Aide à l’Eglise en Détresse : 75 % des persécutions religieuses concernent les chrétiens

Le rapport 2010 de l’AED (Aide à l’Eglise en Détresse), vient de paraître ce mardi. Il en ressort clairement que «la situation des chrétiens, prise dans son ensemble, se détériore». Cartes à l’appui, le rapport démontre que 75% des persécutions religieuses concernent les chrétiens. De toute évidence, insiste encore le document : «les chrétiens sont les principales victimes de l’absence de liberté religieuse dans le monde».

La discrimination religieuse est particulièrement vive au Moyen-Orient (Irak, Arabie Saoudite, Egypte…), mais s’étend à de nombreux pays, tels la Corée du Nord, la Chine, l’Inde, le Pakistan, le Vietnam, le Nigeria, ou encore le Soudan. A l’heure actuelle, environ 200 millions de chrétiens dans le monde seraient empêchés de «vivre leur foi librement».

Créée en France dès 1965, l’association “Aide à l’Eglise en Détresse” est une Oeuvre internationale catholique de droit pontifical qui apporte une aide pastorale et un soutien aux chrétiens persécutés dans le monde.

Paul OHLOTT

21 Comments on Aide à l’Eglise en Détresse : 75 % des persécutions religieuses concernent les chrétiens

  1. Il n’empêche que malgré cette triste réalité, le christianisme se répand toujours dans ces régions du monde et ailleurs, même parfois les persécutions encouragent le mouvement. Par exemple en Algérie, on m’avait rapporté que sans le tapage et les mesquineries pratiquées contre les chrétiens (j’hésite à parler de persécutions « pures et dures »), un musulman avec qui l’intéressé échangeait lui fit savoir que sans cela il n’aurait pu connaitre l’existence de chrétiens dans son pays, et du coup il s’y est intéressé et est rentré en contact avec eux…

  2. Il est important de signaler aux yeux du monde toutes les persecution que vivent les Chretiens au nom de leur Foi.

  3. Bonjour, les persécutions sont souvent là pour accomplir le plan de Dieu car sans le savoir, ils vont être confondus car Dieu change toujours le mal en bien.
    Que la gloire de Dieu lui revienne.Soyons perséverant dans la prière.
    Que Dieu vous bénisse richement par son Fils Jésus. Nathalie

  4. « Les chrétiens persécutés au nom de leur foi et pour accomplir le plan de Dieu ». C’est à pouffer de rire ce genre de remarques !
    Ça y est, parce qu’il y a une persécution, voilà les chrétiens à se prendre pour des Étienne ou des Paul ! Mais enfin, nombre des persécutions aujourd’hui ne sont qu’un juste retour de bâton. En grande majorité, elles n’ont rien à voir avec « accomplir le plan de Dieu ».
    Le Christianisme païen s’est prostitué durant des siècles avec le Pouvoir Politique pour conquérir et coloniser les continents. Résultats ? Des génocides et l’éradication dans de terribles souffrances de civilisations entières. Le mot d’ordre a été tout le contraire de celui de Paul qui conseillait de « se faire à tous ». La prétexte spirituel de « christianisation » et d’éduquer un homme de raison a été, et il est encore la bonne conscience du Pouvoir Politique et Économique de l’Occident venu piller des peuples durant des siècles.
    ·
    Que ces peuples soient dégoûtés, et qu’ils vomissent aujourd’hui le christianisme, rien de plus normal, rien de plus humain. Derrière le christ païen, nombre de peuples ont une mémoire qu’ils traînent comme des brûlures. Les exceptions de chrétiens sincères ne font pas peser la balance du bon côté, même si, il faut le reconnaître, elles ont existé.
    Dans sa grande généralité, l’Histoire démontre, tans aux Amériques, qu’au Moyen-Orient et en Asie, qu’une fois les Églises installées, le terrain étant bien préparées par ces faux-missionnaires, ce sont les Macdo, la consommation boulimique et le mode de vie occidental qui viendra s’imposer de manière rusée dans toutes les parcelles de la vie des gens.
    ·
    Si les chrétiens avaient un peu de lucidité et surtout de Foi, d’abord ils demanderaient pardon pour ces millions de morts dont eux et leurs pères sont complices au nom de leur religion ; ensuite ils restitueraient les richesses pillées ; enfin, ils auraient la décence de rester chez eux et de donner l’exemple. Car l’exemple que donne les civilisations les plus chrétiennes est loin d’être brillant. Si ces civilisations brillent en intelligence et en technologies, leurs morales est la pire que le monde n’a jamais connu, et nos systèmes de société sont responsables des plus terribles cauchemars que le monde n’a jamais inventé, le 20e siècle en étant le paraoxysme.
    ·
    Un homme se tourne vers le Christ dans les pays où l’ont persécute ?
    Qu’il se taise donc et se revête d’humilité. Qu’il montre donc cet exemple d’humilité que précisément ses pères n’ont jamais eus. S’il est tué pour sa foi ? Qu’on sache donc qu’a sa seule mort, le peuple au milieu duquel il vit a connu 1000 morts au prétexte d’être christianiser.
    Où est le plan de Dieu ? Où est la Justice ? pff…

    • Vous insinuez donc que les meurtres à l’égard des chrétiens qui se trouvent dans ces pays-là sont justifiés car « nos ancêtres » les ont persécutés?

      Je comprends que certains de ces peuples soient degoûtés à ce que les soi-disant chrétiens ont fait avant nous, et je demande sincèrement pardon pour ce que les faux-missionnaires ont fait avant nous.
      Mais est-ce pour cela qu’il faut exterminer les chrétiens aujourd’hui? Car ceux qu’ils persécutent aujourd’hui ne sont nullement des « occidentaux », mais bien des gens de leur peuple. Qu’ont-ils avoir avec les colonisateurs?

      De plus, les sociétés occidentales et dits « chrétiens » sont peut-être de « culture chrétienne ». Mais vous le voyez bien, ces sociétés occidentales veulent se débarrasser de l’étiquette de la culture chrétienne aujourd’hui. Alors ils ne veulent plus servir d’exemple au nom de l’amour de Jesus. (Au nom des droits l’homme, ça c’est autre chose.)

      Donc oui, ces chrétiens sont persécutés au nom de leur foi par leurs compatriotes.

      Soyez béni mon frère/ma soeur.

    • Je n’insinue nullement qu’un meurtre puisse être justifié voyons… cela ne m’est même pas venu à l’esprit.
      Je dis qu’on fait croire, comme vous le dites clairement, que les chrétiens sont persécutés pour leur foi, alors que la persécution n’est pas celle de la foi — justement pas celle-ci !
      ·
      Jésus de Nazareth fut persécuté pour sa foi, parce que précisément son discours était « hérétique » aux yeux du monde religieux et politique d’alors. Politique et religions partageaient somme toute déjà la même vision du monde : paix et amour sur terre. La vision spirituelle du Christ était une offense. Elle annonçait la destruction même de cette vision éthique et religieuse que prônaient alors le clergé et les pouvoirs. Elle annonçait un autre monde et ailleurs dont seule la foi peut témoigner. Clergé et pouvoirs ne pouvaient donc supporter un tel affront. Ils voyaient dans cette vision du Christ annonçant « l’homme à venir de la résurrection » et le « vivre par la foi » dans cet attente, un véritable danger. Il fallait donc tuer le porteur d’une telle nouvelle.
      ·
      Le christianisme païen de nos jours, est quant à lui vu en tant que missionnaire de l’occident et du mode de vie à l’occidental, selon ses valeurs politico-économiques avant tout. C’est ainsi qu’il est vu dans la quasi totalité des cas et c’est ainsi qu’il est en vérité. La morale pagano-chrétienne européenne que prêchent les convertis dans leurs pays est d’ailleurs quasi identique aux autres morales : athéisme, islam, etc.
      S’il le chrétien est persécuté, ce n’est donc pas pas en tant que sa pensée lutte contre une vision morale et contre les dieux des mérites. Comme s’il annonçait « le foi seule » et la désillusion quant à la paix sur terre et l’amour entre les hommes ici-bas. S’il est persécuté c’est pour des raisons justement raisonnables. Parce que sa vision de la collectivité sociale et politique dont il est porteur est non seulement celle dont témoigne son passé autocrate, mais il suggère en plus « de ne pas se faire à tous ». Il ne s’agit pas de respecter les valeurs culturelles du lieu où il se trouve, mais d’imposer ses propres valeurs occidentales. Celles-ci sont vues et prêchées comme les seules valeurs de la Bonne Nouvelle, comme les seules valeurs, pensent-ils, capables d’instaurer la paix sur terre et l’amour entre les hommes.
      ·
      Ce n’est donc qu’une persécution plus ou moins religieuse, où se mêlent les relents de l’histoire et un rejet d’une culture chrétienne politico-économique, dont le discours, bien qu’emprunt du vocabulaire évangélique, est non-chrétien dans son essence.
      Ce n’est pas une persécution au non de la Foi en Christ à proprement parlée. Même si j’admets que des exceptions puissent exister, dans sa majorité, ce n’est qu’une persécution au nom d’une éthique religieuse et d’un concept culturel. L’expérience mystique et l’évangile ne servent que de prétextes ici pour imposer à un collectivité étrangère de vivre selon des traditions venues d’ailleurs ; traditions non fondées sur la foi en Christ mais qui ont pillé le discours du Christ pour le subvertir.

    • gino Amoroso // 29 novembre 2010 à 20 h 20 min //

      Dans quel camps es tu mon cher Tronken? lorsqu’on est pour la verite on a pas peur de s’identifier et non se cacher derriere un avatar, comme tu le fais en denigrant ici et là comme tu le fais ceux qui contestent tes digressions

    • Un camp ?

      Seriez-vous en guerre Monsieur ?

      ·

    • gino Amoroso // 30 novembre 2010 à 13 h 11 min //

      Mon cher Tronken, tu m’a l’aire de faire de nombreuses confusions, et ne parle pas de ce que tu ne connais pas. Le chretien n’est pas a confondre avec ceux qui s’en prevalent et qui le sont que de nom! Ne confond pas » christianisation occidentale  » et christianisme. Catholique et chretien. Tu fais un amalgames et tu te pretend  » erudit » connaissant la bible! Jesus a enseigné a ses disciples que ceux ci vivront et subiront ce qu’il a lui meme vécu , mais qu’ils vivront encore de pires choses a cause de leur foi

    • Et les Écritures enseignent aussi, Monsieur Amoroso, que certains prêchent l’Évangile par envie ou par esprit de dispute — ceux-là aussi peuvent êtres persécutés et diront l’être au nom de leur foi, en toute sincérité en plus.
      ·
      C’est le constat du missionnariat actuel, tant catholique que protestant. Une forme de guerre de « colonisation » moderne au nom du christianisme. Un christianisme qui, en Europe et aux États-Unis, n’est qu’une forme moderne d’idolâtrie. Le christ sert de prétexte à prêcher la Démocratie, le Système technicien à l’occidental, sa morale des réussites winner/loser et son esprit hérité d’Athènes : un christianisme païen.
      ·
      On peut aussi être persécuté pour cela. Et alors ? Rien de nouveau sous le soleil. Des apôtres revêtus de lumière annoncent la paix sur terre, celle d’un occident doré, en parfaits faux prophètes. Tandis que la paix ne sera pas ici-bas. C’est pourquoi l’évangile parle de sortir de cette illusion, tendant par la foi en un monde ailleurs : le royaume des cieux seul est le message du christ.
      Il ne craignait pas, lui, qu’on l’accuse d’utopiste.

  5. etre informer de vos activites

  6. Que Dieu Éternel, Père du Seigneur Jésus-Christ, devenu notre Père Céleste commun par Sa Grâce accordée à dès Golghotah, à toutes créatures, surtout chrétienne! C’est par Son Saint Esprit, qu’IL nous accorde la bénédiction et la Force de propager La Bonne nouvelle de Son Royaume sans iniquité, mais, IL a tout prédit, à savoir; Matthieu5:10à12(à lire svp) Amen! Ainsi qu’en Mat28:18à20(à examiner dans vos Bibles bien-aimés(ées) du CHRIST. Amen! Dans ce Chemin étroit et rocailleux, nous assistons complètement impuissants(es), au déroulement de Sa Vérité! Amen! C’est comme ça, le reste LUI concerne! Prions=> Tendre Père, que Ta Volonté soit faite contre le mal qui nous accable par tout dans le monde. Donne-nous Ton secours et accorde-nous Ta Paix! Que Satan et ses acolytes, soient dans la honte et dans la confusion totale, à cause de Ton intervention! Veilles agir pour que notre Foi se fortifie jusqu’au jour de Ta venue glorieuse. Nous sommes là, à T’attendre, soulage nos peines par Ton Épée de Feu à deux tranchant, contre toutes ces hostilités. Notre Sauveur a déjà bu la coupe amère à notre place. Manifeste Ta Puissance inébranlable, mon Dieu, mon Roi! Des familles sont déchirées et notre confiance prend un coup mortel. Sauve-nous Père, Éternel des Armées, par Ton Amour, au Nom de notre MESSIE, à Ta Droite, j’ai prié! Amen!

  7. Bonsoir à tous,
    Je ne peux m’empêcher de faire suivre. Bonne lecture.
    plume agile !
    Un peu long à lire, mais ça vaut la peine… quel humour !!!
    Bonjour,
    Je trouve ce monsieur très courageux de dire ce qu’il pense, c’est pour cela entre autre que je transmets…… Quel beau coup de plume, quelle lucidité.
    Lisez cette lettre ouverte, écrite par quelqu’un qui n’a pas froid aux yeux ; qui sait utiliser les mots adéquats et chose rare, qui signe sa lettre.
    N’oubliez pas de la faire suivre vous aussi.
    Lettre ouverte en réponse au Président du MRAP Mouloud AOUNIT si bien tournée, qu’ elle fait plaisir à lire !
    Monsieur,
    Vous avez organisé récemment, en tant que président du MRAP, un colloque à l’Assemblée nationale intitulé « Du racisme anti-arabe à l’islamophobie ». Vous y avez dénoncé, en France, « les mosquées souillées, les discriminations à l’emploi et au logement, les appels au meurtre, les violences et agressions à l’endroit des populations et des lieux de culte musulmans. Vous avez montré du doigt l’impunité dont bénéficient les auteurs de ces délits, appelant à un réveil de l’opinion publique, un sursaut des institutions (Police, Justice, Education nationale, etc.), une mobilisation des grandes consciences intellectuelles.
    Vous avez raison ! De plus en plus de Français sont racistes. De plus en plus en ont par-dessus la tête de ce qu’ils appellent (à tort) l’invasion islamo-maghrébine. De cet afflux de populations inassimilables qu’ils croient (à tort) être le ressort principal de la délinquance et de la criminalité. De plus en plus sont épouvantés (à tort) par l’afflux de populations qui, ayant chassé l’occupant raciste des territoires qu’il exploitait, ont rendu ces terres à l’heureux état de nature mais sont contraintes de chercher, auprès de l’ancien colonisateur raciste, les remèdes à la misère provoquée par la décolonisation.
    De plus en plus de racistes ont (à tort) des idées de violence en entendant sur les radios les poésies du groupe afro-maghrébin Sniper qui chante, par exemple : « La France nous ronge, le seul moyen de se faire entendre est de brûler des voitures. La France est une garce. On nique la France. »
    Oui, Monsieur Aounit, la triste vérité est là : les racistes n’entendent rien à la rude poésie des cités et ils en ont par-dessus la tête d’entendre des hexagonoïdes chanter qu’ils niquent la France, et qu’ils baisent leurs mères.
    C’est sûr qu’il y a quelque racisme à ne pas accepter ces coutumes de baiser notre mère et de niquer notre pays, mais c’est ainsi, Monsieur Aounit : les racistes ne sont pas tolérants.
    Et ils ont tort. Vous avez raison !
    Mais comment ces petits blancs arriérés seraient-ils assez évolués, ouverts, libéraux et modernes pour accepter que des populations qu’ils ont accueillies, nourries, soignées et enseignées leur crachent leur haine et leur mépris à la figure ?
    Vous faites bien de dénoncer ce racisme-là en France dans la Chambre des députés de cette République qui vous a fait tant de mal.. La dignité de l’endroit ajoute à la force de votre réquisitoire. Mais vous feriez mieux encore en allant le prononcer là-bas, au bled.
    C’est sur place, chez eux, alors qu’ils sont encore libres, qu’il faut alerter les milliers d’Afro-musulmans et d’islamo-maghrébins qui s’apprêtent à céder au mirage du RMI, de la Sécu, des allocs, et à basculer dans le piège affreux que leur tendent les racistes français.
    Monsieur Aounit, dites-le à vos frères, à vos cousins, à vos femmes, à vos enfants, à vos voisins, à tous ceux du bled et de la brousse : la France raciste ne veut pas d’eux parce que dans son aveuglement raciste, elle les regarde (à tort) comme des envahisseurs et des prédateurs.
    > Dites simplement cette sinistre vérité aux vôtres Monsieur Aounit. Ne les laissez pas se jeter dans la gueule du loup. Il est de votre devoir de protéger ces malheureux contre cette effrayante menace. Les laisser venir, serait se rendre coupable de non-assistance à personnes en danger.
    D’ailleurs vous-même, Monsieur Aounit, vous et tous ceux qui comme vous, êtes condamnés à vivre dans cet abominable pays raciste, n’hésitez pas : brisez vos chaînes, secouez la poussière de vos sandales et quittez cet enfer.
    Ne faites pas plus longtemps aux racistes le cadeau de votre enrichissante présence.
    Ne soyez plus le gibier de ces chasseurs impitoyables qui attaquent vos mères dans le métro, violent vos filles dans les caves, pillent vos supermarchés, brûlent vos voitures dans vos cités, vendent de la drogue à vos enfants. Ne leur laissez aucun homme à discriminer, aucune femme à insulter, aucun enfant à battre, aucune mosquée à souiller.
    N’hésitez pas : vengez toutes ces années de terreur, de souffrance, d’humiliation, d’exploitation qu’ils vous ont infligées : privez-les de la chance que vous représentez.
    Et puis, pourquoi vous gêner ? En partant, emmenez vos amis. Les grandes consciences intellectuelles, les militants immigrationnistes, les journalistes amis, D’abord cela leur épargnera l’insupportable peine de vivre sans vous, ensuite cela privera la France raciste de la formidable force intellectuelle qui fait son rayonnement dans le monde entier. Ils seront bien punis, les racistes !
    Songez-y, Monsieur Aounit : ils auront l’air de quoi les Le Pen, les Gollnisch, les Hortefeux , Besson, les militants du FN et les électeurs de tout ce monde quand, le dernier bateau ayant franchi la ligne d’horizon, l’ultime avion s’étant évanoui dans l’azur, la dernière camionnette étant passée de l’autre côté de la frontière, ils découvriront qu’ils sont désormais entre eux ? Entre racistes. Tout seul. Ah, on voudrait voir ça ! Rien que pour le plaisir.
    Cette lettre circulait par EMail dans un petit circuit, maintenant osons la diffuser largement.
    Cordialement
    Major Alain PINON
    Chef de l’Unité des Moyens Aériens
    29, rue Henry FARMAN Paris Tél.: 01.53.98.20.05 / Fax. : 01.53.98.20.12
    Portable : 06 88 21 6770
    Mail :alain.pinon@interieurgouv.fr
    FAIRE SUIVRE

    Envoyé depuis SFR Mail. 10 Go de stockage – en savoir plus.

    • Je ne suis pas l’auteur de ce courrier adressé au Président du MRAP (qui d’ailleurs de l’est plus). Un copier coller a été fait de ma signature. Je vous remercie par avance de bien vouloir retirer mes coordonnées au bas de cette lettre.

  8. Mon cher Troken, que je soupçonne d’tre islamophile, voilà un exemple de ce qu’enseigne la bible à celui qui sait la lire et la comprendre

    JUSTE POUR LA FAMILLE

    « Les entrailles de Joseph étaient émues pour son frère, et il avait besoin de pleurer; il entra précipitamment dans une chambre, et il y pleura » (Genèse 43:30).

    C’est une image du coeur de notre Sauveur – même envers les pécheurs.

    Les frères de Joseph étaient dans sa maison, mangeant et buvant dans sa présence.

    Mais : « on servit Joseph à part, et ses frères à part » (Genèse43:32).

    Nous n’osons pas passer avec légèreté sur la signification de cette déclaration.

    Ces hommes se réjouissaient dans la présence de Joseph sans être complètement restaurés, sans le connaître réellement, sans une révélation d’amour et de grâce.

    Nous pouvons être un peuple d’adorateur qui mange et boit dans la présence du Seigneur, mais sans toutefois avoir déjà reçu une révélation de son amour infini.

    La sensation de ne pas être aimé demeure dans leur cœur

    .C’est le cas des chrétiens qui se rendent à la maison de Dieu pour chanter, adorer et louer, mais qui rentrent ensuite chez eux avec le même vieux mensonge : « Dieu ne me donne aucune preuve qu’il m’aime. Mes prières restent sans réponse. Il ne prend pas soin de moi de la même façon qu’il le fait pour les autres chrétiens »

    Il restait un dernier pas à franchir pour les frères de Joseph avant qu’ils ne puissent recevoir une complète révélation d’amour. Une telle révélation n’est donnée qu’à ceux qui ont le cœur brisé et contrit.« Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c’est un esprit brisé: O Dieu! tu ne dédaignes pas un coeur brisé et contrit ». (Psaumes 51:17). Les frères de Joseph n’étaient pas encore brisés (Genèse 43 :34).

    Ces hommes avaient reconnus leurs péchés, mais ils avaient besoin d’être complètement brisés, totalement au bout de leur amertume et de leurs propres ressources, avant que Joseph ne puisse leur révéler son amour pour eux. Alors Joseph leur proposa une ultime épreuve.

    Il commanda à ses serviteurs de glisser sa coupe en argent dans le sac de Benjamin, leur plus jeune frère,avant qu’ils ne retournent en Canaan.

    Les frères étaient à peine sortis de la ville que les hommes de Joseph les saisirent et les accusèrent d’avoir volé la coupe. Ils étaient si certains de leur innocence qu’ils dirent : « Que celui de tes serviteurs sur qui se trouvera la coupe meure, et que nous soyons nous-mêmes esclaves de mon seigneur! » (Genèse 44:9)

    On peut voir le changement dans leur attitude : « Que dirons-nous à mon seigneur? comment parlerons-nous? comment nous justifierons-nous? Dieu a trouvé l’iniquité de tes serviteurs. Nous voici esclaves de mon seigneur »(Genèse 44:16). Il n’y avait plus de combat en eux.

    Plus de fierté. Ils étaient humbles, brisés – enfin, ils criaient du plus profond de leur cœur : « Nous abandonnons ! Nous nous rendons ! ».

    Alors vint la révélation du grand amour de Dieu. « Joseph ne pouvait plus se contenir devant tous ceux qui l’entouraient. Il s’écria: Faites sortir tout le monde. Et il ne resta personne avec Joseph, quand il se fit connaître à ses frères » (Genèse 45:1).

    Le monde ne connaît rien de cette révélation d’amour. Maintenant, les frères de Joseph ont le sens de la famille – de l’amour et de l’acceptation inconditionnels.

    L’Ecriture nous dit que Joseph « éleva la voix, en pleurant.Les Egyptiens l’entendirent, et la maison de Pharaonl’entendit » (Genèse 45:2).

    Le monde peut entendre parler de l’amour de Dieu, mais seule la famille peut l’expérimenter.

    Seule la famille de Dieu est traitée avec un tel amour et une telle grâce.

    Bien-aimé, Dieu se tient auprès de ceux qui sont humbles et qui ont le coeur brisés.

    Il fait ses délices de sa famille – il nous a aimé toutes ces années passées, même lorsque nous étions encore des pécheurs. Repose-toi dans son amour.

  9. Procès des quatre chrétiens : Le procureur requiert une année ferme, verdict le 12 décembre
    Dimanche, 28 Novembre 2010, 19:32 | Slimane Khalfa

    Le verdict dans le procès des quatre chrétiens qui s’est tenu dimanche 28 novembre, au tribunal de Larbaâ Nath Irathen, wilaya de Tizi Ouzou, a été remis en délibéré pour le 12 décembre.
    Le représentant du ministère public a requis une année ferme contre chacun des prévenus, la peine minimale prévu par l’article 13 de la loi 03-06 de février 2006, relative à l’exercice de cultes.
    Les quatre personnes étaient poursuivis pour exerce illégale d’un cultre. Dans un entretien accordé à DNA, Mustapha Krim, président de l’EPA (Eglise protestante d’Algérie) dénonce la persécution de la communauté chrétienne en Algérie.

    Les quatre prévenus ont été appelés à la barre pour répondre au chef d’inculpation d’ouverture d’un lieu de culte non musulman sans autorisation de la commission nationale des cultes.
    L’un des quatre mis en cause était également poursuivi dans un autre dossier lié à l’hébergement d’une personne étrangère sans avertir les autorités concernées. Devant le tribunal, Abdenour, Idir, Mahmoud et Nacer ont rejeté en bloc les accusations portées contre eux, s’estimant en droit d’épouser la foi chrétienne, étant donné que la loi suprême du pays le garantit.
    La défense représentée par cinq avocats a trouvé peu de difficultés à battre en brèche l’accusation en demandant simplement la relaxe des mis en cause.

    Le procureur de la république a requis une année ferme, suivant ainsi à la lettre l’article 13 de la loi 03-06 de février 2006 qui stipule l’exercice d’un culte, y compris musulman, est soumis à une autorisation administrative.

    L’affaire remonte au mois d’août lorsque les quatre chrétiens ont aménagé un lieu de culte au village Aït Atelli, à Larbaâ Nath Irathen (Ex-Fort National), en Kabylie.
    Suite à une pétition de villageois qui se sont plaints de cette présence protestante, le maire a signé un arrêté de fermeture de ce lieu de culte, avant que la police ne défère les quatre prévenus devant le procureur.
    Ce dernier les a aussitôt mis en examen pour « Ouverture illégale d’un lieu de culte ».

    Le procès a connu trois reports successifs. Il devait se tenir, une première fois, en août, puis le 26 septembre et, enfin, le 10 octobre.
    A chaque fois, le président du tribunal justifiait le report du procès par l’absence au tribunal d’un ou plusieurs témoins concernés par l’affaire. Parallèlement au procès, un sit-in s’est tenu le jour même devant le palais de justice par des organisations des droits de l’Homme, des militants politiques, des animateurs du collectif SOS Libertés, des membres de l’Eglise protestante d’Algérie (EPA) représentée par son président Mustapha Krim. Celui-ci, tout en saluant la formidable mobilisation citoyenne, s’est montré confiant quant au dénouement de cette affaire qui a défrayé la chronique locale. « Les quatre prévenus sont poursuivis pour pratique de culte non musulman sans autorisation. Or, nous activons dans la légalité et notre organisation est dûment agréée par les autorités du pays », a déclaré M. krim.

    Pour lui, la présence de plusieurs citoyens de confession chrétienne ne peut que rassurer les quatre prévenus qui « sont innocents ». D’ores et déjà, les organisations des droits de l’Homme qui ont bravé, dimanche 28 novembre, le mauvais temps, pour tenir un sit-in, se mobilisent pour le 12 décembre, jour du verdict final. « Nous allons revenir le 12 décembre », a promis le président de l’EPA.

    Mustapha Krim :

    « Il faut arrêter la persécution des chrétiens dans ce pays gagné par le matraquage islamiste »

    DNA : Le juge vient de mettre en délibéré le verdict du procès concernant l’affaire des quatre chrétiens. Quel commentaire faites-vous ?

    Mustapha Krim : Je suis convaincu que le dossier des quatre chrétiens est vide. Le fait que le procureur de la République demande dans son réquisitoire la peine minimale est la preuve que nos coreligionnaires sont innocents.
    Ils doivent être relaxés tout bonnement.
    Lors du procès, la défense a remarquablement joué son rôle. Elle a ainsi battu en brèche l’accusation qui ne se base sur aucun argument juridique, d’autant plus que la Constitution algérienne garantit la liberté de conscience.

    Peut-on dire que la mobilisation citoyenne autour des prévenus a influé sur le déroulement du procès ?

    J’imagine que oui. Cette formidable mobilisation de citoyens qui sont venus nombreux, malgré le mauvais temps, soutenir la cause des prévenus et surtout marquer leur détermination à imposer la liberté de conscience dans notre pays, est la preuve que les mis en cause ne sont pas dans le tort. C’est un honneur de voir cette ferveur et cette disponibilité citoyenne désintéressée.

    Et comment voyez-vous l’exercice du culte chrétien en Algérie ?

    Nous sommes des légalistes. Notre organisation travaille avec un agrément délivré par les autorités de ce pays. J’espère que la réponse du tribunal sera positive le 12 décembre prochain. En tout état de cause, nous sommes déterminés à défendre nos droits de citoyens ayant opté librement pour la foi chrétienne. Nous voulons simplement que notre choix de la chrétienneté soit respecté. Il faut arrêter la persécution des chrétiens dans ce pays gagné par le « matraquage »islamiste.

    Propos recueillis par Slimane Khalfa

    Président de l’EPA (Eglise protestante d’Algérie :

    • Je ne sais pourquoi vous évitez la discussion Amoroso.
      En effet, à chaque fois, au lieu de répondre au propos du sujet, vous visez la personne directement (ad hominen). Vous soupçonnez en lui ce qu’il n’a pas dit, bien que ne le connaissant pas. Je ne sais si vous faites cela pour éviter d’enter dans la discussion, ou seulement par un réflexe un peu malsain qui vous incline à sonder l’âme de l’autre, à imaginer sur lui, tout en ne sachant rien de lui.
      Ainsi, me faites-vous le reproche « de ne pas être brisé ». Vous êtes sur un terrain glissant et je vous invite, en toute amitié de le quitter.
      ·
      Bref, vous désirez lire la bible ; soit, allons-y.
      De ce texte de Genèse vous déduisez que « seule la famille peut expérimenter l’amour de Dieu », ce qui semble être un postulat qui vous prépare à prêcher ensuite l’église.
      Il vous aurait fallu lire le texte jusqu’au bout.
      Savez-vous que la tradition hébraïque considère qu’il y a deux messies. Un messie selon Joseph et un messie selon Juda. Or Joseph se maria avec une Égyptienne et Juda resta dans la famille hébraïque. Peu importe, le fait de voir des figures messianiques dans l’AT est fort intéressant.
      Pour nous qui sommes en Christ, Joseph préfigure-t-il le Christ, ou bien est-ce Juda ? Ou encore, les deux le représentent-ils à leur manière ? Ou bien, comme vous le prétendez, est-ce la famille en son entier qui préfigure le Christ ? Ainsi l’affirme aussi le judaïsme, voyant dans le retour en un seul peuple de nouveau réuni, la condition sine qua non à la venue du messie.
      ·
      Mais que dit le texte ?
      Le texte dit que parmi les frères, un seul fut réellement brisé, et ce n’est pas l’aîné, hélas. La culpabilité d’avoir un jour vendu Joseph remonte à la surface. La perspective de voir Benjamin être lui aussi sacrifié (le dernier enfant de la femme qu’aimait Jacob et frère de Joseph), cette perspective brise et transperce le cœur d’un seul des frères en réalité : Juda.
      Lui seul aura la réaction de se substituer, de se Sacrifier pour Benjamin et les siens !
      Ce geste permit donc, non seulement de sauver ses frères mais encore de réunir toute la famille.
      ·
      Cependant, cette réunion joyeuse, cet accomplissement que les nations représentées par Pharaon entendent et voient, sans qu’elles y participent, cet accomplissement est une allégorie du Festin de noces, que ceux du dehors entendent sans pouvoir entrer : ils ne sont pas de la famille. Ce Festin de famille préfigure le Monde-à-venir, non une réalité terrestre. Ici-bas, toute la famille ne sera jamais réunie. Le seul lieu où tous les fils de l’homme seront enfin réunis, c’est le monde de la résurrection.
      ·
      Pour ce qui est du Sacrifice, le texte nous évoque en fait de 3 sacrifices. Celui de Joseph, puis celui de Benjamin et enfin celui de Juda. De fait, chacun de ces sacrifices représente le Christ. L’amour de Dieu est donc expérimenté personnellement, par l’histoire de chaque-Un de ces individus. Ce n’est pas une expérience collective, mais un brisement personnel, dans l’intimité de l’âme d’un Seul homme : Ici Joseph, ici Benjamin, ici Juda.
      La famille réunie ensuite représente, non l’église, mais le rassemblement dans le royaume des cieux. Seuls ceux qui ont vécu dans leur individualité le sacrifice sont de la famille. Ils ont vécu au préalable ce sacrifice en eux-mêmes, dans leur être seul. Il n’existe pas de sacrifice collectif. Le sacrifice de messe catholique ou de culte protestant, en tant que collectif familial n’a pas de valeur, il n’ouvre pas les portes du monde-à-venir, même si 1 milliard d’hommes y participaient en même temps, sur le même lieu.
      ·
      De fait, il existe bien ici-bas des communions de frères, et il suffit de deux ou trois pour que l’auteur du Sacrifice pour tous, le Christ, soit au milieu d’eux. Mais il faut un seul homme pour qu’une connivence avec le Christ existe, pour que le Sacrifice ait lieu.
      Aussi, Seul l’Individu peut expérimenter l’amour de Dieu ! Un seul suffit.
      Celui qui croit ne pouvoir expérimenter l’amour de Dieu QUE dans le collectif, celui-là laisse à penser qu’il ne connaît pas le brisement personnel et la consolation personnelle qui suit. En effet, si la chaleur du groupe est pour lui LA nécessité, sans laquelle, l’amour de Dieu ne peut être, c’est qu’il affirme que le royaume des cieux ne peut être en lui s’il ne reconnaît pas le groupe.
      Une manière de dire « hors de l’église, pas de salut ». Le retour de l’inquisition.
      ·
      Le collectif n’est que la suite, il n’est pas conditionnel. Et même si un frère cherchera toujours son frère, la condition est ailleurs. Il est nécessaire que chaque-Un boive le sang de ses propres lèvres. Étant devenu de la race du christ, il fait partie de la famille et se verra la porte du Royaume des cieux s’ouvrir.
      Et il faut prendre garde ici. Car certains se croient premiers parce qu’ils expérimentent une chaleur du groupe qu’ils nomment « l’amour de dieu ». Ils pensent ainsi être plus brisés, plus à l’image de Christ, parce qu’ils frissonnent dans la sécurité qu’offre le collectif. Il se peut (je ne sais), qu’ils ne soient que le groupe des frères de Juda. Ils découvriront trop tard qu’il existait ici Juda le sacrifié, ailleurs Joseph le sacrifié, ou encore Benjamin le sacrifié, des frères inconnus et qui furent séparés du groupe pour devenir des sacrifices plus intenses, mais connus intimement du christ alors que le groupe les considèrent comme derniers.
      Et cependant, certains des premiers ici-bas seront les vrais derniers là-bas.
      …/

  10. Être chrétien….

    Mon cher Tronken encore une fois, je constate que dit ce que tu sais mais tu ne sais pas ce que tu dis

    Être chrétien….

    une faillite?

    L’injustice sociale, l’escalade de la violence, l’immoralité sont parmi les traits dominants du monde d’aujourd’hui. Et les pays christianisés », dans lesquels la religion a longtemps apporté un certain frein au relâchement des moeurs, donnent plutôt actuellement dans ce domaine un triste exemple aux autres nations.

    Faut‑il conclure à l’échec du christianisme et à la victoire du mal sur le bien ? Non, ce ne sont pas les principes chrétiens qui ont fait faillite, mais bien les chrétiens eux‑mêmes. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la chrétienté en général n’a pas cru, encore moins vécu, la doctrine de Celui dont elle porte le nom, cette doctrine admirable qui enseigne l’obéissance à Dieu et l’amour du prochain. On dira peut‑être du bien de la morale chrétienne, mais on ne veut pas de Celui qui en est la source et l’inspiration : Jésus Christ.

    Une prétention ?

    Vous qui vous déclarez chrétien, réalisez‑vous que vous portez de ce fait le nom du Christ, ce «beau nom qui a été invoqué sur vous» ? (Epître de Jacques, chapitre 2, verset 7). En avez‑vous le droit ? Êtes‑vous un disciple de Jésus, un de ceux auxquels il dit: «Si vous persévérez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples» ? (Évangile selon Jean, chap. 8, v. 31). Ou bien au contraire un de ceux auxquels il devra dire un jour: «Je ne vous ai jamais connus; retirez‑vous de moi» ? (Évangile selon Matthieu, chap. 7, v. 23).

    Il ne suffit pas pour être chrétien de figurer sur le registre de baptême d’une église. Ce ne sont pas ces livres‑là qui seront consultés au grand jour du jugement lorsque Dieu fera comparaître tous les hommes devant Lui pour les juger selon leurs oeuvres. «Un autre livre fut ouvert qui est celui de la vie… Et si quelqu’un n’était pas trouvé écrit dans le livre de vie, il était jeté dans l’étang de feu». (Apocalypse, chap. 20, v. 12 à 15).

    Un droit ?

    Pour vous permettre de porter votre nom de famille, il a fallu qu’à votre naissance l’état‑civil enregistre votre filiation. La Bible nous apprend que, de la même manière, pour nous prévaloir du nom de Jésus Christ et nous faire entrer dans la famille de Dieu, une nouvelle naissance est nécessaire. A cette condition seulement notre nom pourra figurer dans le Livre de vie, cet «état civil du ciel» où Dieu inscrit ceux qui ont cru en son Fils et l’ont accepté pour leur Sauveur personnel. «À tous ceux qui l’ont reçu, il leur a donné le droit d’être enfants de Dieu» (Évangile selon Jean, chap. 1, v. 12).

    Vous avez bien lu, c’est un droit. Mais qui est exclusivement fondé sur l’oeuvre de Christ et non sur nos mérites. On n’est pas chrétien parce qu’on est meilleur ou plus religieux que d’autres, mais parce qu’il existe entre le Seigneur Jésus et nous… une relation.

    une relation

    Le christianisme, voyez‑vous, ce n’est pas, comme on le croit souvent, un ensemble de cérémonies, de dogmes et de règlement : Fais ceci, ne fais pas cela! C’est essentiellement la connaissance d’une personne: Jésus Christ, une relation entre Lui qui donne la vie et nous qui la recevons.

    Cette relation est établie une fois pour toutes, à notre conversion, quand, reconnaissant que nous sommes pécheurs, nous acceptons par la foi le salut gratuit qu’il nous offre, la pleine valeur de son sang versé pour effacer nos fautes.

    Elle est ensuite entretenue par le Saint Esprit donné au chrétien pour renouveler sa paix intérieure, sa patience, son courage, sa confiance, sa joie puisée dans l’amour personnel du Seigneur Jésus pour lui.

    «Le Fils de Dieu m’a aimé et s’est livré lui‑même pour moi» (Epître aux Galates, chap. 2, v. 20).

    une réponse ?

    À cet amour, le chrétien répond par l’amour:

    grand et unique secret de sa vie intérieure, de son rayonnement extérieur. Loin d’être une religion de formes et de contraintes, le christianisme se résume à ceci: la prise de conscience de la grâce immense de notre Seigneur Jésus Christ et des droits qu’il a de ce fait sur nos vies. «Nous, nous l’aimons parce que Lui nous a aimés le premier, (1° Épître de Jean, chap. 4, v. 19).

    À une épouse attachée à son mari, ce dernier n’a pas besoin d’établir chaque matin le programme de sa journée. Elle accomplira spontanément et joyeusement, pour les siens, les tâches propres à leur vie commune.

    Pour faire ce qui est agréable au Seigneur encore faut‑il vivre dans son intimité, savoir ce qui lui plaît et ce qui lui déplaît. La Bible nous l’enseigne; elle est l’expression de toute la pensée de Dieu.

    «Si quelqu’un m’aime, dit Jésus, il gardera ma parole». (Évangile selon Jean, chap. 14, v. 23).

    Une raison de vivre ?
    Un homme est toujours défini par ce qu’il aime: s’il aime l’argent, c’est un avare, le pouvoir, il est ambitieux. Et s’il aime Jésus Christ, il est chrétien.

    «L’amour du Christ nous étreint… Il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux‑mêmes, mais pour celui qui pour eux est mort et a été ressuscité» (2° Épître aux Corinthiens, chap. 5, v. 14 et 15).

    Ainsi comprise, la vie chrétienne n’est pas seulement un bel idéal et la plus noble des causes, mais la seule vraie parce qu’elle possède les certitudes de l’éternité et le secret du véritable bonheur.

  11. Mon cher tronken, tu prétends vouloir éblouir les lecteur sur le site par ta pseudo érudition mais en fin de compte tu te fais mousser. Hormis faire de la synecdoque et de l’herméneutique de bas étage, tu ne nous apprend rien de concret ; Je ne soupçonne rien et ne fait que démontrer ce que tu veux cacher par des acrobaties de dialectique et des digressions.
    Il est nul besoin d’aller voir une cartomancienne ni un devin pour voir a l’intérieur de ta personne.
    L a bible, bien que je la lise depuis plusieurs décennies près de cinquante ans pour être précis, je n’ai pas la prétention de l’avoir toute maitrisée ni saisi la quintessence de la parole dieu dieu, une vie entière n’y suffirait pas ; par contre avec l’aide de l’esprit saint j’avance, je me nourris, et elle m’édifie.
    Je n’ai jamais prétendu qu’une seule famille pouvait comprendre la bible, car la bile est ouverte a tous, hommes, femmes, noirs blancs, riches, pauvres, etc… mais elle n’est comprise que par les «  humbles en esprit » ceux qui ont accepté jésus dans leur cœur, qui ont comprit leur position devant dieu et reconnu leur péché qui les éloignaient de la grâce et du salut eternel. Tu as l’art à l’instar des talmudim de semer la confusion dans l’esprit des gens en utilisant des artefacts comme tu le fait et jésus voyant leur coeur leur avait reproché en leur disant qu’ils lisaient les textes mais n’avaient compris ni le sens ni la portée. Qu’ils loaient dieu avec leur levres mais leurs coeur etaient éloignés de lui. Et que bien que prétendant connaitre dieu, ils etaient incapable de reconnaitre son fils unique, le vrai mashiah, le goel du peuple, celui qui etait venu pour les libérer du péché dont ils étaient l’esclaves! Et que cette liberation allait bien au-delà de celle du corp.
    Ni le talmud ni le coran , ni la philosophie n’ont réussi à sauver l’homme du péché originel et qui tient celui ci lié et éloigné de dieu.

    • N’est-ce pas contre vous-même que vous êtes en guerre et amer, Amoroso ?

      Pour moi, je ne vous servirai pas de punching-ball,
      et encore moins de lecteur.

      Je vous souhaite donc bonne continuation. adieu.

      …/

  12. Le Salut par la Foi en Jésus-Christ

    Soyez réconciliés avec Dieu Une image pour comprendre
    Qu’adviendra-t-il à celui qui aura refusé

    Soyez réconciliés avec Dieu:

    Le but de ce modeste opus est de vous expliquer cher lecteur, et par des mots simples, le salut par la foi en Jésus-Christ.

    Tout d’abord, précisons que la foi chrétienne est quelque chose d’unique. Elle est indissociable de la Parole de Dieu : la Bible. Ce que dit la Parole de Dieu est vrai et sans équivalent.

    Et voici ce que Dieu dit au travers de sa Parole :

    Dieu a créé toutes choses.

    Dieu a créé l’homme à son image. L’homme a désobéi à Dieu, et ainsi le péché est entré dans la création.

    Le péché a entraîné la corruption et la mort de toute la création.

    Satan, un ange déchu, est devenu le chef du monde où nous vivons.

    Ce que nous voyons aujourd’hui autour de nous est la conséquence de tout cela.

    La Bible dit aussi : «Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle» (Évangile selon Jean 3 v. 16).

    Dieu lui même a rendu ce témoignage au sujet de son Fils, Jésus-Christ le Sauveur : «Celui-ci est mon Fils bien aimé, en qui j’ai trouvé mon affection, écoutez-le» (Évangile selon Matthieu 17 v. 5).

    La Bible dit encore qu’en Jésus-Christ habite toute la plénitude de la déité corporellement (Épître de Paul aux Colossiens 2 v. 9).

    Jésus-Christ a dit «Personne ne m’ôte ma vie, mais moi, je la laisse de moi-même; j’ai le pouvoir de la laisser, et j’ai le pouvoir de la reprendre, j’ai reçu ce commandement de mon Père» (Évangile selon Jean 10:18).

    La Bible dit que Jésus est mort sur une croix. S’il est mort, ce n’est pas parce que l’homme l’a tué, car Il est la Vie, mais c’est parce qu’il a donné sa vie en rançon pour les péchés de tous les hommes qui croiraient en lui.

    Maintenant, cher lecteur, je vous invite à lire dans la Bible les récits racontant les souffrances du Fils de Dieu, et les heures sombres de l’expiation.

    Vous trouverez ces récits dans les quatre évangiles :

    · Évangile selon Matthieu 27 v. 11 à 52

    · Évangile selon Marc 15

    · Évangile selon Luc 23 v. 32 à 53

    · Évangile selon Jean 19

    Tronken mon très cher lecteur, sache que c’est pour toi en particulier , et c’est pour moi que Jésus a offert sa vie en sacrifice, afin que nous soyons réconciliés avec Dieu, notre créateur.

    La parole de Dieu dit encore «Que Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant pas aux hommes leurs fautes et en mettant en nous la parole de la réconciliation» (2° épître de Paul aux Corinthiens 5 v. 19).

    Amis lecteurs ,Je vous en supplie, comprenez ces choses et acceptez les. Acceptez le salut que Dieu vous donne par le sang de Jésus qui seul peut vous purifier définitivement et parfaitement de tous vos péchés.

    Ne vous dites pas comme beaucoup le font que, parce que vous n’avez jamais tué ou volé alors vous mériterez le ciel : c’est de l’aveuglement. Seul le sang de Jésus nous ouvre l’accès vers Dieu notre créateur. Si vous n’avez jamais volé ou tué, vous êtes innocent au titre des lois de votre pays, mais pas devant Dieu, car tous ont péché. C’est ce que dit la Bible.

    Mais la Bible dit aussi :

    JÉSUS EST RESSUSCITÉ

    La mort est vaincue.

    Maintenant que Jésus a souffert pour vous, qu’il est mort et qu’il est ressuscité, qu’il est aujourd’hui vivant auprès de Dieu le Père, vous pouvez lui parler par la prière, et pourquoi pas lui remettre votre vie entière, l’accepter comme votre Seigneur et votre Sauveur personnel.

    Approchez vous de Dieu par la croix de Jésus-Christ. Demandez pardon à Dieu pour tous les péchés de votre vie, particulièrement pour ceux que Dieu vous montre dans votre conscience. N’endurcissez pas votre cœur. Dieu vous aime.

    N’oubliez pas que Dieu veut avoir une relation personnelle avec vous. Vous pouvez l’avoir par la prière, et par la lecture de sa Parole.

    DIEU VOUS AIME

    Cher lecteur, je vous invite à croire ce que dit la Bible.

    Je vous invite à confier votre vie à Dieu, et à prier Dieu par Jésus-Christ, le seul chemin entre Dieu et les hommes.

    Je vous invite à lire la Bible en commençant par les évangiles qui retracent la vie de Jésus.

    Vous pouvez en commander une à diverses librairies ou éditeurs

    Vous pouvez également télécharger la Bible, ou des parties de la Bible (elle est constituée de 66 livres).

    Une image pour comprendre

    Une image simple pour comprendre que nous devons accepter devant DIEU que JÉSUS a payé notre dette:

    Jacques a une dette envers Paul, mais il ne peut la rembourser.

    Un ami dit à Paul : Je paye la dette de Jacques.

    Paul accepte, et cet ami paye la totalité de la dette.

    Jacques a maintenant deux choix possibles :

    1. Il accepte que son ami ait payé la dette qu’il devait à Paul, et qu’il n’aurait jamais pu rembourser.

    Dans ce cas Jacques est défait de sa dette, il ne doit plus rien.

    2. Il refuse (par fierté, orgueil, incrédulité, etc.…).

    Dans ce cas, il est toujours débiteur, il n’est pas libre.

    Cet exemple est là pour aider à la compréhension du salut gratuit de Dieu en Jésus-Christ. En réalité, la dette que l’homme a envers son créateur est inestimable. Elle ne pouvait pas être réglée par un homme. Il a fallu que le Fils de Dieu devienne semblable à un homme et qu’il meurt en sacrifice pour les péchés des hommes.

    La dette que tous les hommes ont envers Dieu à cause de leurs péchés a été définitivement payée par Jésus il y a environ 2000 ans. Chacun doit l’accepter personnellement devant Dieu.

    Très cher lecteur, ne refusez pas une si grande grâce et un si grand salut.

    Qu’adviendra-t-il à celui qui aura refusé:

    Ou la condamnation tombe sur le sacrifice, ou la condamnation tombe sur celui qui aura méprisé le sacrifice.
    La Bible dit :

    «Celui qui croit en lui n’est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu» (Évangile selon Jean 3 v. 18).

    «Qui croit au Fils a la vie éternelle ; mais qui désobéit au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui (Évangile selon» Jean 3 v. 36).

    «Comment échapperons-nous si nous négligeons un si grand salut ?» (Épître de Paul aux Hébreux 2 v. 3).

    «Et si quelqu’un n’était pas trouvé écrit dans le livre de vie, il était jeté dans l’étang de feu» (Apocalypse 20 v. 15).

    Très cher lecteur,ne passez pas à coté de l’appel de DIEU.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :