteinte à ces principes fondamentaux, on peut saisir la justice ! Si notre Etat de droit ne suffit pas alors il faut quitter la France pour un Etat qui n’a pas fait le choix de se séparer d’une religion.

      Par ailleurs quand je manifeste, je le fais individuellement dans une collectivité. Je ne me sens pas instrumentalisé par un gouvernement car j’ai un droit de vote. Je ne cautionne pas le projet d’un tiers car c’est le mien que je porte avec les autres et pour les autres mais pas au nom d’un autre. J’ai bien conscience d’une certaine hypocrisie ambiante et que les médias ont occulté bien d’autres événements ces derniers jours mais je trouve cela très réducteur de votre part d’englober les citoyens et nos intérêts là dedans. J’avais et j’ai d’autres combats que celui des victimes de ces attentats, en Afrique et ailleurs.

      Enfin – et je me positionne par rapport à tous les endroits où la pensée unique domine – je suis et resterai Charlie pour que vous puissiez librement revendiquer que vous ne l’êtes pas.

    • @ Romain Blaise

      Clap, clap, clap……🙂

  2. Pffft désolée pour toutes cs fautes d’accord … Me suis pas relue comme d’hab..

    • Je suis tout à fait d’accord avec David Vincent – Je me suis fait disputer par une amie, parce que je ne partage pas ses réaction:suivre la manifestation dimanche dernier. Moi, j’étais au culte et je ne le regrette pas parce que notre pasteur a donné un message très à propos. Je ne peux pas être charlie, parce que c’est Videl que Jésus-Christ à sauvée. Et comme David Vincent, je n’approuve pas la moquerie; je ne suis pas pour l’islam, car elle est une fausse religion, mais je ne m’en moque pas. Dieu dans l’Apocalypse condamne les moqueurs.

    • Attention,participer à cette manif,n’oblige en aucun cas etre charlie,on pouvait y aller en simple chrétien,faut pas tout mélanger,faut pas etre un chrétien centrer sur soi et sans coeur,sans compassion.

    • selon le FPF, les chrétiens devaient y aller sans signe ostentatoire ni bannière… ce serait insultant que les autres sachent que l’on est chrétien🙂

  3. Moi je suis d’accord avec lui, je cherchais quelqu’un qui pense comme moi je l’ai trouvé, je suis content.
    Maintenant je peux aller dormir tranquille il est tard.

  4. Ici en Israël on nous conseillait fortement de ne pas sortir pour la manif au vu des risques que cela représentait. Mais peut être était ce aussi un moyen pour se dissocier d’un mouvement de foule à la suite d’un gouvernement qui recherche une cohésion, juste pour ne pas être accusé car dans la souffrance on cherche le coupable et/ou celui qui aurait pu éviter le désastre.
    Et là, j’adhère totalement au passage suivant :
    « Je veux exprimer ma solidarité aux victimes sans être instrumentalisé par le gouvernement au profit de projets que je ne cautionne pas. »

    • Qui vous dit que les Français se laisseront instrumentaliser..?Vous nous prenez vraiment pour des cruches ….

    • Et bien déjà le gouvernement a réussi a organisé une collecte d’argents pour relancer le journal qui allait presque fermer; C’est déjà pas si mal ?

      On attend la suite …

    • @David Vincent
      « une collecte d’argents pour relancer le journal qui allait presque fermer »
      Il n’intéressait déjà personne avec des types de talent, car on ne peut l’enlever à Cabu, Wolinski ou Charb, et avec les quelques rescapés qui ne sont que des deuxièmes couteaux il va devenir viable ? On croît rêver… ou alors les françaouis aiment sauver Willie, ce qui est, somme toute, possible.
      L’avis de l’ancien était de Berruyer, non ? Il écrivait dans les années 80, si ma mémoire est bonne.

    • fildeferiste , je sais que je vais me faire tirer dessus à boulet rouge , mais , il va être sauvé le journal , demain il devait être tiré à un million d’exemplaires et finalement il va sortir à 3 millions . Attention , encore une fois je sais que toute l’équipe restante souffre terriblement de la perte de leurs amis mais il n’en demeure pas moins que « the show must go on « 

    • @Catherine Bunel
      Je sais bien, comme tout le monde, que Charlie va tirer à 3 millions. Sans doute se vendront-ils, en tant que futur n°¨collector. Qui a financé ? L’État, certes, mais qui d’autre ? Car pour tirer à 3 millions, il faut beaucoup plus que ce que l’État a annoncé.
      Ce que je voulais dire, c’est que faire un n° après le massacre, oui bien sûr, mais en attendant, le moteur n’y est plus. La voiture était déjà en panne avec une équipe inventive, quels lecteurs Charlie peut-il espérer à présent ? Et il serait choquant pour l’opinion, à mon humble avis, que le journal ne parût plus qu’à coups de subventions, ce qui est peut-être l’idée sous-jacente.

    • @David V : le journal allant être sauvés , parce que des gens du monde entier prennent un abonnement , Bruce Willis et Georges Clooney en tête , et qu’ils vont vendre 3 millions d’exemplaires de leur journal demain , pourquoi ne pas faire une collecte pour faire des logements pour les gens qui travaillent mais qui sont dans la rue car ne gagnant pas assez ou pour avoir un logement, ou même des foyers pour tous ceux qui dorment dans la rue , si on est capable de faire une collecte pour sauver un journal , pourquoi ne pas l’avoir fait avant , pour ça , se serait tellement utile

    • @ David Vincent..

      Il faut que ce journal continue à vivre…

      Je ne suis pas d’accord avec çe qu’ils dessinent tout le temps mais je me battrai pour qu’ils le dessinent …

      Et c’est une grosse claque dans la gueule des terroristes qui ont voulu frapper leur droit d’être ce qu’ils sont en terre Française.

      Et ça ..je sais ..vous ne comprenez pas non plus…

      No problem …Il faut tourner la page, je ne tenterai pas de vous convaincre .

      Bye…

    • @Tania
      « Et c’est une grosse claque dans la gueule des terroristes qui ont voulu frapper leur droit d’être ce qu’ils sont en terre Française. »
      Je crains, hélas, que la seule grosse claque dans la gueule soit celle du prochain attentat, car il serait surprenant qu’avec 1200 djihadistes environ à papiers français, donc circulant sans la moindre difficulté dans tout l’espace européen, ces attaques en restent là. Et un seul attentat-suicide dans une foule, comme la gamine au Nigéria, ça fait déjà de terribles dégâts. La chose qui me surprend le plus est que ça n’ait pas encore eu lieu dans le métro, dans une gare, ou un aéroport.

    • Allez y , fildeferiste donnez leurs des idées ils n’en ont pas assez😀

    • @ Fildeferiste

      Et moi, je vous dis que tous ces terroristes seront traqués , arrêtés et éliminés de la surface de la terre.

      Ça c’est une parole de foi.

    • Ca ressemble plus à une parole de naïveté… mais bon…🙂

    • @ Redation

      :-)…

      On en reparlera…😉

  5. Bravo David pour ton article. C’est très bien rédigé, avec intelligence, intégrité et douceur. Effectivement, Le Charlie Hebdo, pour ce qui en reste, ne désire pas être le symbole et demeurer dans une forme de stigmatisation, de la part de tous ceux et celles qui se proclament « Charlie », même si les intentions semblent nobles, en apparence. Et le phénomène dépasse les frontières, car ici, à Montréal, Québec, des manifestations ont eu lieu devant l’ambassade de France en soutient au Charlie Hebdo et c’est justement ce que je craignais de mon côté, d’où mon refus de parler directement du Charlie Hebdo dans mon article, préférant l’aborder seulement en périphérie. Je pense que la valeur que l’on accorde à la vie humaine transcende un magazine, qui est une victime directe, oui, mais une vie humaine du magazine ou d’inconnus, c’est sensé être la même chose, non?

    Patrick

  6. « Je défends la liberté d’expression, mais je n’approuve pas l’usage qu’ils en font. En tant que chrétien, je refuse d’utiliser la liberté d’expression pour blesser inutilement mon prochain, qu’il soit juif, musulman ou athée. »

    Vous ne serez donc jamais un CHARLIE : pour cela , il faut être prêt à choquer la connerie humaine car c’est le choc des idées qui est le plus productif en terme de changement dans ÇE qu’il peut produire de miraculeux….

    De ce que je sais une idée ne tue pas , en tout cas pas toute seule.Pour cela, elle a besoin d’un récipient qui est l’accueil que nous lui ferons et la capacité que nous lui attribuerons de notre chef de nous nuire..

    Ce que je veux dire par là, c’est que ce ne sont pas les dessins de CHARLIE qui alimentent l’extrémisme , vous êtes d’une injustice flagrante dans vos accusations, mais ces dessins sont un expectorant pour ces malades du cerveau et du coeur et ne font que ressortir ce qu’il y a de pathologique en eux afin que le monde entier prennent la mesure de ce danger pour l’humanité.

    On n’a jamais soigné une toux grasse sans permettre l’évacuation des glaires car le risque est d’entraîner une contamination plus profonde et de permettre au mal d’atteindre des parties des bronches pouvant être fatale… Do you see..

    ….je ne suis pas très contente de votre argumentation à charge de ces hommes,c’est presque malsain pour un enfant de Dieu….

  7. « Je respecte la volonté de Charlie et je ne fais pas de Charlie un symbole qu’il n’a pas envie d’être. »

    Euh…comme vous le signifiez dans votre explication, c’est une chose qui dépassent ceux qui font partie du journal et à ce titre , ils n’ont pas vocation à interdire un mouvement noble parce que être CHARLIE n’est pas usurper leur identité propre ( eux même ne sont pas CHARLIE à proprement parler..) mais faire vivre ce qui les portait dans leur travail : leur LIBERTE d’expression.
    Charlie est un concept servant une cause noble pas une personne …laissez tomber votre argument bidon, sur l’usurpation d’identité …. Pffftttt….

    Qu’ils expriment leur malaise et leur peur face à l’ampleur du phénomène est entendables et respectable…mais je ne pense pas qu’ils y soient farouchement opposés comme vous le présentez sinon ils n’auraient pas défiler au côté des  » je suis Charlie »
    Ils voulaient juste rationnaliser les choses de peur que cela ne dérape et c’est humain et louable.
    😉

  8. «  »Je pense aussi aux autres victimes qui ne sont pas Charlie, et je ne les range pas au rang « de dommages collatéraux », de manière plus générale je pense aussi aux victimes en Afrique (Congo, Nigéria, etc.) au Moyen Orient ou ailleurs, qui ne sont pas Françaises mais qui méritent aussi notre compassion. » »

    Oh la la , que c’est chiant de lire vos consignes comme un bon petit soldat !

    Dommages collatéraux …c’est navrant que vous parliez de termes en les attribuant à une pensée nationale avec autant de mauvaise foi.
    Personne n’a considéré ces victimes ainsi…. Vous êtes non seulement attristant…mais surtout décevant dans votre mensonge….

    Que savez-vous de la pensée des gens du malheur des autres sur cette planète ?
    Pourquoi toujours faire votre grincheux en n’étant pas capable de comprendre que quant on opère un proche , on hurle de douleur parce que c’est humain et que c’est un proche , mais que ce n’est pas faire preuve d’irrespect pour l’étranger qui souffre..?

    J’ai l’impression que votre cerveau mélange la réaction des politiques avec celle du peuple…
    Faite la part des choses ..çes derniers jours le peuple souffrait et se moquait du politique …
    Mais visiblement vos pensées etaiebt ancrées dans la mascarade des politiques au lieu de souffrir et d’exprimer votre compassion pour les Francais morts avec tant de violence….
    Ou est votre compassion David ? Montrez la nous deja pour çeux qui sont proches de vous avant de faire la pub pour une compassion internationale…

    L’amour commence par soi , dans son périmètre proche , se voit , se dit par les actes avant de rayonner sur un plus large périmètre …montrez-donc l’exemple , car vos leçons de compassion sont en total contradiction avec ce qui transparaît de votre argumentation..

    Vous êtes dur jeune homme, et enfouissez vos sentiments…: vous n’êtes pas un exemple sur ce point…

    • Des erreurs dans le texte du au correcteur zélé :

      Lire :  » quand on perd un proche, …..mais ce n’est pas faire preuve d’irrespect pour l’étranger qui souffre. ( le point d’interrogation ter rogation est de trop )

      Et : ce au lieu de ÇE … Lol

  9. Ou comment tenter de se justifier de ne pas en avoir été… Mais hier c’était hier ! Laissez donc tomber : on sait tous que vous « n’êtiez pas » Charlie, c’était votre liberté et n’en êtes pas moins un frère. QDVB.

  10. Excellent article que je viens de lire http://www.lesobservateurs.ch/2015/01/09/comprendre-lattaque-de-charlie-hebdo.
    Je l’affirme, un chrétien n’a pas sa place dans cette foule, car les terroristes sont là pour terrorisé et la marche dans paris exprime justement la peur, la crainte avec des gens terrorisés par les évènements. Les terroristes ont terrorisés, ils ont gagnés, surtout que plus aucun journal ne s’avisera de publier des caricatures. Ils ont doublement gagnés.

    • Moser , certes , bien sûr les français ont perdu leur insouciance à cause de ces évènements , mais si c’était la peur qui les faisaient agir ils ne seraient pas descendus dans le rue , sachant qu’ils n’étaient pas à l’abri d’un attentat suicide au milieu d’eux , non je pense sincèrement qu’ils ont vraiment voulu démontrer qu’ils ne voulaient plus avoir peur et qu’ils refusaient le terrorisme

  11. « Je suis Charlie » ne veut pas toujours dire la même chose pour tout le monde, il ne me semble pas qu’il y est en ce domaine une pensée unique… Pour ma part en tant que Chrétien, cela signifie, je m’associe à la douleur de Charlie… Je souffre avec… Voilà je pense une responsabilité d’amour par rapport au monde.
    Pour le reste, 2 seules paroles me viennent a l’esprit:
    Ils ne savent pas ce qu’ils font…
    Ce n’est pas contre la chair que nous avons à lutter…

    Conclusion, affirmer que « Je suis Charlie » signifie essentiellement ce que tu définis manque d’infos…
    Tu relaies la définition des médias, mais pas forcément les personnes concernées…
    Il faudrait un audit (utopique) pour confirmer cette définition…

    En fait, ton article, qui reste tout de même très intéressant devrait s’intituler: A ceux qui pensent qu’être Charlie signifie (ce que tu écris), je pense que…. Cela aurait l’avantage de laisser « la libre expression de pensée et de cœur » s’exprimer là aussi…

    La précipitation est souvent mauvaise conseillère…

    Bien fraternellement

    Pascal

  12. Pour les fautes d’accords …bin je vous les laisse …pas le temps…🙂

  13. Merci David Vincent pour ce point de vue tout à fait honorable , qui nous change de l’ hystérie émotionnelle collective que vous avez bien su discerner et dénoncer . Mouvement émotionnel de masse , à l’évidence récupéré et instrumentalisé par le pouvoir politique et médiatique .

    • Sergem, Je vous mettrai bien dans une chambre froide pendant 4 heures avec des terroristes au-dessus de la tête ; on verrait si vous n’avez pas d’émotion ! je suis gentille je mettrai aussi David V. pour vous tenir compagnie) 🙂

      (j’ai lu qq part que le jeune homme qui disait avoir éteint les frigo et sauvé les gens de l’hypercacher, c’était pas vrai….. faut que je retrouve)

    • Rajoutez au Tania aussi, je suis sûr que nous aurons plein de choses à nous dire😀

  14. Je trouve cette mise au point très heureuse.
    De toutes façons, je ne suis pas loin de penser que l’extraordinaire réponse populaire repose beaucoup plus sur le coup de tonnerre qu’a représenté cette agression, exactement au même titre que la réponse spontanée américaine aux avions du 11 sept dans le ciel de New York, et ne signifie rien d’autre qu’une détresse communautaire face à l’écroulement d’un mythe, qui était qu’en France on peut user et mésuser de la liberté impunément. Et qu’on y est en sécurité, de manière absolue, ce qui est encore plus idiot.
    C’est bien mal connaître l’histoire de ce pays, et oublier bien rapidement, sans remonter aux lettres de cachet, qu’il n’y a que 70 ans, des comités de censure impitoyables traquaient chaque ligne de chaque plumitif de France, journaliste ou écrivain, et que toute trace de complaisance sémite, ou toute apologie judéophile valait une mise à l’écart, et au ghetto dans son sens premier, de lieu de relégation des Juifs. Et qu’un peu plus avant, les mauvais plaisants qui avaient l’audace de révéler l’ignoble boucherie des tranchées étaient accusés de défaitisme, de conspiration, et risquaient une condamnation pour haute trahison. De toutes façons, ils n’étaient pas publiés.
    Par conséquent, la libre expression en France n’est qu’un mythe ; on n’a jamais empêché Sade de publier ses délires obsessionnels plein d’une jouissance blasphématoire à s’ingénier de souiller la représentation convenue du sacré ; en revanche, tout écrit contre les politiques de la caste au pouvoir était très lourdement puni, c’est bien pourquoi les publications se faisaient en Hollande ou en Suisse, et que Voltaire habitait à 500 mètres de la frontière suisse.
    Charlie avait enfourché le cheval de la provocation gratuite, proche de l’humour potache, et avec la même absence de réflexion quant aux conséquences. Certes, il y avait des articles de fond, des plus discutables d’ailleurs tant du temps de Cavanna que de Val, qui se définissaient comme étant contre, mais sans propositions pour un autrement. Rien de plus simple que contester systématiquement toute décision de l’Etat, puisque tout acte comportera une face qui permettra de le tourner en dérision.
    Enfin, si Charlie avait une telle audience « intellectuelle » – c’est lui faire beaucoup d’honneur que d’employer ce vocable -, pourquoi n’était-il lu qu’à la marge, avec des tirages misérables, alors que le Canard, lui, qui est d’une autre envergure et tenue, jouit d’une insolente bonne santé éditoriale et financière, en jouant un rôle de contre-pouvoir indéniable ?

  15. C’est super , David , que vous ayez mis le témoignage de ce dessinateur , qui dit qu’eux n’ont pas voulu être des symboles , c’est la population qui a voulu ça , il aurait peut être fallut demander aux interessés , non ???

  16. David Vincent, je suis à 100% d’accord avec vous !😉

  17. Merci d’avoir rectifier,moi,j’ai lu des commentaire que les chrétien qui ont mis je suis charlie était des veaux,je m’excuse,moi,je l’ai mis en soutien des victimes et pour dire à ses fanatiques,nous sommes un pays libre,non pas à des libertés qui nous rend esclave,mais libre de dire oui où non.

  18. Malheureusement, c’est avant qu’il fallait leur écrire ces choses intelligentes qui n’ont aucun intérêt à présent ; quant au mépris que vous avez de l’élan populaire, c’est très inquiétant ; que le Seigneur vous donne de recevoir son Esprit au niveau du coeur, et plus dans le cerveau.

    • Il est tellement long et compliqué votre article, je suis obligée d’y revenir plusieurs fois.
      Vous auriez aimé que le slogan soit « JE SUIS HUMAIN » ; mais vous occultez le fait que tout humain a besoin de s’identifier ; il est logique à mon esprit qu’en la circonstance, le peuple s’est identifié à CHARLIE HEBDO parce que le massacre s’est déroulé dans ses locaux et que CHARB était ciblé ; suite à l’enquete, l’un des hommes sur place qui a pu se cacher sous la grande table de conférence, a très bien entendu la question des terroristes « QUI EST CHARB » ,le tuant illico, et les autres les uns après les autres. (vous imaginez, ou vous avez du mal à le faire ?)
      JE SUIS HUMAIN implique de passer à l’acte ; quand vous nous parlez des persécutés, à part la prière et l’aide financière à des structures, que voulez-vous que nous fassions ? que nous nous déportions dans les pays arabes et africains ? parmi les chrétiens il y a des gens qui partent, mais le font-ils tous ? et vous, allez-vous partir les aider ?
      JE SUIS CHARLIE voulait dire hier Je suis mort avec eux, je vivrai pour empêcher d’autres Charlie de tomber.

  19. Le Pen a fait mieux en disant autrement des « Charlie », qu’ils sont tous des charlots.
    Certains propos ne font que dévoiler bien souvent la folie et le fonds du cœur

    « Je suis Charlie » n’a jamais voulu dire que l’on partage toutes les idées de Charlie Hebdo et que l’on oublie toutes les victimes des attentats mais a voulu simplement dire :
    Celui qui est tombé par le terrorisme c’est aussi moi car cela aurait pu être moi tout comme eux !
    Car le terrorisme s’il a eut ici des cibles privilégiées n’oublie pas que tous sont des cibles car le terrorisme broie tout ce qui est sur son passage.
    Les 2000 morts récents de Boko Haram sont là pour nous le rappeler au moins et j’espère une chose c’est que cette année soit la dernière de Boko Haram. C’est tout le bien que je puisse le souhaiter.

    Je suis Français ne veut pas plus dire que je suis Lepéniste ou Gauliste ou ….iste ou politique… mais Je suis Français.

    Le slogan « Je suis Charlie » fut spontanée et non pas politique, c’était simplement un élan du cœur en solidarité contre le terrorisme en hommage à toutes ces victimes.
    On n’a jamais fait de Charlie un synonyme de la liberté d’expression comme tu l’exprimes faussement mais simplement UN SYMBOLE contre la barbarie du terrorisme.
    Tu joues encore sur les mots pour pousser à lire comme toi et selon ce que tu as en toi !

    On ne pouvait pas non plus dire : « je suis humain » car l’attentat était ciblé et celui qui a donné le slogan l’a fait en ce sens de l’attentat contre Charlie parce que l’autre affaire n’était pas encore liée.
    Les services n’avaient pas encore enquêtés sur l’autre affaire quand le slogan est sorti sur le net, il y avait juste des suspicions.
    La phrase a été simplement spontanée et relayée par tous au moyen des réseaux sociaux et nul n’ignore que le monde actuel fonctionne par ce biais de petite phrase clef qui embrase le monde.
    Ici il n’y a pas d’injustice ni de partie pris, ni une volonté en malice, mais simplement un appel à la solidarité, il n’y a pas de sentiment de récupération mais simplement un appel au soutien des victimes.
    Dire  » je suis humain  » : l’impact n’est pas le même car l’attentat était véritablement ciblé contre Charlie Hebdo et ensuite on a connu le déroulement mais le slogan fut juste et rassembleur et j’estime qu’il est très bien donné tel qu’il est.
    Je n’aurai pas trouvé mieux et vous non plus !
    La preuve cela a enflammé la planète entière et dans toutes les langues …
    Soyez humbles et reconnaissez au moins par cela qu’il y a eu un effet crée dans la lutte contre le terrorisme, chacun se définissant contre le terrorisme.
    Aujourd’hui on connait la position des uns et des autres,pas moins de 50 chefs d’États étaient présents et de tous pays !
    En qualité de chrétiens avez vous crée un tel rassemblement vu par tous et relayé par tous ?
    Donc soyez humbles et pliez échine devant la leçon magistrale que vous donne l’Esprit de Dieu par rapport à ce qui se passe dans le monde dans le témoignage de leur unité !

    Pour le reste je me désolidarise profondément des explications et propos de cet article, de même que je me désolidarise des propos de Mr Le Pen, des gens qui cherchent la petite bête et leurs petits intérêts et qui au lieu d’agir dans le monde comme des Lumières souffle sur le lumignon du monde qui fume encore en vu de l’éteindre alors qu’ils ne font pas mieux !

    Vous vous dîtes chrétiens au travers de cet article mais j’observe que le monde lui même est plus sensé et plus avisé que vous sur ce registre là car au lieu de briller sur le Monde, vous êtes caché sous le boisseau et pire, du boisseau où vous vous tenez, vous lancez des jets d’eau sur la bougie de l’unité du monde.
    En matière de caricature cela aussi à son sens !

    Ce qui est chagrin c’est de ne même pas pouvoir reconnaitre des choses aussi simples alors que le monde sait le reconnaitre.

    Jésus disait : « Lu 16:8 … les enfants de ce siècle sont plus prudents à l’égard de leurs semblables que ne le sont les enfants de lumière. »

    Et Paul lui disait :
    « 1Co 9:
    19 Car, bien que je sois libre à l’égard de tous, je me suis rendu le serviteur de tous, afin de gagner le plus grand nombre.
    20 Avec les Juifs, j’ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs; avec ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi quoique je ne sois pas moi-même sous la loi, afin de gagner ceux qui sont sous la loi;
    21 avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ, afin de gagner ceux qui sont sans loi.
    22 J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns.
    23 Je fais tout à cause de l’Evangile, afin d’y avoir part. »

    Dans cette affaire de « Je suis Charlie », j’estime que selon les propos de l’apôtre Paul nous devons être l’ami de ceux du Monde sans être du Monde.

    Que celui qui est intelligent comprenne !

    • Tout à fait juste Shor L.

    • Vous avez raison , Shor L , sur les propos de monsieur Le pen et samedi il a dit de sa bouche qu’il ne participerait pas à une telle mascarade , lui au , moins , il est honnête dans ses propos , il ne se cherhce pas d’excuse

    • C’est rare que nous soyons du même avis…mais je plussoie à votre argumentation..

      Mais je me rends compte que » JE SUIS CHARLIE  » avait une signification différente pour chacun .Ces significations se complétaient et ont suffit pour allumer un brasier pour l’unité .

      C’est un moment formidable de l’histoire.

    • « Mais je me rends compte que » JE SUIS CHARLIE » avait une signification différente pour chacun .Ces significations se complétaient et ont suffit pour allumer un brasier pour l’unité »

      => C’est bien là le problème. Vouloir bâtir l’unité sur la confusion, alors que la Bible nous précise qu’il faut se mettre d’accord avant de marcher ensemble.

      Et avant de crier au légalisme religieux, même si ce n’était pas dans la Bible, cela vaudrait quand même le coup d’être appliqué. C’est juste du bon sens.

    • @ David Vincent

      Il n’y a aucune confusion, votre honneur ,quant à l’unité .Ne confondez pas tout . Les gens étaient unis contre la barbarie , dans la douleur, pour la liberté , par compassion .Ce sont des mobiles complémentaires..

      Comme les aspects divins sont complémentaires…
      😛

    • Je crois que je vais verser une larme face a cette grande farce populiste

    • @ Paul..

      Sans blague, les TTS savent verser des larmes..?

      Vous m’en direz tant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :