L’EDITO de la semaine / Le Pape a démissionné… et alors ?

Que d'articles, d'analyses, de dossiers, d'interviews, de reportages et de points de vue...  à propos d’une simple déclaration du Pape Benoît XVI, informant les catholiques de son renoncement.

PaulOhlott-13Heureusement qu’il n’a pas annoncé sa conversion au Pentecôtisme et qu’il n’a pas déclaré avoir découvert les joies de la glossolalie… sans quoi, le monde se serait vraisemblablement effondré. N’empêche, ça aurait pu être drôle !

Le Pape serait-il un «people» comme un autre, où le moindre battement de cil provoque des tempêtes médiatiques ? C’est ce que l’on pourrait croire, quand on voit que le simple renoncement d’un vieux pape fatigué, a déclenché un véritable feuilleton, frôlant l’hystérie : «La renonciation de Benoît XVI est le contraire d’un abandon» ; «La future place de Benoît XVI continue à faire parler» ; «La bombe du pape Benoît» ; «Démission du pape: la vraie question» ; «Renonciation du pape : critiques et incompréhensions au sein de l’Eglise catholique» ; «Pour Pape Diouf, le PSG prend les gens pour des andouilles»… Oups… là, il ne s’agit pas de Benoît ! Il y a tellement de «people» que l’on finit par s’y perdre !

Et voici désormais que le feuilleton vire au thriller : «Élection du prochain pape : un cardinal qui dérange» ; «Conclave : un cardinal exclu ?» ; «Pétition contre la présence d’un cardinal au conclave»… Passionnant… mais pas sûr que ce thriller fasse beaucoup d’audimat dans les lieux célestes.

Certes, c’est une déclaration inattendue, historique, courageuse et même «pédagogique» si l’on en croit la Fédération Protestante de France… mais franchement, on s’en fiche un peu, non ? Un pape s’en va, un autre arrive… et les catholiques vont continuer de vivre comme d’habitude, à savoir, pour une majorité d’entre-eux, sans nourrir une véritable relation personnelle avec le Seigneur, sans méditer la Bible, ou, dans un autre registre, sans se soucier des textes majeurs qui ont façonné l’Eglise dont ils sont membres et sans se passionner outre mesure pour les réflexions papales. De bons catholiques incarnant un christianisme sociologique… Il y a du boulot pour les tenants de la « nouvelle évangélisation » !

S’il est tout à fait compréhensible que les médias aient balancé l’info sur la démission du Pape, car c’est tout de même une vraie info… est-il vraiment nécessaire d’ergoter pendant des semaines ? La vie est-elle si ennuyeuse que l’on en vient à se passionner pour si peu de choses ?  Amis catholiques, prenez exemple sur les protestants… Claude Baty va prochainement quitter ses fonctions à la tête de la Fédération Protestante de France (FPF) pour laisser sa place à un parfait inconnu,  un certain «François Clavairoly»… et tout cela se fait sans la moindre hystérie. Pour cause… tout le monde, à commencer par les protestants, s’en fichent royalement. Plus encore, aucun évangélique ne connaît le nom du Président de l’Alliance Evangélique Mondiale (AEM), et je vous assure, ça ne les empêchent pas d’être bénis !

In fine, si on veut vraiment s’intéresser à l’avenir de l’Eglise, catholiques comme protestants, ne devrions-nous pas nous poser de vraies questions et changer les titres de nos médias : «Quelle est la volonté du Père dans tout ce foutoir religieux ?» ou encore : «Qu’en pense le Saint-Esprit ? Nous avons mené l’enquête dans le jeûne et la prière…»

J’ai hâte de connaître le résultat de l’enquête… !

Paul OHLOTT 

105 Comments on L’EDITO de la semaine / Le Pape a démissionné… et alors ?

  1. Sauf que la théologie catholique regarde le pape comme le successeur de Pierre et le vicaire du Christ qui a reçu un charisme singulier en vue de conduire l’Eglise par conséquent la démission d’un pape ne peut pas avoir la même répercussion que le remplacement d’un représentant de telle ou telle fédération protestante ou évangélique. Il ne faut donc pas s’attendre à ce que les catholiques suivent les traces des protestants qui ne reconnaissent ni le ministère spécifique de Pierre ni la succession apostolique. L’attachement et l’affection des catholiques pour le pape ne peut effectivement s’apparenter à l’indifférence des protestants et des évangéliques à l’égard de leurs représentants au sein des divers organismes. Est-ce un problème que tous les chrétiens ne vous ressemblent pas ?

    • Mon cher BigSam… je sais très bien que la théologie catholique considère que le Pape est le successeur de Pierre et le vicaire du Christ… C’est justement pour cela que je les taquine à ce sujet ! J’espère que vous avez su capter le ton humoristique de mon édito… même si les deux questions que je pose à la fin sont de vraies questions, qu’il faudrait se poser, tant chez les cathos que chez les protestants.

    • @ Bigsam68
      la bible, la tradition et le magistère font « autorité »? Elles sont donc toutes équivalentes selon vous!! Que se passe t-il alors quand il y a des désaccords entre ces trois qui forment « l’autorité » d’après vous? J’aimerai bien savoir sur quoi repose la tradition et le magistère? Si c’est en dehors de la parole de Dieu, alors vous m’en voyez désolé. Ni la tradition, ni le magistère ne sont capables de sauver l’homme de son péché mais la parole de Dieu si et elle se suffit elle même!!

      Amicalement en Jésus Christ !!

    • @lagracieuse L’autorité première appartient nécessairement au Père qui l’a transmet au Fils et au Fils qui la transmet aux apôtres et aux apôtres qui la transmettent à leurs successeurs. Vous ne reconnaissez que l’autorité de l’Ecriture ? Soite. Mais reconnaissez que si Ecriture il y a c’est qu’il y a écrivains. Si l’Ecriture est inspiré de Dieu c’est que l’écrivain est inspiré de Dieu. Et qui sont les auteurs du Nouveau Testament ? Des disciples de Jésus et des pilliers de l’Eglise primitive. Vous ne reconnaissez pas l’autorité de l’Eglise pourtant l’apôtre Paul la souligne en désignant l’Eglise comme la « colonne et soutien de la vérité » (1 Timothée 3;15).

      En outre, j’en profite pour préciser que ni le Magistère ni la Tradition vivante ni l’Ecriture Sainte n’ont le pouvoir de sauver quiconque mais les trois invitent l’homme à se tourner vers l’Unique Sauveur de nos âmes et à lui offrir notre être tout entier. Le Magistère lui-même se présente dans le catéchisme de l’Eglise catholique comme étant au service de la Parole de Dieu ayant reçu la charge de l’interprèter et de la transmettre fidèlement guidé par l’Esprit-Saint.

      L’Ecriture Sainte ne sauve pas et c’est Jésus qui le confirme: « Vous scrutez les Ecritures parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui me rendent témoignage, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie! » (Jean 5;39-40). C’est le Christ qui sauve parfaitement ceux qui s’approchent de Lui par la foi et qui gardent ses commandements. L’Eglise, par son union au Christ mort et ressuscité, coopère à l’oeuvre salvatrice de la Sainte Trinité. Si c’est la connaissance de l’Ecriture qui sauve, Dieu serait profondément injuste envers les personnes illéttrées et envers les peuples qui n’eurent point accès à la révélation biblique!

      Tout repose sur le Christ et sur le pouvoir qu’Il a transmis à ses apôtres: « Celui qui vous écoute, m’écoute ; et celui qui vous rejette, me rejette ; et celui qui me rejette, rejette celui qui m’a envoyé » (Luc 10;16) et encore: « Ceux à qui vous remettrez les péchés il leurs seront remis. Ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus » (Jean 20;23). C’est d’ailleurs pour cette raison que dans l’Eglise catholique et dans l’Eglise orthodoxe le prêtre, par l’intermédiaire du sacrement de réconciliation, à le pouvoir de remettre les péchés dans le nom du Christ. Votre étonnement à l’égard de cette pratique me fait penser à la réaction des scribes et des pharisiens qui s’étonnaient eux aussi lorsque Jésus affirmait avoir l’autorité de pardonner les péchés aux hommes parce que vous occultez que Jésus a transmis cette autorité à ses apôtres et à leurs successeurs…

    • Souvenez vous // 21 février 2013 à 12 h 21 min //

      @ la gracieuse : BigSam et moi sommes tous deux catholiques. ce qu’il a expliqué, je l’aurais dit également. Notre communion est entière, dans la foi de l’Eglise et la fidélité à l’enseignement des apôtres. Lui et moi connaissons le même Evangile, l’unique, celui de Jésus-Christ.
      Si nous étions assis côte à côte à l’église, nous communierions au même Corps du Christ, réellement présent dans le pain et nous dirions ensemble notre foi.
      Big Sam, bonne marche vers Pâques, le Ressuscité nous y attend déjà !

    • @souvenez-vous En réalité je ne suis pas encore membre de l’Eglise catholique, du moins pas officiellement. Mais au fil de mes lectures, de mes recherches et de mes réflexions, je me rapproche de plus en plus de l’enseignement de l’Eglise et je fréquente une communauté catholique dans ma région. A la base, j’ai découvert la foi chrétienne dans un millieu évangélique pentecotiste et mes parents sont eux-mêmes de cette confession. Je ne renie rien de mon parcours mais j’ai évolué dans ma compréhension de la foi notamment en lisant les textes des pères de l’Eglise, des théologiens et des mystiques catholiques qui ont jetés une lumière nouvelle sur mon approche de l’Eglise et de la Bible.

      Salutation fraternelle, Sam

  2. En outre il est malheureusement exact que certains catholiques n’ont aucune relation personnelle avec le Christ mais on pourrait en dire autant à l’intérieure des autres communautés chrétiennes. Prions plutôt pour la conversion de nos églises et pour que l’Esprit-Saint vienne illuminer nos coeurs afin que nous soyons des témoins authentiques du Dieu vivant qui continue de nous révèler Sa grâce et Son amour dans le Christ…

    • Il ne vous aura pas échappé, mon cher BigSam, que ma conclusion sous la forme de deux questions, intègre à la fois les catholiques et les protestants…

    • Ouvrez les yeux, bon sang!
      Bibliquement parlant, la papauté est hérétique, comme bien d’autres « dogmes » et enseignements catholiques…
      Ce n’est quand même pas compliqué à constater et comprendre, lorsque on réfléchit en laissant tomber ses préjugés, ses habitudes forgées par l’éducation ou, au contraire, en réaction à des situations vécues.

    • @Hervé Petite correction: L’Eglise catholique est hérétique non pas d’un point de vue biblique mais du point de vue de votre lecture évangélique de la Bible. Nuance! Je pourrais aussi vous dire que du point de vue d’une lecture catholique de la Bible les églises protestantes évangéliques sont hérétiques. En réalité, nous avons des approches différentes de la Bible (même le canon biblique entre les églises protestantes, catholiques et orthodoxes n’est pas identique) mais aussi des divergences concernant les sources de l’autorité en matière de foi et de vie. Pour les églises évangéliques seule la Bible fait autorité en revanche pour l’Eglise catholique la Bible, la Tradition (les conciles, les écrits des pères de l’Eglise, etc) et le Magistère (le pape et les évêques) font autorité…

    • Souvenez vous // 21 février 2013 à 15 h 44 min //

      Je vous réponds là : dans ce cas, cher Big Sam, n’hésitez pas à franchir le pas, du baptême, de l’eucharistie, de la confirmation. Vous serez accueilli. Les sacrements sont un trésor immense que Notre Seigneur nous a laissé: allez à sa rencontre dans l’eucharistie et le sacrement de réconciliation. Vous vivrez l’expérience qu’a vécu Elie : la présence de Dieu dans la brise légère plus que dans le fracas de l’exubérance. Le Seigneur, vous l’avez parfaitement compris, a été généreux avec nous : il nous a laissé l’Eglise, les sacrements, les Apôtres ET la succession apostolique et sa Parole.
      Moi-même j’ai étudié en profondeur le catholicisme que j’ai reçu par tradition familiale et finalement, je le dis : pour suivre Jésus, je m’accroche fermement à l’Eglise Catholique.
      Vous savez, je n’ai pas toujours mené une vie exemplaire, loin s’en faut. J’ai reçu le pardon du Seigneur dans la confession. Le prêtre qui m’a confessée et qui sait bien toutes mes faiblesses m’a confié la préparation d’une jeune femme à la confirmation et je fais aussi la lecture à la messe.
      Vous voyez l’Eglise, c’est ça : avec toutes nos faiblesses, nous manifestons tout l’Amour que le Seigneur a pour nous.
      Dans la paix de Jésus,
      Mon pseudo est inspiré de cette belle prière de Saint Bernard de Clairvaux :
      Souvenez-vous, ô très miséricordieuse Vierge Marie, qu’on n’a jamais entendu dire qu’aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection, imploré votre assistance ou réclamé votre secours, ait été abandonné.
      Animé d’une pareille confiance, ô Vierge des vierges, ô ma Mère, je cours vers vous, je viens à vous et, gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne à vos pieds.
      Ô Mère du Verbe incarné ne rejetez pas mes prières, mais écoutez-les favorablement et daignez les exaucer.
      Amen

  3. La relation de la population italienne avec son Pape n’est pas comparable à ce qui se vit en France.
    Tout ce qui se passe au Vatican fait TOUJOURS la Une des journaux en Italie.
    Beaucoup d’Italiens sont dévots au Pape, c’est donc une annonce tragique pour eux.
    Mais pour tous les autres, rien ne change ! Merci Paul pour ce petit texte.

  4. Il est vrai que quelque soit notre « dénomination » (je n’aime pas ce terme qui ressemble trop à « abomination », mais faute de mieux…), comme le souligne Paul Ohlott, nous devons nous poser la question de notre motivation profonde : est-ce la volonté du Père qui m’importe, ou mon petit confort spirituel personnel ? Est-ce que j’écoute le St-Esprit, ou l’appel de l’orgueil du monde, dont la spécialité la plus raffinée est l’orgueil spirituel ? Ne suis-je pas en train de me construire un système religieux pour fuir le vrai Dieu ? Si chacun se pose pour lui-même cette question, sincèrement, avec le désir d’assumer jusqu’au bout les conséquences de la réponse, quel réveil!

  5. Honnêtement, j’ai rarement vu autant de jugement de valeur dans un article… De plus vos jugements n’engage que vous et ne semblent pas se hisser à la hauteur requise pour les partager à moins qu’il n’y ai plus aucune pudeur dans le fait décrire…;
    « et les catholiques vont continuer de vivre comme d’habitude, à savoir, pour une large majorité d’entre-eux, sans nourrir une véritable relation personnelle avec le Seigneur, sans méditer la Bible, ou, dans un autre registre, sans se soucier des textes majeurs qui ont façonné l’Eglise dont ils sont membres et sans se passionner outre mesure pour les réflexions papales. De bons catholiques quoi ! »
    Non mais pour qui vous prenez vous ? Laissez donc l’Esprit saint juger…

    • Laissez moi deviner… l’humour n’est pas votre fort… ? 🙂

    • L’est sévère JEAN !…Rigole pas lui !

    • Pour Jean. Jean 12:47 Si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde pas, ce n’est pas moi qui le juge, car je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde. Jean 14:26 Mais le Consolateur, le Saint–Esprit que le Père enverra en mon nom, c’est lui qui vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que moi je vous ai dit. 1 Pierre 1 :17 Et si vous invoquez comme Père celui qui, sans considération de personnes, juge chacun selon ses œuvres, conduisez–vous avec crainte pendant le temps de votre séjour (sur terre). – L’Esprit-Saint qui juge, je n’ai rien trouvé, peut-être avez-vous d’autres références à partager, je ne demande qu’à apprendre ! Joseph

    • Franchement, j’ai beau aimer l’humour, la tirade sur la tiédeur des catholiques ne m’a pas fait rire… elle m’aurait peut-être fait rire si elle ne révélait pas un mépris de fond que l’on trouve chez quelques évangéliques au sujet des catho.
      Cher Paul, fréquentant autant de catholiques, je ne comprends pas que vous n’arriviez toujours pas à vous retenir…

    • Me retenir de quoi ? Vous savez très bien que parmi tous ceux qui se disent catholiques, très peu sont de vrais croyants engagés (pratiquants si vous préférez), nourrissant une relation personnelle avec le Seigneur, et très peu d’entre eux prennent le temps de lire les discours du Pape ou les directives émanant du Vatican. Sont-ils catholiques parce qu’ils s’intéressent à la mort ou à la démission d’un pape ?

      Il y a d’une part, un christianisme sociologique, et d’autre part, un christianisme de conviction, engendré par une conversion. Les cathos honnêtes le savent très bien… et il n’y a rien de méchant dans ces propos. Mais peu importe, je m’étonne à mon tour que depuis le temps que vous fréquentez ce site, vous ne sachiez pas encore que j’use du même humour pour parler de certains travers protestants ou évangéliques. Le « foutoir religieux », quel que soit son étiquette, m’a toujours profondément ennuyé et me dérange du fait qu’il éloigne de choses essentielles. D’ailleurs, les vraies questions que je pose dans ma conclusion s’adressent autant aux catholiques qu’aux protestants et je n’ai pas manqué de le préciser.

    • @ Benoît Sibille : j’ai légèrement modifié le paragraphe sur la foi des catholiques, évoquant cette majorité qui professe un christianisme sociologique, mais évoquant aussi les tenants de la nouvelle évangélisation. Ainsi, ma pensée est clarifiée.

    • Merci pour la modification de votre article, c’est très honnête de votre part.
      Je suis bien conscient du fait qu’il existe un christianisme sociologique, la première version de votre article pouvait laisser entendre qu’un catho n’était qu’un chrétien sociologique. La nouvelle version est beaucoup plus juste. merci.

    • @rédaction: l’humour sachant que des frères sont déstabilisés, connaissant le monde actuel prompt a tirer a boulets rouges sur tout ce qui touche à la religion, je vais dans le sens de Jean. Vous imposant comme journaliste vous devriez avoir un peu plus de discernement dans les effets de vous propos.
      Peut être cela vous parle :
      « ne jugez pas pour ne pas être jugé »
      « une seul foi, un seul baptême, un seul Dieu  »
      A mediter.
      Laissez donc Dieu seul maître a bord et relisez vos écrits avec un autre regard,

    • Jésus n’a eu de cesse de déstabiliser les religieux… Face à ses propos déstabilisants, certains se sont endurcis… d’autres, comme Nicodème, très troublé par l’enseignement de Jésus sur la nouvelle naissance, a fini par y trouver le Salut ! C’est tout le mal que je souhaite à ceux qui vivotent actuellement dans une marre religieuse, sans avoir vécu cette indispensable nouvelle naissance.

    • @Redaction

      Luc 18:11
      Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même: O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain;

      Si vous pensez connaitre la profondeur de la justice de Dieu, il me semble etre bon de relire l’attitude du publicain.

      L’humilité de ne pas juger ses frères me paraît être une exigence pour des journalistes chrétiens.
      Le chemin de repentance ne s’arrête pas au baptême.
      La bête reste tapie derrière nos portes…

      Fraternellement

    • Je crois que vous confondez le jugement et le discernement… D’autre part, en lisant mieux la Bible, vous découvrirez que nous n’avons pas à juger les gens du dehors, mais que nous avons à juger sur ce qui se passe à l’intérieur.

      L’humilité ne consiste pas à accepter tout et n’importe quoi… Quant au discernement, il n’est pas une exigence réservée aux journalistes chrétiens, mais cela concerne tous les chrétiens. N’hésitez pas à demander ce don au Seigneur, il ne manquera pas de vous le donner ;-).

    • @Redaction

      Merci pour votre sollicitude. Je ne manque pas de reconnaitre mes limites de compréhension de la profondeur de la Parole chaque jour et espère que Dieu me fera la Grâce de m’éclairer un peu plus chaque jour.

      Quant à confondre jugement et discernement, je laisse pour ma part le jugement entre les mains de Dieu, et le discernement je m’en remets à vos prières.

      Vous avez raison l’humilité n’est pas accepter n’importe quoi, je ne sais pas ce qui vous fait faire ce parallèle d’ailleurs.

      Peut être pouvez vous nous éclairer de votre fine compréhension de la Parole à ce sujet ? Sur votre notion de « juger »
      « en lisant mieux la Bible, vous découvrirez que nous n’avons pas à juger les gens du dehors, mais que nous avons à juger sur ce qui se passe à l’intérieur. »

      merci

    • I Corinthiens 5 v 12-13 :
      « Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors ? N’est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger ? Pour ceux du dehors, Dieu les juge. Otez le méchant du milieu de vous ».

      Comme quoi, contrairement à ce que certains pensent, la Bible recommande certains jugements…

    • @rédaction

      Alors on est pas d’accord sur ce passage… Oter le méchant au milieu de nous c’est sûrement pas juger les autres confessions catho ou orthodoxes !! Qui êtes vous pour cela. Quel orgueil.
      Mais c’est bien d’enlever tout sentiment de calomnie de discorde toute porte ouverte a l’unité du corps de Christ !

      Que leur façon de pratiquer leur foi ne vous convienne pas est une chose mais ne vous donne pas le droit de dire qui a une relation avec Dieu ou non, qui est un bon ou mauvais croyant.

      Puissions nous etre tous ouvriers au champ du Maitre avec nos forces et nos faiblesses, pour chacun devienne à son tour serviteur et gardien de son frère.

      1 Corinthiens 1:10
      Or, je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à tenir tous un même langage, et qu’il n’y ait point de divisions parmi vous ; mais que vous soyez bien unis dans une même pensée, et dans un même sentiment.

      1 Corinthiens 3:18
      Que personne ne s’abuse soi-même ; si quelqu’un d’entre vous pense être sage en ce siècle, qu’il devienne fou, afin de devenir sage.

      Que Dieu vous benisse dans vos projets et votre site de partage.

    • Si dénoncer les erreurs des églises, toute dénomination confondue, c’est être orgueilleux, alors c’est avec joie que je continuerai d’être orgueilleux. Que voulez-vous c’est très protestant d’être orgueilleux, puisque les réformateurs ont dénoncé les nombreuses hérésies de l’Eglise catholique. Néanmoins, j’espère que si vous aviez vécu au temps de l’inquisition, vous auriez été suffisamment orgueilleux pour dénoncer cette folie religieuse…

  6. «François Clavairoly» il est très bien en voilà un qui aime les juifs.

    Il a été désigné pour prendre les fonctions de président de la Fédération protestante de France à compter du 1er octobre 2013, succédant au pasteur Claude Baty. Il était jusque là président de la commission pour les relations avec le judaïsme de la Fédération protestante de France. Il est également membre du comité directeur de l’Amitié judéo-chrétienne. Il a également présidé de 2002 à 2007 la communion protestante luthéro-réformée, et a joué un grand rôle dans le rapprochement des luthériens et des calvinistes, qui a abouti à la création de l’Église protestante unie de France.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Clavairoly

  7. Je reviens sur le sujet du Vatican. Cette cité ne l’oublions pas a été construite par la grâce du trafic d’indulgence ; De plus je laisse à chacun le soin de se déterminer pour savoir s’il juge vraisemblable que le St Esprit préside à l’élection d’un soit disant vicaire du Christ. Personnellement je crois que tout chrétien est à son niveau un vicaire du Christ.

    Heureusement que Rome ne fait pas le christianisme et que le St Esprit n’est pas la propriété du collège des cardinaux, il soufle sur bien des KTO de base et des protestants de base.

    Regardons ce qui se passe aujourd’hui à Rome comme à quelque chose qui ressemble à l’élection d’un premier ministre en Chine ou à la nomination d’un potentat dans l’une des nombreuses dictatures de la planète.

    Mais bien entendu nous sommes sur la terre et non au ciel alors le meilleur se mêle souvent au pire et la grâce de Dieu est pour tous les hommes même pour un pape.

    • 100% d’accord, l’église catholique, par son institutionnalisation et ses pratiques est bien de ce monde et a su en tirer parti…

  8. Un Pape laïc acceptant,sans broncher,une sexualité « vagabonde » entre les hommes et les femmes
    et aussi entre un même sexe,
    un Pape n’insistant,pas trop,sur l’importance des exigences de la Foi Chrétienne
    et ne parlant,que très rarement,des Commandements du CHRIST :
    cela ferait parfaitement l’affaire des médias et conviendrait admirablement à cette génération rebelle.
    Un Pape qui ne dit que ce que le monde des incroyants veut bien entendre
    et surtout un Pape qui ne s’oppose pas au Péché
    (un psychologue vous convaincra,sans difficulté,que vous avez raison dans vos choix)
    Un Pape qui prône à toutes occasions les mérites infinis du préservatif,
    n’est ce pas merveilleux ?! ne serait-ce pas enfin le bonheur du peuple ?!
    (buvons,buvons le sirop Typhon…)

  9. Nouvelle de la papauté: pape ôté. papautez médias maintenant.
    http://www.ipernity.com/blog/eaudela/448620
    N’appelez personne sur la terre votre Père ( Saint Père ) car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux !

    • N’interprètez pas chaque parole de Jésus de manière littérale sans chercher à comprendre le sens profond de son enseignement il nous est aussi demander dans Luc 20;45-47 de ne pas se faire appeler « docteur » pourtant l’Esprit-Saint a bien suscité des docteurs dans l’Eglise. L’apôtre Paul dans 1 Corinthiens 4;15 rappelle aux Corinthiens qui s’entouraient d’une multitude de « maîtres en Christ » qu’ils n’avaient pas plusieurs pères mais que c’était lui qui les avaient engendré à la vie nouvelle par l’Evangile. Il est donc évident que l’on peut avoir des pères spirituels, c’est-à-dire des hommes qui nous conseillent dans notre vie spirituelle et que l’on peut avoir des docteurs qui nous instruisent dans la foi. Ceci étant dit, un vrai docteur, un vrai maître en Christ, un vrai père spirituel, ne recherchera jamais sa propre gloire mais Il recherchera toujours la gloire de Dieu avec un esprit de service. En l’occurence, n’appelons-nous pas avec raison Abraham notre père dans la foi ?

      Autre exemple scripturaire, nous savons que nous devons obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes lorsque des hommes nous demandent de faire ce que Dieu défend ou lorsque des hommes défendent de faire ce que Dieu ordonne. L’obéissance à Dieu, qui est le Père de qui découle toute paternité, est toujours première mais elle n’est pas exclusive. Le Christ est notre chef suprême, Il est la tête de l’Eglise, ce qui ne signifie pas que nous n’ayons aucun conducteur humain: « Obéissez à vos conducteurs (ou chefs) et soyez-leur dociles car ils veillent sur vos âmes » (Hébreux 13;17). Si la lettre aux Hébreux, que nous reconnaissons comme inspirés de Dieu, nous exhorte à obéir à nos conducteurs ou à nos chefs, cela montre bien qu’il y a une hiérarchie dans l’Eglise et que c’est Dieu qui l’a institué. L’égale dignité des croyants n’abolie pas la distinction des ministères ni la structure hierarchique de l’Eglise. Affirmer que l’Eglise selon le modèle biblique n’a pas de structure hiérarchique relève vraiment de la mauvaise foi…

  10. Je dirais seulement qu’il est parfois difficile de distinguer s’il agit d’humour ou de moquerie… dans un article.

  11. « est-il vraiment nécessaire d’ergoter pendant des semaines ? La vie est-elle si ennuyeuse que l’on en vient à se passionner pour si peu de choses  »
    Etonnant monsieur Ohlott d’ergotter vous-même sur le sujet, vous n’avez donc rien de sérieux à dire pour rebondire sur les choses que vous jugez sans interêt?
    « repousse les discussions folles et inutiles, sachant qu’elles font naïtre des querelles » 2 Timothée c.2 v.23
    L.H.

    • Le problème ne réside pas dans le fait d’ergoter… car c’est une bonne chose de pouvoir discuter sur tout… mais j’ai écrit, et cela demande de savoir lire : « ergoter pendant des semaines ».

      Au lieu de citer bêtement des versets bibliques… usez de votre intelligence et apprenez que l’on peut « rebondir » sur des choses que l’on juge « sans intérêt » pour dire quelque chose d’intéressant. La conclusion de mon Edito pose de vraies questions. Que celui qui a des oreilles…. entende !

  12. Et alors? Réponse:
    Ben , il a démissionné c’est tout .
    Il n’y a pas de quoi en faire un plat , mais apparemment pour beaucoup ce n’est pas le cas… 🙂

  13. ATTENTION !……le prochain pape doit être le dernier , d’ après les  » prophéties  » de St Malachie….

    youtube mp3

    youtube to mp3

    youtube mp3

  14. Paul, vous m’avez censuré un com@ ??

  15. Je rappelle que Jésus-Christ a ordonné à Pierre de paître ses brebis et cette parole est rapportée dans l’Evangile selon Saint Jean. C’est l’un des fondements bibliques de la primauté de Pierre, voulue par le Christ lui-même. Cette primauté est confirmée par les Pères Apostoliques, notamment Clément de Rome et Ignace d’Antioche qui ont personnellement connu les Apôtres.
    Pour revenir sur votre édito, les journalistes en font trop et mal sur la renonciation de notre Saint-Père à son ministère. Catholique pratiquante, dans mon église, nous en avons parlé, nous avons prié pour lui, pour l’Eglise et pour son successeur. Disons que nous vivons le temps du Carême avec une intention de prière très particulière.
    Toutefois, point d’hystérie ni de crainte, mais simplement le respect et l’attachement que nous avons pour Benoit XVI dont l’intelligence n’a d’égale que l’humilité et l’amour du Christ. La Pape serait-il donc exclu de la charité fraternelle que nous ne ne souciions point de lui ?

    Quant à vos préjugés sur les catholiques qui ne lisent pas la Bible, n’ont pas de relation personnelle avec le Seigneur bla bla bla, Les catholiques lisent la Bible tous les jours pour une raison très simple : à chaque jour est associé un ensemble de lectures (1 de l’AT, 1 psaume, 1 épître et 1 évangile) de sorte que tous les jours, tous les catholiques du monde lisent les mêmes passages de l’Ecriture et sont donc en communion les uns avec les autres. Parce que pour nous, la religion ce n’est pas chacun dans son petit coin qui se façonne son own personal Jesus mais avant tout, un partage, une communion autour de la personne de Jésus-Christ.

    Pour nous, ce qui compte, ce n’est pas tant le « je » que le « nous »… c’est bien pour cela que Jésus nous a enseigné le « NOTRE Père » et pas « Mon Père »….

    Pour ma part, si j’avais Benoit XVI devant moi, je lui dirais : Joseph, je te kiffe !

    • Je n’ai pas de préjugés sur les catholiques, merci de bien relire le paragraphe en question. Quant à la papauté de Pierre, elle n’a rien de biblique, mais vous avez le droit de le croire…

    • Souvenez vous // 20 février 2013 à 18 h 11 min //

      Non la papauté mais la primauté de Pierre. Pierre est toujours cité en premier dans la liste des 12 (et Judas en dernier) et Paul le cite au nombre des « colonnes » de l’Eglise.

      Mt 16.18-19
      Lc 24.34
      Jn 21, 15

      Pour ne citer que cela, il faut également remarquer que dans le livre des Actes des Apôtres, Pierre est toujours le premier à prendre la parole (voyez Actes 15), confirmant ainsi sa qualité de chef du collège apostolique.

      Non seulement cette primauté est biblique mais elle est historique : voyez Clément de Rome et l’ensemble des Pères Apostoliques, qui confirme ce qui était unanimement reçu dans les Eglises chrétiennes dès la fin du 1er siècle.

    • Si Pierre était le chef, c’est étrange que le Nouveau Testament soit essentiellement composé des épîtres de Paul. Pierre n’a pas écrit grand chose… Bref, cette primauté toute subjective a donné naissance à une papauté non scriptuaire… où le Pape est appelé le Saint Père, alors que Jésus est assez formel sur ce point là : «N’appelez personne votre « père » sur la terre : car vous n’en avez qu’un, le Père Céleste» (Mathieu 23:9). Commençons peut être par respecter les paroles de Jésus et on pourra ensuite discuter de la primauté de Pierre… 🙂

    • @Rédaction Cette accusation, de transgresser le commandement du Christ en appelant le pape ou les prêtres avec le nom affectueux de « père », est récurente. Rappelons que le Christ ordonne aussi de ne pas se faire appeler maître, docteur ou directeur selon les traductions. Je me permet de vous livrer une courte explication de saint Jérôme qui répond avec clarté et intelligence à cette objection courante chez les évangéliques:

      « On se demande comment, contrairement à ce précepte, l’Apôtre s’est appelé lui-même le docteur des nations (He 1), et pourquoi aussi, dans les monastères, les religieux, dans le langage ordinaire, se donnent réciproquement le nom de pères. Nous répondons qu’il y a deux manières différentes d’être père ou maître: l’une par nature, l’autre par condescendance ou par concession. C’est ainsi qu’en donnant à un homme le nom de père nous honorons son âge, sans le reconnaître pour l’auteur de nos jours. Nous l’appelons également maître, à cause de son union avec le véritable Maître, et, pour ne pas me répéter à l’infini, de même qu’un seul Dieu et un seul Fils de Dieu par nature n’empêchent pas que les hommes soient appelés dieux ou enfants de Dieu par adoption, de même un seul Père et un seul Maître ne font pas obstacle à ce que le nom de pères et de maîtres soit donné aux hommes par extension »

      Salutation fraternelle, Sam

    • Dans le dialogue entre chrétiens et avec les non-chrétiens, nous devrions toujours nous efforcer de suivre la recommandation de l’apôtre Pierre: « mais sanctifiez dans vos coeurs le Seigneur, le Christ, étant toujours prêts à répondre mais avec douceur et respect, à quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous » (1Pierre 3;15). Ce n’est certes pas toujours aisé quand on a des convictions fortes et nous avons chacun notre tempéramment mais je crois que nous devons apprendre à présenter notre foi de manière sereine et apaisée avec le secours de la grâce divine. Quand on veut être écouté, il convient aussi d’écouter les autres…

      Salutation fraternelle, Sam

    • Lorsque Jésus, les premiers Apôtres ainsi que de nombreux prophètes… se sont emportés… ont-ils manqué de douceur ? Ont-il péché ? Connaissant Jésus, ça m’étonnerait ! 😉 Par conséquent, j’en déduis, que tout en s’efforçant d’être doux, cela ne doit pas nous empêcher, à bon escient, de manifester une certaine violence spirituelle ainsi que des convictions fortes. Ce qu’il y a d’extraordinaire avec le Saint-Esprit, c’est qu’il peut être parfois une brise légère, et parfois un feu dévorant…

  16. Le Pape, même s’il représente Dieu sur terre, n’est qu’un homme.
    Ne pas vouloir terminer sa fonction dans le même état baveux, tremblant, ne pouvant tenir debout sans assitance, que son prédécesseur est son choix. De plus c’était inhumain.Et une souffrance pitoyable.
    Pour être Pape il faut être déjà vieux, forcément si le Pape est un bon Pape, le temps nous semble court.

    A présent passons à autre chose, si un jour on nous interdisait la Bible pour quelconques raisons, prenez un jeu de carte et sachez le lire autrement :

    Vous y verez la Bible:

    Savez-vou qu’avec un simple jeu de cartes vous pouvez parler au Seigneur ?

    Regardez l’AS ce coeur, il vous rappelle qu’il n’y a qu’un seul Dieu.
    Le 2 de coeur, représente les deux parties de la Bible l’Ancien et le Nouveau Testament.
    Le 3 représente le Père, le fils, et le Saint Esprit.
    Le 4 représente les quatre Evangiles, Mathieu, Marc, Luc et Jean
    Le 5 représente les cinq vierges. Elles étaient 10, mais 5 d’entre elles seulement ont été glorigiées.
    Le 6 représente les 6 jours que Dieu a pris pour créer le ciel et la terre.
    Le 7 représente la journée où Dieu s’est reposé après avoir fait sa création.
    Le 8 est pour la famille de Noé et de sa femme, leurs 3 fils et leurs épouses : les 8 personnes épargnées par Dieu de l’inondation qui a détruit la terre.
    Le 9 montre les lépreux que Jésus a purifiés de la lèpre, il en a guéri 10, mais seulement 9 sont venus le remercier.
    Le 10 représente les 10 commandements que Dieu a transmis à Moïse sur des tablettes en pierre.
    Le valet de pique, est un rappel de satan, l’un des premier ange de Dieu, mais qui s’est fait mettre à la porte du ciel à cause de ses manières sournoises, et qui est désormais le Joker de l’enfer éternel.
    La Reine de coeur, rappelle la Vierge Marie.
    Le Roi de coeur, est la représentation de Jésus, car il est le Roi de tous les rois.
    Quand on compte les points sur toutes les cartes, on arrive à un total de 365, un pour chaque jour de l’année.
    Il y a un total de 52 cartes dans un jeu ; chaque jeu est une semaine. 52 semaines dans une année.
    Les quatre valets représentent les 4 saisons. Printemps, été, automne, hiver.

    Chaque suite est composée de 13 cartes, il y a exactement 13 semaines dans un quartier.
    Alors quand vous voulez parler à Dieu et le remercier sortez un jeu de cartes.

  17. Jésus non plus n’a rien écrit pourtant vous vous réclamez de lui. En revanche, il a dit « tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise ». Peut-on être plus clair ?
    Le premier dans l’Eglise n’est pas celui qui écrit le plus, ni le plus savant mais celui que Jésus a choisi pour ce ministère. Jésus n’a pas demandé à Pierre d’écrire des lettres mais bien de paître ses brebis. Cela n’a rien de subjectif.
    Vous devriez savoir que la prédication apostolique était, comme celle du Christ, orale et vivante. Les épîtres sont des écrits de circonstances, liés à l’évangélisation. Paul écrit à des églises particulières sur lesquelles il a autorité et son activité épistolaire est étroitement liée à ses voyages missionnaires ; les lettres de Pierre sont destinées à toutes les églises, sans distinction. Vous apprendrez également que l’évangile selon Saint Marc rapporte la prédication de Pierre, excusez du peu…
    Quant au terme « Père », il désigne dès la fin du 2ème siècle, certains personnages ayant une autorité, une responsabilité en matière de doctrine (d’où les Pères Apostoliques, Apologètes, de l’Eglise).

    • Commentaires Scofield
      Pierre. Cette déclaration: « Tu es Pierre (gr. petros, une pierre)… et sur ce roc (gr. petra, un rocher) Je bâtirai Mon Eglise », est en grec un jeu de mots, que dans certaines versions la similitude des termes en français a encore accentué! Or, c’est bien sur Christ Lui-même que l’Eglise s’édifie. Voir ce que l’apôtre Pierre lui-même écrit. # 1Pe 2:4-8:

      4 Approchez–vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu; 5 et vous–mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez–vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus–Christ. 6 Car il est dit dans l’Ecriture: Voici, je mets en Sion une pierre Angulaire, choisie, précieuse; Et celui qui croit en elle ne sera point confus. 7 L’honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle, Et une pierre d’achoppement Et un rocher de scandale; 8 ils s’y heurtent pour n’avoir pas cru à la parole, et c’est à cela qu’ils sont destinés.

      Comparons encore avec la déclaration de Paul: 1 Co 3:11
      Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus–Christ.

      Je bâtirai. Les disciples ont proclamé que Jésus était le Christ, c’est-à-dire le Roi légitime d’un royaume promis aux Juifs et dont l’avènement est imminent. L’Eglise, par contre, doit être construite sur le témoignage du Seigneur crucifié, ressuscité d’entre les morts, élevé au ciel et « donné pour chef suprême à l’Eglise ». Voir Eph 1:20-23:

      20 Il (Dieu) l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, 21 au–dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui peut être nommé, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. 22 Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Eglise, 23 qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

      Source : http://www.bible-ouverte.ch/questions-reponses/qr-doctrine-chretienne/456-reponse-81.html

    • « Quant au terme « Père », il désigne dès la fin du 2ème siècle, certains personnages ayant une autorité, une responsabilité en matière de doctrine (d’où les Pères Apostoliques, Apologètes, de l’Eglise). »

      Et alors ? Les dérives ont commencé au même moment que l’Eglise… On le voit notamment en lisant les Actes des Apôtres. Les premiers disciples sont confrontés à certaines dérives… ce n’est donc pas parce que l’on utilise ce mot au deuxième siècle, que c’est une bonne chose.

    • Autant il est vrai que le verset ou Jésus dit à Pierre « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirais mon Eglise » peut s’interprèter à la fois comme signifiant sur la personne de Pierre et sur sa confession de foi (en réalité je considère que ce sont les deux), il y a un verset qui indique encore plus explicitement la place centrale qu’occupe Pierre dans le collège des douzes. Reprenons le passage de Matthieu 16;13-20 qui se rapporte à la confession de foi et à la primauté de Pierre:

      « Jésus, étant venu dans la région de Césarée de Philippe, interrogeait ainsi ses disciples: « Qui dit-on qu’est le Fils de l’homme?  » Ils dirent:  » Les uns Jean le Baptiste, d’autres Elie, d’autres Jérémie ou l’un des prophètes.  » Il leur dit:  » Et vous, qui dites-vous que je suis?  » Simon Pierre, prenant la parole, dit:  » Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant.  » Jésus lui répondit:  » Tu es heureux, Simon Bar-Jona, car ce n’est pas la chair et le sang qui te l’ont révélé, mais mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle. Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux: tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.  » Alors il défendit sévèrement aux disciples de dire à personne qu’il était le Christ. »

      Nul ne peut contester que dans ce texte, c’est uniquement à Pierre que Jjésus confié les « clefs du royaume des cieux ». L’interprètation évangélique qui consiste à soutenir, au nom de l’égale dignité de tous les croyants, que tous les chrétiens qui sont en communion avec le Christ possèderaient également ce pouvoir; ne rend pas justice au contexte. Car en effet, si telle était bien la pensée de Jésus, c’est-à-dire qu’il n’entendait pas par cette parole forte, transmettre exclusivement à Pierre un pouvoir spécifique, sachant que plusieurs autres disciples étaient présents au moment de cette scène, il aurait du dire à tous les disciples présents qu’il leur transmet ce pouvoir. Or, parmi tous les disicples réunis, ce ne sera qu’à Pierre que Jésus choisiras de transmettre le « pouvoir des clefs ». L’interprètation protestante de ce passage me semble donc tout à fait abusive en affirmant que tous les disciples ont reçu la même autorité.

      Tous les chrétiens sont d’accord pour reconnaître que le Christ Jésus est la pierre angulaire de l’Eglise, c’est Lui qui était annoncé par les prophètes et c’est Lui qui est proclamé par les apôtres. Néanmoins la Parole de Dieu affirme avec clarté que l’Eglise est édifiée « sur le fondement des apôtres et des prophètes, dont Jésus-Christ lui-même est la pierre angulaire. » (Ephésiens 2;20). Il est bibliquement avéré, quand on examine attentivement l’ensemble des textes qui traitent de l’autorité dans l’Eglise, que le collège des apôtres occupe une place centrale dans l’organisation des églises et que au sein de ce collège des apôtres, la place de Pierre est elle-même centrale. Même les théologiens protestants qui ont participés aux travaux de groupe des Ddombes admettent la primauté de Pierre au sein du collège des douzes je peux vous proposer les textes si vous le souhaitez.

      Fraternellement, Sam

    • Chaque ministère a un appel particulier et doit remplir des missions particulières… c’est toujours le cas aujourd’hui… mais ce n’est pas parce que nous avons des rôles différents à jouer que nous ne possédons pas tous la même autorité, en Jésus-Christ. N’oublions pas que c’est le nom de Jésus qui est puissant, pas notre ministère.

      Par ailleurs, la mission particulière de Pierre n’en fait pas un Pape et encore moins un Pape qui transmettrait les « clés » de génération en génération à un autre « Pape ». L’interprétation catholique me semble donc pareillement, toute abusive… et l’histoire de l’Eglise catholique me conforte dans cette conviction. En outre, aucun docteur sérieux n’accepte de bâtir une doctrine sur un seul passage biblique… encore moins lorsque d’autres versets bibliques disent clairement que Jésus est le seul chef de l’Eglise.

      Enfin, que je sache, personne n’a jamais appeler l’Apôtre Pierre : « Très saint Père »… un titre réservé à Dieu seul…

    • Daniel Daillier // 20 février 2013 à 22 h 53 min //

      Tout à fait d’accord avec vous Rédaction !Seul nous pouvons appeler Père notre Père céleste . Une question quand même ? Puisque nous sommes bien sur terre comment appeler vous les évêques , et cardinaux quand vous les interviewez ? Monsieur ou mon Seigneur ?
      Si vous veniez à rencontrer le prochain Pape ! Comment l’appelleriez-vous ?

      Soyez bénis tous les deux Paul et Samuel

    • Tous les croyants dans l’Eglise primitive n’avait pas la même autorité comme le prouve le verset suivant: « Obéissez à vos dirigeants et soyez-leur dociles; car ils veillent personnellement sur vos âmes, puisqu’ils en rendront compte » (Hébreux 13;17, TOB). Votre théologie est incohérente car n’importe qui est capable de comprendre que celui qui obéit et celui qui dirige ne possèdent pas une égale autorité. Tous les membres de l’Eglise possèdent une égale dignité quelle que soit leur genre, leur appartenance ethnique, leur niveau d’étude ou leur rang social. Nous sommes tous enfants de Dieu par notre foi en Jésus-Christ et par notre baptême en revanche nous ne possèdons pas tous la même autorité dans la gouvernance de l’Eglise…

      Bonne fin de soirée et que la paix du Christ soit avec vous tous chers frères et soeurs

    • Oui, sauf qu’il est aussi écrit que nous devons être « soumis les uns aux autres, dans la crainte de Christ » (Ephésiens 5 v 21)… et j’aimerais bien savoir en quoi le Pape accepte cette soumission mutuelle à l’égard de tous ses frères et soeurs… En outre, vous confondez l’autorité spirituelle et l’autorité qui découle d’une fonction dans une institution humaine : l’Eglise catholique. Une institution qui n’a pas manqué de se discréditer au fil des siècles, par des choix peu inspirés, peu biblique et peu glorieux. Un Evêque n’a pas plus d’autorité spirituelle qu’un simple chrétien qui prie au nom de Jésus, car nous n’avons aucune autre puissance que celle qui découle du nom de Jésus…

      Bref, on peut faire une longue bataille de versets toute la nuit… mais je suis malgré tout au regret de vous annoncer que cette bataille ne permettra pas de justifier le système papal !

    • « n’importe qui est capable de comprendre que celui qui obéit et celui qui dirige ne possèdent pas une égale autorité »: comme n’importe qui est capable de comprendre que, en admettant que votre interprétation soit valable, les papes étant successeurs de Pierre ils ne peuvent être infaillibles puisqu’ils succèdent au seul apôtre qui a renié le Christ par trois fois! Ce n’est pas vraiment un exemple d’infaillibilité…
      « Vous dites que l’Eglise catholique est une institution humaine, je considère au contraire qu’elle a été fondée par notre Seigneur Jésus-Christ »: alors là, c’est fort! Ils vous ont bien « piquousé » les cathos…
      L’église catholique qui est allé jusqu’à créer un état, le Vatican, est bien de ce monde et appartient à ce monde (sa banque est en bonne position chez les blanchisseurs d’argent sale)! Je ne vois pas ce qui vous permet de justifier que Jésus ait voulu cela et qu’il voulait que son église devienne un état qui, comme tous les états de ce monde, a bien des choses a cacher: il na fait qu’un avec les pouvoirs temporels de ce monde et s’est corrompu avec eux.
      « de nombreuses vérités révélées que vous professez fidèlement (Trinité, nature humaine et divine du Christ, etc) viennent de l’Eglise catholique… »: et hop! ça continue!!! Je vois bien là la prétention et l’orgueil de l’église catholique persuadée de détenir LA vérité… cela montre plutôt que vous ne remontez pas à l’autorité de la parole de Dieu en prétendant que trinité, nature humaine et divine du Christ viennent de l’église catholique! C’est en toutes lettres dans la bible qui n’émane pas du catholicisme. Vous vous arrêtez à ce que le catholicisme a repris de la bible et ce que vous examinez dans les textes vous le faites au travers de filtres qui déforment; vous avez été profondément affecté par votre expérience personnelle et vous analysez en opposition à une opinion de gens qui vous ont blessé: faites fi de l’émotionnel, du vécu, mettez tout à plat sans idées préconçues, interprétez les textes en confrontant votre interprétation au bon sens et vous constaterez que bien des dogmes catholiques ne tiennent pas la route…
      Ce qui m’amuse chez les catholiques c’est qu’ils coupent les cheveux en quatre et dans le sens de la longueur mais qu’ils ne voient pas l’évidence 😉

    • Oui je respecte votre point de vue mais ne le partage pas. Vous dites que l’Eglise catholique est une institution humaine, je considère au contraire qu’elle a été fondée par notre Seigneur Jésus-Christ qui a également fait cette promesse que le séjour des morts ne prévaudrait point contre elle. En l’occurence je me permet de vous rappeler que les protestants ne sont pas « tombés du ciel » mais qu’ils sont sortis de l’Eglise catholique romaine avec laquelle ils ont rompu leur communion. Je me permet encore de vous rappeler que l’Eglise ne s’est pas éclipsée entre le 1er siècle et le 16ème siècle et que de nombreuses vérités révélées que vous professez fidèlement (Trinité, nature humaine et divine du Christ, etc) viennent de l’Eglise catholique…

      Quelques témoignages historiques sur la primauté de Pierre: http://enfant-prodigue.com/ep/pvkto/La%20primaute%20de%20Pierre.htm

      Que Dieu vous bénisse!

    • Mon cher Bigsam,

      Je n’ai pas l’intention de vous convaincre: j’ai écouté aujourd’hui une émission concernant la disparition des dinosaures; certains scientifiques l’expliquent par une météorite tombée sur la terre, d’autres par une activité volcanique importante en Inde. Mais ce qui m’a (un peu) surpris c’est que certains font leurs recherches en vue d’étayer leur thèse (donc orientation dès le départ pouvant biaiser les résultats), alors que d’autres recherchent sans privilégier l’une ou l’autre des théories…
      D’après ce que j’ai lu de vous mon impression est que vous êtes comme les scientifiques « à thèse » : je ne nie pas que vous étudiez pas mal de textes, mais, sans vous analyser, vous avez vous même reconnu avoir vécu une très mauvaise expérience et je pense que du coup vos recherches sont orientées.
      Après quelques précisions ci dessous je n’interviendrai donc plus sur vos déclarations car j’ai la nette sensation que cela produit l’effet inverse de celui recherché: vous détourner d’une institution qui éloignent ses ouailles de Dieu…

      « le dogme de l’infaillibilité du pape laisse à désirer car en réalité depuis que ce dogme a été promulgué il n’a été utilisé qu’à une seule reprise pour la proclamation du dogme de l’immaculée conception »: c’est une fois de trop, car en matière de fumisterie ce dogme doit en être le champion toute catégorie! Désolé pour le terme utilisé mais c’est un point qui me choque particulièrement et il faut appeler un chat un chat…

      « Enfin, cette infaillibilité du pape ne concerne que la doctrine du salut »: QUE la doctrine du salut??????
      Nous parlons bien du même salut car, si je ne me trompe, c’est quand même LE sujet principal de la bonne nouvelle???? Ce n’est quand même pas rien!
      Si l’infaillibilité papale ne concerne que la doctrine du salut, pourquoi ne l’ont-ils pas proclamée au lieu d’en éloigner des millions d’âmes en inventant des théories « abracadabrantesques » ? (Les indulgences ont privé du salut combien d’âmes? Et votre purgatoire?).

      « examinez plutôt les raisons et les explications que j’avance, même si vous n’y adhérez pas »: c’est ce que j’ai fait il y a quelques années et qui m’a amené à quitter le catholicisme, mais, en le faisant, j’avais mis un point d’honneur à laisser tomber l’émotionnel et le vécu pour aller jusqu’au bout des réponses!

      « Saint Paul y fait allusion (au purgatoire) lorsqu’il parle des croyants qui seront « sauvés comme au travers du feu » (voir 1 Corinthiens 3;13-17) et Jésus suggère également l’idée d’une peine qui n’est pas éternelle dans Luc 12;47-48 « : alors là Bigsam, JE VOUS REMERCIE INFINIMENT!
      Vous venez de nous faire la démonstration de ce qu’est l’interprétation « à la catholique » des textes bibliques!!!
      J’ai soigneusement relu les deux textes dans différentes traductions, franchement, pour justifier la théorie du purgatoire sur ces textes, il faut « travailler du chapeau »! Ce n’est plus de l’interprétation mais de l’affabulation; revenez au bon sens, la bonne nouvelle est accessible à tout un chacun, pas besoin d’avoir fait le séminaire…

      Sans rancune, j’aurai au moins essayé… mais il n’y a de pire aveugle que celui qui refuse de voir!

    • @Hervé Votre compréhension du dogme de l’infaillibilité du pape laisse à désirer car en réalité depuis que ce dogme a été promulgué il n’a été utilisé qu’à une seule reprise pour la proclamation du dogme de l’immaculée conception. Enfin, cette infaillibilité du pape ne concerne que la doctrine du salut et n’efface pas les faiblesses humaines qui sont les siennes. Un pape peut chuter l’histoire le démontre et la vie de l’apôtre Pierre l’illustre. Infaillibilité ne signifie pas impeccabilité et si Pierre a renié connaître le Christ par trois fois il n’a jamais enseigné des erreurs au niveau de la foi pas plus que les autres apôtres qui furent en communion avec lui. Saint Paul lui-même le disait: « notre prédication ne repose pas sur l’erreur » (1 Thessaloniciens 2;3). En revanche, l’histoire nous apprend que tous ceux qui se sont séparés de la communion de l’Eglise ont enseignés des hérésies (arianisme, manichéisme, adoptianisme, docétisme, gnosticisme, etc)

      Et plutôt que de perdre votre temps à vouloir « m’analyser », examinez plutôt les raisons et les explications que j’avance, même si vous n’y adhérez pas. Nous pouvons tous être aveuglés par des préjugés et il est vrai que c’est de la comparaison que naît la réflexion. Ma démarche se fonde sur une recherche de vérité et d’unité respectueuse de l’appartenance confessionnelle de chaque chrétien. Je ne procède ni à la caricature ni au dénigrement ni à la diabolisation de telle ou telle église chacune à ses forces et ses faiblesses. Ce que je peux effectivement reprocher à certains évangéliques c’est une incapacité à comprendre et à respecter le cheminement intérieur des autres chrétiens, voir même à se revendiquer comme les seuls chrétiens fidèles par opposition aux « chrétiens de nom » et à la « grande prostituée » (expression tirée du livre de l’Apocalypse par laquelle certaines interprètrations évangéliques assimilent l’Eglise catholique). Les évangéliques qui sont engagés dans le dialogue oecuménique sont d’ailleurs très minoritaires et ce que j’ai pu observer personnellement c’est davantage une radicalisation des positions et une attitude peu fraternelle à l’égard de l’Eglise catholique mais aussi à l’égard des religions non-chrétiennes. Je me suis effectivement distancé de ces dérives et en toute franchise je ne le regrette pas!

      Salutation fraternelle, Sam

    • Khristophoros // 21 février 2013 à 18 h 48 min //

      @BigSam, bonjour, j’ai lu avec intérêt le débat avec Paul Ohlott. Concernant l’autorité de Pierre vous citez Matthieu 16 mais pas Matthieu 18.
      En effet, cette semaine en écoutant l’évangile de Matthieu j’ai été frappé par les versets Matthieu 18.18 à 18.20 : « En vérité, je vous dis que tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel ; et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel. 19. Je vous dis encore que si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est aux cieux. 20. Car où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis là au milieu d’eux ! »

      Jésus s’adresse aux disciples et non pas à Pierre seul et leur attribue le même pouvoir.. Ainsi donc si la clef du Royaume des Cieux permet de lier au ciel ce qui est lié sur terre, et si ce que les disciples lient sur terre sera lié au ciel, ils ont également cette clef qui n’est autre que la puissance du Saint Esprit dans la foi, non ?

      Fraternellement

    • Oui, c’est dangereux de citer un verset hors de son contexte… Merci Christophe d’avoir été vigilant sur ce point précis.

    • Souvenez vous // 21 février 2013 à 19 h 14 min //

      @ Kristophoros : en effet, le pouvoir de lier et de délier à été conféré aux Apôtres par Jésus-Christ. Ils l’ont transmis à leurs successeurs, les évêques, par l’imposition des mains. Cela n’enlève rien à la primauté de Pierre qui n’est pas une exclusivité.

    • Jésus a donné ce pouvoir à ses disciples… c’est donc un pouvoir qui appartient à n’importe quel disciple du Seigneur, ne vous en déplaise. Les Evêques n’ont pas plus de pouvoir que n’importe qui d’autre.

    • Souvenez vous // 21 février 2013 à 19 h 23 min //

      Toujours @ Kristophoros :
      le pouvoir de lier et délier est celui de pardonner les péchés et pas « la puissance du Saint Esprit dans la foi ».

    • Khristophoros // 21 février 2013 à 19 h 38 min //

      Paul imposait les mains sur ceux qui acceptaient Christ afin qu’ils reçoivent le Saint Esprit, ce geste n’est pas réservé aux « successeurs » d’une quelconque autorité, mais le don gratuit offert à tous.. Non ?

    • Souvenez vous // 21 février 2013 à 19 h 29 min //

      « Nos Apôtres aussi ont connu par Notre Seigneur Jésus qu’il y aurait querelle au sujet de la fonction épiscopale.
      C’est bien pour cette raison qu’ayant reçu une connaissance parfaite de l’avenir, ils établirent ceux dont il a été question plus haut et posèrent ensuite comme règle qu’après la mort de ces derniers, d’autres hommes éprouvés leurs succèderaient dans leur office. »
      Ignace d’Antioche, Lettre aux Smyrniotes 8,1

      Ignace d’Antioche (35-107, mort martyr) fut le disciple de Pierre et son successeur comme évêque d’Antioche.

    • Oui et alors ? Cela ne fait certainement pas de Pierre un pape qui aurait une plus grande autorité que les autres… puisqu’il est question d’un collège d’Apôtres et d’un travail commun. Vive l’Eglise primitive… et dommage pour les dérives engendrées par le catholicisme… (et dommage aussi pour les dérives du protestantisme…). En ce 21ème siècle, on ne peut guère faire confiance à un système religieux, quel qu’il soit… Ces système sont dévoyés. Il faut revenir à la source, à la Parole de Dieu et à la simplicité de la foi évangélique. Si on devait comparer la vie vaticane actuelle avec la vie des premiers Apôtres, je crois que le fossé serait immense.

    • Khristophoros // 21 février 2013 à 19 h 48 min //

      100 % d’accord avec vous Paul.
      Par ailleurs, il me semble que dans ces ministères, l’église catholique confond la fonction avec le positionnement hiérarchique, qui est lui nécessaire pour justifier le cléricalisme et l’institution au détriment des multiples ministères et dons qui doivent s’exprimer librement dans le Corps de Christ, la seule véritable Eglise.

    • Souvenez vous // 21 février 2013 à 20 h 20 min //

      Et alors, cher Paul ? c’est très simple, entre une opinion particulière et contemporaine (pour respectable qu’elle soit) et le TEMOIGNAGE de quelqu’un qui a personnellement connu l’Apôtre Pierre, je fais confiance au témoin, à celui qui a reçu l’Evangile de la bouche de Pierre. De même, je fais confiance à Polycarpe de Smyrne et à Irénée de Lyon qui furent disciple de Jean. Connaissez-vous seulement ces noms ?
      La vision « protestante évangélique » de la Bible et de l’Eglise est complètement minéralisée, figée,dans un passé idéalisé et incompris dans une reconstitution historique qui reste une fiction.
      Notre Eglise Catholique est sainte, parce que Dieu veut qu’elle le soit. Cela ne signifie pas qu’elle soit parfaite. Mais elle est VIVANTE et INCARNEE et dans la CONTINUITE HISTORIQUE de l’Eglise primitive.

    • Mais c’est très bien de faire confiance à un témoin qui a connu l’Apôtre Pierre… mais évitez de lui faire dire ce qu’il ne dit pas… et faîtes l’effort d’essayer de comprendre ce qu’il a réellement dit.

      « Notre Eglise Catholique est sainte, parce que Dieu veut qu’elle le soit. Cela ne signifie pas qu’elle soit parfaite. Mais elle est VIVANTE et INCARNEE et dans la CONTINUITE HISTORIQUE de l’Eglise primitive. »

      Vous avez le droit de rêver si ça vous rassure… mais ni Dieu ni l’Eglise primitive n’a jamais déclaré que l’Eglise Catholique est sainte et qu’elle est la continuité historique de l’Eglise primitive… 🙂

      Enfin, pour pousser la réflexion encore plus loin… quand bien même l’Eglise catholique serait la continuité de l’Eglise primitive, ça ne l’a pas empêché de dériver, nécessitant une vraie réforme !

      N’est-ce pas Jésus qui disait que la fin d’une chose vaut mieux que son commencement ? L’Eglise catholique a peut être bien commencée, mais ses dérives ont été trop nombreuses au fil des siècles pour demeurer une institution crédible.

    • @bigsam68 @ Souvenez vous…

      Je suis d’accord avec le fait que d’accorder un titre honorifique de père, maître ou docteur, tels ceux parfois donnés aux hommes appelés et « donnés » par Jésus à son église (comme écrit dans Eph.
      4:11), n’est certainement pas ce que Jésus conteste.
      Par contre, je crois vraiment qu’il a voulu prévenir qu’aucun être humain ne prenne dans nos vies la place sacrée du Dieu trois fois saint, pour être notre Père, Maître ou Docteur à sa place.

      Or, la relation d’un catholique envers son Pape est souvent, dans le vécu d’un grand nombre d’entre eux, ce qui prime et remplace une véritable relation à Jésus (je veux dire : au niveau de l’esprit, et non de l’âme) puisque le Pape est censé représenter directement Jésus sur terre. Phénomène qui se retrouve d’ailleurs bien souvent à leur corps défendant dans des églises évangéliques (…en plus p’tit avec des bretelles ! lol )

      Pour ma part, je me base sur les déclarations faites dans l’épître aux Hébreux, chap. 7 dans le contexte des versets 15 à 28 :
      « Le Seigneur a juré, et il ne se repentira pas : Tu es sacrificateur pour toujours, selon l’ordre de Melchisédek; Jésus est par cela même le garant d’une alliance plus excellente.
      De plus, il y a eu des sacrificateurs en grand nombre, parce que la mort les empêchait d’être permanents.
      Mais lui, parce qu’il demeure éternellement, possède un SACERDOCE QUI N’EST PAS TRANSMISSIBLE.
      C’est aussi pour cela qu’il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur ».

      Si la prêtrise de Jésus n’est pas transmissible, et si Jésus a fait de nous ses rachetés, « un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis », je prends le droit de me poser quelques questions sur la transmission papale, si vous le permettez.

      D’après certaines de mes recherches, il faut descendre au 4e siècle pour découvrir les premières traces de ce qui devait être un jour le pouvoir papal. St Augustin lui même, pas d’accord sur cette question, déclare que « la pierre, c’est le Christ ».

      Jésus reprochait aux religieux juifs de son temps d’annuler la Parole de Dieu par leur Tradition. Si la Parole affirme que nous avons un Avocat auprès du Père, Jésus-christ le juste (1 Jean 2:1), qu’il y a UN SEUL médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme (1Tim 2:5), je pose la question : que vaut la théologie d’une église qui en a inventé plusieurs (traditions) au fil des siècles ?
      Le Pape, les Saints, la Vierge Marie, pour n’en citer que quelques unes. Prenons le cas de Marie, par exemple, femme formidable par excellence, et digne d’être honorée, certes, mais… Je synthétise ma recherche :
      – – – – – – – – –
      Au même 4e siècle, on commence, en certains lieux, à donner à Marie le nom antiscripturaire de Mère de Dieu. En Arabie, des femmes fanatiques, se disant prêtresses de la Vierge, instituent une fête en l’honneur de Marie et lui offrent en sacrifice de petits gâteaux, renouvelant ainsi à la lettre la pratique des femmes de Juda, 600 ans avant J.C.,offrant leurs gâteaux à la Reine du Ciel (!!!), et attirant ainsi sur elles et sur leur pays la malédiction de Dieu, comme le déclare le prophète Jérémie (7:16-20).
      Ces femmes d’Arabie formaient une secte combattue avec énergie par Epiphanie qui lui reproche d’être un effort du diable pour faire rendre les honneurs divins à la nature humaine. Vers 428, Nestorius, Patriarche de Constantinople, soutenant que Marie ne pouvait être appelée Mère de Dieu, provoque dans l’Eglise une violente dispute. Finalement, le concile d’Ephèse, en 431, sanctionne l’expression. Depuis lors, le culte de Marie prend racine et se propage.

      L’an 1854 date officiellement, après bien des conflits, la doctrine de l’immaculée Conception par laquelle on affirme que Marie a été conçue sans péché et est venue au monde comme Dieu lui-même.

      1950 : promulgation d’un nouveau dogme ainsi défini : « Marie, Mère de Dieu toujours vierge à la fin de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps, à la Gloire céleste ». (Assomption de Marie)

      1968 : Marie est proclamée COREDEMPTRICE, par le Crédo du Pape Paul VI, confirmé par le deuxième Concile du Vatican : « Cette maternité de Marie dans l’économie de la grâce se continue sans interruption jusqu’à la consommation définitive de tous les élus. En effet, après son Assomption au ciel, son rôle dans le salut ne s’interrompt pas : par son intercession répétée elle continue à nous obtenir les dons qui assurent notre salut éternel : c’est pourquoi la Bonne vierge est invoquée dans l’Eglise sous les titres divers comme : Avocate – auxiliatrice – secourable -médiatrice »…

      Le théologien catholique par excellence, Thomas d’Aquin (1225-1274), n’aurait pas accepté l’Immaculée Conception de la Vierge (dont on parlait déjà) et le Père Congar pose la question : « Peut-on dire que la Vierge est distributrice de toutes les grâces. Nous n’avons pour l’affirmer aucun texte de l’Ecriture, aucune autorité patristique ou ecclésiastique. »….

      On pourrait se demander par quelle autorité l’église catholique se substitue à l’Ecriture ? Selon les déclarations de Daniel Rops en 1950, et du Cardinal Feltin à Chartres en 1957, nous entendons :
      « …quand sur un point de doctrine les textes sont muets ou trop succincts, il est normal que les croyants s’attachent à combler la lacune, à suppléer l’insuffisance des documents »…. d’où cette vérité qui donne la primauté à la Tradition sur l’Ecriture : « On accède au Père par son Fils et au Fils par sa Mère »…

      Selon Jésus, la tradition religieuse a le pouvoir d’annuler la Parole de Dieu :

      Dans Matthieu 15: 3 : « Il leur répondit : Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? v.6 : vous annulez ainsi la Parole de Dieu au profit de votre tradition.

      Dans Marc 7:7-9 : « C’est en vain qu’ils m’honorent, en donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes. Vous rejetez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition. v.13 : « … annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d’autres choses semblables. »
      v8-9 : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son coeur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. »
      – – – – – – – –
      Là, nous décrivons l’histoire d’une église au fil des siècles. Mais tout évangélique qui se respecte devrait être averti qu’il peut tomber dans le même genre de piège.

      Et je dis qu’au jour d’aujourd’hui, chaque chrétien de n’importe quel bord doit se remettre en question devant son Dieu et demander l’éclairage et la révélation de l’Esprit Saint, qui est l’Esprit de Vérité, ou dit autrement selon l’étymologie du terme, l’Esprit de Réalité…

      Soyons attentifs que notre besoin de spiritualité n’émane pas des fractures de notre âme. Marie est une image maternelle qui semble répondre à nos manques ou ruptures affective (avec nos mères, entre autre). Pourtant, même dans ces cas de figure, Dieu est suffisant, El Shaddaï, sein maternel, Père et Mère tout à la fois.

      Ce qui nous trompe souvent, c’est que nous confondons le domaine de l’âme et celui de l’esprit. En Jésus, le Père, par l’action du Saint Esprit, est le seul qui sache guérir parfaitement nos blessures.

      Par contre, le salut en Christ démarre au niveau de notre esprit. Notre esprit qui est la marque de Dieu en nous, et pourtant originellement vide de Sa Présence jusqu’au jour où nous l’invitons volontairement. C’est alors, comme Jésus l’expliquait à Nicodème, que notre esprit naît d’en haut dès que nous acceptons le pardon en Jésus et son oeuvre à la croix… qui est, rappelons-le, parfaite et accomplie.
      Sommes-nous conscients que c’est une injure à son sacrifice expiatoire que de rajouter d’autres façons d’accéder à la grâce. Cela équivaut à dire que son expiation à notre place n’était, somme toute, pas suffisante ! Les cathos ont leur façon d’en rajouter, mais les évangéliques tout autant ! Légalisme, suffisance (ou propre justice), activisme… Nous avons souvent une fâcheuse tendance à vouloir mériter, et construire l’église de Jésus-Christ à sa place !

      Mais il a dit : « Je construirai mon église, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle ».

      Donc, la bonne question à se poser me semble être : « Suis-je plus impressionné par le système religieux, ou suis-je assoiffé par le coeur du Père ?

      Parfois, nous sommes à cheval sur les deux, mais c’est là que la Parole nous exhorte à maintes reprises : Réformez vos coeurs et vos voies ! Sortez du système…appelé Babylone dans la Parole… mais pas de confusion SVP ! On a trop vu Babylone ailleurs que dans son propre camp. Il est temps de se réveiller et de laisser l’Esprit de Réalité renouveler notre intelligence spirituelle afin de savoir si nos lampes sont véritablement remplies de son huile, si nous n’avons pas préféré nos zones de confort à la marche aventureuse de la foi… Question ouverte par excellence !!

    • Le CORPS DE CHRIST , la seule véritable Eglise ! Merci Christophe , tu me fais rêver , fini les dénominations , les ISTES ET ISMES ect … Utopique ???…Grande et magnifique Eglise témoignant de l’AMOUR de DIEU partout autour de nous , dans une EGLISE UNIE , UN CORPS UNI ! ( Attention ! Pas UNIFORME ) On peut rêver EN EFFET . J ‘ ai envie d’y croire ! Soyez bénis

    • A propos du sacerdoce du Christ et du sacerdoce des prêtres, je me permet de vous renvoyer à une conférence du père Patrick Bonafé qui explique bien mieux que je ne pourrais le faire cette thématique. Vous pouvez écouter cette conférence en intégralité en format audio en cliquant sur le lien ci-dessous et ainsi vous faire votre propre opinion. Mais quand on inculpe systématiquement l’Eglise catholique il est tout de même bon de temps en temps de donner la parole à l’accusée. Je vous en propose un extrait:

      « Qu’est-ce que le sacerdoce ?

      Le sacerdoce actuel de nos évêques et de nos prêtres est fondé sur leur participation au sacerdoce du Christ, le seul Grand Prêtre.

      Pour nous faire comprendre la nature du sacerdoce du Christ, le père Bonafé nous a menés au cœur de l’Ancienne Alliance entre Dieu et Israël, nous présentant les fonctions des prêtres d’alors ; ainsi qu’au cœur de la Nouvelle Alliance scellée par le Christ entre Dieu et tous les hommes, dans le don de sa vie et sa résurrection. La lettre aux Hébreux, nous présente Jésus, seul Grand Prêtre, dont les caractéristiques sont :
      La médiation : Jésus est le seul médiateur entre Dieu et chaque homme, dans une double relation : à Dieu d’une part, par sa divinité propre et son intimité à Dieu ; aux hommes d’autre part, en étant pleinement homme.
      La communion : Jésus s’est rendu serviteur et semblable en tout aux hommes, y compris la souffrance et la mort. « Il lui fallait donc devenir en tout semblable à ses frères » (He 2,17).
      L’oblation : En s’offrant lui-même sur la croix, le Christ s’est « rendu parfait » (He 2, 10) dans son humanité, et par conséquent, nous a rendus capables, nous aussi, de nous offrir à Dieu. « Car éprouvé, il est en mesure de venir en aide aux éprouvés » (He 2,18)
      L’ouverture au feu de l’Esprit Saint : « C’est par l’Esprit Eternel que le Christ se donne sans tâche » (He 9,14).

      Comme le Christ, notre capacité à nous offrir ne vient pas de nous, mais de l’Esprit Saint, qui opère en nous un élan intérieur pour nous approcher de Dieu. C’est Dieu lui-même qui nous porte jusqu’à lui.

      C’est ce même ministère du Christ, que le Concile Vatican II dans « Presbyterorum Ordinis », reconnaît comme le ministère des prêtres. A ceci près que le prêtre n’est pas le médiateur entre Dieu et les hommes, seul le Christ l’est. » (source: http://saint-symphorien-78.cef.fr/spip.php?article203)

      Que Dieu vous bénisse et qu’Il nous accorde sa paix et sa grâce

    • @anna sacco Merci de bien vouloir nous communiquer quelles sont vos sources je suis prêt à parier qu’elles proviennent d’un site évangélique engagé dans la propagande anti-catholique comme on en trouve beaucoup sur internet. Puis-je d’ailleurs me permettre de vous suggérer, si vous souhaitez vous renseigner objectivement sur la foi catholique, de vérifier directement les sources catholiques ? En effet, si je veux connaître par exemple la théologie et la spiritualité évangélique, je n’irais pas m’adresser à un prêtre catholique qui dénigre la foi évangélique! Si vous voulez entrer dans une compréhension authentique de la théologie et de la spiritualité catholique, je vous suggère d’éviter de vous tourner vers des sites évangéliques qui dénigrent la foi catholique et qui ne s’intéresse pas réellement à la comprendre.

      En ce qui concerne le titre « mère de Dieu » que l’Eglise a donner à Marie, il faut souligner que ce titre se rapporte à Jésus. Elle est mère de Dieu selon l’incarnation parce que Jésus est Dieu. C’est là en effet l’évènement central de la foi chrétienne sur lequel repose tout l’édifice: La bienheureuse Vierge Marie, bénis entre toutes les femmes, a porté dans son sein Celui qui porte tout, notre Créateur et notre Rédempteur. Marie est la porte du salut car c’est par elle que Jésus est entré dans le monde. Marie est la plus grande au ciel après Jésus parce qu’elle fut sur terre la plus humble conformément à cette parole de l’Evangile: « Celui-là donc qui se fera petit comme cet enfant, voilà le plus grand dans le royaume des cieux » (Matthieu 18;4).

      Nous touchons ici à une divergence fondamentale sur laquelle j’ai déjà eut maintes fois l’occasion de m’exprimer, c’est la question de la solidarité entre les saints du ciel et les saints de la terre, entre l’Eglise triomphante et l’Eglise militante. Pour les évangéliques, les saints du ciel sont silencieux et indifférents à la situation de ceux qui cheminent encore sur la terre au sein des épreuves et des tentations de toutes sortes. Seul Jésus, de manière solitaire, intercède pour nous. Ceci me pose tout de même un sérieux problème car comment concilier la notion que les bienheureux du ciel sont pleinement en communion avec la Sainte Trinité dans l’amour et que ce qu’ils voient le Christ faire ils ne le fassent pas également ? La Parole de Dieu nous encourage à nous qui sommes sur la terre de cultiver les mêmes sentiments que ceux qui étaient en Jésus (voir Philippiens 2;5). Comment donc ceux qui nous ont précédés dans la gloire n’auraient-ils pas les mêmes sentiments que Jésus puisqu’ils sont à présent totalement configurés au Christ ?

      Ma vision de l’Eglise, celle qui est en pèlerinage sur terre et celle qui a achevée sa course, qui en réalité ne forme qu’une seule et unique Eglise car ce que l’Esprit à réunit pas même la mort ne peut le séparer, est une vision d’une Eglise active, solidaire, unis à Dieu son Père et à ses frères et soeurs. Ne savez-vous pas que le dessein de Dieu est de réunir ce qui est au ciel et sur la terre, les êtres célestes et les terrestres, sous un seul chef le Christ (voir Ephésiens 1;10) ? N’avez-vous pas lu dans l’Ecriture que lorsque vous vous êtes approchés du Christ qui est lé médiateur de la Nouvelle Alliance, ce n’est pas seulement de Lui que vous vous êtes approchés mais également « de la ville du Dieu vivant, de la Jérusalem céleste, et des myriades d’anges en réunion de fête, et de l’assemblée des premiers-nés, dont les noms sont inscrits dans les cieux, et de Dieu le juge de tous, et des esprits des justes parvenus à l’accomplissement » (voir Hébreux 12;22-24) ? Comment se traduit dans votre vie spirituelle le fait que selon l’Ecriture vous vous êtes approchés des anges et des saints du ciel ? Ce n’est pas la Tradition vivante de l’Eglise catholique qui annule la Parole de Dieu, c’est vous qui ne tirez pas toutes les conséquences de ce que la Parole de Dieu nous révèle!

      Ceci sera ma dernière intervention sur ce sujet je vous laisse donc le mot de la fin en adressant mes sincères salutations fraternelles à chacun et en remerciant ceux et celles qui ont participés à cet échange

    • bigsam68

      Je vous cite : (Le sacerdoce actuel de nos évêques et de nos prêtres est fondé sur leur participation au sacerdoce du Christ, le seul Grand Prêtre.)

      Ce n’est pas biblique c’est une imposture de la fausse église ….Que faite vous du Sacerdoce Royal qui a été libéré pour tous les croyants en Jésus ?

      http://www.gotquestions.org/Francais/sacerdoce-croyants.html

    • Souvenez vous // 22 février 2013 à 8 h 56 min //

      @ Anja Sacco : non, la relation que nous avons avec Dieu Père, Fils et Saint-Esprit ne peut être comparée avec rien ni personne et rien ne peut s’y substituer. Pourquoi ? Parce que pour un catholique, rien n’est plus important que l’eucharistie : parce que nous rencontrons Jésus, présent dans la communion. C’est unique, cela dépasse toutes les catégories de la pensée et de la raison humaines. Communier, c’est poser sa tête sur la poitrine du Seigneur.
      Le Catéchisme de l’Eglise Catholique affirme que le Christ est SEUL MEDIATEUR : voyez le § 970.
      Comme je l’ai déjà dit, les catholiques n’aiment pas trop la solitude : nous aimons les chrétiens qui nous ont précédés et nous méditons leur exemple, leur amour du Seigneur. Ils ne sont pas morts, ils sont vivants tout près du Seigneur ! Nous pouvons compter sur leur aide et leur intercession ! Justement parce que Dieu n’est pas le dieu des morts, mais le Dieu des vivants !
      Marie a toujours été présente près du Christ et jusqu’à la Croix. Elle est l’exemple parfait de la foi : douceur, humilité, simplicité, fidélité, obéissance…à son école, on apprend à regarder le Christ et à dire avec elle « Faites tout ce qu’il vous dira ».
      Ne vous y trompez pas : « Mère de Dieu » ne signifie pas que Marie est une déesse (!!!) mais bien que la divinité du Fils n’a pas été altérée par l’Incarnation. Ce n’est pas une exagération de la personne de Marie mais une affirmation de la divinité de Jésus-Christ.

    • @Daniel Dayllier Je vous invite tout de même à exercer votre esprit critique vis-à-vis d’articles qui versent dans la théorie du complot et qui continnent de toute évidence des approximations douteuses visant à désinformer et à tromper. Une appromixation douteuse que je relève dans votre article concerne l’accusation selon laquelle le téléscope du Vatican en Arizona aurait été baptisé « Lucifer ». Cette « information » relève soit de l’ignorance soit de l’aveuglement car le téléscope du Vatican se trouve bien sur le même site que ce téléscope « Lucifer » il n’appartient pas au Vatican (voir ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/LUCIFER_(astronomie)). Vous voyez la théorie du complot par toujours d’une part de vérité pour finalement la travestir dans l’intention de manipuler! Il y a un bien un téléscope qui porte ce nom sur le site ou se trouve le téléscope du Vatican en Arizona mais ce n’est pas le téléscope du Vatican qui porte ce nom. Posez-vous aussi des questions au sujet des articles que vous lisez et si je puis me permettre nous sommes croyants mais ne soyons pas trop crédules!

      Salutation fraternelle, Sam

    • Sam , on à pas du lire le même article ! Il n’est pas question de ‘ télescope papal ‘ LOL !

      Et puis OUI ! Côté crédulité et naiveté SUIS BIEN POURVU !

      Fraternellement en LUI .

    • Voici ce qu’on peut lire dans votre article: « Le Vatican est d’ores et déjà prêt à suivre cet astre depuis son observatoire sur le Mont Graham en Californie, grâce à son télescope nommé Lucifer (oui vous avez bien lu !), après avoir investi des millions de dollars pour ce projet »

      Relisez mon cher Daniel car on ne peut être plus clair en matière de supercherie! L’article soutient que le téléscope « lucifer » appartient au Vatican ce qui est un mensonge. Vous posiez la question « ou est la vérité ? ». Je peux d’or et déjà vous dire ou n’est pas la vérité: sur des sites pseudo-spirituels ou on relaie des « informations » tronquées qui relèvent de la science-fiction dans le but de nuire à l’Eglise catholique (même Dan Brown ne ferait pas mieux!)! De surcroit mélanger les prophéties bibliques avec des fantasmes de théorie du complot jettent le discrédit sur les prophéties bibliques elle-mêmes…

    • Daniel Dallier je viens de regarder le clip sur la grande prostituée..Je n’ai pas lu les nombreux commentaires au dessus …Mais la question que je me pose comment soutenir l’unité des chrétiens associés aux pontificaux ….c’est pour moi une évidence biblique…. mais pour les responsables du renouveau charismatique comment font ils pour gérer ces choses ?

      Difficile réponse à donner quand l’orgueil (ils ne peuvent se tromper voyons !!) l’emporte sur la vérité.

      L’ Infaillibilité du pape c’est justement un suprême monopole royal (une principauté satanique) rempli d’orgueil et donc de rébellion contre le royaume de Dieu qui vient !

    • Une petite leçon sur la théorie du complot du théologien Arnaud Dumouch: http://fr.gloria.tv/?media=214018

    • Martinette a dit: « Difficile réponse à donner quand l’orgueil (ils ne peuvent se tromper voyons !!) l’emporte sur la vérité »

      Dites-moi chère Martinette est-ce-que les apôtres et les auteurs de l’Ecriture sainte dans leur enseignement, leur transmission et leur interprètation de la Parole de Dieu ont pu se tromper ou bien ont-ils été inspirés par l’Esprit-Saint et donc garder de toute erreur ? S’ils ont été gardés de l’erreur par l’Esprit-Saint, et qu’ainsi nous pouvons aborder l’Ecriture Sainte avec confiance, est-ce une expression d’orgueil humain ou le signe d’une grâce divine qui leur a été accordé en vue de l’édification et de la gouvernance de l’Eglise ? Saint Paul était-il orgueilleux de se présenter comme « le docteur des nations dans la foi et la vérité » (1 Thimothée 2;7) ou bien parce que, selon la promesse de Jésus dans Jean 16;13, l’Esprit de vérité l’a conduit dans la vérité toute entière ? Est-ce de l’orgueil que de croire conformément à l’Ecriture que l’Eglise est la colonne et le soutien de la vérité (voir 1 Timothée 3;15) ? Là ou vous voyez de l’orgueil, je vois au contraire une grâce de Dieu!

      Salutation fraternelle, Sam

    • bigsam68,

      Il est difficile de partager avec une personne endoctriné par Rome…..

      Dans notre famille nous avons du côté de mon époux des neveux cathos avec lesquels il est impossible de discuter … Car ils sont persuadé d’être au dessus des autres chrétiens par leur positions catholique … Ce n’est même pas la peine d’aborder le sujet ..Sa femme est très très mariale et parti comme ils sont, ils finirons avec les cathos Lefebvreistes …

      Les mariages introduisent dans les familles des puissances d’hérésies…. Ils avaient raison les hébreux…. et Dieu qui avait donné l’ordre de ne pas se marier avec une femme étrangère …. Bonjour les dégâts dans les familles chrétiennes..

      Je ne vais dons pas discuter ..

      Je n’ai pas besoin d’être rattachée à une hiérarchie chrétienne papale pour vivre ma foi …
      Je suis huguenote et j’ai hérité de mes pères la relation directe avec Dieu et Jésus …

      .Aussi vos pseudos gouvernements religieux m’amusent …Il faut être drôlement endoctriné pour penser ce que vous pensez de l’église …

      Allez donc faire une école biblique hors de vos murs cathos pour voir comment vivent leurs fois les affranchis protestants évangéliques….

      c’est en élargissant l’espace de votre tente que vous vous enrichirez de la vérité biblique « dé formaté » par la pluralité de la lecture des textes…
      Recherchez la vérité partout ….dans les autres confessions chrétiennes…. ce qui vous permettra d’avoir votre propre opinion de la foi et de l’interprétation biblique….. sous le seul regard de Dieu en lisant votre bible.
      Les hommes interprètent forcément avec aprioris la parole … Il faut donc chercher pour trouver la vérité….. telle que Dieu veut nous la faire comprendre par révélation.

      Passez du temps avec Dieu et sont fils (prière en lisant la bible) pour oser avoir votre propre interprétation sur les textes, puis vérifiez dans le dictionnaire biblique les diverses interprétations … C’est très très enrichissant . qvsb

    • Oui ! Bon d’accord Sam , j’ai surement raté un paragraphe en lisant , mais pas de quoi en faire tout un plat !

       » Il est aussi étonnant de savoir que l’élection du nouveau pape se fera à l’époque où la comète C2011/L4 comète baptisée « PANSTARRS » en référence au dieu « PAN », ennemi de l’Église catholique, symbole du diable, qui fait perdre son humanité à la foule, sera visible. Certains pourront alors penser que cette nouvelle étoile guidera les nations vers le nouveau prince. Le Vatican est d’ores et déjà prêt à suivre cet astre depuis son observatoire sur le Mont Graham en Californie, grâce à son télescope nommé Lucifer (oui vous avez bien lu !), après avoir investi des millions de dollars pour ce projet 11. 12  »

      B’refff !!! ça fait beaucoup à lire sur le ‘ Vaisseau Amiral ‘ du Seigneur ( j’aime le rappeler cher Paul )

      Ma ptite tête ne suit pas toujours frère Sam !!! Pensez à TOUTES CELLES ET TOUS CEUX QUI VOUS LISENT CHERS AMIS sur le SITE et qui N’OSENT PAS LAISSER DE COMMENTAIRES !!!???…Suis sure qu’il y en a quelques centaines , voir pas des milliers !

      Amitié en Jésus cher Samuel .

    • @Martinette Discuter avec quelqu’un qui est endoctriné par le fondamentalisme évangélique n’est pas facile non plus et croyez-moi j’en ai fait la douloureuse expérience. Mais je respecte votre compréhension de la Bible bien que je ne la partage pas et je regrette simplement qu’il n’y a aucune réciprocité. Je me souviens d’un ami protestant évangélique, pour qui j’éprouve d’ailleurs une profonde estime et sympatie, un jour ou je lui avait posée la question à savoir s’il lui était déjà arrivé de lire les livres deutérocanoniques me répondre par « non, Dieu merci! ». Enfin, je pourrais moi aussi vous rétorquez que de nombreux évangéliques que j’ai pu cotoyer, y compris dans ma propre famille, ont une attitude condescendante et méprisante à l’égard des chrétiens de confession catholique. Et malheureusement, les vidéos, les articles et les commentaires que l’on peut lire sur de nombreux sites évangéliques confirment cela sans équivoque. J’observe que vous esquivez les vrais discussions de fond, à l’instar de nombreux évangéliques qui préfèrent se cantonner dans une attitude de dénigrement et de diabolisation dès qu’on les confronte à certaines incohérences de fond. Et franchement vos leçons d’ouverture me font vraiment sourire parce que venant d’un arrière-plan évangélique je peux vous dire que ça sent le renfermé et le repli communautaire. La preuve de mon assertion, c’est le peu d’engagement de vos églises dans le dialogue oecuménique. On trouve d’ailleurs dans vos librairies plus d’ouvrages qui dénoncent le dialogue oecuménique que d’ouvrages qui l’encourage. Vous parlez d’ouverture mais je ne vous ai jamais vu participé à la semaine de l’unité avec les protestants, les orthodoxes et les catholiques. Votre semaine pour l’unité, c’est une semaine pour l’unité non pas entre chrétiens mais entre évangéliques. Alors à votre place, en terme d’ouverture, je me ferais très discrète…

    • « Discuter avec quelqu’un qui est endoctriné par le fondamentalisme évangélique n’est pas facile non plus »

      Sur ce point, je suis d’accord avec BigSam…

    • Même réponse que Paul quant à l’endoctrinement…
      Quant à l’œcuménisme, je n’y crois pas du tout (le sujet du salut est trop important car je n’y vois pas de possibilité d’union avec les catholiques) et j’en ai une mauvaise expérience: lors d’une réunion « œcuménique » dans notre église baptiste nous avions constitué des groupes de réflexion; chaque groupe a fait part de ses cogitations par un porte parole, dont l’un d’entre eux s’est permis une répartie (au sujet des frères et sœurs de Jésus) fort désagréable et surtout méprisante. J’ai failli réagir et claquer la porte mais je ne l’ai pas fait…
      Cela dit mon cher bigsam, je ne vous range pas parmi ces individus qui se comportent avec la morgue dont fait preuve l’institution catholique: saviez vous que votre ex pape, avant qu’il ne le soit, a déclaré (dans l’Express me semble-t-il): l’église catholique n’est pas sœur de toutes les églises, elle en est la mère???
      Édifiant, isn’t it?

    • Chère Martinette la ‘ nouvelle naissance ‘ ou ‘ naître de nouveau ‘ voir Nicodème par exemple ! Jean 3 : 1à 21

      http://site.biblique.net/index.php?post/nicodeme-et-la-nouvelle-naissance

      est tout à fait présente et très encouragée dans nos milieux charismatiques ( brrrr encore un IQUE ! ) pour la majorité des responsables organisateurs de conventions , c’est une évidence !
      Louange et adoration , enseignements , parlé en langues , prophéties , guérisons et tous les ministères dans l’Eglise !

      http://topchretien.jesus.net/topmessages/view/337/quels-sont-les-ministeres-dans-leglise.html

      Que le Seigneur vous bénisse Martinette

    • Les charismatiques?
      S’ils allaient au bout de leur démarche, ils ne resteraient pas catholiques…

    • @Hervé Vous vous offusquez vraiment pour peu de choses, le fait que Joseph Ratzinger ai eut l’audace de désigner l’Eglise catholique comme mère des églises issues de la réforme, sous prétexte que vous considérez qu’elle devrait se regarder comme une église-soeur. Déjà je relève que vous considérez l’Eglise catholique comme une église-soeur ce qui est déjà remarquable comparé à certains de vos correligionnaires qui regarde l’Eglise catholique comme une « prostituée », la « Babylone », le siège de l’antichrist, une principauté satanique!

      Je veux bien comprendre que l’expression d’église-mère puisse vous heurter mais dites-moi qu’est-ce-qu’une mère et qu’est-ce-qu’une soeur ? Si l’Eglise catholique est une église soeur cela doit signifier qu’elle serait apparue en même temps que les églises issues de la réforme. Nous savons tous deux que historiquement ce serait très difficile à soutenir d’autant plus qu’à ma connaissance Jésus n’a pas fondé dix mille églises mais Il en a fondé une au sein de laquelle sont apparues au cours de l’histoire des divisions. La réalité historique c’est que les églises issues de la réforme ont été fondées par des fils de l’Eglise qui ont choisis de rompre toute communion avec elle en rejetant sa tradition et son autorité. Ces « fils prodigues » de l’Eglise catholique ont décidés de fonder des communautés écclésiales séparées ce qui fait logiquement de ces communautés séparées des filles.

      Pour exprimer les choses avec une petite note d’humour, on pourrait dire que la réforme protestante fut une grossesse non-désirée de l’Eglise-mère et que l’accouchement ne s’est pas fait sans douleur et peut-être même que la mère a songée à l’avortement. Mais quoi qu’il en soit de votre sentiment personnel à l’égard de l’Eglise catholique, vous ne pouvez pas nier qu’elle vous a précédée et que les communautés dont vous êtes membres ont été fondées par des individus qui se sont séparés d’elle.

      Salutation fraternelle, Sam

    • Et bien pour achever votre raisonnement, juste d’un point de vue historique, mais fallacieux sur le fonds (mère veut aussi dire responsable de l’éducation, ayant autorité sur, etc) donc aller jusqu’au bout de la réflexion en faisant fi de l’émotionnel et en vous paraphrasant:
      On peut dire que l’église catholique fut une grossesse non désirée de l’église primitive (originelle)… et sûrement même que la mère a songé à l’avortement!
      Puisque vous avez « remonté le courant », pentecôtisme, catholicisme, allez jusqu’à la source, à l’église primitive et vous ne pourrez que constater combien la catholique s’en est éloigné… jusqu’à en déformer voire trahir la parole de Jésus!
      C’est bien vrai Etincelle: que le pape des catholiques soit le successeur de l’apôtre des juifs, cela prête à sourire, mais l’église catholique n’en est pas à une contradiction près…

    • Hervé a écrit: « C’est bien vrai Etincelle: que le pape des catholiques soit le successeur de l’apôtre des juifs, cela prête à sourire, mais l’église catholique n’en est pas à une contradiction près »

      Voilà un argument honnête qui mérite d’être examiné à la lumière du Nouveau Testament. Votre conception semble être une conception figée qui ne correspond pas à ce que nous montre l’Ecriture. En effet, la conception biblique est une conception qui est en mouvement et en maturation. Un germe ne reste pas à l’état de germe mais il y a un processus de germination qui commence lorsque la graine est mise en contact avec l’eau. De la même façon, il y a tout un processus de maturation dans la relation avec Dieu dont on peut dire que le point de départ fut l’appel d’Abraham en passant par la période des prophètes pour culminer dans l’incarnation du Christ, manifestation suprême de l’amour et de la grâce de notre Dieu.

      Premier exemple qui démontre mon assertion: la conscience que Jésus avait de sa propre mission n’était pas figée mais a évoluée dans le temps. Dans Matthieu 15;24, Jésus déclare à une paienne: « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël ». Si on s’arrête à ce stade de la compréhension que Jésus avait de sa propre mission, il n’y aurait pas eut de salut universel proposé aux hommes de toutes les nations ni de réconciliation entre les juifs et les paiens devenant un seul corps. Second exemple: la conscience que l’apôtre Pierre avait de sa propre mission a également évolué dans le temps à mesure que l’Esprit-Saint le conduisait. L’exemple le plus saisissant de ce cheminement intérieur de Pierre se trouve dans Actes 10;9-47 ou il reçoit une révélation de Dieu qui lui demande de se rendre dans la maison d’un paien pour lui annoncer l’Evangile chose qu’il regardait encore comme impure et contraire à la coutume juive.

      Ceci révèle les limites d’une approche fondamentaliste de la Bible qui est une vision figée et une recherche idéalisée de l’Eglise telle qu’elle apparaît être durant les premiers siècles de l’ère chrétienne. La réalité, c’est que comme la conscience qu’avaient Jésus et Pierre de leur propre mission respective s’est élargie au fil de leur cheminement intérieur, de même la conscience que l’Eglise a de sa propre mission n’a cessé de croître et de se développer au fil des siècles. Vous, vous voulez revenir à un état embryonnaire iddylique ce qui après tout est votre droit et c’est respectable.

      Salutation fraternelle, Sam

  18. Commentaires Scofield
    Pierre. Cette déclaration: « Tu es Pierre (gr. petros, une pierre)… et sur ce roc (gr. petra, un rocher) Je bâtirai Mon Eglise », est en grec un jeu de mots, que dans certaines versions la similitude des termes en français a encore accentué!

    La parole de Jésus réduite à un jeu de mots !

    • Le commentaire ne réduit pas la parole de Jésus à un jeu de mot… essayez d’être un peu honnête, d’autant que les déclarations de Pierre et de Paul ne laissent plus planer le moindre doute sur ce que Jésus a voulu signifier. Aucun pape ne sera jamais le chef de l’Eglise… je suis désolé de vous décevoir.

    • Oui, il y a ici un jeu de mot, qui pourrait le contester en lisant le grec ? Mais ce jeu de mot signifie quelque chose de ce que Jésus a voulu exprimer à Pierre et aux autres disciples. Ce n’est pas en effet par hasard que cette parole vient à la suite de la première déclaration de foi d’un homme dans la filiation divine de Jésus (« Tu es le Christ le Fils du Dieu vivant »), déclaration dont Jésus nous dit que c’est Dieu lui-même qui l’a inspirée à Pierre.

      Ainsi Jésus désigne ici le premier (dans le temps) des croyants, comme la première pierre vivante désignée par Dieu Lui-même dans la construction de l’édifice dont Jésus va être la tête. Mais précisément la première pierre n’est pas le faîte de la maison, la primauté dans la foi donne certes un rang dans l’honneur et comme référence et « figure de proue » du corps des disciples, comme on le voit dans la suite des Actes, mais nulle part n’est présentée comme fonction dirigeante, encore moins comme appelée à être poursuivie de génération en génération par « sucession apostolique ». Bibliquement, le pape n’est pas « le successeur de Pierre », parce que Pierre n’a jamais eu la fonction actuelle du pape, c’est un vértiable anachronisme que de la lui avoir attribiué par une certaine « tradition ».

      L’église romaine, comme la plupart des autres à sa suite, a généré au fil des siècles un système de pouvoir religieux qui ne correspond en rien à la construction du corps spirituel entreprise par Jésus avec Pierre comme première pierre ; à bien des égards il en est même l’opposé et l’obstacle majeur à la direction du corps par l’Esprit, comme certains évêques ont pu en avoir eux-mêmes la perception à certains moments (je pense au pape Jean XXIII quand il a lancé le concile Vatican II (sans me prononcer cependant sur ses résultats…). D’un tel système, une véritable « réforme » selon les Ecritures est-elle seulement possible ? C’était sans doute le rêve de Luther ou Calvin, mais n’en sont-ils pas passé eux-aussi en grand partie à côté, comme toutes les églises évangéliques qui sont nées après eux sur le même modèle ?

  19. Il serait temps monsieur OHlott que vous appreniez à respecter les autres à défaut de les comprendre. « essayez d’être un peu honnête » »Au lieu de citer bêtement des versets bibliques ». etc…
    Gardez votre sang froid!

    • Mon sang est froid je vous remercie… je respecte les gens, pas la mauvaise foi ou la bêtise qui peuvent parfois les animer… Diriez-vous que Jésus ne respectait pas les gens quand il disait à certains religieux : « races de vipère » « sépulcre blanchie » ?

    • LATEINTE … attention à la couleur ! La couleur rouge indique « la teinte » de la colère……

      Attention à ses flèches plutôt perçantes 😡

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :