Histoire / Le premier protestantisme en Bretagne

Breton et protestant ! Un paradoxe aux temps de la Réforme puis de la monarchie absolue? Qui étaient-ils, ces étranges armoricains hérétiques, bénéficiaires d’une timide tolérance à l’époque de l’édit de Nantes ?

S’il est évident que le protestantisme breton a toujours été largement minoritaire (quelque 5 000 hommes et femmes en moyenne, pendant quatre siècles), il est tout aussi exact que ces Réformés ont pesé d’un poids important, sans commune mesure avec leur nombre, sur la vie religieuse, sociale, culturelle et politique de la province. Le quart des familles nobles a été touché par la Réforme au XVIe siècle, de même que les plus grands imprimeurs, de nombreux médecins et une part notable des conseillers au Parlement… Au cœur du XVIIe, nombre de manoirs et de châteaux de la province résonnaient du chant des psaumes, tout comme les demeures des maîtres de forges et les plus beaux hôtels particuliers du quai de la fosse à Nantes… Et vers 1660, vingt ans seulement avant la Révocation de l’édit de Nantes, le clergé breton se lamentait de voir le très huguenot marquis de la Moussaye, beau-frère de Turenne, devenir gouverneur de Rennes et acheter le comté de Quintin : il y avait danger, pensaient les évêques, de voir toute la province menacée de Calvinisme…

LIRE LA SUITE…

5 Comments on Histoire / Le premier protestantisme en Bretagne

  1. Intéressant merci…

  2. Histoire inconnue je voyais la Bretagne avec la guerre des chouans . Je Savais que Turenne était protestant mais je n’avais jamais fait le rapprochement . Très, très intéressant, car cet une histoire qui nous concerne quelque part.

  3. Michel Le Borgne // 18 mai 2013 à 11 h 24 min // Réponse

    Pour ceux qui ne connaissent pas cette histoire passionnante du protestantisme en Bretagne, Jean-Yves Carluer a écrit un livre (qui est un résumé de sa thèse de doctorat), Protestants et Bretons, , la mémoire des hommes et des lieux, aux éditions de « LA CAUSE ».

  4. Article passionnant qui explique un aspect très minimisé par l’histoire « officielle ». Je suis tombé dessus en cherchant l’origine de la gravure faite sur le plein ceintre d’une porte réimplantée dans ma maison de Quintin: « 1560 ESPOIR EN DIEU ». Je n’ai pas toute la réponse,mais beaucoup d’éléments! Merci. Si vous avez des idées sur la question, n’hésitez pas!

1 Trackback / Pingback

  1. Abbé Alain Arbez / A la rencontre de Jean Calvin « Actu-Chretienne.Net

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :